Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Marc Pierre Carion
  • BRUXELLES
Partager sur Facebook
Partager

Amis de Marc Pierre Carion

  • Sylvie Defour
  • Michèle Vanden Eynden
  • Maria Maïlat
  • LUMIN Stéphane
  • Heymans Pascale
  • Dominique Croiselet
  • Semal Claude
  • Larissa Ickx (Miss6)
  • willy deweert
  • Vero Mot
  • chantal roussel
  • Dominique Prime
  • Paul K  photographe  ( KOHN )
  • Fabienne Coppens
  • Bob Boutique

Groupes de Marc Pierre Carion

 

Page de Marc Pierre Carion

Informations concernant le profil

Ville
BRUXELLES
En m'inscrivant, je reconnais avoir lu et compris les Conditions d'utilisation du Réseau et j'accepte de m'y conformer Conditions: http://ning.it/jXzMfX
oui
Vos centres d'intérêts / votre domaine d'activités
Sémiologie de la littérature
Définissez-vous de manière succincte
prof./écrivant/écrivain
Vos artistes et écrivains favoris?
Mallarmé, Valéry, Saint-John Perse.

Ecume (vers. fr. (Scum))

La nuit, il
introduisant la lune dans sa main,
révèle de célèbres vols de mouettes.
Courant, courant les flots,
les yeux tombent.
Ils chatouillent vos pieds, ce sable.
Viennent, le présence et la voix.
Jette le sable, qui arrive enfin,
toute blanche dévêtue et envolée d'oiseaux,
pour semer de voeux ma tête.


Golden Poet Anthology. (Sacramento) 1989
Golden Poet Trophy. (New York) 1990
Noir et Blanc (Toulouse. Fr.) 1991

http://www.goodreads.com/book/show/3086114-world-of-poetry-anthology

***

Papillon en demeure (v.fr. (Butterfly in residence))

 

étoupe de soir

brille-toi

comme mille chevaux malins.

 

Reste de bouquet du.

Et l'amour face.

 

T'envoie

aux dédins

de toi

repu.

 

Rompus ténèbres

partir

en nombres et repères

comme silences émaillés.

 

D'ailes en ailes,

éprouvé,

contre lueurs rester...

 

Maître de Toi.

 

 

Publié dans "Golden Poet Anthology" (Sacramento, 1989)

Accompagne "Ecume" ("Scum")- Golden Poet Trophy. NY. 1990

***

Expliquer,
c'est jouer au soleil.

Donner la peur
aux diables qui hantent les mots
reçus.

Ils sont quatre,
au pied de l'arbre.

Le premier s'avance
dans un divertissement qui
les amènent à entendre, voir, aimer.
Et plaire.

Ils se sont tus,
l'oiseau s’est envolé.

Quatre couleurs se sont réunies dans le vent.

Ils se sont repris au jeu.

Et les couleurs sont apparues nettes,
l'une après l'autre,
en moins d'une seconde.

Dire, c'est jouer avec le vent.

Donner du temps aux voiles
qui hantent les mots pensés.

Toute syllabe est lumière
et
départ.

Lors de jeux
qui courent et planent
sur la terre.

***

attire la flamme

 

celle qui te porte à t'éveiller

celle qui t'incorpore au Monde

 

attire la flamme

qui brûle au large de ton voisin

qui réduit son âme à une poupée de cire

 

attire la

 

Et   Ne crains rien

Entends   Tout ce qui se met en sourdine

Et   Régénère l'aube

***

Quand on aime, on est

 

tout petit

désarmé, dépouillé, désincarné

puéril, nu

impuissant

 

plus que l'extrait de l'ombre de Soi

 

submergé, rempli par l'amour

qui vous renverse, vous emporte

et fait de vous une brindille

sur un océan

 

une brindille lumineuse,

bourrée d'espoir

 

quand on aime, c'est

l'enfer du néant, de l'immensité

et le paradis à la fois.

***


le corps tendu
l'âme pleine
étiré entre toi et moi

le corps perdu l'âme sereine

le toi à moi
fait de mille pas

il trouvera sa course dans la grande ourse
de mille lunes
en soleils bas


dans mille mains
offrandes
à tes pas


elle se révèlera

***

Tuez-vous !

 

Brûlez-vous

de bûchers en souricières.

 

Tuez ! Brûlez !

Castrez tous les homos,

enfermez les femmes sans enfants,

frappez ceux de ceux-ci qui mettent les coudes sur vos nez !

 

Tappés. Dormez !

 

Frappez.

Montrez-vous digne de tuer !

 

Montrez-vous digne de tuer

tout ce qui ne vous ressemble pas.

 

Partez en guerre

contre l'humanité.

 

Foutez-la en l'air.

Elle n'en vaut pas la peine.

 

Car seulement vous, dieu vivant de l'imbécilité, riche d'hérédité,

ours de la médiocrité,

vallez toute cette peine,

chagrin, misère, imbécilité,

guerre que vous engendrez,

enfantez.

 

Dormez.

A tout jamais.

 

Disparaissez.

Tappés.

 

*

Let me know
who
I'm.

 

And

this rain flowing around your head

like some diamonds in the waves

 of the skies, of the clouds. Immortal clouds !

 

And

super rainbows of shores, clouds and rains.

Around your face

full of such emptiness of yourself

free of backgrounds energies

free of future sendings

free

***

Elle roula l’aube dans ses bras,
lui fit faire demi-tour
et
regarda le ciel.

Dis-moi, aube
qu’en est-il
des tes antiques blocages ?

Qu’en est-il
de ce qui remplit d’ailes
leurs propres vides ?

Que je sache.
Et que je puisse le leur dire.

Que les vents se démènenent.
Et
que l’aube atteigne enfin leurs bras.

Photos de Marc Pierre Carion

  • Ajouter des photos
  • Afficher tout

Blog de Marc Pierre Carion

Publié(e) par 14 mars 2015 à 0:15 0 Commentaires

Elle roula l’aube dans ses bras,lui fit faire demi-touretregarda le ciel...

Publié(e) par 14 mars 2015 à 0:00 0 Commentaires

Elle roula l’aube dans ses bras,
lui fit faire demi-tour
et
regarda le ciel.

Dis-moi, crépuscule
qu’en est-il
des tes antiques blocages ?

Qu’en est-il
de ce qui remplit d’ailes
leurs propres vides ?

Que je sache.
Et que je puisse le leur dire.

Que les vents se démènenent.
Et que l’aube
atteigne enfin leurs bras.

Que les monts s’allument.
Et qu’ils
opinent au jour.

Je monte dans les flammes.

Publié(e) par 26 mai 2013 à 21:00 0 Commentaires

 

Je monte dans les flammes.

 

Et vous renvoie le peu de chaleur nécessaire

qui monte vers l’éternel cœur de vous.

Qui m’a fait ce que je suis.

A présent.

 

Je monte

dans cette chaleur intense de votre cœur

dans ce devenir certain de votre être

 dans ce qui est définitivement moi.

 

Et ne sera plus vous

que pour être enfin vous

tout entier.

 

Je monte vers les…

Continuer

Mur de Commentaires(3 commentaires)

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Le 4 janvier 2013 à 17:18, Heymans Pascale a dit...

Les deux peuvent aller de pairs et être complémentaires ;-)

Le 28 décembre 2012 à 13:59, Maria Maïlat a dit...

Merci à vous de m'avoir invitée et accueillie en cette fin d'année 2012!

Le 18 décembre 2012 à 7:13, Dominique Prime a dit...

Bienvenue sur ce site de partages

 
 
 

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation