Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

                                               

 

Vues : 983

Y répondre

Réponses à cette discussion

Nuit européenne des musées : plus de 2 millions de visiteurs en France.

Le 14 mai, la 7e édition de la Nuit européenne des musées, un événement qui connaît chaque année un succès grandissant, a rassemblé plus de 2 millions de visiteurs en France.

Un succès dans toute l’Europe. Créé en 2005 par le ministère de la Culture et de la Communication, La Nuit européenne des musées s’est très vite imposée comme l’un des grands rendez-vous de la saison culturelle. Cette 7e édition a ainsi rassemblé plus de 2 millions de visiteurs en France.
C’est dans toute l’Europe que les musées ont ouvert leurs portes au public. Un très belle occasion pour chacun de découvrir ou redécouvrir ces musées dédiés aux beaux-arts, aux arts et traditions populaires, ou encore aux sciences et aux techniques. Le Conseil international des musées (ICOM) accordait pour la première fois, son patronage officiel à « La Nuit européenne des musées », rejoignant le Conseil de l’Europe et l’UNESCO.
Les musées de Moscou ont accueilli 500.000 visiteurs, ceux de Belgrade près de 300.000, ceux de Barcelone près de 100.000, le musée national de Bucarest : 20.000 personnes…

A Paris
. le Centre Pompidou a accueilli près de 10.000 visiteurs qui ont pu vivre une nuit interactive avec le dispositif Twitter imaginé par Florent Deloison, près de 11.000 visiteurs sont partis à la découverte des cultures ultra-marines au musée du Quai Branly, la soirée consacrée à l'amour tragique au musée d'Orsay a rassemblé 9700 visiteurs, les expositions du Grand Palais ont attiré 10.000 visiteurs dont 2600, le temps d'une soirée, pour « Monumenta Anish Kapoor » (accès limité). Plus de 5500 personnes ont pu découvrir le film de Mathias Poledna au musée Rodin, le musée national du Moyen-Age a accueilli plus de 4500 visiteurs dont 40 % de jeune public…

En régions
. Les musées de la ville de Bordeaux ont mobilisé près de 28.000 personnes, le Centre Pompidou-Metz a accueilli plus de 4000 visiteurs, 3700 mélomanes se sont laissés séduire par le concert baroque du musée du Château des Ducs de Bretagne, la Crieuse publique et l'exposition « De Turner à Monet, la Bretagne par les paysagistes du XIXe siècle » du musée des beaux-arts de Quimper ont attiré 1200 visiteurs, la visite de chantier du musée national Adrien Dubouché de Limoges a été suivie par plus de 1500 personnes. Pour sa 6ème édition, la Nuit des mystères, grand circuit intermusées à Mulhouse, a fait jouer plus de 20.000 personnes, dont 70 % de jeunes de moins de 25 ans.
Une nuit très numérique. Le portail internet de La Nuit européenne des musées proposait de nombreux contenus multimédias pour bien préparer cette nuit exceptionnelle :
- Les visages de la Nuit présentait des portraits vidéos des professionnels des musées qui font la Nuit à travers l’Europe;
- Une œuvre, une histoire révèlait les petites et grandes histoires des collections des musées participants. Ce programme était présenté en écho avec « Musées et mémoire, quand les objets racontent votre histoire », le thème 2011 de l’ICOM;
- Les coulisses de la Nuit entraînaient les internautes par le biais de reportages vidéos au coeur des préparatifs de cet événement exceptionnel;
- La Nuit Twitte, a permis à tous les acteurs de dialoguer en temps réel tout au long de la Nuit;
- L’énigme de la Nuit, conduisait les visiteurs internautes sur un jeu de piste à la découverte d'une série d'énigmes et invitaient les visiteurs à finir le jeu lors de la nuit du 14 mai dans un des musées partenaires;
- Une application mobile a permis à chaque visiteur de suivre l’événement au plus près.

 

Placé sous l’égide de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts, qui a associé à son projet les Académies de Médecine, et de Langue et Littérature françaises, et sous le prestigieux parrainage du Collège de France, le Collège Belgique a l’ambition d’aborder autrement les matières traitées dans ses cours-conférences, dispensés à Bruxelles au Palais des Académies et à Namur au Palais provincial.

Le Collège Belgique propose à chacun, tant à un public curieux qu’au chercheur spécialisé, des cours-conférences de haut niveau, orientés vers des thématiques peu explorées et aux confins de différentes disciplines. Il vise ainsi à sortir des universités, institutions artistiques et autres centres de recherche un savoir peu diffusé, afin de permettre à l’ensemble des citoyens d’y accéder.

Ces cours-conférences sont ouverts à toutes et à tous, gratuitement et sans inscription.
Ils s’étendent sur une durée totale de 2 à 6 heures, partagée en 1 à 3 leçons réparties dans le temps.

 

Toutes ces manifestations relèvent évidemment de la "vraie" culture, celle à laquelle les gens ont accès, celle où l'on montre, où l'on analyse, où l'on développe, où l'on compare, où, quand c'est possible, il y a une place pour l'interactivité, bref, celle où, à la fois, l'on élargit et où l'on approfondit ses connaissances.

Je voulais seulement signaler que, comparativement, ce que l'on appelle la "culture générale"n'est qu'un vernis sur un meuble vide. Pensons (n'y voyez pas malice) à l'émission flamande "L'homme le plus intelligent du monde". Je suppose que c'est du second degré mais je ne suis pas sûr que tous les téléspectateurs s'en soient rendus compte...(Cela mériterait, dans notre forum, une réflexion sur ce qu'est l'intelligence.)

Je trouve fondamental de rappeler le distinguo entre culture et culture générale. Montaigne opposait déjà avec force  les "têtes bien faites " et les "têtes bien pleines". Ce n'est pas plus que ça. Mais c'est tout ça !

Quelques moments musicaux que j'apprécie

 

Lancé par Bruno Racine et Laure Adler, Le Cercle littéraire de la BnF est une émission littéraire diffusée uniquement sur internet et qui a pour mission de promouvoir de façon originale la littérature francophone contemporaine.

Chaque mois, des écrivains sont invités à parler en profondeur de leur travail et de leur projet d’écriture, pendant 50 minutes.

A la fin de chaque émission, le Magazine littéraire, partenaire de l’émission, donne son « coup de cœur » du mois.

L'émission sur le premier centenaire de la Maison Gallimard, par le Cercle littéraire de la BNF (Bibliothèque nationale française:

 


Le Cercle littéraire de la BnF – Entretien du 2... par BNF

La culture générale permet également de faire la différence entre l'instruction  est l'intelligence. Un homme instruit n'est pas nécessairement intelligent et un homme intelligent n'est pas obligatoirement instruit. Mais l'un et l'autre peuvent s'enrichir s'ils veulent cueillir toutes les fleurs de la connaissance qui poussent sur leur passage.

 

Je remarque que chaque jour j'apprends quelque chose de neuf: soit par la lecture d'une ligne d'un livre, soit par la conversation avec mon électricien qui m'a montré un élément que j'ignorais dans un montage précis, soit en discutant avec une personne dans la salle d'attente d'un médecin, soit en regardant un reportage scientifique, soit en regardant un film, ....

Et les occasions ne manquent pas!

Et comme le dit Madame Duvivier, au plus on avance, au plus on voit tout ces choses que l'on ignore. Le temps nous apprend l'humilité car si les instituteurs du début du siècle savait "tout", la vie et l'évolution qu'elle a connu en un siècle a rendu cet état de chose impossible. L'homme devient de plus en plus petit dans sa part de  savoir.

 

Bonne semaine à tous!

La laïcité en danger d'antireligion ? - conférence de Hervé Hasquin

Podcast Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique
Collège Belgique

Durée d'écoute : 1 heure 45

La laïcité a toujours été multiple; depuis le XIXe siècle, elle a été constamment parcourue par des courants divers et même antagonistes, au même titre que la franc-maçonnerie avec laquelle elle ne se confond pas en dépit de certaines parentés intellectuelles. Il convient d’abord de ne pas confondre anticléricalisme et antireligiosité, comme ce fut en revanche le cas de régimes où l’athéisme était érigé en religion d’Etat. Le problème n’est-il pas encore aujourd’hui que des amis, sans doute « excessifs » de la laïcité, mêlent hardiment et imprudemment dans leurs critiques la foi, les stratégies des Eglises, le comportement de leurs clergés? Entre neutralité et laïcité la raison et le cœur balancent. La question de l’enseignement du fait religieux dans les écoles est représentative de ces clivages.

Sur ce sujet, il est temps encore de vous brancher sur la Une : à 22h05, on y passe la pièce de Laurent Baffie : "Sexe, magouille et culture générale". Il faut aimer ce type d'humour décalé. Peut-être avez-vous été fan, comme moi, de l'émission d'Ardisson "Tout le monde en parle"où Baffie avait pour mission de lancer des vannes à la vitesse v v'.

Evidemment, ce n'est pas du meilleur goût mais "Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse", non? (petit coucou à Daniel Moline en passant; je ne pouvais quand même pas passer "outre") 

Bonne soirée, quel que soit votre choix, comme on dit à RTL-TVI où l'on distribue des émissions à large spectre, comme les médecins leurs antibiotiques pour être sûrs de ne pas rater leur coup, quelle que soit la maladie ou...l'absence de maladie !

 

La Bibliothèque de l’Académie royale de Belgique

Voir en plein écran

Adresse  | Bibliothèque et Archives

Anciennes Écuries royales

1, rue Ducale

1000 Bruxelles

C’est à Paris que l’on trouve la plus grande concentration d’instituts culturels étrangers, en tout 46 établissements qui s’apparentent à des ambassades et qui proposent au public la richesse culturelle de leur pays.
Trente quatre d’entre eux sont regroupés au sein d’une fédération, créée en 2002, et qui s’intitule FICEP (Forum des Instituts Culturels Étrangers à Paris), une première ! C’est pour ces instituts un confort, une colonne vertébrale (s’il en était besoin), une possibilité de réaliser en commun des projets mettant en relief la diversité culturelle comme, par exemple, une semaine des cultures étrangères.

Paris a été particulièrement choyée à cet égard. Bien sûr, son histoire, sa tradition d’hospitalité et de liberté ont attiré très tôt écrivains et artistes venus du monde entier et faisant d’elle la capitale du monde des Lettres et des Arts. Quel bonheur, en tant que parisien, de bénéficier de cette présence !
Si les instituts culturels sont avant tout des vitrines, ils tissent également un réseau d’influences dans le paysage diplomatique. Les plus anciens s’inscrivent dans la lignée d’une histoire lointaine à l’image du Centre culturel irlandais dont les origines remontent au XVIe siècle par la création, dans le 5e arrondissement, du Collège des Irlandais. D’autres sont tout récents comme le Centre culturel de la Chine, créé en 2002 à l’occasion des Années croisées France-Chine, une première dans un pays occidental. Certains pays ne possèdent qu’un seul centre au monde, c’est le cas de la Suède et c’est à Paris. A l’inverse, des institutions comme le British Council de Grande Bretagne ou le Goethe Institut d’Allemagne sont présents dans de très nombreux pays, de l’Afghanistan au Vietnam, en passant par la Bolivie, la Roumanie, les USA, etc.
Si la majorité des subventions des instituts proviennent de leur nation d’origine, ils sont nombreux à devoir trouver des ressources propres. La Maison de la Culture du Japon est essentiellement financée par l’État mais le secteur privé soutient aussi le lieu. La Maison de l’Amérique latine, créée en 1946, à l’initiative du général de Gaulle, s’autofinance presque en totalité. Installée dans deux hôtels particuliers du boulevard Saint-Germain, elle vit de ses ressources qui se résument à la location d’espaces pour activités évènementielles. Sauvé de la faillite en 1982 par les plus hauts sommets de l’État, elle reste aujourd’hui sous la tutelle du Quai d’Orsay.
Chaque année, les instituts culturels doivent bâtir une programmation susceptible de séduire le public, en écho à l’actualité artistique et intellectuelle. A cet égard, l’Institut néerlandais jouit d’une situation particulière puisque son histoire est intimement liée à la collection Frits Lugt (90 000 œuvres réunies par le collectionneur). Installée rue de Lille, dans le 7e arrondissement, l’institution présente régulièrement une sélection des œuvres de cette collection mais elle conçoit également des événements autour de l’art contemporain.
L’année 2011, qui devait être l’Année du Mexique en France, avait été laborieusement préparée par la Maison du Mexique. Souhaitons qu’une prochaine année lui sera consacrée pour favoriser la connaissance de ce pays à la culture aussi dense que fascinante.

Voir tous ces carnets mystérieux sur la photo c'est déjà beaucoup et ça fait battre le coeur. Merci pour votre érudition partagée avec nous. Je lis et je ne cesse de m'étonner en découvrant la richesse de ce site et la richesse des gens qui le fréquentent. Je sens grandir l'arbre de la connaissance, l'arbre de la vie. Et voilà le paradoxe: plus on grandit plus on se sent petit... Antonia

Au Cercle littéraire de la Bibliothèque nationale de France

Chaque mois, des écrivains récemment publiés dialoguent avec Laure Adler et Bruno Racine, tantôt dans les salons du XVIIIe siècle de la Bibliothèque de l’Arsenal, tantôt sur le site François-Mitterrand.

Pour cette douzième édition du Cercle littéraire de la BnF, sont invités Tzvetan Todorov pour Goya à l'Ombre des Lumières (Flammarion), Jean-Christophe Bailly pour Le Dépaysement , voyages en France (Seuil) et Lydia Flem pour La Reine Alice (Librairie du XXIe siècle /Seuil). 

En fin d'émission, Laurent Nunez, directeur du Magazine Littéraire, nous présente son coup de cœur du mois : Contes, fables et autres fictions (La Différence) de Fernando Pessoa.

 

Répondre à la discussion

RSS

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation