Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

" Quand les peintres offrent leurs pinceaux aux poètes " Florilège des peintures offertes aux poètes, sur Arts et Lettres.

La plupart des partenariats entre la poésie et la peinture sont issus du travail du poète.

Mais certaines peintres ont à leur tour irisé leur palette des mots d'un(e) poète ...

Voici , dans l'ordre chronologique, le florilège des peintures

offertes par les peintres aux poètes !

" Démonia."

Aquarelle de Adyne Gohy

sur un poème de Claudine Quertinmont , mars 2013

Jeune fille gothique

Duo plume-peinture.

 

Sourire  carnassier,  elle  mord  dans  la  vie,

Vêt de noir ses cheveux et son corps révolté,

Arbore ses penchants  comme assurance-vie,

Montre des choix mortels pour ne pas s’adulter.

 

Pour heurter l’opinion,  se fringue gothique,

Dans  un  exorcisme,  symphonie  à  la  mort,

Elle  crée  son  look,  garde-robe  unique,

Squelettes et cryptes à la gloire des morts.

 

Les  poupées  fétiches  fardées  de  ténèbres,

Ont  de  jolis  habits portés  mignardement,

Les bouts de dentelles  et  résilles funèbres,

Dans l’esprit médiéval les couvrent éloquemment.

 

Affligé  du  présent,  l’Ange  de  la  cité,

Revêt un long manteau pour foutre le glacis,

Aux gens de la norme croisés sans ambiguïté,

Sur  sa  route  obscure  parsemée  de  lacis.

 

Minuit étend son voile sur ces enfants perdus,

Le  Seigneur  de  la  nuit  les berce doucement,

Jusqu’au  petit  matin  sur  le  chemin  ardu,

De  l’adolescence  à  son  adoubement.

 

Claudine QUERTINMONT D’ANDERLUES.

" L'hiver "

Peinture de Liliane Magotte

sur un poème de Rebecca Terniak , décembre 2013

Cher Saule,

Dans ta tourmente, solitaire,

Jeune arbre, pensif, te tiens dressé.

Saule d'or tendre, de pluie amère,

Dans ton hiver, tu t'es noué.

A la terre dure, ton tronc fige.

En lui, toute sève occultée.

De l'espace -temps morne et glacé

Et à venir, tu as vertige ...

Las, fi de bourrasque et froid cruel !

De ton front haut, défies le ciel !

Nul Dieu de ta fin se rira,

Ni ton combat te dictera.

Seule virevoltante, folle et rebelle,

De mille morts souffrants trépas,

Ta chevelure se tord et ploie

Et se relève, fière à l'Appel !

Rébecca Lily Terniak - 1981

" Amour Rose d'automne "

Aquarelle de Adyne Gohy

sur un poème de Claudine Quertinmont , décembre 2013

https://storage.ning.com/topology/rest/1.0/file/get/2999900805?profile=original

Amour Rose d'automne

Il était une rose transie d'un frêle amour,

Pour un papillon bleu, aux ailes si douces

Qui lui rendait visite, lui faisait des mamours,

Il était une rose transie d'un frêle amour,

Son parfum voletait de pétale en frimousse,

Des boutons ravissants de ses jeunes pousses.

Il était une rose transie d'un frêle amour,

Pour un papillon bleu, aux ailes si douces.

Peu à peu l'été s'endormit et son coeur se givra,

Embrasant les feuilles, les incendiant de feu,

Couvrant la nature de robe d'apparat.

Peu à peu l'été s'endormit et son coeur se givra,

Rose et doux papillon se firent de longs adieux,

Le coeur las et brisé, des perles pleins les yeux.

Peu à peu l'été s'endormit et son coeur se givra,

Embrasant les feuilles, les incendiant de feu.

Claudine Quertinmont

"Fabienne sur scène"

Aquarelle de Adyne Gohy

sur une musique de Fabienne Coppens , décembre 2013

Eugénie

Personne ne l'attend

Elle rêve pourtant

Que quelqu'un l'attend...

Pour rentrer chez elle

Elle s'invente des ailes

Elle voit sa vie en grand

Dans les journaux du vent

Se répète les mots

"Amour et braséro"

Un ange, à ses côtés

L'empêche de tituber

...Une présence née

De son solo salé

Alors, Eugénie appelle son génie pour alléger sa vie Eugénie...

Par les lignes de ses mains

Elle sait que quelqu'un vient

Elle parie juste un peu

Avec son coeur en deux

Qu'elle trouvera le feu

Qui brûlera ses maux

Ses fards (phares) et ses bobos

Fini de garder pour elle

Ses joies et ses querelles

Quand on est seul tout le temps

Il en faut du talent

Pour s'offrir du bon temps

Et loué de l'allant...

Alors Eugénie appelle son génie pour alléger sa vie

Elle n'est pas vraiment elle

Avec personne à elle

Y'a des bouts de sa vie

Qui manquent de folie...

Personne ne l'attend

Elle rêve

pourtant

Fabienne Coppens

" Adam et Eve "

Aquarelle de Jacqueline Nanson

sur un poème Claudine Quertinmont , décembre 2013

FEUILLES D'OR AUTOMNALES.

Il était une fois aux temps inexistants,

Du cycle des saisons, deux esprits incarnés,

Dans une chair rose aux sexes coexistant,

D’un hermaphrodisme par l’amour consterné.

Le Verbe créateur avait clos son rêve,

Dans un été constant, sans mois ni saison,

Eden parfait sans désir, si ce n’est pour Eve,

Démunie de secret et de contrepoison.

Frappé d’anathème au cœur de son jardin,

Dieu perçu ses blâmes, la soumit au péril,

De la fascination d’un fruit rouge gredin,

Qui éclata son sexe comme une fleur d’avril.

Chassés du Paradis dans l’effusion de sang,

Qui fit naître l’amour, nus en terre hostile,

Peu à peu le Seigneur décoléra céans,

Et créa l’automne, aux feuilles fertiles,

Pour couvrir d’un manteau son couple d’enfants.

Les saisons étaient nées, l’hiver allait suivre,

Pour gonfler leur toison d’un duvet cotonneux,

Etre forts et vêtus en quittant soufflegivre*,

Couverts de feuilles d’or sous des temps floconneux.

Il décida de bénir les choses et les gens,

Nomma le printemps, l’été, l’automne et l’hiver.

Elle s’appelait Eve, Il l’appela Adam,

Les destina à répandre, à propager l’Univers.

Claudine QUERTINMONT D’ANDERLUES.

 

" Féerie matinale "

Aquarelle de Adyne Gohy

sur un poème de Gil Def , janvier 2014

https://storage.ning.com/topology/rest/1.0/file/get/2999915587?profile=original

"Et la lumière peint...encore"

Quand l'aube de chaque matin

Là s'en vient dans un encore

L'astre d'or poursuit les rêves

Se lève selon la saison

L'horizon change de lueurs

En couleurs en jaune en feu

Tout en bleu il peut l'orange

Mélange en transparence

Nuance le ciel la terre la mer

Les tons clairs estompe son trait

Disparaît la lune reste voile

Les étoiles se perdent dans l'espace

S'effacent le temps suit son cours

Chaque jour offre toujours nouveau

Un beau tableau comment ne pas y voir

L'espoir ou croire la beauté divine

Qui illumine cet encore en poésie

Et en vie...Une larme vient au bord des yeux

C'est merveilleux quand éclate la lumière

de Gil Def

Les partenariats d'

Arts

Lettres

Vues : 380

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de NANSON Jacqueline le 10 janvier 2014 à 18:46

Merci à Liliane et Monsieur Paul pour toute cette motivation qu'inspirent les partenariats, pour celui-ci créer et imaginer suivant un texte, ressentir les sentiments du poète en faisant abstraction de sa propre inspiration est un véritable défi, réussir ce challenge apporte une grande satisfaction.     Jacqueline

Commentaire de Gohy Adyne le 10 janvier 2014 à 7:03

Merci à Liliane et à Monsieur Paul pour avoir instauré "Les Partenariats" 

Pour ma part, j'aime beaucoup dans le sens poésie-peinture, j'aime relever des défis.

Cela incite à se dépasser.

Bonne journée.

Adyne

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation