Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Il a immortalisé les massacres du 17 octobre 1961 - Disparition du photographe Georges Azenstarck

IL A IMMORTALISÉ LES MASSACRES DU 17 OCTOBRE 1961 Disparition du ph...

Bonjour mes ami(e)s ! Connaissons-nous réellement nos ami(e)s, nous les algériens ? Notamment, celles et ceux qui ont été le porte-voix de notre révolution ! Pas aussi sûr que ça, suis-je tenté de répondre, du fait que la disparition le 2 septembre dernier du journaliste-photographe Georges Azenstarck est passée inaperçue ! N’est-ce pas là, l’irréfutable preuve que l’on ne sait rien des femmes et des hommes d’obédience française voire chrétienne qui s’étaient rangés derrière l’étendard de la cause algérienne ? Rompu aux luttes ouvrière qu’il était de son vivant, le journaliste-photographe Georges Azenstarck a été de ceux qui avaient dévoilé la tuerie de Paris, perpétrée toute honte bue lors d’une nuit noire du 17 octobre 1961 par la flicaille parisienne suite aux ordres du préfet Maurice Papon. Et rien que pour ça,  Georges Azenstarck mérite bien plus qu’un hommage mais une stèle érigée en Algérie et à la mémoire de ces inconnu(e)s qui ont donné de leur sueur et de leur sang pour que vive l’Algérie libre. Je cite à cet effet le cas de Lucie Hadj Ali née Larribère et dite Lucette (1920-2014) qui n’était autre que l’épouse du militant-poète Hadj-Ali Bachir et qui était aussi secrétaire général du Parti communiste algérien (PCA). En voici cette modeste dépêche pour faire connaissance avec le personnage. Bonne lecture et excellente journée. Alger, Louhal Nourreddine, le  12 septembre 2020.

 

Georges Azenstarck (1934-2020) s’en est allé le 2 septembre à l’âge de 85 ans et avec lui s’est fermé l’œilleton de son appareil-photo sur les affreusetés d’ici-bas qu’il a immortalisées de son vivant. Inconnu de nos jeunes, Georges Azenstarck était ce journaliste de la presse syndicale La Nouvelle Vie ouvrière qui avait immortalisé, à l’aide de l’image qu’il capturait du haut du balcon du siège du journal L’Humanité, la tuerie de nos aïeux qu’avait ordonnée le préfet de Paris, Maurice Papon (1910-2007) lors de la nuit meurtrière du 17 octobre 1961 à Paris.

À Paris en octobre 1961, ce journaliste fut l’un des rares photographes à couvrir les ratonnades avec Elie Kagan (1928-1999) et Jean-Pierre Texier (1941-2010) qui serait, d’après le journal le Matin d’Algérie, l’auteur du cliché symbole intitulé : « Ici, on noie les Algériens ». À cet égard, beaucoup d’Algériens ont été jetés dans la Seine pour avoir bravé lors d’une manifestation pacifique l’unilatéral couvre-feu imposé aux Maghrébins.

 « Je persiste et signe. En octobre 1961, il y eut à Paris un massacre perpétré par des forces de l’ordre agissant sous les ordres de Maurice Papon », avait écrit l’historien Jean-Luc Einaudi (1951-2014) dans le journal Le Monde du 20 mai 1998. Et en guise de représailles pour ce que Georges Azenstarck a osé dévoiler et dit, la caste de « Nostalgériens » n’a pas cessé de mettre à l’index ce défenseur de l’opprimé en l’indexant du sobriquet : « Azenstarck le menteur » ou « Azenstarck le communiste ».

 

C’est qu’il ne se suffisait pas que d’images mais aussi des mots tels que « sauvagerie » et « déchaînement » lorsqu’il avait témoigné en faveur de Jean-Luc Einaudi au procès du 26 mars 1999 qu’avait intenté Maurice Papon à l’historien. Mais auparavant, Georges Azenstarck avait levé le voile sur d’inavouables conditions de vie d’une main-d’œuvre étrangère issue de l’Afrique du Nord et qui vivait dans l’insalubrité des bicoques érigées à la rue des Prés, soit à la lisière de Paris, dont le bidonville de Nanterre dit également le baraquement de la « folie ».

 

« Il était une célébrité à Paris, où il venait d’aménager son atelier de travail dans une chambre de bonne à proximité du Beaubourg », s’en souvient le photographe Stephan Zaubitzer. C’est qu’il a plus d’un cliché dans sa chambre noire, puisque « Moustache » était encore là le 1er  février 1965 pour perpétuer le douloureux souvenir de l’enterrement de 21 mineurs marocains tués dans un coup de grisou dans une mine de la Compagnie des mines de Liévin dans le Pas-de-Calais, a écrit Chloé Leprince dans France Culture.

 

Ce reporter-photographe au quotidien L'Humanité faisait œuvre utile de son appareil photo qu’il brandissait lors des luttes ouvrières. Maintenant qu’il n’est plus de ce monde, Georges Azenstarck lègue à l’histoire de l’Algérie sa version du 17 octobre 1961 en noir et blanc qu’il est utile d’avoir à l’école mais aussi sa Mémoire du 17 Octobre 1961 ou Les Engraîneurs (2002) de Bernard Richard et de Faïza Guène (https://les-engraineurs.org/memoire). Repose en paix l’artiste.

Par Louhal Nourreddine

Extrait du journal Liberté, du 12 septembre 2020

Vues : 11

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Lansardière Michel hier

Bel hommage à un témoin, un porteur d'images qui alerta nos consciences.

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées reprendront en janvier 2021. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2020   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation