Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

La guerre est là.Elle décime les troupes. Les troupes des pauvres comme toujours. Ceux qui peuvent s'abriter ne craignent rien. Les caves sont pleines, même les meilleurs vins peuvent couler en attendant la fin du bombardement. Alors que les crève-la faim, les damnés de la terre, ceux qui d'héritage en héritage se passent la misère de main en main, ceux qui vendent leurs organes pour une bouchée de pain, leur corps pour une pièce, ceux qui fouillent les ordures, ceux dont l'espérance de vie est courte, ceux qui sont nés au mauvais endroit, ceux qui réclament toujours et cassent les oreilles à ceux qui ont tout. Ceux qui sont de trop vont partir. La guerre est là, silencieuse, efficace. Les vieux, les malades, les faibles, les nés-aux-mauvais-endroits, les malhabiles, les ignorants, ceux qui n'ont que l'audace de la défier comme un dernier sursaut de vie, comme le dernier drapeau de la liberté avant de tomber et crier maman sur un champ de ruines. Mais le soleil continue à se lever et le soir l'horizon rougit de son coucher. Voilà que la guerre est encore là. Elle sera toujours là. Nous n'avions plus l'habitude de craindre pour notre vie. Aujourd'hui nous ressentons cette fragilité d'exister. Aujourd'hui nous savons vraiment ce que nos parents ressentaient quand ils nous racontaient des histoires avant de nous endormir. Aujourd'hui la guerre est autre, présente dans un quotidien apparemment inchangé. Nous comptons quel âge nous avons, nous demandons si la chance est de notre bord, si nous sommes bien nés à son bon endroit, craignons pour notre famille, les voisins, les amis et comptons sur un secours pour cette embuscade ressemblant étrangement à un peloton voué à l'exécution. Voici l'expérience d'une guerre sans uniformes et sans armes qui mine la joie tant il est difficile de respirer sous sa menace. Et comme dans toute les situations de guerre chaque moment de vie ressemble à un cadeau précieusement savouré.


Pensée du jour 22/08/2020

Vues : 67

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Josette Gobert le 31 août 2020 à 18:58

Nous ne possédons rien.. Ni la vie ni la mort,

Amical bonjour

jJosette

Commentaire de Gilbert Jacqueline le 30 août 2020 à 10:06

La vie est un cadeau pour ceux qui peuvent l'apprécier et aussi relativiser...

Oui, nous naissons mortels et cela n'a rien d'un scoop et la peur qui se propage est la pire des choses...

La liberté est notre bien le plus précieux et aussi notre aptitude à la réflexion.

Beau dimanche à vous

Jacqueline

Commentaire de Gil Def le 26 août 2020 à 10:50

Bonjour Gilbert,

Je n’adhère à aucune version d’une histoire collective qu’elle soit de nature réjouissante ou terriblement calamiteuse. En toute époque, il y a des opinions divergentes sur ce qui se passe, d’où nombre de manifestations contradictoires, progressistes ou réactionnaires, opinions tellement divergentes que ça fait souvent des affrontements sanglants entre des citoyens d’un même pays. Ainsi je dis que la France une et indivisible n’a jamais existé et n’existe pas davantage de nos jours et je pourrais dire la même chose pour tant de pays y compris ceux qui paraissent les plus stables. Il me faudrait développer tout cela mais est-il utile que je le fasse ?

Comme Liliane, je mettrai toujours mon désir de vie avant toute chose.

 

Bonne journée. Amitiés. Gil


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 23 août 2020 à 13:07

J'en frémis, mais d'un autre côté, la guerre pour moi se joue avec mon cadet de trente ans, qui lutte comme un fou pour survivre dans un hôpital pas loin de chez moi. 

Ma guerre à moi, depuis 30 ans, jour de sa naissance, elle est en moi et en les miens.

Je relativise en me disant qu'il est en vie parce que je suis belge, avec le meilleur système de soins de santé au monde, que j'ai mis tout en oeuvre pour conquérir une vie magnifique, bien qu'elle ne nous mette à l'abri d'aucune peine, aucun malheur, mais j'ai trouvé dans mon mental seul la force de résister à toutes les épreuves de la vie, et de la transmettre aux miens, et quand, par la magie du téléphone, je la transmets à d'autres, âmes en peine, j'en suis heureuse.

Je refuse de céder aux médias et leurs nouvelles manipulatrices et anxiogènes, leurs pourcentages truqués, le port du masque dans les rues désertes, la dictature organisée à la destruction de ce qui a fait notre sel, la liberté et la culture.

Les faibles, les pauvres, les miséreux, s'ils ne sont pas abîmés par la pandémie, le sont de toute façon parce que le monde est ainsi depuis la nuit des temps: seuls les plus forts survivront. 

Même avec des soins de santé à la hauteur, même avec des tiroirs bien remplis, même avec de juteux coffres-fort.

Je ne sais pas pourquoi, mais je n'arrive pas à me sentir coupable.

Ni pour la pollution, ni pour mon niveau de vie, ni pour l'amour qui est omniprésente dans ma vie, ni pour la pandémie...et pour mon physique qui toute ma vie m'aura causé bien des problèmes !

Vivons, cher Gilbert, vivons !! 

La vie est courte, il est plus que temps.

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation