Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Si vous aussi, les jardins suspendus, les portiques

De la genèse des grâces et des jours parfaits

La souvenance heureuse de quand l’on naît, renaît

S’instruit à pencher, côté touchant et magnifique

 

Si vous aussi, la seule valeur est le même horizon

De chaque fois le don d’une nouvelle mesure

A toute attention, intention, à toute aventure

A l’envie d’être, de vivre et d’en faire cent raisons

 

Si vous aussi, le langage fort, ce sont les actes

La primauté aux amours, aux croisées d’inventions

La tendresse, le plein d’efforts de la réaction

A tout malheur qui pourrait faire mourir tout pacte

 

Si vous aussi, l’appétence pour le tout autour

Les énigmes d’ici et d’ailleurs, les phénomènes

Big-bang, effet papillon, ou collier de gemmes

Les traces d’ancêtres en quête d’un bon séjour

 

Conviendrez-vous que l’époque est une affaire

D’incapacités, de déficits à savoir donner

A chacun, chacune, le temps des actes libérés

De toute aliénation ou crainte ou misère

 

Combien l’inculture, l’absurdité du faire-valoir

Le tri sélectif des opinions, des convictions

Tout ça pour s’exaspérer de tant d’impositions

Brutales et d’un quotidien de l’assommoir

 

Le rien d’une intelligence, l’usage de violence

Par tout pouvoir exclusif qui force à déchoir

Toute humanité, à prostituer le moindre espoir

De paix, de science et bonté des accordances

 

Si vous aussi, le cherche-monde infiniment

Les instances pour créer sa voie de délivrance

La suprématie de la vie pour toute portance

La résilience pour garder au meilleur son temps

 

Si vous aussi, les arguments des manifestes

A s’envoyer des adresses qui font tant plaisir

En signets, ricochets ou pointe de désir

Ainsi soit l’humanité féconde de telle geste

 

Si vous aussi, in extenso du grand parti pris

Pour les compagnies, à chacun, à chacune

Sa façon d’être un atout de bonne fortune

Un charme singulier qui jamais ne s’oublie

 

Par et pour ce que sont les nourritures terrestres

Sans un manquement ni pour le corps ni pour l’esprit

Demande plus que de résister aux infamies

Changer de matrice pour ne jamais être en reste

 

 

© Gil DEF - N° 873 / 13.02.2020

Vues : 187

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Gil Def le 21 avril 2020 à 11:19

Bonjour Louhal Noureddine,

Si chacun a un parcours de vie singulier, il y a des constantes dans la multitude des histoires humaines et cela se retrouve effectivement dans des œuvres anciennes ou récentes que vous évoquez ici. C’est peut-être présomptueux de résumer ces constantes mais j’évoquerai notamment la permanence d’une contradiction entre vulnérabilité et fécondité de la vie, l’imprévisible comme dimension incontournable de toute histoire individuelle ou collective, les frustrations, les tensions ou conflits engendrés par toute forme de socialisation, les ruptures de statut social… Merci de votre passage.

Bonne journée. Amicalement. Gil

Commentaire de Gil Def le 21 avril 2020 à 10:28

Bonjour Michelle Decoster,

Quand je publie un texte, je suis de même impatience qu’un gamin qui attend un compliment pour ce qu’il a fait et considère que c’est bien. Pour un auteur aussi modeste soit-il, rien n’est pire qu’une fin de non-recevoir et ici, cela ne m’est jamais arrivé. Je suis pleinement d’accord avec ce principe de réciprocité que vous évoquez qui devrait nourrir toute relation humaine et lui donner une puissance d’une valeur indéfinissable. Merci de votre passage.

Bonne journée. Amicalement. Gil

Commentaire de Gil Def le 21 avril 2020 à 10:07

Bonjour Raphaël Misere-Kouka,

Je suis heureux de découvrir un confrère en poésie et ne manquerai pas de vous lire à mon tour. Vos appréciations sur mon texte me font grandement plaisir en particulier la référence à ces questions de rythmique, de musicalité en poésie. Pour ma part, je regrette fortement de ne pas avoir une culture musicale suffisante qui m’oblige à rester dans la narration poétique sans support musical. J’ai déjà essayé de mettre un support musical à certains de mes textes, ou de partir d’un support musical pour écrire, mais c’est difficile de savoir si c’est une bonne démarche ou pas. Ceci étant dit, je lis toujours plusieurs fois à haute voix ce que j’ai écrit avant d’établir une version définitive de mon texte. Merci de votre passage.

Bonne journée. Amicalement. Gil

Commentaire de Gil Def le 21 avril 2020 à 9:45

Bonjour Danielle Davin,

Effectivement, j’use assez souvent de répétitions de segments de phrases et cela m’est parfois reproché. Pour moi, une répétition est un procédé qu’il ne faut pas exclure mais évidemment il y a toujours la question de l’utilité ou pas, de l’efficience ou pas de ce procédé et des appréciations différentes à propos de ce procédé entre celui qui utilise et ceux qui lisent la production. Ceci étant dit, je suis pleinement satisfait si vous considérez que ce texte est susceptible de mener chacun à envisager sa propre version de la vie avant toute chose. Merci.

Bonne journée. Amicalement. Gil

Commentaire de Gil Def le 21 avril 2020 à 9:08

Bonjour Louis Van Cappellen,

Il m’intéresse davantage de traiter des sujets qui de tout temps ont préoccupé les gens. Si tout a été dit sur les sujets fondamentaux, il y a tout de même un besoin de les rappeler et de les ramener à l’attention de nos contemporains. Merci Louis.

Bonne journée. Amicalement. Gil

Commentaire de Gil Def le 21 avril 2020 à 8:51

Bonjour Michael Bellon,

Je vous remercie de votre éloge sur mon texte.

Bonne journée. Amicalement. Gil

Commentaire de Gil Def le 21 avril 2020 à 8:37

Bonjour Monsieur Robert Paul

Un compliment à propos de l’un de mes textes me fait toujours plaisir d’autant que de nos jours le compliment se fait plutôt rare. Je vous renvoie volontiers un compliment pour une œuvre bien plus considérable et difficile qu’un texte à savoir l’administration de ce réseau social consacré aux arts et lettres. Ayant échoué en tant que modérateur ou administrateur à entretenir et faire perdurer la vitalité de réseaux d’accès gratuit consacrés à la poésie, il est évident pour moi que vous avez des compétences et des qualités que je n’ai pas. Arts et Lettres est le seul réseau social qui me permet une expression libre et d’avoir une quantité d’ouvertures sur le monde artistique et littéraire. Merci encore de cela.

Bonne journée. Amicalement. Gil

Commentaire de LOUHAL Nourreddine le 19 avril 2020 à 18:24

On est dans le questionnement pour démêler l’écheveau des choses de la vie et avoir le fil d’Ariane qui nous éclairera jusqu’au bout de l’aléatoire bout du tunnel qui n’est pas la porte d’à côté.  J’ose toutefois conclure avec cette citation de  la romancière française Virginie Grimaldi : «La vie est comme une danse. On entre en scène, on apprend les pas, on se laisse porter, on compte les temps, et on tire sa révérence. » Louhal Nourreddine, le 19 avril 2020

Commentaire de Michelle Decoster le 19 avril 2020 à 16:18

" En signets, ricochets ou pointe de désir" , si vous aussi receviez mes mots d'accompagnements ?

Commentaire de Raphaël MISERE-KOUKA le 18 avril 2020 à 21:15

Mon cher Confrère Gil Def, je viens de m'immerger dans vos stances pleines de lyrisme. Elles disent vos sentiments qui laissent profiler en nous, lecteurs, votre sincérité de vivre la vie dans toute sa complexité. Poésie anaphorique certes, qui octroie le tempo, mieux la rythmique au corps textuel. Mais "La vie avant toute chose", synonyme de "La musique avant toute chose", pour faire écho à l'expression verlainienne. Bref, un long souffle poétique qui jamais ne lasse! Merci Gil Def pour m'avoir fait voyager à travers vos vers crus et denses! (Raphaël MISERE-KOUKA)

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées reprendront en octobre 2020. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2020   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation