Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

L'autre jour au "Grenier Jane Tony", quelqu'un (Piet Lincken pour ne pas le nommer) m'a posé cette question à brule pour point: c'est quoi l'âme ?
C'est un mot-bateau sans doute qui revient un peu trop souvent dans une certaine poésie.

Prudemment, je lui ai répondu par le sens étymologique: souffle ...

L'âme est aussi une pièce indispensable au violon, sans quoi le son resterait
on ne peut plus confidentiel ...

Je pense à une phrase de Valente qui dit: " De quel côté de mon corps étais-tu mon âme, pour ne pas me secourir ?"
Qu'en pensez-vous, amis d'Arts et Lettres ?

Vues : 1881

Y répondre

Réponses à cette discussion

Cher Abdeslem,

j'aime beaucoup cette phrase :
"La confiance est l'âme de la croyance !'
Ici, vous parlez d'âme et de croyance qui font partie de la confiance.

La confiance est un moteur pour avancer et poursuivre un cheminement, chacun à sa manière.

Et je pense que chaque chemin prend son temps pour découvrir ce qu'il cherche. Avec ses chemins de traverse, ses détours, ses avancées... Et l'âme se cache parfois là où on ne le savait pas :-)

Bonne soirée,
Pascale






Abdeslem SBIBI a dit :
Malheureusement je vois que c'est toujours valable "L'esprit est l'ennemi du ce qu'il ignore !". Et le meilleur exemple à cette situation c'est celui de la "Caverne" de Platon, puisqu'il garde toujours son actualité ! Et aussi parce que, la sagesse ne meurt jamais !

"Croire" n'est jamais comme "Voir", et il ne le sera jamais..! Et "Comprendre" ne sera jamais comme "Prétendre" !
Mais que faut-il expliquer encore, puisque après l'exemple des miroirs, je crois que tout est claire pour un esprit éclairé ! Sauf dans le cas ou cet esprit là ne veut pas voir, et ni même croire !

Comment faire croire à un enfant qui est né aveugle que le soleil existe ?! Si ce n'est que par la logique et aussi par la confiance !!!

La confiance est l'âme de la croyance ! Et sans elle, être moderne ou du moyen âge, on ne touchera jamais la vérité ! Puisque même dans ma nature de faible humain, je connais déjà d'autres secrets dans cette vie et dans cette existence, qui sont eux aussi loin de la portée. C’est pourquoi la grande question restera toujours, comment les faires montrer aux autres ?!! Ont-ils le pouvoir de les comprendre?!

Où même ne faut-il pas revenir sur ses pas et dire à la fin, laisser les choses comme elles sont ! Et que finalement, c'est un gâchis de temps toute tentation de ce genre ?!!
La question "Qu'est-ce que l'âme?" est traitée comme un sujet essentiel, ce qui est normal puisqu'il touche chacun d'entre nous dans ce qu'il a de plus intime. Les réponses sont multiples, variées, passionnées...rien de plus normal puisque nous sommes tous différents. Il n'y a pas une âme, il y en a autant que d'humains. Vouloir définir l' âme ne peut conduire qu'à des discussions byzantines. Chacun a raison : quand il défend sa conception de l' âme, c'est lui-même qu'il défend. Et chacun a le droit d'exprimer ses croyances, ses idées etc. C'est un article fondateur des "Droits de l'homme".
La question a suscité un grand intérêt parce q'elle a obligé chacun, qu'il en ait été conscient ou non, de se définir, de répondre à la question "qui suis-je?".
Dans la réponse interviennent en pagaille : théologie, philosophie, sociologie, éducation, traditions, psychologie, typologie (caractère),expérience de vie, conceptualisation (esprit), ressenti (sens), santé physique et mentale, métaphore pour exprimer le non-visible, lectures, études, etc...Mon but n'est pas d'être complet mais de montrer que :
-nous avons tous une notion ( terme plus ouvert que "définition") différente de ce qu'est "l'âme"
-nous avons dû nous retourner sur nous-mêmes pour nous lancer à notre propre recherche.
Et, pour finir, une petite phrase pour montrer que nous avons tous une âme qui nous est propre, qui fait que nous somme nous et pas quelqu'un d'autre : "Paix à son âme", dit-on en parlant d'un défunt.
Merci chère Pascale pour votre commentaire plein de sagesse !

Et j'ajoute là une petite quelque chose:

"Goûter le nectar de la vraie joie anime toujours tout le cœur, nid d’amour et de patience ! À quoi bon alors de vivre hors du soi ?!" (1)

"Mon paradis est dans mon cœur !
Gloire au vrai bonheur !" (2)

"La confiance est l’âme de la croyance !
La croyance est l’âme de la certitude !
La certitude est l’âme de la vérité !
La vérité est l’âme de la vie !
La vie est l’âme de l’existence !
L’existence est l’âme d’amour !
L’amour est l’âme d’éternité !
……………………………………………. !" (3)

=============
(1), (2), (3) : A. Sbibi




Pascale Eyben a dit :
Cher Abdeslem,

j'aime beaucoup cette phrase :
"La confiance est l'âme de la croyance !'
Ici, vous parlez d'âme et de croyance qui font partie de la confiance.

La confiance est un moteur pour avancer et poursuivre un cheminement, chacun à sa manière.

Et je pense que chaque chemin prend son temps pour découvrir ce qu'il cherche. Avec ses chemins de traverse, ses détours, ses avancées... Et l'âme se cache parfois là où on ne le savait pas :-)

Bonne soirée,
Pascale






Abdeslem SBIBI a dit :
Malheureusement je vois que c'est toujours valable "L'esprit est l'ennemi du ce qu'il ignore !". Et le meilleur exemple à cette situation c'est celui de la "Caverne" de Platon, puisqu'il garde toujours son actualité ! Et aussi parce que, la sagesse ne meurt jamais !

"Croire" n'est jamais comme "Voir", et il ne le sera jamais..! Et "Comprendre" ne sera jamais comme "Prétendre" !
Mais que faut-il expliquer encore, puisque après l'exemple des miroirs, je crois que tout est claire pour un esprit éclairé ! Sauf dans le cas ou cet esprit là ne veut pas voir, et ni même croire !

Comment faire croire à un enfant qui est né aveugle que le soleil existe ?! Si ce n'est que par la logique et aussi par la confiance !!!

La confiance est l'âme de la croyance ! Et sans elle, être moderne ou du moyen âge, on ne touchera jamais la vérité ! Puisque même dans ma nature de faible humain, je connais déjà d'autres secrets dans cette vie et dans cette existence, qui sont eux aussi loin de la portée. C’est pourquoi la grande question restera toujours, comment les faires montrer aux autres ?!! Ont-ils le pouvoir de les comprendre?!

Où même ne faut-il pas revenir sur ses pas et dire à la fin, laisser les choses comme elles sont ! Et que finalement, c'est un gâchis de temps toute tentation de ce genre ?!!

allocution généreuse et enthousiaste, belle comme l'âme! Thanks Dominique!
En anglais on dit "Peace be with YOU!"

Dominique Dumont a dit :
La question "Qu'est-ce que l'âme?" est traitée comme un sujet essentiel, ce qui est normal puisqu'il touche chacun d'entre nous dans ce qu'il a de plus intime. Les réponses sont multiples, variées, passionnées...rien de plus normal puisque nous sommes tous différents. Il n'y a pas une âme, il y en a autant que d'humains. Vouloir définir l' âme ne peut conduire qu'à des discussions byzantines. Chacun a raison : quand il défend sa conception de l' âme, c'est lui-même qu'il défend. Et chacun a le droit d'exprimer ses croyances, ses idées etc. C'est un article fondateur des "Droits de l'homme".
La question a suscité un grand intérêt parce q'elle a obligé chacun, qu'il en ait été conscient ou non, de se définir, de répondre à la question "qui suis-je?".
Dans la réponse interviennent en pagaille : théologie, philosophie, sociologie, éducation, traditions, psychologie, typologie (caractère),expérience de vie, conceptualisation (esprit), ressenti (sens), santé physique et mentale, métaphore pour exprimer le non-visible, lectures, études, etc...Mon but n'est pas d'être complet mais de montrer que :
-nous avons tous une notion ( terme plus ouvert que "définition") différente de ce qu'est "l'âme"
-nous avons dû nous retourner sur nous-mêmes pour nous lancer à notre propre recherche.
Et, pour finir, une petite phrase pour montrer que nous avons tous une âme qui nous est propre, qui fait que nous somme nous et pas quelqu'un d'autre : "Paix à son âme", dit-on en parlant d'un défunt.

et l'âme se cache parfois là où on ne le savait pas... une phrase d'écho universel! Merci Pascale! On a envie de la répéter à l'infini...


Pascale Eyben a dit :
Cher Abdeslem,

j'aime beaucoup cette phrase :
"La confiance est l'âme de la croyance !'
Ici, vous parlez d'âme et de croyance qui font partie de la confiance.

La confiance est un moteur pour avancer et poursuivre un cheminement, chacun à sa manière.

Et je pense que chaque chemin prend son temps pour découvrir ce qu'il cherche. Avec ses chemins de traverse, ses détours, ses avancées... Et l'âme se cache parfois là où on ne le savait pas :-)

Bonne soirée,
Pascale






Abdeslem SBIBI a dit :
Malheureusement je vois que c'est toujours valable "L'esprit est l'ennemi du ce qu'il ignore !". Et le meilleur exemple à cette situation c'est celui de la "Caverne" de Platon, puisqu'il garde toujours son actualité ! Et aussi parce que, la sagesse ne meurt jamais !

"Croire" n'est jamais comme "Voir", et il ne le sera jamais..! Et "Comprendre" ne sera jamais comme "Prétendre" !
Mais que faut-il expliquer encore, puisque après l'exemple des miroirs, je crois que tout est claire pour un esprit éclairé ! Sauf dans le cas ou cet esprit là ne veut pas voir, et ni même croire !

Comment faire croire à un enfant qui est né aveugle que le soleil existe ?! Si ce n'est que par la logique et aussi par la confiance !!!

La confiance est l'âme de la croyance ! Et sans elle, être moderne ou du moyen âge, on ne touchera jamais la vérité ! Puisque même dans ma nature de faible humain, je connais déjà d'autres secrets dans cette vie et dans cette existence, qui sont eux aussi loin de la portée. C’est pourquoi la grande question restera toujours, comment les faires montrer aux autres ?!! Ont-ils le pouvoir de les comprendre?!

Où même ne faut-il pas revenir sur ses pas et dire à la fin, laisser les choses comme elles sont ! Et que finalement, c'est un gâchis de temps toute tentation de ce genre ?!!
Et si mon âme n'existait que par défaut!
Si tout ça, poésie et pensées vaporeuses n'étaient que pour nier ce corps qui tôt ou tard me trahira....
Une image de la fidélité et de l'impermanance..
une idée de moi bien au sec au milieu d'un corps en perdition...
Votre définition me semble séduisante!

Fabien Faure a dit :
Et si mon âme n'existait que par défaut!
Si tout ça, poésie et pensées vaporeuses n'étaient que pour nier ce corps qui tôt ou tard me trahira....
Une image de la fidélité et de l'impermanance..
une idée de moi bien au sec au milieu d'un corps en perdition...
Dans cette citation de Valente il y a l'appel au Soi, libre des limites de l'ego qui se débat dans les filets des émotions et des épreuves de la vie. L'âme est pour moi au-delà du Soi qui est son interface.

La question me parais intéressant, mais dans ma conception des choses l'âme n'est pas un privilège des êtres humains seul, les animaux font parti du cercle. Pour la fin, d'après moi le corps meurt...mais non pas l'âme.

mariel rouillon a dit :
moi, une chose me fait réfléchir, c'est les gens qui "perde l'esprit", que ce soit par Alzheimer, ou congénital, ou même pire dans certaines formes de dépersonnalisation, quand l'intelligence disparait sous la souffrance, quand la personne n'est plus elle-même, quand l'esprit "meurt", que reste t-il ? l'animal en nous, c'est sûr. Un corps oui, mais bien diminué. L'âme peut-elle mourir...

Cela nous ramène aussi aux longues conversations depuis le 17è siècle, sur le Sauvage, l'homme sans lien de socialisation a t-il une âme ? L'âme serait-elle pour finir un "corps social"...
"Bénis O mon âme, lumière de ma vie, Lumière de mon coeur,Lumière du Monde
qu'à tout jamais ma parole ne tarisse point d'éloges qu'en sa beauté et sa grâce subtile
qu'elle demeure douce et accueillante, pour mieux te couver en mon coeur et

MON ÄME Bénissons nous les uns et les autres en ce grand TOUT qui est nôtre.......................
Love
MamyBlue
l'âme me semble t-il, se retrouve dénuée de sens quand elle s' intellectualise étymologiquement... l'âme semble bien au delà, on pourrait peut-être la considérer, tel un champ vibratoire, très subtil, ou l'amalgame de chaque individus viendrai se greffer, pour ainsi former une énergie universelle incomparable, une force créatrice!!! et non plus destructrice.
et encore !!? j'intellectualise trop le phénomène...
bien à vous
On diorait du slam et c'est très vécu, j'aime...

fathiadinabella a dit :
Le Calypso des âmes perdues.

Je marche dans la rue, je regarde autour de moi, et il fait froid,

Une jeunesse obscure prend racine dans des endroits lugubres.

Ils ont la rage contre la vie, et fument la pollution de l’ennui,

Leurs regards sont chargés de désespoir, car ils vivent dans un trou noir.

Leurs pas sont des kilomètres sans toit, et pourtant ils gardent la foi.

Ils sillonnent les routes sans fin car ils n’ont pas de lendemain,

Ils vagabondent comme des naufragés sans habit et sans repère.

Ils sont face à leur détresse, dans l’immensité des nuits pleines de traîtresses.

Ils se lèvent à l’aurore pour partir au combat, et pourtant on ne les regarde pas,

Ils sont abandonnés et n’ont plus de fierté, ils se sont oubliés.

Tous les médecins ne pourront pas cicatriser leurs peines.

Ils sont comme des pèlerins qui cherchent leurs destins pour trouver un chemin,

Ils se nourrissent d’amertumes, de l’indifférence d’autrui, de la médisance d’un regard,

Et heureusement ….

Qu’il y a des personnes généreuses de l’âme,

Qui ne pensent pas qu’a eux, et qui possèdent la maturité de partager,

Qui font appel à vos dons, pour un repas d’un soir, et gardent l’espoir,

Mais il y a des jours où le réveil est lourd,

Car demander est très difficile et pourtant ce n’est pas mendier.

C’est juste une réalité.

Je donne ce que je peux, mais je donne, quoi que je fasse, je fais un pas,

Je n’abandonne pas et je combats pour suivre mes pas.

Je n’ai pas de formule et de baguette magique,

et pourtant je voudrais être une fée pour libérer les âmes perdues.

J’aimerais que tout le monde dorme dans la quiétude,

j’aimerai que tout le monde mange à sa faim,

plus besoin de resto du cœur, J’espère que ce sera la fin.

Je suis la fée de la faim, je veux nourrir chaque matin, pour plein de lendemain,

Ma victoire serait de diminuer la pauvreté, il n’y a que le peuple qui peut m’aider,

Sans vous, je ne peux avancer, avec vous je peux triompher.

Pour atteindre le réel, il faut écarter le vécu,

mais on a besoin du vécu que pour atteindre le réel.

Aidons-nous les uns les autres. Le cri du cœur.

Droit réservé à tous,

Fathia.

Répondre à la discussion

RSS

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation