Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

 

Je n’en ai pas fini avec la poésie

Si tout a été dit, alors tant mieux, tant pis

Je voudrais simplement vous laisser ma ballade

L’émotion première le cœur en dérobade

L’âme des mystères, les pleurs de la cascade

Je n’en ai pas fini avec qui me sourit

    

Je n’en ai pas fini avec qui me sourit

Si tout a été dit, alors tant mieux, tant pis

Je pourrais aisément vous mener en cavale  

Par le nez, à refaire les pistes des étoiles

L’ombre, la lumière, les lois fondamentales

Je n’en ai pas fini avec la rêverie  

 

Je n’en ai pas fini avec la rêverie 

Si tout a été dit, alors tant mieux, tant pis

Je devrais forcément vous parler de voyage

Tel un qui prend la mer, un qui cherche un passage

Un qui n’a plus de terre, un tel cheval sauvage 

Je n’en ai pas fini avec la comédie

 

Je n’en ai pas fini avec la comédie

Si tout a été dit, alors tant mieux, tant pis

Je voudrais seulement vous poser les arcanes

Les majeurs, les plus clairs, le mode sarbacane

Les années en arrière, les exodes tziganes

Je n’en ai pas fini, il faudrait que je trie 

 

Je n’en ai pas fini, il faudrait que je trie

Si tout a été dit, alors tant mieux, tant pis

Je pourrais carrément vous abaisser les armes

Au nom de la mère, du cordon, de la flamme

Au nom de la prière en pardon à la femme

Je n’en ai pas fini avec l’eau de la pluie

 

Je n’en ai pas fini avec l’eau de la pluie

Si tout a été dit, alors tant mieux, tant pis

Je devrais consciemment vous léguer ma terrasse

Le soin de l’inventaire des saisons à ma place

Par au moins quelques vers, côté ville, côté face 

Je n’en ai pas fini et puis qui veut me suit

 

Je n’en ai pas fini et puis qui veut me suit

Si tout a été dit alors tant mieux, tant pis

Je voudrais sciemment vous montrer les étapes

Par qui est ciel ouvert, la liberté du cap

Par qui a découvert la beauté qui échappe

Je n’en ai pas fini, en quête d’harmonie

 

Je n’en ai pas fini, en quête d’harmonie

Si tout a été dit, alors tant mieux, tant pis

Je pourrais patiemment vous vanter le candide

Un poète en est fier, qui ne croit pas au vide

En lui est l’univers, en ses contrées humides    

Je n’en ai pas fini pour dire qui je suis

 

Je n’en ai pas fini pour dire qui je suis

Si tout a été dit, alors tant mieux, tant pis

Je devrais constamment vous sembler bien utile

Un qui à sa manière est un sillon fertile

Un qui a la matière aux vérités tranquilles

Je n’en ai pas fini pour qui cherche l’abri

 

Je n’en ai pas fini pour qui cherche l’abri

Si tout a été dit, alors tant mieux, tant pis

Je voudrais fortement vous conseiller des tiges

En somme téméraire, la nature y oblige

Car son code éphémère est trop dur s’il afflige 

Je n’en ai pas fini, avec qui est en vie

 

Je n’en ai pas fini, avec qui est en vie

Si tout a été dit, alors tant mieux, tant pis

Je pourrais richement vous donner mes insignes     

Des soleils à travers des eaux bleues argentines

Du bleu de ciel souffert au dernier chant du cygne

Je n’en ai pas fini puisqu’on ne peut l’oubli

 

Je n’en ai pas fini puisqu’on ne peut l’oubli

Si tout a été dit, alors tant mieux, tant pis

Je devrais sûrement vous monter à la cime

Là où le front est vert, et se prête à la rime  

Pour penser sans frontières, avec du cœur en prime

Je n’en ai pas fini pour qui sont mes amis

 

Je n’en ai pas fini pour qui sont mes amis

Si tout a été dit, alors tant mieux, tant pis

Je voudrais hardiment vous juger en complices

Tentant, les nombres pairs, les amours qui s’immiscent

Menant, saute rivière aux jardins des délices

Je n’en ai pas fini contre tout interdit

 

Je n’en ai pas fini contre tout interdit

Si tout a été dit, alors tant mieux, tant pis

Je pourrais longuement vous calquer des musiques

Ma défense à taire des replis nostalgiques  

Ma préférence claire aux magies alchimiques

Je n’en ai pas fini, c’est ma philosophie

 

Je n’en ai pas fini, c’est ma philosophie

Si tout a été dit, alors tant mieux, tant pis

Je devrais posément vous confier d’être libre 

Homme comme on dit frère, un courage à le suivre

Femme comme on dit terre, un ancrage en eau vive

Je n’en ai pas fini, je n’en ai pas fini

 

© Gil DEF - 21.04.2009

Vues : 368

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Gil Def le 7 avril 2012 à 17:53

Bonjour Rébecca

 

De la poésie je fais le plus grand cas

J’emprunte ses chemins pas à pas

Je ne cherche que lui rendre la voix

La possibilité d’être dans les hauteurs

Dans les gammes des couleurs

Je voudrais qu’ainsi elle me demeure

 

Bonne fin de journée. Amitiés. Gil

 

Commentaire de Gil Def le 7 avril 2012 à 17:04

Bonjour Valériane

 

Après un tel commentaire enthousiaste, que puis-je dire ou faire ? Continuer à écrire pardi, c’est bien le sens de cette complainte interminable … Vous avez fort en tout cas, parce que votre commentaire est référencé par les moteurs de recherche …  

Les qualificatifs de trouvère ou de trouveur me plaisent infiniment. Dans une autre époque, j’aurais sans doute offert à vos oreilles des œuvres en langue picarde, avec de la musique … Mais dans ce monde du XXIe siècle, le poète est bien pauvre dépourvu de sa langue maternelle et de musique aussi … Avec un peu plus de moyens, peut être pourrais-je au moins un jour par de belles voix faire sortir ma poésie de cette page qui n’est même plus de papier …

Vos références et votre image m’ont aussi rappelé ces activités d’herboriste que j’aimais beaucoup et ces planches que j’avais accrochées aux murs de ma précédente demeure.

En tout cas, voilà qui m’a donné un grand bonheur d’auteur…

 

Bonne fin de journée. Amitiés. Gil

Commentaire de Rébecca Terniak le 7 avril 2012 à 16:33

Cher Gil,

Vous n'entrez pas - nenni !

comme de la périphérie

dans ce cercle de poésie !

Non, de fait,

vous en êtes

et vous en faites

intrinsèquement partie  !

Vous le poète

dont le chant de trouvère,

l'oreille et le goût du verbe

réjouit !

Commentaire de Gil Def le 7 avril 2012 à 16:22

Bonjour Martine

 

J'apprécie grandement votre commentaire positif sur ce texte.

 

Bonne journée. Amitiés. Gil

Commentaire de Valériane d'Alizée le 22 mars 2012 à 2:43


Promesse ou

Déclaration des plus impudiques...


"Je n'en ai pas fini" avec vous, non, loin de là, j'en suis intimement persuadée...

"Je n'en ai pas fini", confessons-le, du désir irrépressible de m'immerger dans votre source de vie...

"Je n'en ai pas fini" de me laisser guider par Gil, le trouvère "trouveur" de verbes et de sens,  nous

conviant, munificent, à goûter à l'efflorescence alchimique de son  florissant Hortus deliciarum

où croit "la fleur de Merancolye", en compagnie de l'humble fleurette azurée de "ne m'obliés mi",

ces corolles symboliques aux racines ancestrales de nos chers poètes appartenant

à un "temps jadis" à jamais disparu !

"Non, certes, je n'en ai pas fini" de venir m'abreuver à cette "Fontaine de jouvence" salvatrice

d'un orfèvre ciseleur en la matière, affectionnant autant le fond que la forme de ses rêveries-

fantaisies initiatiques, déployant cadences et consonances quasi lancinantes, à tel point, qu'il nous

faut incontinent les mettre en bouche à voix haute, nous intimant sitôt de renouer avec Calioppée,

dans l'art de l'oralité, nous faisant souvenance que la Vie doit s'en emparer, afin que de papier,

elles s'émancipent, s'envolant vers une autre destinée…

"Je n'en ai pas fini", non, non, "je n'en ai pas fini" ; tel est pour lors, mon bon plaisir !

Gageons qu'il en soit pour longtemps ainsi, puisque à votre adresse de créateur ,

vous m'avez spontanément convertie !!!




Touffe d'Ancolies (Aquilegia vulgarisL.) d'Albrecht Dürer,

clochettes dites aussi "Columbina" en raison de leurs pétales aux ailes de colombe...

dotées d'un langage symbolique de la mélancolie, illustrée

tant dans la littérature de Charles d'Orléans à Guillaume Apollinaire,

que dans l'art pictural occidental...



Commentaire de Vandenkerkove Martine le 21 mars 2012 à 20:13

celui-ci, je l'aime beaucoup. Merci

Commentaire de Gil Def le 23 février 2012 à 14:47

Bonjour amis des Arts et Lettres

 

Avec mes remerciements à Deashelle, Claude Misieur, Nouria, Abdelkader Khalef, Pollet Chris, Caldor Yves, Pascale Bouchet et à Monsieur Robert Paul pour leurs appréciations positives sur ce texte ...

 

Bonne journée. Amitiés. Gil

Commentaire de Gil Def le 22 février 2012 à 17:48

Bonjour Rébecca

 

Très heureux de votre acceptation d'entrer dans ce cercle de poésie et d'amitié...

 

Bonne fin de journée. Amitiés. Gil

Commentaire de Gil Def le 22 février 2012 à 17:46

Bonjour Claudine

 

Voilà un commentaire bien agréable dans son aspect révisionniste de la notion de profit… A mon tour de profiter de ça …

 

Bonne journée. Amitiés. Gil   

Commentaire de Gil Def le 22 février 2012 à 17:34

Bonjour Nicole

 

Il est vrai que je suis moins présent sur Arts et Lettres, mais c’était pour me consacrer davantage encore à l’écriture elle-même qui nécessite de se mettre quelque peu à l’écart. J’ai en ce moment nombre de notes et de sujets qui me réclament, et loin de moi cette idée de m’en plaindre même si j’aime énormément les échanges ici …

Vous avez raison à propos de ma volonté de donner ou redonner confiance à chacun. Je suis effaré du nombre de textes qui aujourd’hui ici et là nous mettent au plus bas, et tous dans le même sac, comme calamités, et la plus méchante espèce qui soit. Je me demande si les auteurs de ces textes se rendent compte de leur prétention et de leur méchanceté gratuite de nous juger ainsi. Je ne rejoindrai pas leur courant. Ma principale raison d’écrire, c’est d’être cherche monde avec tous ceux qui cherchent tout simplement une vie acceptable, et plus bien sûr avec un maximum de libertés et de chances pour la réussir. Cherche monde, voilà bien une tâche exaltante qui ne peut se faire qu’avec la meilleure part de chacun de nous, et qu’avec l’attention centrée sur tout ce que nous avons à chérir.

 

Bonne journée. Amitiés. Gil

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation