Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Eï ben ek - Eï blaaiv ek: bruxellois - syldave - arumbaya

Le bruxellois chez Tintin

Comme tout Bruxellois qui se respecte, j'ai en tête quelques expressions en syldave ou en arumbaya: Frêtmo, le stoumpô, czestot on clebcz et bien sûr l'inénarrable Eih bennek, Eih blavek ! Mais que se cache-t-il derrière ces expressions ?

Le lecteur francophone moyen sait peut-être qu'Hergé utilisait ses connaissances dialectales bruxelloises, acquises oralement via sa grand-mère maternelle qui habitait les Marolles. Les comprend-il pour autant ?

Le plus ancien article sur les sources dialectales bruxelloises chez Tintin date de 1976 et est l'œuvre d'un ressortissant … des Pays-Bas ! Le premier travail de fond est celui de Frédéric Soumois dans "Dossier Tintin" (épuisé). La meilleure analyse jusqu'à aujourd'hui se trouve dans "Tintin, ketje de Bruxelles", un livre de Daniel Justens et d'Alain Préaux (épuisé).

Hélas aucun de ces ouvrages n'est complet et, surtout, ne développe suffisamment les multiples sources historico-linguistiques de la création hergéenne. C'est pourquoi je me suis lancé dans l'aventure, comme je l'ai fait il y a deux ans pour "Schieven Architek ! Les langues endogènes à Bruxelles".

Syldave, bordure, bibaro et arumbaya furent allaités aux mamelles de notre riche dialecte brabançon, mais il faut croire que la nourrice avait alterné gueuze, faro, kriek et lambik pour accoucher de wulle gaminne (petites sauvageonnes) aussi différentes les unes des autres !

Les noms de personnages constituent le b.a.-ba de l’exégèse bruxelloise de l’œuvre d’Hergé, mais une analyse fine peut révéler une richesse insoupçonnée. La topographie est cohérente : ainsi, la capitale de la Syldavie est Klow, à prononcer klouf (fêlé), et répond à Shohôd (au fou), capitale de la Bordurie. Les dialogues s’échelonnent de la transposition simple, tels Wadesmadana (c’est quoi ce bazar ?) à un véritable travail de paléographie lorsqu’il s’agit de comprendre l’arumbaya ou le vieux syldave.

De nombreux termes trouvent dans cet ouvrage une explication inédite : Dimitrieff Solowstensxopztski (Dimitrieff, fils de wallon têtu) ; Kragoniedin (je ne parviens pas à avaler cela). Les travaux préparatoires de Hergé m'ont éclairé sur son processus de création linguistique. Tous les dialogues et les deux versions du cartouche de la miniature du XIVe siècle sont intégralement traduits et justifiés mot à mot, et ce pour la première fois.

 

Jean-Jacques DE GHEYNDT : EÏ BEN EK, EÏ BLAAİV EK : BRUXELLOİS – SYLDAVE - ARUMBAYA

ISBN: 978-2-930738-58-1       (216 pages)     16,-€     (+ frais de port) Disponible chez l’auteur: jjdgh01@gmail.com   - www.science-zwanze.be - www.benardiennes.be

Vues : 297

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Jean-Jacques De Gheyndt le 5 juin 2019 à 10:08

Permettez-moi d'attirer votre attention sur le changement de mon adresse mail jjdgh01@live.com 

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation