Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

L'ange gardien.

Antoine avait le nez en l'air côté passager. La montagne défilait sur sa droite laissant son regard glisser sur une crête, et puis sur un brusque à pic suivi d'une pente verte plus douce où broutaient des moutons. Les deux frangines discutaient dans la voiture, mais Antoine n'écoutait que d'une oreille distraite, préférant en prendre plein les yeux, pour peut-être plus tard poser ces souvenirs sur une toile ou sur du papier.

Ce qui attira la sensibilité d'Antoine, c'est une petite phrase de Jeannette, la conductrice.

  • Dans le village où nous arriverons dans cinq minutes, il y a une petite chapelle. Chaque fois que nous y sommes passé avec Pierre, nous avons toujours trouvé porte close, peut-être pour protéger les fresques qu'ils ont découvert sous le plâtre ; elles sont, parait-il, splendides et dateraient de l’extrême fin du moyen-âge au XVe siècle je crois... mais voilà c'était toujours fermé.

Antoine laissa glisser quelques secondes, entra dans la conversation et demanda à la conductrice d'arrêter la voiture à proximité de l'église.

  • Elle est ouverte aujourd'hui, arrête-toi !

  • Pourquoi veux-tu qu'elle soit ouverte, cela fait des années que nous nous arrêtons et c'est toujours fermé à clé ?

  • Pas aujourd'hui !

Après tout, ça nous fera une petite halte dans ce village de montagne, pensa t-elle. Quelques minutes plus tard, la voiture sagement rangée sur la petite place, Antoine et les deux sœurs se dirigèrent vers la petite chapelle. Certaine de trouver la porte fermée, Jeannette avançait doucement sous le soleil, sans se préoccuper d'Antoine qui attendait déjà devant le portillon en fer forgé fermant l'accès au jardinet devant la chapelle. Un petit sourire au coin des yeux, sa sœur regardait Antoine d'un œil complice semblant dire... nous verrons bien !

  • Alors les filles, on rentre ?

  • Oui dans le jardin tu peux, le portail n'est jamais fermé, dit Jeannette à Antoine.

Ce dernier se rapprocha de la porte de la chapelle, posa sa main sur la grosse poignée et levant les yeux demanda :

  • Il y a quelques minutes je t'ai demandé de nous ouvrir la porte, pouvons-nous entrer ?

  • N'importe quoi ! tu attends quoi, un miracle ? Dit Jeannette en riant.

Antoine se retourna, lui sourit et tourna la poignée ; la porte s'ouvrit doucement.... Il laissa les filles médusées sur les marches de la chapelle et entra. Il faisait frais comme dans toutes les églises. Ça sentait un peu l'humidité mais, il est vrai que sans aération, ces gros murs en pierre sont souvent humides car mal protégés au niveau des fondations. Les fresques étaient splendides et effectivement semblaient être en cours de restauration ou de maintenance. A moins que les ans passés à l'abri des regards et découvertes à nouveau, soit la conséquence de cette sensation de « chantier en cours » !!!

Redécouvertes en 1873, les peintures murales sont restées près de deux siècles durant cachées d'un épais badigeon qui les recouvrait entièrement.

Quand il entrait dans une église, Antoine avait l'habitude d'avoir une pensée pour un proche, ou pour rien de bien précis, comme la paix sur terre peut-être... et d'allumer une petite flamme. L'époque où les bougies longues et blanches étaient à disposition des fidèles étant révolue, les cierges ont bien souvent cédé leurs places à ces drôles de petites boites en aluminium emplies de cire blanche. Elles étaient bien là, posées sur un présentoir en fer forgé, prêtent à briller dans la chapelle, mais hélas, pas de briquet ni d'allumettes. Qu'importe, Antoine sortie sa pièce de 2 Euros posa une bougie sur la tablette et... la porte de la chapelle s'ouvrit à nouveau. Un couple d'une soixantaine d'année entra, et le nez en l'air pour admirer les vestiges des fresques, commencèrent le tour de la chapelle. Antoine d'instinct se dirigea vers eux et demanda ;

  • Pardonnez- moi mais il n'y a pas de feu pour allumer les bougies, en auriez-vous s'il vous plaît ?

  • Alors ça, c'est très curieux, lui répondit l'homme ; je ne fume pas et je n'ai jamais de feu sur moi mais en partant ce matin, je ne sais pas pourquoi, j'ai mis un briquet dans ma poche !

  • C'était sans doute pour moi, dit Antoine en souriant.

Il prit le briquet, s'en retourna allumer la bougie, eut une pensée pour celui ou celle à qui elle était destinée, et rendit le briquet au couple qui quitta l'église. Jeannette intriguée, et sa sœur se regardaient ! Antoine lui savait, ou en était convaincu, il murmura... Merci !

Ils quittèrent la chapelle. Antoine tira la porte et en levant les yeux dit :

  • Merci, mon ange gardien, tu peux refermer la porte, si tu le souhaites.

Ce texte pourrait être une petite nouvelle, une brève comme l'on dit de nos jours, mais non, c'est une histoire vraie. Vraie dans le sens du déroulement de l'histoire.

-  La discussion entre Jeannette et ses passagers sur la porte toujours fermée de la chapelle, suivie de la demande d'Antoine d'arrêter la voiture, puis la surprise de la porte ouverte, sans oublier l'absence d'allumettes, et enfin l'arrivée du couple avec le briquet dans la poche du mari... tout ça est vrai !

A ce moment du récit, je pourrais jouer sur plusieurs registres ; le divin, la philosophie, l'interrogatif, voir, le bon prêcheur mais non, je préfère rester sur la petite phrase qui suit !

… Pour le fond de l'histoire ?   Chacun, chacune de vous l'imaginera à sa façon.

Août 2017 - Chapelle Sainte-Anne de Sceaux-de-Salomon, dans la Haute Garonne.

Vues : 83

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Gilbert Czuly-Msczanowski le 25 février 2018 à 19:01

Cette fois-ci c'est Antoine qui a cherché ce qu'il n'avait pas !

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation