Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Christel Marchal
  • Femme
  • Bruxelles
  • Belgique
Partager sur Facebook
Partager

Amis de Christel Marchal

  • Henri Collignon
  • marie-ange gonzales
  • La Roseraie
  • viviane vandael
  • claude danze
  • Diane de Selliers, éditeur
  • Georges ROLAND
  • Thierry Ries
  • Christine Brunet
  • Françoise CAMBIE
  • Lallemand Guy
  • Pascal Jaminet
  • simon
  • Pirschel Robert
  • Claude Fagé

Groupes de Christel Marchal

 

Page de Christel Marchal

Informations concernant le profil

En m'inscrivant, je reconnais avoir lu et compris les Conditions d'utilisation du Réseau et j'accepte de m'y conformer Conditions: http://ning.it/jXzMfX
oui
Vos centres d'intérêts / votre domaine d'activités
Ecriture, dessin, illustration
Définissez-vous de manière succincte
Petite fille, je racontais des histoires à ma poupée, Clothilde. Ma grand-mère d'ailleurs pensait qu'un jour, je raconterais des histoires. Ce jour est arrivé... En quête de sens après Le fabuleux pari de l'oiseau bleu, est un roman qui s'est habillé d'illustrations. Un jeu de piste dans les rues de Bruxelles, ses stations de métro et ses cimetières.

Faim de vie.

 

 

Manon,

J’ai été rappelée au boulot. Je reviendrai vers 20 heures.

Il y a des pâtes dans le frigo.

Ton père finit sa garde après minuit.

Je t’embrasse. Maman.

 

Manon reste plantée devant ces quelques mots. Une sensation lui tord l’estomac : Coupable, la fuite de ses parents !

Le memo a rejoint les pâtes dans la poubelle.

 

Manon avale ses pensées.

Elle mâche et remâche sa colère. Elle rumine ses mots. Manon n’a pas faim, elle s’alimente de sa tristesse.

Enfermée dans ce corps qu’elle déteste, prisonnière des chaînes de la détresse, elle ne sourit plus.

Etouffée par ce monde cruel, dévastée par l’envie d’être belle, elle ne pense plus.

Obsédée par son poids, jour et nuit, forcée de traîner son corps maigre et sans vie, elle ne mange plus.

Déchirée tous les jours par le noir, fatiguée de vomir son désespoir, elle n’en peut plus.

Etranglée par son besoin d’amour, décidée à partir pour toujours, ce soir elle ne rit plus.

 

 

Sa vie est sans faim.

Seule, dans cette grande maison, Manon trouve le silence angoissant. La musique, toujours la même, rythme le noir de son désespoir.

 

Cendrillon, pour ses vingt ans, est la plus jolie des enfants…[1]

 

Manon sent son ventre crier famine. Son corps réclame avec avidité de déguster des dessins de fleurs. De savourer la chaleur de Mozart et d’un violon, sel de vie. De se délecter des rires du soleil et des rêves d’étoiles.

Elle n’a plus le goût de vivre. Seule, sa main décharnée se blesse à l’os saillant de la hanche. Manon sourit. Douce violence.

Seuls, ses doigts maigres suivent les petites rivières que sont ses veines.

Manon sourit. Douce violence.

 Seuls, ses genoux osseux se cognent. Echos lancinants d’osselets jetés sur une table de jeux.

Manon sourit. Douce violence.

 

Manon se laisse bercer par la musique. Sa seule amie les soirs affamés de tendresse.

Elle oublie le temps. Dans son palais d’argent. Pour ne pas voir qu’un nouveau jour se lève. Elle ferme les yeux et dans ses rêves. Elle part, jolie petite histoire…

… d’un morceau de chocolat ! Une pensée brutale : « Tu n’as pas le droit. Tu ne mérites pas de te faire plaisir puisque personne ne t’aime. Et tu ne veux pas ressembler à une énorme vieille fille, pas vrai ? Ecoute-moi… Tu resteras une adorable petite fille ! »

Elle commence à boire. A traîner dans les bars. Emmitouflée dans son cafard…

 

Sa peine se noie dans un verre d’alcool. Ses larmes, amères, coulent. Inaperçues. Des fantômes.

Manon est un fantôme. Un être sans chair. Un fantôme du vide. De l’absence. Du rien. Un fantôme si léger que le moindre souffle de vent pourrait l’emmener avec lui.

Elle étrangle son verre pour se remplir le cœur.

 

Manon se sert un autre verre d’alcool. Il y a des traces de vie dans l’eau de vie et, quelques petites pilules recluses dans leur prison de carton argenté.

Elle hésite un moment. Joue avec les comprimés. Elle avale le tout avec la même passion que les bonbons multicolores de l’enfance.

 

L’aiguille de l’horloge a  continué son chemin et a largement dépassé 3 heures.

Un nuage de lait ponctue le ciel de la nuit. Noire.

 

Manon s’assoupit, épuisée. Les blessés de l’âme le savent. C’est lorsque nous fermons les yeux que nous voyons le mieux.

Un coma éthylique la guette.

 

… Elle tue sa dernière chance. Tout ça n’a plus d’importance.

 

Un coma idyllique pour écrire le mot fin.

 

 Elle part. Fin de l’histoire.

 

Un sourire serein habille son visage. Un sourire d’ange.

 

Notre Père qui êtes si vieux. As-tu vraiment fait de ton mieux. Car sur la terre et dans les cieux. Tes anges n’aiment pas devenir vieux.

 

Quelques mots oubliés sur la porte du frigo.

 

Ne plus être.

Ne plus devenir.

Pour enfin exister.



[1] Cendrillon by Téléphone in Dure Limite.

Photos de Christel Marchal

  • Ajouter des photos
  • Afficher tout

Blog de Christel Marchal

Le mythe secret de la forêt.

Publié(e) par 17 février 2011 à 9:47 1 Commentaire

 

-          Crac !

La branche murmure sa douleur. L’homme trébuche et continue son chemin.

 

Perché au sommet d’un gros chêne, Jean le solitaire se perd dans sa vie. Il regarde l’agitation des chiens et des hommes à ses pieds.

Le cœur froid et sans espoir, l’homme pense…

 

-          Craac !

Une branche se plaint dans un chuchotement.

 

Dix jours que Jean passe d’arbre en arbre, à fuir ses tragiques souvenirs vécus avec…

Continuer

Faim de vie.

Publié(e) par 14 février 2011 à 20:56 1 Commentaire

Faim de vie.

 

Manon,

J’ai été rappelée au boulot. Je reviendrai vers 20 heures.

Il y a des pâtes dans le frigo.

Ton père finit sa garde après minuit.

Je t’embrasse. Maman.

 

Manon reste plantée devant ces quelques mots. Une sensation lui tord l’estomac : Coupable, la fuite de ses parents !

Le memo a rejoint les pâtes dans la…

Continuer

Mur de Commentaires(7 commentaires)

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Le 2 février 2012 à 23:26, Kate Milie a dit...

Après 11 mois de retard : Hello ;-)

Le 14 février 2011 à 22:14, Salomé Mulongo a dit...
Mais qui voilà sur Arts et Lettres. Bienvenue Christel. Tu seras à la Foire du Livre ? Hâte de lire ton livre.Bisettes.
Le 14 février 2011 à 22:11, Pirschel Robert a dit...

C'est un plaisir que savoir mes tableaux dotés du pouvoir de transport. J'essaye plus, de créer cette sensation de voyage aux travers de mes petites poésies ou pensées sur ma page blogues ou notes ! Mais c'est vrai qu'arriver à provoquer l'évasion par le regard sur une toile c'est le but que se donne tout peintre digne de ce nom

Alors merci pour votre "transport" !

Le 14 février 2011 à 21:45, Pirschel Robert a dit...

Bonjour Christel, j'ose espérer que nous aurons le bonheur de quelques échanges heureux. Sans savoir du talent comme vous en avez, je m'ose à quelques petites fantaisies littéraires, mais je suis avant tout peintre, par état d'âme.Jouer avec des pinceaux n'empêche pas d'aimer la poésie.

Le 14 février 2011 à 20:38, Claude Fagé a dit...
Merci à vous.CLAUDE
Le 14 février 2011 à 19:56, Nicolas Jacques a dit...

Bonsoir,

Pas encore lu vos textes, du moins en profondeur, seulement vu quelques passages, des mots... envie de plonger dans votre écriture et d'en savoir davantage sur vous.

Jacques

Le 7 février 2011 à 7:33, Claude Fagé a dit...
bonjour,bienvenue
 
 
 

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation