Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Informations

Groupe Musique classique

Pour les passionnés de Musique classique.

Administrateur du groupe: Deashelle

Membres : 100
Activité la plus récente : 24 déc. 2017

Le violoniste par KIM CONRAADS

Boccherini: la musica notturna di Madrid

 

N.-B: Je précise que l'administrateur du Groupe Musique classique au sein du réseau Arts et Lettres est Deashelle qui en assure la gestion et la politique éditoriale.


Robert Paul, Fondateur et administrateur général du réseau Arts et Lettres

 

Forum de discussion

Que pensez-vous des applaudissements lors des concerts, à l'opéra ou à la salle philarmonique?

Démarrée par Deashelle 9 févr. 2016. 0 Réponses

J'aime beaucoup le paragraphe final : "Ce nouveau public, pour la plupart non mélomane, ne se laisse dicter que par son instinct, son cœur mais surtout par la musique. Peu importe les codes, la production est ovationnée, les chanteurs applaudis…Continuer

Balises : étiquette, plaisir, code, bienséance, classique

Resmusica: le quotidien de la Musique classique

Cinema per archi, musiques de cinéma à l’italienne

Nino Rota (1911-1979) : Concert per archi ; La Strada ; Romeo et Juliette ; Amarcord. Ennio Morricone (né en 1928) : le Hautbois de Gabriel ; Musica per 11 violoni ; Arcate di archi ; Meditazione in Re maggiore pour violoncelle et cordes ; Mosé (version pour violoncelle et cordes). Nicola Piovani (né en 1946) : Il canto dei neutrini pour violoncelle et orchestre ; Buongiorno Principessa pour violoncelle et cordes ; La vita è bella. Archi di Santa Cecilia, Luigi Piovano, direction et violoncelle. 1 CD Arcana. Enregistré du 24 au 28 janvier 2016 à l’Auditorium Parco della Musica, Rome. Notice trilingue : anglais, français et italien. Durée : 72’44

Le Requiem sans voix de Hans Werner Henze à la Cité de la Musique

Paris . Philharmonie Cité de la Musique. 16-02-2018. Hans Werner Henze (1926-2012) : Requiem, neuf concertos spirituels pour piano solo, trompette concertante et orchestre. Clément Saunier, trompette ; Sébastien Vichard, piano ; Ensemble Intercontemporain ; direction Matthias Pintscher.

Mes berceuses jazz en livre sonore

Mes berceuses jazz. Extraits de : Russian Lullaby, Hush-a-bye, Tenderly, Lullaby of Birdland, Over the rainbow, Lullaby of Broadway. Illustrations : Elsa Fouquier. 1 livre sonore Gallimard Jeunesse. 2017

Mur de commentaires

Commenter

Vous devez être membre de Groupe Musique classique pour ajouter des commentaires !


Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 20 novembre 2010 à 15:52
Je viens d'ajouter sur le player de ma page: Musique de ballet au temps de Louis XV François Colin de Blamont (1690-1760)
Commentaire de Deashelle le 18 novembre 2010 à 18:44
Samedi 27.11.2010 à 20u30
Palais des Beaux-Arts – Salle M

El Gusto Orchestra of Algiers
Chaabi d’Alger

Maurice El Mediouni chant, piano - Smail Ferkioui piano - Abdelkader Charcham chant, mandole - Ahmed Bernaoui chant, mandole - Abdel Madjid Meskoud chant, mandole - Md El Mansour Brahimi mandoline, guitare - Hakim Beneldjouzi banjo - Mahieddine Brahimi banjo - Ali Saidi violon - Hamid Guendouz violon - Mohamed Ferkioui accordéon - Abderrahmane Slim darbouka - Arezki Khelidjini tar - Abdelkrim Azzedine bongos - Chris Jennings contrebasse - René Perez chant, guitare

Dans l’Algérie coloniale des années ‘40 et ‘50, juifs et musulmans partagent leurs émotions et leurs rêves dans la Casbah et y interprètent ensemble le chaabi, un mélange de plusieurs influences musicales venant d’Afrique du Nord, d’Andalousie et du Moyen-Orient. Avec le temps, cette harmonie se disloque mais le rêve subsiste. Au moment où la cinéaste Safinez Bousbia alla trouver les musiciens pour le documentaire El Gusto : The Good Mood, l’envie leur reprit. De fil en aiguille, ils ont enregistré un CD avec Damon Albarn (Blur, Gorillaz) à la technique et depuis lors ils sont connus sous le nom de El Gusto Orchestra of Algiers. Une première belge au Palais des Beaux-Arts.

A 19h aura lieu une introduction (en français) avec des extraits du film El Gusto: The Good Mood en présence de la réalisatrice Safinez Bousbia.

Prix : €15

Visionnez ici un vidéo du El Gusto Orchestra of Algiers (JazzFest Berlin 2007):

http://www.youtube.com/watch?v=ljWOMHLMzrQ

Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 11 novembre 2010 à 11:06
Passacaille de Boccherini
Commentaire de Deashelle le 9 novembre 2010 à 14:42
Pour les passionnés de LISZT


http://www.medici.tv/


Barenboim joue Liszt à la Scala
Hommage à l'Italie



A la Scala de Milan, Daniel Barenboim consacre un récital à Franz Liszt. Il joue des extraits des Années de Pélerinage, la Légende de Saint François d'Assise préchant aux oiseaux, et des paraphrases sur des airs d'opéra de Verdi. Au centre de ce programme, de grands héros italiens : Dante, Pétrarque, Saint-François d'Assise, Aida, Rigoletto
Commentaire de Deashelle le 5 novembre 2010 à 11:01
MOUSSEM ESSAIME
LA POÉSIE ARABE!

En deux jours d’événements littéraires et théâtraux, et un week-end musical, le festival Moussem dessinera les contours d’une culture pleine de poésie. Au programme des rendez-vous parfois sérieux, parfois provocateurs, pour découvrir le monde arabe à travers les yeux de ses créateurs!

24>27.11.2010

Samedi 27.11.2010 à 20u30
Palais des Beaux-Arts – Salle M

El Gusto Orchestra of AlgiersChaabi d’Alger

Maurice El Mediouni chant, piano - Smail Ferkioui piano - Abdelkader Charcham chant, mandole - Ahmed Bernaoui chant, mandole - Abdel Madjid Meskoud chant, mandole - Md El Mansour Brahimi mandoline, guitare - Hakim Beneldjouzi banjo - Mahieddine Brahimi banjo - Ali Saidi violon - Hamid Guendouz violon - Mohamed Ferkioui accordéon - Abderrahmane Slim darbouka - Arezki Khelidjini tar - Abdelkrim Azzedine bongos - Chris Jennings contrebasse - René Perez chant, guitare

Dans l’Algérie coloniale des années ‘40 et ‘50, juifs et musulmans partagent leurs émotions et leurs rêves dans la Casbah et y interprètent ensemble le chaabi, un mélange de plusieurs influences musicales venant d’Afrique du Nord, d’Andalousie et du Moyen-Orient. Avec le temps, cette harmonie se disloque mais le rêve subsiste. Au moment où la cinéaste Safinez Bousbia alla trouver les musiciens pour le documentaire El Gusto : The Good Mood, l’envie leur reprit. De fil en aiguille, ils ont enregistré un CD avec Damon Albarn (Blur, Gorillaz) à la technique et depuis lors ils sont connus sous le nom de El Gusto Orchestra of Algiers. Une première belge au Palais des Beaux-Arts.

A 19h aura lieu une introduction (en français) avec des extraits du film El Gusto: The Good Mood en présence de la réalisatrice Safinez Bousbia.

Prix : €15

Visionnez ici un vidéo du El Gusto Orchestra of Algiers (JazzFest Berlin 2007):
http://www.youtube.com/watch?v=ljWOMHLMzrQ
Commentaire de chantal roussel le 4 novembre 2010 à 21:20
Astor Piazzola!!!!!! j'aime beaucoup
Commentaire de Deashelle le 3 novembre 2010 à 17:02

Quelques notes cueillies sur Mozart du bout de l’archet félin de Lorenzo Gatto…et des autres !
CONCERT DU 29 OCTOBRE À LA SALLE HENRY LE BOEUF

Tout d’abord, Le Concertone pour deux violons et orchestre en do majeur KV 190 (1773 ). Augustin Dumay, chef principal de l’orchestre Royal de Chambre de Wallonie dirige et joue. Lorenzo Gatto, lui répond en jeu de miroirs. Rondeur, fluidité, conversation des deux instruments, ces presque « père et fils » se surprennent, quatre voix de violons font écho et que sonnent les cors, c’est magnifique.

Encore plus beau, la double rivière pianistique de Christia Huziy et Amandine Savary au piano. C’est le Concerto n° 10 pour deux pianos et orchestre en mi bémol majeur KV 365 (1779). Elles se font face, les deux pianos immenses emboîtés, l’une habillée de corolles de voile blanc, l’autre sertie dans un fourreau noir. Leurs musiques s’enlacent en lents filets de tendresse, les pages se tournent comme par magie, elles se guettent sans réellement se regarder. Elles jouent entre les interstices, rien qu’à l’oreille, le sourire aux lèvres. L’une commence une phrase que l’autre termine. Du pur délice. Leurs corps respirent avec l’orchestre. Les conversations se ponctuent de saccades, avec le même geste gracieux du bras. Le public est conquis. On est porté par la musique comme sur une barque. Le troisième mouvement, s’ouvre par les violons seuls, La concentration est totale, qui accompagne qui ? Difficile à savoir tellement tout coule….. A la fin: répétition humoristique du thème joyeux… et c’est déjà fini !

En deuxième partie vient La Symphonie Concertante pour violon alto et orchestre en mi bémol majeur KV 364( 1773) ,très expressive, un page magistrale d’influences parisiennes et allemandes. Mozart y fait dialoguer les solistes entre eux, les solistes avec l’orchestre, un soliste avec le groupe orchestral. Notre chef d’orchestre danse pour imprimer la cadence, archet et violon en main avant de s’élancer dans son propre jeu avec une fougue non déguisée. Le violon alto d’ Antoine Tamestit va chercher des sonorités très émouvantes, profondes, c’est de la bravoure symphonique. On en vient au drame, presqu’au tragique avec sanglots et modulations. Le troisième mouvement repart dans un rythme soutenu aux accents marqués, Les archet s font des ricochets de toutes parts, les pincements ponctuent, la vivacité du dialogue est a son comble. C’est dansant, comme au début, et cela se termine par de mélodieux festons musicaux…

Retour de notre druide musical pour le dernier morceau. La symphonie N° 29 en la majeur, KV 201 (1774). Le voilà seul avec l’orchestre. Il guide les musiciens, sans partition, utilise ses doigts comme autant de baguettes, balaie le sol avec douceur, appelle les esprits, joue du sourcil ou de la lunette d’écaille. C’est une réelle célébration musicale, avec des correspondances rythmiques entre l’Andante et le menuet, des atmosphères contrastées de mois d’avril. Augustin Dumay, un vrai colosse, cueille sur la pointe des pieds les notes avec délicatesse, comme on le fait de fruits gourmands…et l’on reste stupéfait devant le fait que Mozart n’avait que dix-huit ans, à peine, quand cette musique fut jouée la première fois le 6 avril 1774.

Ovation du public, distribution de fleurs…

http://www.bozar.be/activity.php?id=9879
Commentaire de Deashelle le 3 novembre 2010 à 11:52

Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 2 novembre 2010 à 10:41
Bruno Ispiola en récital violoncelle solo

Concert jeudi 25 novembre 2010 à 14h30
Bruno Ispiola, violoncelle solo, interprète deux Suites de Jean-Sébastien Bach, quatre Etudes de Danielle Baas et l'oeuvre C-isme d'André Laporte.
Direction artistique Danielle Baas
Fédération Indépendante des Seniors, Bd Baudouin n° 18 à 1000 Bruxelles Station de métro Yser
Réservation indispensable (02/223 10 00)
Entrée 7 €
Lieu: F.I.S. Bd Baudouin 18 à 1000 Bruxelles
Commentaire de convenant le 30 octobre 2010 à 19:27
Merci. Mais j'exposerai au Grand Palais à Paris au salon Art Capital.
 
 
 

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2018   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation