Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

J'ai fait une très bonne affaire dimanche passé au marché aux puces du Sablon à Bruxelles. Pour la modique somme de vingt Euros, j'ai fait l'acquisition d'un vieux livre liturgique. En fait, ce n'est pas tellement le livre qui constitue la bonne affaire, je l'ai acheté surtout parce que j'avais trouvé les enluminures très fines et très originales. Je ne suis même pas sûr que ce livre vaille vraiment les vingt Euros en soi. Par contre, jugez de ma surprise et de mon émoi, j'y ai trouvé entre des pages une lettre écrite de la main même de Saint Plérôme dit "l'Affreux". C'est une lettre qu'il avait adressée à son ami et confident Dom Palaguère, un obscur missionnaire qui était actif à l'époque dans le sud du territoire qui devait constituer assez vite après le "Congo Belge". Et il y a aussi la réponse de Dom Palaguère dans ce même livre, voilà vraiment une aubaine.

Par les différentes biographies qui ont été rédigées à son sujet, on sait que Saint Plérôme n'avait pas toujours été saint, loin de là, et que c'est même pour ça qu'il était un jour devenu "affreux". Mais ce n'est là qu'un sujet people si je puis dire. Mon intérêt est tout ailleurs. Les mêmes biographies nous apprennent en effet que Saint Plérôme l'Affreux était en quelques sorte obsédé par la notion de l'égalité entre les hommes. A une certaine époque, on peut même dire que c'était comme s'il se trouvait "possédé" par le démon de l'égalité, et ses proches commençaient à se poser des questions sur son état mental en général. Et puis, un jour, il n'en parla plus. Pourquoi? C'est toujours resté un mystère, même pour les historiens spécialistes les plus pointus.

Je crois que la clé de ce mystère se trouve en fait dans la lettre dont j'ai parlé ci-dessus. Entre autres, Saint Plérôme l'Affreux y mentionne qu'il se trouvait un jour à la côte pour y faire une sorte de retraite. C'était à Ostende (Oostende en langage local), le long de la digue, qui était évidemment bien moins aménagée que maintenant et avec aussi un public bien plus clairsemé. Mais soit, Saint Plérôme raconte à son ami qu'il était à nouveau en profonde réflexion sur son sujet obsessionnel. Il entendit tout à coup une voix d'enfant lui dire "regarde Monsieur, quel beau bateau en train de partir pour l'horizon". Saint Plérôme, sans trop y penser, répondit "mais voyons, petit, on ne sait pas aller à l'horizon, c'est vraiment un non-sens". "Ah oui, ça aussi!" avait simplement répondu l'enfant. Le temps que Saint Plérôme l'Affreux réalise ce qui se passait et regarde vers l'enfant, celui-ci avait déjà disparu comme par enchantement.

Si je regarde la date de la lettre et si je me réfère à celles citées dans les biographies, il me semble que ça peut vraiment être l'élément déclenchant qui a sorti Saint Plérôme l'Affreux de son obsession.

La réponse de Dom Palaguère, quant à elle, était on ne peut plus claire "à partir du moment où il y a une part d'irrationnel dans l'homme, c'est évident que la notion d'égalité est un non-sens, et c'est pourquoi je lui préfère celle de l'amour de l'autre". Voilà au moins un homme qui ne s'encombrait pas de précautions oratoires. Et d'ailleurs, vu le contenu général de sa réponse, j'ai eu vite l'impression que Dom Palaguère était quelqu'un affreusement terre-à-terre, et qu'il n'était certes pas homme à s'attarder à de grandes théories philosophiques.

Eh oui, on le sait bien, entre la théorie et la pratique, qui ont chacune leurs partisans et détracteurs,  il y a toujours un gap que certains décrient, que certains déplorent. C'est vrai que je me sens sans doute plus proche des réactions de Dom Palaguère, mais pourtant, où en serions-nous s'il n'y avait jamais eu de réflexions "théoriques" ,ou encore, si les réflexions théoriques n'avaient jamais trouvé leur application dans le quotidien?

Ici comme dans beaucoup d'autres sujets, le mieux est de prendre tout ce qui est disponible et d'en faire le meilleur usage.

Evidemment, avec ces deux lettres, je pourrais maintenant me faire bien autre chose que vingt Euros à la revente. Mais quand même, c'est réellement une parcelle du patrimoine historique belge que j'ai là chez moi. Je pense que je vais plutôt en faire don à la Bibliothèque Royale.

Vues : 62

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Gohy Adyne le 8 février 2014 à 14:09

Belle trouvaille et belle histoire!

Bravo!!

Bonne fin de semaine.

Adyne

  • L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

    Robert Paul recommande

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

  

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation