Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Informations

Le Testament des Poètes

Le fruit de mes merveilleuses rencontres avec les poètes, écrivains et artistes belges.

Le Testament des poètes est le titre générique de 74 CD-ROM que j'ai consacrés aux écrivains, et artistes belges qui me furent connaissances et parfois amis chers

Membres : 171
Activité la plus récente : 31 août

Jean-Pierre Dopagne

Depuis le 1er avril 2010, Jean-Pierre Dopagne a été élu à la Présidence de l'Association des écrivains Belges. Cette accession à un poste en vue dans le paysage de nos lettres françaises de Belgique ne peut que réjouir et augurer du meilleur quant à l'influence bienfaisante qu'un tel homme pourra insufler aux commandes d'une association maintenant plus que centenaire.
Voici déjà depuis de nombreuses années que je lui avais consacré quelques pages au sein de mon "Testament des Poètes". Je tiens à en insérer ici des extraits qui mettent en évidence quelques-unes de ses premières pièces de théâtre, dont certaines encore toujours jouées à présent, ont marqué ma mémoire d'une vive empreinte.







Mur de commentaires

Commenter

Vous devez être membre de Le Testament des Poètes pour ajouter des commentaires !

Commentaire de Claude Miseur le 8 octobre 2010 à 10:41
Très beau texte: "Sur cette voie où l'on rencontre l'absence..."

Cela me fait penser à Rilke dans sa huitième élégie:

... "Et nous: spectateurs, en tous temps, en tous lieux,
tournés vers tout cela, jamais vers le large!
Débordés. Nous mettons de l'ordre. Tout s'écroule.
Nous remettons de l'ordre et nous-mêmes croulons."

..." Und wir: Zuschauer, immer, überall,
dem allen zugewandt und nie hinaus!
Uns überfüllts. Wir ordnens. Es zerfällt.
Wir ordnens wieder und zerfallen selbst.

Wer hat uns also umgedreht, daß wir,
was wir auch tun, in jener Haltung sind
von einem, welcher fortgeht? Wie er auf
dem letzten Hügel, der ihm ganz sein Tal
noch einmal zeigt, sich wendet, anhält, weilt -,
so leben wir und nehmen immer Abschied."


Qui nous a si bien retournés que de la sorte
nous soyons, quoi que nous fassions, dans l'attitude
du départ? Tel celui qui, s'en allant, fait halte
sur le dernier coteau d'où sa vallée entière
s'offre une fois encor, se retourne et s'attarde,
tels nous vivons en prenant congé sans cesse.
Commentaire de Henrique Normando le 8 octobre 2010 à 0:11
Sans doute un bon poète Agnès
Commentaire de Agnès DUBOIS le 7 octobre 2010 à 19:26
Evidemment!

Commentaire de Agnès DUBOIS le 7 octobre 2010 à 19:21
Chers amis,

Je découvre tout à l'heure un poète magnifique au nom espagnol, cherchant à m'informer sur lui, j'apprends qu'il est né à Bruxelles. A ceux qui déjà le connaissent pardonnez mes lacunes, aux autres, un fragment de son oeuvre limpide et profonde. Une rencontre qui a éclairé cette journée.

Pour vous...

Serge Núñez Tolin
Le sens de la marche
(en traversant l’intérieur des terres)


Sur cette voie où l’on rencontre l’absence, trouver dans la station debout, cette marche qui nous conduit, droits et ténus, entre le je et le tu du monde.

A quelle vitesse sommes-nous là, occupés à disparaître, épuisés par les ressources du temps ?

Je prends le ciel dans l’air et l’en retire pour voir ce qui reste lorsqu’il pleut.

Lieu de la marche, sans sommet d’où jeter un regard à l’horizon : désir d’un lieu.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Marcher dans le corps, l’oreille collée au monde, pas à pas rattraper le paysage, entrer dans l’instant, à chaque instant ; constante montée dans la foulée du marcheur : respirer, parler, marcher, voilà le trajet des jours, les travaux du corps.

L’homme, voisin du monde où il s’engage, marcheur étroit, fragment dans l’espace où il se tient, debout, comme une existence en avant d’elle-même et, pour cela, penchée dans le sens de la marche.

Présent inachevé où tout viendrait prendre place : la pensée qui n’agit qu’à faire le vide en elle, foulée qui n’avance qu’à faire de chaque pas son point de départ, respiration.
Serge Núñez Tolin
Commentaire de Pirschel Robert le 26 septembre 2010 à 0:13
Pour Pascale Lora, je traverserai le monde, si Dieu m'en donne la possibilité. Hélas, pour cause d'érudition défaillante, je ne connais pas Dominique Aguessi.
Je pense que tous ceux qui seront là vivrons un moment exceptionnel.

Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 25 septembre 2010 à 11:28
Présentation du roman Les survivants de Sallimoc de Pascale Lora Schyns

A l'invitation du Réseau des Arts et Lettres, en date du Samedi 6 novembre 2010 se dérouleront deux activités à l'Espace Art Gallery.

De 15 H 30 à 17 H 30, vous aurez l'occasion de faire une rencontre informelle avec l'auteure Pascale Lora Schyns qui vous dédicacera volontiers son dernier ouvrage "Les survivants de Sallimoc" et vous aurez l'occasion de converser à bâtons rompus avec elle.



De plus, le même jour, en soirée, de 20 H à 21 H, ce livre sera présenté sous forme de dialogue entre l'auteure et la poète-écrivain Dominique Aguessy.

J'ai eu, à l'époque, le grand plaisir de faire -dans ma série "Le testament des Poètes"- un CD-ROM sur l'oeuvre de Pascale Lora Schyns ainsi que sur celle de Dominique Aguessy, deux grandes dames de notre littérature belge.


Je me réjouis de revoir ensemble ces deux auteures de qualité et vous invite à participer à ces rencontres au sein de L'Espace Art Gallery, 35 rue Lesbroussart à Bruxelles-Ixelles.

Entrée libre

Robert Paul

Commentaire de Henrique Normando le 22 septembre 2010 à 20:40
Je suis d'accord avec toi,Yvette.
Commentaire de Fischer le 21 septembre 2010 à 13:45
Absolument en accord avec Vous !
Merci
Commentaire de Yvette Douchie-Lheureux le 21 septembre 2010 à 11:06
Pour Etsé, Je n'ai jamais compris ce terme "Normal" ou "Normalité". Je ne sais plus qui a dit "l'homme a inventé le terme destin pour expliqué les désordre de l'univers". Qui a la prétention de dire "je suis normal". Le terme "différent" me paraît plus approprié pour chaque être de l'univers. Pour ma part, j'ai connu des êtres "différents" au sourire enjôleur et de tendresse infinie. Ceux-là seuls, aiment sans conditions. Merci à leur caresse
Commentaire de Fischer le 16 septembre 2010 à 13:03
Merci pour Etsé,
Je suis la maman de coeur d'Etsé, avc bien entendu son autorisation, je présente ses textes. Etsé fait parties des ces personnes, dont leurs différences, leur a apporté une sensibilité hors du commun.
Comme dit Etsé, ma non normalité, m'empêche de vivre pleinement dans la soi-disant normalité. Donc pour mieux se faire entendre, il écrit ! Ces textes sont d'une authenticité touchante, parlante, aimante, avec une touche d'humour, de violence, de soif de vivre.
C'est donc la joie dans le coeur que je le présente à celles et ceux qui veulent bien le découvrir. Petit à petit, il va lui-même y venir à l'internet, mais pour l'instant c'est trop tôt, il consacre son temps à l'écriture, à faire des rencontres.
Il a créé un joli recueil, dont il est très fier. En ce moment il se penche vers le deuxième.
C'est une belle aventure dont nous tous en famille en sommes heureux.
Merci et à tout bientôt
Claudine
 
 
 

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation