Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

                                               

 

Vues : 987

Y répondre

Réponses à cette discussion

Le titre est ,  déjà , plein de saveur  !  Le texte est révélateur et ... terriblement vrai... le profil bas est de mise  pour la plupart d' entre nous ...!

Il me souvient la voix vieillissante de J. Gabin ,  qui   a " poussé la chansonnette "  à ce sujet, ... " Je sais , je sais... que je ne sais rien, mais çà... je le sais ..."  ces paroles appelaient au questionnement ...

 L' humilité est... sagesse  autant que vertu !

En vous remerciant de ce partage, belle journée à vous ! Cordialement, Nicole V.Duvivier

PS : je savoure chaque jour le bonheur du  son ajouté il y a peu  sur mon PC ! Belle voix et superbe élocution !

à propos de culture:

Ai ajouté la possibilité d'écouter France culture (grande icône dans la colonne de droite des pages) cela s'ouvre dans une fenêtre indépendante  du site


Ecoutez France Culture en direct

"Tu me dis,  j'oublie.  Tu m'enseignes, je me souviensTu m'impliques, j'apprends."
                       Benjamin Franklin
A bientôt, Robert !
merci

Xavier Darcos : Qu’est-ce que l’action culturelle française à l’étranger ?

Une communication à l’Académie des sciences morales et politiques


Xavier Darcos préside le nouvel Institut français qui regroupe désormais l’ensemble des services qui oeuvraient pour la politique culturelle de la France à l’étranger. Il convient d’abord de clarifier le sens de cette action et de lui fixer un cap raisonnable, avec des missions et des projets réalistes compte tenu du contexte international. Voici la retransmission intégrale de sa communication devant l’Académie des sciences morales et politiques du lundi 7 mars 2011.

(Source: Canal Académie - durée de l'écoute: 29 minutes)
La philosophie est la science du savoir en recherche, du questionnement inlassable,    la véritable culture générale se trouve que dans quelques rares huitres

je ne vois pas pourquoi cette hilarité  Le propre de la philosophie  est bien la recherche de la sagesse,  la perception d'une réalité, qui nje peut se  faire que par questionnement successif Pourquoi les rires ???  A  moins que ce ne soit pour les huitres ?  Hum  oué  bon...

Bonjour Robert, 

Et bien ça y est, à l'écoute de votre information, j'ai enfin trouvé à quoi sert de ruminer ? Et bien, à devenir lapin ! et à sauter de conversation en carotte et de carotte en avancée, car personne n'avance désormais plus sans carotte pendue devant le nez sur un âne monté. Voilà le résultat de la culture générale de l'oubli. Les lapins ruminent et les carottes fleurissent. Restons positifs: la carotte crue ou cuite est très bonne pour la santé, qu'on se le dise ! Elle rend plus aimable, c'est pour ça qu'on nous en offre beaucoup, beaucoup pour nous faire oublier la culture de l'oubli, mais attention oublier la culture de l'oubli, c'est retrouver la culture générale. CQFD. Donc, nourrissons notre corps avec des carottes et les lapins cesseront de ruminer !

Merci beaucoup ! Ariane. 

Pour ne pas oublier, je prends des notes dans de petits carnets, mais ils sont absolument sans intérêt.
Cependant il en est d'infiniment plus précieux qui font rêver:

Les carnets de Léonard de Vinci: trésors de la Bibliothèque de l’Institut
La Bibliothèque de l’Institut de France abrite 12 carnets de poche manuscrits de Léonard de Vinci. Mireille Pastoureau, Directeur de Bibliothèque réservée aux académiciens, retrace l’histoire mouvementée de ces documents exceptionnels.
(Source: Canal académie)



Ces douze carnets datent de 1487 à 1508 environ. Au format et au contenu variés, ils sont plus scientifiques et techniques qu'artistiques. Certains ont un très petit format et pouvaient tenir dans la poche de l'artiste. Ils contiennent des notes, des croquis et des ébauches de traités sur des sujets divers qui n'ont pas encore tous perdu leur mystère.
L'écriture de Léonard de Vinci – qui était gaucher - est inversée et se lit de droite à gauche. Sa langue est l'italien mêlé de dialecte lombard. Son orthographe est personnelle et il n'use d'aucune ponctuation ni d'accentuation.

 

Comment les carnets devinrent la possession de l'Institut de France?
Léonard donna par testament ses manuscrits et dessins à son ami Francesco Melzi qui les rapporta à Milan et les conserva jusqu'à sa mort en 1570. Ils furent ensuite vendus par le fils de Melzi, réorganisés, dispersés, parfois perdus.
Presque tous les carnets de l'Institut proviennent du comte Galeazzo Arconati qui les avait achetés aux héritiers de Pompeo Leoni, puis donnés en 1637 à la Biblioteca Ambrosiana de Milan. Le manuscrit C était entré dès 1609 à l'Ambrosiana, après être passé entre diverses mains privées, et le manuscrit K fut donné à cette même bibliothèque en 1674 par le comte Orazio Archinti.
Lorsque Bonaparte entra à Milan en vainqueur, en 1796, à la tête de l'armée de la jeune République française, il imposa à la Lombardie un tribut de guerre et la confiscation d'œuvres scientifiques et artistiques majeures. Ses délégués, et notamment le mathématicien Gaspard Monge, choisirent à la Biblioteca Ambrosiana plusieurs caisses de biens qui prirent le chemin de la France et plus particulièrement de la Bibliothèque Nationale à Paris. Seuls les douze carnets furent remis à l'Institut National, car là les attendaient des savants capables de les étudier, ce qui fut fait dans les années suivantes.
En 1815, lors de l'occupation de Paris par les alliés à leur tour vainqueurs de Napoléon, la restitution des biens artistiques fut décidée, mais l'on pensa surtout à visiter les grands dépôts. Les petits manuscrits de l'Institut, ni repérés ni réclamés, furent tout simplement oubliés.
En 1848, le comte italien Guglielmo Libri-Carrucci (1803-1869), personnalité complexe (mathématicien et historien des sciences, professeur au Collège de France, membre de l'Académie des sciences), s'enfuit en Angleterre après avoir volé dans les bibliothèques françaises un grand nombre d'imprimés et de manuscrits précieux. En 1850, un procès le condamna à dix ans de prison par contumace mais il mourut en exil sans être revenu en France.

En 1847, il avait pu vendre en Angleterre une partie de sa collection, dans laquelle se trouvaient 34 feuillets de Léonard de Vinci, prélevés dans le carnet A - sur 98 feuillets- et 10 feuillets sur 100 dans le carnet B. Ces feuillets prirent alors le nom de leur acquéreur, Lord Bertram, quatrième comte d'Ashburnham (mort en 1878) et devinrent le Codex Ashburnham 1875/1-2.
En 1891, les feuillets volés furent rendus à l'Institut de France, après avoir été récupérés par la Bibliothèque nationale en 1888. Entre 1888 et 1891, ils portèrent à la Bibliothèque nationale la cote "Manuscrit italien 2037-2038". Ils sont aujourd'hui conservés à l'Institut sous la cote Ms 2184-2185 et sont considérés comme des suppléments des carnets A et B.
Libri avait aussi volé, dans le Carnet B de Léonard de Vinci de l'Institut, un cahier de 18 feuillets, connu depuis sous le nom de Codex sur le vol des oiseaux ou Codice sub vollo di ucelli ou Codice degli uccelli (1505) et conservé aujourd'hui à la Bibliothèque Royale de Turin.

Francophonie

Les Alliances françaises en Espagne : 22 centres et une Délégation générale
Avec la directrice de la Délégation générale Elisabeth Ranedo et le directeur adjoint Thierry Peltreau, invités de Krista Leuck
Entretien avec Elisabeth Ranedo responsable de toutes les Alliances françaises en Espagne, qui a obtenu cette nomination alors qu’elle dirigeait l’Alliance française de Madrid depuis plusieurs années.

(Source; documentation Canal Académie écoute: 33 minutes))

Le réseau des Alliances françaises en Espagne (22 instituts) tient particulièrement à un label de qualité dans toutes ses activités, notamment s’agissant de l’enseignement du français. Dans son programme de formation d’excellence et de qualité, l’ensemble du réseau reçoit 8 000 candidats chaque année pour passer les épreuves de diplômes internationaux. Nommément le DELF (diplôme de l’enseignement d’études en langue française) - et le DALF (diplôme avancé approfondi de langue française) – qui sont des certifications exigées par les universités françaises pour l’inscription des étudiants. Chaque établissement du réseau en Espagne est un centre officiel de préparation et de passation des examens DELF et DALF du Ministère français de l’Education Nationale.
Agréé par le CIEP (Centre international d’Etudes pédagogiques), cette mission implique un changement radical des méthodes d’enseignement. Le réseau des Alliances françaises s’est converti à la révolution du numérique. Tous les services pédagogiques ont été ouverts au numérique et aux ressources disponibles sur internet d’où une interactivité optimale entre enseignants et apprenants.

En général, toutes leurs activités culturelles sont centrées autour d’un projet humanitaire. Régulièrement le réseau des Alliances françaises en Espagne organise des ventes aux enchères avec la généreuse participation d’artistes qui offrent une de leurs œuvres. L’argent récolté est versé au bénéfice des différentes associations, par exemple, d’enfants autistes ou schizophrènes, aussi aux Médecins du Monde ou encore à Terre des Hommes. Leurs bénévoles profitent en échange de cours de français gratuits avant d’être envoyés en mission dans des pays francophones, notamment en Afrique.
Mais, en tant que lieux consacrés à la culture francophone, la mission des Alliances françaises est, avant tout, d’encourager leurs étudiants à s’exprimer, et notamment à travers l’art. Ainsi en 2009, à l’occasion des 25 ans d’existence de l’Alliance française de Madrid, un des moments forts fut l’important concours de photographies organisé sur le thème de « Liberté-Egalité-Fraternité ». Une initiative si réussie qu’une seconde édition a été réalisée sur le thème de la tolérance.
Cette importante manifestation culturelle a été placée sous l’égide du président de l’Alliance française de Madrid, M. Juan J. Luna, conservateur du Musée du Prado et spécialiste de Goya, et de l’Ambassadeur de France en Espagne M. Bruno Delaye. Le premier prix était doté de 3 000 euros avec un voyage en France et le deuxième d’un montant de 1 500 euros avec également un voyage en France.

L’image de la France en Espagne

Les deux invités citent Erik Orsenna de l’Institut qui considère la transmission du gai savoir comme un des rôles des Alliances françaises dans le monde. Une autre grande figure littéraire Mario Vargas Lhosa qui fut étudiant à l’Alliance française de Lima, rappelle « qu’il y a appris une autre vision du monde et les valeurs de la liberté. » (Le grand prix Simone et Cino Del Duca lui a été décerné en 2008 sur proposition de l’Académie française Mario Vargas Llosa : prix del Duca 2008, Prix Nobel de Littérature 2010). Pourquoi apprendre le français ? On raconte que c’est la langue de l’amour, de l’esprit, des sciences, mais il existe bien d’autres raisons.
Une association DIALOGO a récemment fait une étude sur les relations entre la France et l’Espagne avec un résultat étonnant : 100% de satisfecit de part et d’autre des deux pays concernés. Non seulement la France est toujours le premier partenaire commercial en Espagne avec une implantation d’environ 1500 entreprises françaises. Mais il y a aussi une évolution constante dans la co-opération artistique entre les deux pays.

La culture générale ! Elle n'a d'intérêt que pour se mesurer avec d'autres dans des émissions radio, TV, et pour les dîners en ville.

Il s'agit de connaître un tout petit peu de tout : quelle est la capitale de tel pays exotique, qui a écrit tel livre. Arrêtons-nous déjà ici. Est-ce de la culture de le savoir si on n'a pas lu ce livre, que l'on ne sait rien de son auteur, de ses idées, de son style, de son influence . On sait que la culture mérite que l'on s'interroge sur les différents sens qu'elle peut véhiculer. Mais la culture générale !!! C'est de l'esbroufe, de la mémoire, du jeu, de la poudre aux yeux. La culture générale, c'est de l'anti-culture. Il n'empêche qu'une personne réellement cultivée puisse avoir acquis de la culture générale dans ses études et recherches. Mais lui, au moins, il sait de quoi il parle !

Répondre à la discussion

RSS

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation