Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

L'autre jour au "Grenier Jane Tony", quelqu'un (Piet Lincken pour ne pas le nommer) m'a posé cette question à brule pour point: c'est quoi l'âme ?
C'est un mot-bateau sans doute qui revient un peu trop souvent dans une certaine poésie.

Prudemment, je lui ai répondu par le sens étymologique: souffle ...

L'âme est aussi une pièce indispensable au violon, sans quoi le son resterait
on ne peut plus confidentiel ...

Je pense à une phrase de Valente qui dit: " De quel côté de mon corps étais-tu mon âme, pour ne pas me secourir ?"
Qu'en pensez-vous, amis d'Arts et Lettres ?

Vues : 2101

Y répondre

Réponses à cette discussion

allez voir "Niets" ! Dès qu'on le rejoue :Conversion de nos craintes et de nos peurs en Am(e) our!
, une sorte de clé...
http://artsrtlettres.ning.com/profiles/blogs/niets-theatre-de-poche

sylviane josephine tirez a dit :


mariel rouillon a dit :
moi, une chose me fait réfléchir, c'est les gens qui "perde l'esprit", que ce soit par Alzheimer, ou congénital, ou même pire dans certaines formes de dépersonnalisation, quand l'intelligence disparait sous la souffrance, quand la personne n'est plus elle-même, quand l'esprit "meurt", que reste t-il ? l'animal en nous, c'est sûr. Un corps oui, mais bien diminué. L'âme peut-elle mourir...

Cela nous ramène aussi aux longues conversations depuis le 17è siècle, sur le Sauvage, l'homme sans lien de socialisation a t-il une âme ? L'âme serait-elle pour finir un "corps social"...

je te salue for my point à view.....l'enfant qui vient de naître est une âme-esprit "vierge" (si on ne tient pas compte de ces mémoires ancestrales) selon sa naissance il est né dans l'harmonie de la vie ou la "disharmonie".......et il se créa
en "images" des stéréotypes, comme si l'ame-esprit va capter les "images" et puis selon son mode de vie
l'enfant grandit....et commence à planter "ces propres graines d'esprit".
Voici mon petit message pour tous "JE SUIS CE QUE JE PENSE et JE DEVIENS CE QUE J'AI PENSE"
UN ESPRIT SAIN DANS UN CORPS SAIN, c'est à nous à le construire pas à pas......l'esprit est un singe qu'il faut
apprivoiser....faire le silence nous permet de l'harmoniser avec la quintessence et le prana de l'univers.
UNE AME n'exite que s'il elle dotée de l'esprit. ON NE PEUT LES DISSOCIER
Que mes pensées de paix les plus douces ensoleille ton âme et envahisse ton coeur..... malgré les froidures et
les prémices de cet hiver qui arrive à grand pas.... a+ sylviane


sylviane josephine tirez a dit :


mariel rouillon a dit :
moi, une chose me fait réfléchir, c'est les gens qui "perde l'esprit", que ce soit par Alzheimer, ou congénital, ou même pire dans certaines formes de dépersonnalisation, quand l'intelligence disparait sous la souffrance, quand la personne n'est plus elle-même, quand l'esprit "meurt", que reste t-il ? l'animal en nous, c'est sûr. Un corps oui, mais bien diminué. L'âme peut-elle mourir...

Cela nous ramène aussi aux longues conversations depuis le 17è siècle, sur le Sauvage, l'homme sans lien de socialisation a t-il une âme ? L'âme serait-elle pour finir un "corps social"...

L'âme: de l'eau de-là, de l'eau de vie? Quant à boire, je bois la parole!
Eric Migom a dit :

Après avoir lus toutes ces idées sur l'âme...je me retrouve le plus dans la vôtre, elle me parait à la limite gratuite. tel que l'âme...

Philippe G. Brahy a dit :
L’âme, c’est l’eau de là. Et l’eau de là est imbuvable. Bien à vous. Philippe.
L'âme n'existe pas "en soi". Elle est cette dimension que la langue nous a léguée sous le vocable "âme" avec toutes ses composantes culturelles et que nous partageons (découvrons) par tout acte de langage (regard, geste, mots,...), Mais chacun la construit à sa façon dans le creuset de sa propre réalité (identité). C'est ce qui fait notre charme sans doute, mais aussi tout l'intérêt d'aller vers les autres pour enrichir le puzzle.
Le "supplément d'âme" est ce qui se partage, s'enrichit d'échanges, de confrontations, d'amour, même si parfois il ne reste plus que cela, voire son souvenir ...
L'âme, c'est peut-être comme le souffle vital, elle s'insuffle dans nos actes et nos créations, elle est lumière, surgit n'importe où, sans qu'on s'y attende, elle nous est offerte par d"autres, quand les âmes se rencontrent...
Elle vient de nous et elle est hors d'atteinte, elle se dérobe, elle est multiple et insaisissable.

Le mot hébreu "Nephesh" est le plus souvent traduit par "être vivant, souffle" et "souffle de vie".
En Chine, ce souffle vital nommé "chi" circule en nous, en chaque être vivant. Le Chi correspond donc, sous certaines réserves, à la notion occidentale de "souffle" ("anima" en latin, d'où le mot français "âme").

L'âme est aussi le fondement de l'identité, ce qui fait de chacun de nous un être unique. L'âme s'oppose par là à l'esprit qui est le même en chacun de nous et désigne ce par quoi nous sommes universels. L'âme, en tant que parcelle de divin en nous, est une sorte d'interface entre le principe de vie, le "chi", et la pensée.
D'où, en présence de certains êtres, le sentiment que leur regard vient de plus loin et de plus haut qu'eux-mêmes.

«Objets inanimés, avez-vous donc une âme
Qui s'attache à notre âme et la force d'aimer ?»
Lamartine, Milly ou la Terre natale

L'âme reste un grand mystère, comme celui de la vie, de la naissance... et chacun de nous tente, ici, de s'en approcher légèrement, et ce, depuis que l'aube des temps...

«L'âme, reflet du monde et de l'homme, est d'une telle diversité, d'une telle complexité qu'on peut la considérer et la juger sous des angles infiniment variés.»
Carl Jung, Problèmes de l'âme moderne.

Merci à chacun pour cet échange stimulant!

Belle journée.
Pascale
Merveilleuse synthèse, Pascale! Merci pour toute cette légèreté!

Pascale Eyben a dit :
L'âme, c'est peut-être comme le souffle vital, elle s'insuffle dans nos actes et nos créations, elle est lumière, surgit n'importe où, sans qu'on s'y attende, elle nous est offerte par d"autres, quand les âmes se rencontrent...
Elle vient de nous et elle est hors d'atteinte, elle se dérobe, elle est multiple et insaisissable.

Le mot hébreu "Nephesh" est le plus souvent traduit par "être vivant, souffle" et "souffle de vie".
En Chine, ce souffle vital nommé "chi" circule en nous, en chaque être vivant. Le Chi correspond donc, sous certaines réserves, à la notion occidentale de "souffle" ("anima" en latin, d'où le mot français "âme").

L'âme est aussi le fondement de l'identité, ce qui fait de chacun de nous un être unique. L'âme s'oppose par là à l'esprit qui est le même en chacun de nous et désigne ce par quoi nous sommes universels. L'âme, en tant que parcelle de divin en nous, est une sorte d'interface entre le principe de vie, le "chi", et la pensée.
D'où, en présence de certains êtres, le sentiment que leur regard vient de plus loin et de plus haut qu'eux-mêmes.

«Objets inanimés, avez-vous donc une âme
Qui s'attache à notre âme et la force d'aimer ?»
Lamartine, Milly ou la Terre natale

L'âme reste un grand mystère, comme celui de la vie, de la naissance... et chacun de nous tente, ici, de s'en approcher légèrement, et ce, depuis que l'aube des temps...

«L'âme, reflet du monde et de l'homme, est d'une telle diversité, d'une telle complexité qu'on peut la considérer et la juger sous des angles infiniment variés.»
Carl Jung, Problèmes de l'âme moderne.

Merci à chacun pour cet échange stimulant!

Belle journée.
Pascale
Merci Deashelle, chacun y apporte sa petite touche, cela fera une belle toile colorée :-)

deashelle a dit :
Merveilleuse synthèse, Pascale! Merci pour toute cette légèreté!

Pascale Eyben a dit :
L'âme, c'est peut-être comme le souffle vital, elle s'insuffle dans nos actes et nos créations, elle est lumière, surgit n'importe où, sans qu'on s'y attende, elle nous est offerte par d"autres, quand les âmes se rencontrent...
Elle vient de nous et elle est hors d'atteinte, elle se dérobe, elle est multiple et insaisissable.

Le mot hébreu "Nephesh" est le plus souvent traduit par "être vivant, souffle" et "souffle de vie".
En Chine, ce souffle vital nommé "chi" circule en nous, en chaque être vivant. Le Chi correspond donc, sous certaines réserves, à la notion occidentale de "souffle" ("anima" en latin, d'où le mot français "âme").

L'âme est aussi le fondement de l'identité, ce qui fait de chacun de nous un être unique. L'âme s'oppose par là à l'esprit qui est le même en chacun de nous et désigne ce par quoi nous sommes universels. L'âme, en tant que parcelle de divin en nous, est une sorte d'interface entre le principe de vie, le "chi", et la pensée.
D'où, en présence de certains êtres, le sentiment que leur regard vient de plus loin et de plus haut qu'eux-mêmes.

«Objets inanimés, avez-vous donc une âme
Qui s'attache à notre âme et la force d'aimer ?»
Lamartine, Milly ou la Terre natale

L'âme reste un grand mystère, comme celui de la vie, de la naissance... et chacun de nous tente, ici, de s'en approcher légèrement, et ce, depuis que l'aube des temps...

«L'âme, reflet du monde et de l'homme, est d'une telle diversité, d'une telle complexité qu'on peut la considérer et la juger sous des angles infiniment variés.»
Carl Jung, Problèmes de l'âme moderne.

Merci à chacun pour cet échange stimulant!

Belle journée.
Pascale
Je crois que l'âme existe en soi, car même sans langue cette entité existait comme elle existe toujours ! Puisque en fin de compte la langue n'est qu'un support représentatif de nos idées et d'une façon général de la pensée...

Et quand deux personnes se parlent ou se communiquent, ce sont leurs deux âmes qui font cela. Car le corps n'est qu'un tissu, comme j'ai dis dans un précédent commentaire, et la langue reste toujours un moyen de communication seulement.

Et je reviens à l’exemple de miroir que j’ai donné précédemment :
« On a deux miroirs d’une qualité sublime opposés et à une distance très minime, et que l’un veut se voir dans l’autre !
Est-ce que c’est possible ?!

Et comme repense à cette question : Oui c’est possible de se voir mais c’est impossible de s’identifier !

Et comme conséquence de cet état, chacun des deux miroirs va être conscient de son existence et de sa présence, mais sans pouvoir se voir réellement ! »

Bien à vous.
A. Sbibi



Claude Miseur a dit :
L'âme n'existe pas "en soi". Elle est cette dimension que la langue nous a léguée sous le vocable "âme" avec toutes ses composantes culturelles et que nous partageons (découvrons) par tout acte de langage (regard, geste, mots,...), Mais chacun la construit à sa façon dans le creuset de sa propre réalité (identité). C'est ce qui fait notre charme sans doute, mais aussi tout l'intérêt d'aller vers les autres pour enrichir le puzzle.
Le "supplément d'âme" est ce qui se partage, s'enrichit d'échanges, de confrontations, d'amour, même si parfois il ne reste plus que cela, voire son souvenir ...
Une très belle et profonde analyse ! J'aime vraiment cette approche !


deashelle a dit :
Merveilleuse synthèse, Pascale! Merci pour toute cette légèreté!

Pascale Eyben a dit :
L'âme, c'est peut-être comme le souffle vital, elle s'insuffle dans nos actes et nos créations, elle est lumière, surgit n'importe où, sans qu'on s'y attende, elle nous est offerte par d"autres, quand les âmes se rencontrent...
Elle vient de nous et elle est hors d'atteinte, elle se dérobe, elle est multiple et insaisissable.

Le mot hébreu "Nephesh" est le plus souvent traduit par "être vivant, souffle" et "souffle de vie".
En Chine, ce souffle vital nommé "chi" circule en nous, en chaque être vivant. Le Chi correspond donc, sous certaines réserves, à la notion occidentale de "souffle" ("anima" en latin, d'où le mot français "âme").

L'âme est aussi le fondement de l'identité, ce qui fait de chacun de nous un être unique. L'âme s'oppose par là à l'esprit qui est le même en chacun de nous et désigne ce par quoi nous sommes universels. L'âme, en tant que parcelle de divin en nous, est une sorte d'interface entre le principe de vie, le "chi", et la pensée.
D'où, en présence de certains êtres, le sentiment que leur regard vient de plus loin et de plus haut qu'eux-mêmes.

«Objets inanimés, avez-vous donc une âme
Qui s'attache à notre âme et la force d'aimer ?»
Lamartine, Milly ou la Terre natale

L'âme reste un grand mystère, comme celui de la vie, de la naissance... et chacun de nous tente, ici, de s'en approcher légèrement, et ce, depuis que l'aube des temps...

«L'âme, reflet du monde et de l'homme, est d'une telle diversité, d'une telle complexité qu'on peut la considérer et la juger sous des angles infiniment variés.»
Carl Jung, Problèmes de l'âme moderne.

Merci à chacun pour cet échange stimulant!

Belle journée.
Pascale
Et moi je suis bien d'accord avec Claude Miseur...

Comme quoi, nous revoilà dans la "querelle des anciens et des modernes" qui date du 17è siècle.
Pas un poil d'avancée depuis.... chacun campe sur ses positions.

Ben mes amis, nous voilà "Gros jean comme devant" comme disait M. de la Fontaine
(dernier vers de "Perette et le pot au lait")
Tout le progrès de nos sociétés modernes n'aurait pas fait évoluer notre pensée depuis les philosophes des "Lumières" ?
La pensée est bien intemporelle... et moyen âge ou temps modernes ne changent rien à l'affaire... le progrès ce serait de l'admettre! Et quel gain de temps!
Malheureusement je vois que c'est toujours valable "L'esprit est l'ennemi du ce qu'il ignore !". Et le meilleur exemple à cette situation c'est celui de la "Caverne" de Platon, puisqu'il garde toujours son actualité ! Et aussi parce que, la sagesse ne meurt jamais !

"Croire" n'est jamais comme "Voir", et il ne le sera jamais..! Et "Comprendre" ne sera jamais comme "Prétendre" !
Mais que faut-il expliquer encore, puisque après l'exemple des miroirs, je crois que tout est claire pour un esprit éclairé ! Sauf dans le cas ou cet esprit là ne veut pas voir, et ni même croire !

Comment faire croire à un enfant qui est né aveugle que le soleil existe ?! Si ce n'est que par la logique et aussi par la confiance !!!

La confiance est l'âme de la croyance ! Et sans elle, être moderne ou du moyen âge, on ne touchera jamais la vérité ! Puisque même dans ma nature de faible humain, je connais déjà d'autres secrets dans cette vie et dans cette existence, qui sont eux aussi loin de la portée. C’est pourquoi la grande question restera toujours, comment les faires montrer aux autres ?!! Ont-ils le pouvoir de les comprendre?!

Où même ne faut-il pas revenir sur ses pas et dire à la fin, laisser les choses comme elles sont ! Et que finalement, c'est un gâchis de temps toute tentation de ce genre ?!!

Répondre à la discussion

RSS

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation