Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Barbara Flamand (in Le Testament des Poètes de Robert Paul - 1999)

Flamand la flamboyante

Barbara Y. Flamand est née à Marchienne-au-Pont, à une époque où les industries minières et sidérurgiques donnaient encore à la région ce caractère qui la fit appeler "Le Pays Noir". Les matins qui se lèvent sur les foules d'ouvriers se rendant au travail, les quartiers qui s'animent autour des maisons du peuple et des ducasses... Vie communautaire avec pour centre l'usine, et pour rayonnement la commune. Vie sociale et politique qui connut tous les ressacs et affrontements entre la classe ouvrière et le patronat.

La turbulence populaire devait imprégner l'enfant des corons que fut Barbara Y. Flamand.
Regarder c'est bien, mieux encore est de comprendre le mécanisme économique qui actionne toutes les composantes sociales, et de l'analyser sous l'angle de la réflexion critique. Théâtre, nouvelles, poèmes, essais, s'inscriront dans une remise en question fondamentale de notre monde. En témoigne son dernier essai, "L'autre sacré", d'abord traduit en tchèque et publié à Prague, ensuite dans sa langue originale par EPO, Bruxelles.

Son théâtre (dont peu de pièces furent jouées) offre un panorama du monde contemporain
et de ses conflits dans lesquels le destin individuel se fond dans le destin commun. Grave sans manquer d'humour, il ne se propose rien d'autre, en fin de compte, que de nous rappeler que la transformation du monde est notre affaire, et qu'il est urgent que la vie prenne un sens à travers cette oeuvre collective.

Toutefois, si la vision sociale est prégnante dans son oeuvre, elle s'élargit toujours -et quel que soit le genre- à une dimension poétique. L'homme n'est pas seulement un être social, il est aussi un être cosmique, animé d'un souffle qui le relie au Tout. Aussi, dans ces poèmes politiques qui prennent souvent une forme épico-lyrique, les souffrances, les luttes, les défaites ou victoires des démunis ne sont pas vues seulement sur le terrain où se passent les événements, mais dans le cadre des éléments naturels, des plus inaccessibles aux plus familiers, et ils portent dans leur retentissement un écho des souffrances et espoirs universels. C'est particulièrement vrai pour "La longue mémoire" (sur l'Amazonie et l'Indien) et "La colombe poignardée" (la chute de l'Unité Populaire sous Allende).

La condition humaine ne s'accomplit pas seulement dans une trajectoire historique.
Barbara Y. Flamand fait la part du vécu, à la fois avec lucidité et romantisme.

Solitude et amertume sont ressaisis dans la tendresse. L'Eros est présent, avec violence, parfois, et provocation ("Sex subvertion"). L'amour prend toutes les formes et, notamment, celle de la fraternité. De ce tempérament mobile, naît une diversité que soutient une revendication véhémente à la justice et au bonheur.

Cette mobilité se retrouve dans ses nouvelles. "Les métamorphoses insolites", traduites en tchèque et publiées à Prague, ont toutes un moteur poétique qui est merveilleux. Pas un
merveilleux anodin, celui-ci est traversé par un souci existentiel et, quand il n'est pas prétexte à la critique de notre monde, c'est du quotidien même qu'il se dégage. "Les vertiges de l'innocence", anti-conventionnelles, licencieuses et faisant surgir l'étrange de l'érotisme, ont également été traduites en tchèque et publiées à Prague. Bon nombre de nouvelles, d'ailleurs, libèrent le fantastique dans le vécu, dérivant tantôt vers l'humour, tantôt vers la satire, formes dont elle use dans son théâtre, comme dans ce dernier recueil de poèmes, paru en tchèque et ensuite en français "Les confessions de l'Ogre planétaire".


Barbara Flamand: bibliographie (jusque 1999)

POEMES

...écrasés sous pneus de jaguar, P. J. Oswald, Honfleur, 1968.

Notre mal est si profond, Henri Fagne, Bruxelles, 1971,

Les poings sur les ... i, Henri Fagne, Bruxelles, 1973

argile et de bulle, Arcam, Paris, 1976

Sous le regard des statues, Arcam, Paris, 1979

La part de l'ombre, Arcam, Paris, 1981

La colombe poignardée, PAC, Bruxelles, 1986

Le coeur fertile, L'Arbre à Paroles, Amay, 1986

La longue mémoire, suivi de Arthur ou l'amoureux séditieux, L'Arbre à Paroles, Amay,
1992

La vie dans tous ses états, L'Arbre à Paroles, Amay, 1995

Les confessions de l'Ogre planétaire, EPO, Bruxelles et Onyx, Prague, 1999

Les mauvais esprits et Le crocodile vert, Ed. Onyx, Prague, 2001

Nouvelles, contes, récits:

La 5.381ème offre, GAE, Bruxelles, 1982.

Lisa ou la terre promise, GAE, Bruxelles, 1983.

Chéri, Magie Rouge, 1993.

L'autre vie, suivi de L'hymen enchanté, Chouette Province, Service du Livre
Luxembourgeois, Marche-en-Famenne, 1999.

Essais:

La dissolution du moi, La Dryade, Virton, 1987

L'autre sacré, EPO, Bruxelles/Onyx, Prague, 1998


Publications étrangères:

Poèmes:

Les témoins de l'apocalypse (titre français: Sous le regard des statues, traduction tchèque,
Onyx, Prague, 1997

La confession de l'Ogre planétaire, traduction tchèque, Future/Onyx, Prague, 1998

Ce recueil a été retenu dans la sélection des livres de l'année 1998 parue dans Umeni a
kritika (Art et critique).

D'argile et de bulle, traduction tchèque, Onyx, Prague, sortie prévue pour mars 2000.

Nouvelles, contes, récits:

Les métamorphoses insolites, traduction tchèque, Onyx, Prague, 1994

Les vertiges de l'innocence, traduction tchèque, Onyx, Prague, 1998

Essai:

L'autre sacré, traduction tchèque, OREGO, Prague, 1997

Théâtre:

Le rescapé, pièce jouée au festival du théâtre d'Ithaque en 1976.

Le poubellier, en lecture spectacle à l'Atelier Ste Anne en 1978.
Epsilon, diffusion à la RTBF en 1978.

Un chien pour Betty, diffusion dans le répertoire de Lucien Attoun, France Culture, 1979.

La fiancée, Théâtre du Méridien en 1984.

Sacristi Stumac, lecture spectacle à la Bibliothèque provinciale de Liège, 1986, traduite en
tchèque.

Autres pièces:

L'homme en marge

La révolte des croisés

Viva cristo guérillero ou le onzième commandement

La citoyenne Nele ou le nouveau féminin

Vies parallèles

La locataire du Gadou

La dérisoire épopée de Jo

De quoi est-il question?

Ferme tes jolis yeux

Un témoin

Le Maître

Publication de poèmes, de nouvelles, d'articles dans diverses revues d'expression
française:

"Marginales" (Direction A. Aygueparse), "La Revue Générale", "La Dryade",
"Caractères", "Phantomas", "Hara Kiri", "Phréatique", "Ecritures", "Magie Rouge", "Les
cahiers du Midi", "Hainaut Tourisme", "L'Arche d'Ouvèze", "L'arme de l'écriture", XYZ
(Québec)...

Dans les revues et journaux tchèques:

"Svetona Literatura" (littérature mondiale), "Nache Rodina" (Notre famille), "Halo
Noviny" (Allo journal), "Levicové Noniny" (Nouvelles de demain) "Obrys" (Esquisse).

Deux articles de fond, parus dans SABAM Magazine:

"La poésie a-t-elle un avenir? (N° de juin, juillet, août 1996) et
"L'écriture au futur" (N° de janvier, février, mars 1998), sont très révélateurs de l'optique
de Barbara Y. Flamand sur la littérature: son essence, sa nécessité, sa fonction; sur le rôle
et la responsabilité de l'écrivain.

B. Y. Flamand collabore régulièrement au journal littéraire "La Cigogne".

                                                                       

N.-B.: à suivre

Robert Paul

Vues : 701

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres


Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 22 mai 2014 à 13:26


Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 22 mai 2014 à 13:06

Barbara Y. Flamand, Notre mal est si profond, Poèmes,
Ed. Henry Fagne, Bruxelles, 1972.

La critique

Il nous a semblé que ce livre devait être lu comme un itinéraire spirituel plutôt que comme

un recueil de poèmes rassemblés pour cause de littérature. Dès les premiers vers, nous

sentons fort bien que l'auteur incite l'esprit à dépasser la notion du poétique. L'image, en

effet, n'est pas alourdie de gratuités esthétiques et le rythme est utilisé pour sa valeur

fonctionnelle.

 

Nous le disons, ce qui nous paraît notoire ici, c'est l'intention d'indiquer la voie qu'a pu

suivre une sensibilité aiguë dans sa recherche d'une terre ferme.

 

Les premiers éclairs du livre nous révèlent l'instrument et la procédure du mal, c'est-à-dire,

l'unité perdue. Ici, explorant les racines douloureuses de l'Etre, l'auteur se déchire en

conjonctures. Il se heurte au chaos originel.

 

Cependant, il ne peut être question de se laisser engloutir par l'hydre métaphysique, de

disputer la première place aux abstractions; il s'agit d'atteindre les hommes, l'humanité; il

s'agit d'inclure l'angoisse des débuts dans le monde réel; de matérialiser le défaut de l'Etre

en une prise de position sociale.

 

Ainsi, le grand désespoir du Tout acquiert-il une finalité dans le corps agissant de l'espèce.

Le travail de Barbara Y. Flamand y contribue avec ferveur.

 

François Jacqumin.

 

 

 

Il y a des poètes du mot; il y a ceux du rythme et ceux de la sensation. Il y a même les

poètes d'idées.

 

Barbara Y. Flamand s'attache au mot, mais sans s'abandonner aux jeux faciles auxquels il

entraîne. Elle chante selon sa musique. Elle est le raphsode de l'avenir. Elle parle pour ceux

de demain, ceux qui nous poussent en avant tous ensemble:

 

 

Ce n'est pas être que d'être en marge

 

Ce n'est pas être que d'être en soi...

 

Ce n'est pas être que d'être pour soi...

 

 

Son regard couvre le monde, depuis les Abysses jusque la stratosphère, jusqu'au travers du

coeur humain.

 

Elle a du souffle, elle a du feu. Assez, pour apporter à Lénine un hommage rarement

entendu. Mais c'est avec puissance qu'elle appuie son finale, se souvenant d'Aragon:

 

 

...Aussi sûrement que la violette suggère le printemps

 

Que la Lune découvre la nuit

 

Que le cri atteste la vie,

 

Ton nom est l'Horizon.

 

 

N'est-ce pas là une certitude d'espoir? Ceci dit dans tous les sens.

 

Frenay-Cid, Journal "La Wallonnie", Liège, 2 avril 1971.

 

Extraits

Mais de la nature même, de ce qui croît,

 

Germe, verdit et furieusement se déploie,

 

Du chêne, du liseron, de la roche éruptive,

 

Du vent, du terreau et de l'eau vive,

 

J'ai la sève, la poussée et l'élan.

 

Je suis leur reflet et leur élément.

 

Sur la broussaille de mon temps j'appuie mes griffes.

 

Qu'elles restent pattes d'un fauve qui se rebiffe!

 

 

 

A couver cette lave sous ma cuirasse,

 

Je me broie. J'ai trop peu d'espace.

 

Quelle haleine souffler qui éteigne sa brûlure?

 

Quelle graine jeter qui fleurisse à sa mesure?

 

Cette force que je tire d'un puits sans fond,

 

D'où me vient-elle? Où se lit son vrai nom?

 

Elle est étrange et parfois m'abandonne.

 

Ma main retombe, je ne suis plus personne.

 

Les montagnes elles-mêmes perdent leur densité,

 

La terre se retire et rien n'a existé.

 

Mais à nouveau elle emplit le néant et grimpe,

 

Entre deux chutes, elle me porte à l'Olympe.

 

Ainsi je gravite du précipice au sommet.

 

De mon principe, je ne connais que l'effet.

 

J'ai mes os, ma moelle, ma tête,

 

Rien d'autre qui réponde à ma quête.

 

La voie lactée est belle mais toujours aphone.

 

Mon vol souvent se brise contre un regard atone,

 

Alors il me précipite sur des lacs dévastés

 

Où des cygnes abattus s'épuisent à ressusciter.

 

 

 

Sommeil! Viens enlever de ma nuque la tension,

 

Donne-moi la léthargie où les affres se défont.

 

Tout ici-bas prend son repos, dans les songes se rassure,

 

La fleur se referme, le grondement devient murmure.

 

Prends-moi enfin! Et que le noir tombe

 

Sur les ailes pesantes que je traîne dans ma ronde.

 

Que ma paupière se ferme sur les astres aveuglants

 

Qui me hèlent, m'approchent puis reculent cruellement.

Commentaire de Barbara Y. Flamand le 19 mai 2014 à 23:27

Chaleureux merci, cher Robert, pour ce rappel. Une surprise qui m'a vraiment réjouie.Très amicalement.
Barbara 

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation