Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Au  souffle  des  fées  se  mêle  l’haleine,

De folles licornes gambadant dans les bois,

Pour fêter le printemps caché dans la plaine,

Jusqu’au lever du jour aux hôtes des sous-bois.

 

Avec  des  papillons  colorés  de  soleil,

Il fait farce de pluie, de grêle ou bien neigeote,

Pour taquiner les elfes  tirées de  leur sommeil,

Avant l’heure où sonne l’appel de la bougeotte.  

 

Facétieux  les  lutins  font  des cabrioles,

Pour ouvrir le chemin au prince de l’espoir,

Qui  s’avance,  royal,  escorté  de  lucioles,

Pour répandre la joie dans les nids et boudoirs.

 

Claudine QUERTINMONT D’ANDERLUES.

 

Vues : 233

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de claudine quertinmont le 20 mars 2014 à 18:23

Comment ai-je pu faire une telle erreur : rivière et non pas ruisseau, ainsi que je l'ai toujours appelé.

Il a inspiré mon premier poème, pour un travail scolaire, qui a disparu dans les flammes qui ont détruit le grenier chez mes parents.

 Je préfère rectifier et partager les infos correctes suivantes :

Fontaine-L'Evêque et son nom

 

Le nom de Fontaine date de l'an 868

Le premier document connu citant le nom de Fontaine date de l'an 868 ; il s’agit du polyptyque de l’abbaye de Lobbes. Ce polyptyque consiste en un relevé général de toutes les propriétés terriennes de l'abbaye qui possédait des biens dans 174 localités.

À cette époque, Fontaine et Leernes ne forment encore qu'une seule commune qui s'appelle LERNA FONTANIS (Lerne aux Fontaines).

Le mot Fontaine s’explique facilement par le nombre de sources existant sur le territoire. Le mot Lerna est moins aisé à définir ; certains auteurs le traduisent en désert ou petit désert (Lierne ou l’ernel) ; d'autres le faisant remonter au mot celte Lederna donnent la signification rivière bouillonnante.

Nous présentons une troisième hypothèse qui semble serrer la vérité de plus près. Nous avons retrouvé un mot latin herna, cité dans Virgile et qui signifie pierre. La traduction serait alors pierre aux fontaines. Or à cette époque, l'article Li était couramment employé ; l'appellation devient li herna fontanis (la pierre aux fontaines). L’article et le substantif se sont soudés par la suite pour former Liherna qui, en wallon est devenu Lierne (Leernes).

Une rivière traverse les deux localités et s’appelle l'Ernelle (anciennement l'Hiernel). La traduction finale deviendrait donc La pierre aux fontaines, appellation qui se justifierait car sur le territoire des deux communes la roche affleure ; dans le domaine du château, l'Ernelle coule entre deux rives verdoyantes où apparaissent, de-ci de-là, des têtes de roches. Enfin plusieurs carrières de pierre (nommée pierre de Fontaine) ont été ou sont encore exploitées à Fontaine comme à Leernes.

Nous accordons donc notre préférence à la signification suivante :

LERNA FONTANIS la pierre aux fontaines.

C’est en 1234 que Fontaine fut démembrée de Lerna fontanis.

Dès ce moment, nous avons à faire à deux communes distinctes : Leernes et Fontaine. Il est toutefois intéressant de constater que dans l'itinéraire de St Bernard, en 1146, document dont nous parlerons plus loin, le nom de Fontaine figure déjà seul et à plusieurs reprises. La dénomination actuelle Fontaine-l'Évêque fut acquise vers 1251. Le seigneur de Fontaine s'appelait alors Nicolas ; après s'être adonné au métier des armes, il embrassa l'état ecclésiastique. Il fut chanoine de Cambrai, archidiacre de Valenciennes et prévôt de Soignies ; enfin, le pape Innocent IV le sacra, lui-même, évêque de Cambrai.

Innocent IV

(Innocent IV)

C’est en souvenir de ce grand événement que le nom d'évêque fut ajouté à celui de Fontaine

Commentaire de claudine quertinmont le 20 mars 2014 à 17:44

Un grand merci monsieur. Gourmande, j'en suis à ma quatrième audition de cette merveille et je cours dans l'Ernel, ruisseau qui a baigné mon enfance et toutes mes facéties.

Bonne soirée.  Claudine.

Commentaire de claudine quertinmont le 20 mars 2014 à 17:40

Bonjour Rolande.

Je te réponds en écoutant la merveilleuse musique de Vivaldi que monsieur Robert Paul a eu la délicatesse de nous offrir.

Belle façon de plonger dans un bain de jeunesse.

Bisous ma chère Rolande et à bientôt chez les fées :-)

Claudine.


Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 20 mars 2014 à 17:27

Vivaldi - Le printemps

 

Commentaire de claudine quertinmont le 20 mars 2014 à 17:16

Bonjour Nicole.

Printemps, renouveau, joie et la journée d'aujourd'hui était de la fête

Que demander de plus pour savourer des gouttes de bonheur.

Merci pour ton commentaire tout aussi léger et bonne soirée.  Bisous, Claudine.

Commentaire de Quivron Rolande le 20 mars 2014 à 17:15

Après avoir lu ce poème, nous avons très envie de nous joindre à cette joyeuse bande annonciatrice du printemps.

D'autant plus que nous sommes gâtés cette année. Et que l'on a bien envie de cabrioler dans l'herbe et de retrouver notre âme d'enfant du temps où nous croyions aux magiciens, fées, lutins, perdus dans les contes de ... fées.

Ravie de te retrouver. Bisous. Rolande.

Commentaire de Nicole Duvivier le 20 mars 2014 à 16:55

Savoureux !!  Un joyeux moment poétique , tout de légèreté et d'attentes printanières !! Bravo Claudine et merci du partage ! Bisous , coeur et âme ensoleillés !  Nicole

Commentaire de claudine quertinmont le 20 mars 2014 à 15:02

Bonjour Marie-Josèphe.

Ah ! le temps des cabrioles, des cumulets dans l'herbe fraîche : que c'est loin tout ça :-)

Malgré le vent, il fait bien doux cet après-midi, pour prendre un bol d'air, admirer les parterres et se rappeler hier tout en pensant à demain.

Bisous  Marie-Jo et à bientôt.  Claudine.

Commentaire de claudine quertinmont le 20 mars 2014 à 14:56

Bonjour Gilbert.

Il discute la partie avec son aîné l'hiver qui s'est bien reposé la dernière saison, avant de s'installer définitivement.

Merci beaucoup, pour cette visite cordiale et bon après-midi.

Amitiés, Claudine.

Commentaire de Marie-Josèphe BOURGAU le 20 mars 2014 à 13:25

superbe poème chère Claudine, du souffle aux cabrioles on sent venir le printemps et sa douceur, puis la joie qui éclate de toute part .... merci à toi - Marie-Josèphe  

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2022   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation