Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Mais que veut donc dire Artiste rebelle ? Serait-ce la forme exprimée dans une œuvre ? Peut être , ou bien la contestation d'un système , possible aussi ...


Réalisme ou pas ?

 

La peinture est un art de réflexion, de recherche d’harmonie, le choix du BEAU.

Ce qui me convient le mieux, par souci d’honnêteté, et de culture, c’est le réalisme.

Or, on a souvent associé le réalisme avec un manque de culture, le maniérisme, l’académisme, ou le manque d’imagination. Est-ce être artiste rebelle que de persister en ce sens ?

Bien sûr, cela peut être vrai, mais tout dépend de l’artiste lui-même, de son expérience et de ses engagements.

En ce qui me concerne, je pense que la recherche artistique se situe dans la recherche du réalisme, parce que cette technique me permet d’exprimer mes émotions, ma recherche de l’harmonie, et de la stabilité.

C’est l’art populaire par excellence, et c’est d’ailleurs ce qui ne plait pas aux intellectuels actuels, qui, profitant de leur situation de pensée universelle dominante, mettent une distance entre eux et « le peuple » et réussissent à donner des complexes à beaucoup de monde.

L’art est intemporel, ce ne peut donc pas être une mode, tout juste une rébellion face à un monde qui privilégie l’universalisme et le conforme. C’est une recherche purement personnelle qui nécessite une technique, une expérience et un retour sur soi. La remise en question est donc permanente, et demande beaucoup d’abnégation.

Ce n’est pas le prix qu’un artiste s’octroie qui fait la valeur d’un travail, quand on sait comment sont attribuées les cotations, il y a beaucoup de questions à se poser. En ce sens, je suis et je revendique être une artiste rebelle.

De plus, ce n’est pas seulement parce qu’une œuvre nous interpelle, ou nous laisse dans l’incompréhension qu’elle est représentative de l’art avec un grand A, ou qu’elle est « moderne ».

L’art est une notion populaire, parce que ressentie par l’humain, et elle doit pouvoir se communiquer dans toute sa dimension et se partager, sans notion de privilégiés.

Quand à la technique, même si elle n’est pas tout, elle représente quand même une très grande part dans la conception d’une œuvre.

 

Brigitte Grange


Vues : 998

Y répondre

Réponses à cette discussion

Bonjour Daniel,

 

Je vous réponds dans le désordre tant qu'à parler de rebéllion.
Je ne brandis aucun étendard car je n'aime pas trop le principe.
Vous parlez de pouvoir or ce n'est pas vraiment ma tasse de thé non plus. Je recherche la puissance oui. Le pouvoir ne m'est pas utile dans ma recherche personnelle. Je le laisse donc à ceux qui le désirent. Je ne fais pas de commerce non plus. Vendre oui pourquoi pas ? Mais je ne vivrai pas de l'art car l'art me permet de m'exprimer librement. Je n'ai jamais été doué pour faire du commerce et si la vente peut avoir lieu, ma liberté de création passe en premier chez moi. Je me vois mal créer dans telle matière "qui marche bien en ce moment" ou faire un nu parce que c'est recherché etc. Non, non. La sculpture me sert à m'exprimer. L'art contemporain serait à mes yeux plus la communication entre les artistes et les regards des autres hommes. Pas spécialement une communication entre des marchands et des créateurs. Je ne les renie pas non plus. Chacun a sa place mais de là à créer pour et en fonction de... Il y a une certaine marge quand même. Cette réserve d'espace ethique est ma liberté. Bien sûr à chacun la morale esthétique qui lui convient. Personnellement les vrais marquis sont ceux qui se manifestent par leurs actes comme Sade par exemple et qui le demeurent dans la durée même 100 ans après leurs créations sculpturales d'idées ou de matières.
Donc au final, je n'ai pas de pouvoir pas parce que les artistes n'en ont pas mais parce que je n'en souhaite pas.
Je ne me vois pas comme un artiste mais comme un individu libre et j'agis en tant que tel. L'intérêt des hommes au sens large m'est quant à lui précieux car je m'exprime à ma façon pour l'Homme justement. Qui sont ces individus ? Mais un peu tout le monde et personne à la fois. Tout est relatif non ? Il y a galerie et galerie, académie et académie etc. Pour moi l'art contemporain n'est pas une école d'art où on est jugé à l'admission sur un travail antérieur de longue durée. Ceux là je les appelle des poseurs de barrières. J'aurais pu dire constructeurs mais cela je le garde pour ceux qui bâtissent quelque chose au profit immédiat ou plus lointain des autres. Mettre des barrières est réservé peut-être aux individus qui ont du pouvoir ? Voilà une des raisons qui font que le pouvoir ne m'intéresse pas. J'aime beaucoup Marcel Duchamp. Certes son urinoir n'aurait pas été de son temps accueilli comme oeuvre d'art sans les acteurs du monde artistique commercial mais qui peut dire si son oeuvre n'aurait pas été reconnue plus tard ? Bien sûr tout le monde est tenu par des maillons dans un système mais l'on peut également créer juste pour créer. Voilà un silence juste pas une rébellion sauf qu'une rébellion est plus simple à étouffer qu'un silence. Enfin, je crois.

Merci pour votre réponse. Dans l’ensemble, elle est assez cohérente pour me convaincre de votre réel besoin de création. Et vos refus me paraissent bien définir en creux un esthétique et une éthique de l’art indifférentes aux fausses grandeurs et à l’esprit mercantile du temps. Il est vrai aussi que, devant la prolifération actuelle des tensions particularistes, la communication directe entre les artistes (que vous semblez souhaiter) ne peut être que bénéfique, et cela d’autant plus que, étant par nature des individualistes toujours plus soucieux de cultiver leur différence que d’approfondir leur communion, ils ne se ressemblent pas. C’est peut-être ici la première fonction de notre réseau Arts et Lettres que de favoriser ces échanges. La mort de Matisse en 1954 affecta beaucoup Picasso qui avait déclaré quelque temps auparavant : "Il faut que nous discutions autant que nous pouvons. Quand l’un de nous mourra, il y aura certaines choses dont l’autre ne pourra plus parler avec personne." Une telle déclaration montre le respect qu’ils avaient l’un pour l’autre dans leur totale différence et la complicité peu connue qui les lia dès 1906 jusqu’à la mort de Matisse. Au point que Picasso dira que "personne n’a jamais regardé plus attentivement que moi les peintures de Matisse, et personne n’a jamais regardé les miennes avec plus d’attention que lui". Cet échange de regards reconstruit à l’intérieur du pluriel un singulier. Il rassemble ces géants de la modernité par leur solidarité dans leur commune mise à l’épreuve du sujet. Leur modernité en est la dénudation et le révélateur. Au plus loin d’une essentialisation masquée, elle est une figure historique de l’individuation qui s’invente en inventant une nouvelle relation aux autres. Au plaisir de vous lire et de découvrir de loin vos sculptures.

Daniel Moline
J'ai un besoin de création et de communication, voir de communion avec mes sculptures et le regard des Hommes. Ma vie est un peu le mythe du juïf errant sans l'être tout à fait ni sans l'être vraiment. Je veux dire par là qu'un certain nomadisme d'esprit est imposé lorsque l'on vient d'ailleurs. D'où mon principe de liberté éloigné de la réalité mercantile.

Vous évoquez Marcel Duchamp et les années 1900 ou les arts "beefteck" (comme disait Brancusi d'une certaine figuration antérieure) ont fait de la place pour un art nouveau, plus moderne pour son époque.
D'ailleurs encore à la pointe de la modernité aujourd'hui (avis personnel).

C'est certain que Duchamp, Tzara, Léger, Brancusi, Rousseau, Apollinaire, Noguchi, Modigliani, Ray et d'autres encore se fréquentaient et entretenaient visiblement des rapports d'amitié même. Marcel Duchamp est celui qui a fait découvrir et puis vendre l'oeuvre de Brancusi aux Etats Unis. Une solidarité à toute épreuve venait renforcer cette amitié propre aux acteurs de la naissance de l'art contemporain qui indifféremment des réalités sociales se sont soutenus. Outre la misère ils ont aussi "connues" les mentalités de leurs temps. Ces acteurs des années 1900 ont chacun révolutionné l'Art à leur façon. Brancusi par la géométrie, Duchamp par la conception, etc.

J'ai connu cet esprit d'entraide et d'amitié assez brièvement dans une Académie des B-A mais j'ai ensuite dû partir pour encore ailleurs. C'est effectivement ce qui me manque actuellement le plus. Cet échange particulier avec d'autres artistes et d'autres arts.

Pour en revenir à la rébellion je travaille uniquement pour moi sans me soucier du marché de l'art.
La sculpture est à mes yeux un moyen d'expression libre et non un artisanat établi selon des critères d'époques ou par des systèmes fiscaux qui placent les artistes dans des cases. Artiste amateur, artiste professionnel etc. Que veut dire artiste amateur ? Sérieusement... Pourquoi ce besoin d'étiqueter les gens ? Créateur, concepteur, plasticien etc. Serais-ce une rébellion de revendiquer juste Etre Humain ou encore Organisme vivant individualisé et doué de pensée ?

Vous dites : ..." Pour en revenir à la rébellion je travaille uniquement pour moi sans me soucier du marché de l'art.
La sculpture est à mes yeux un moyen d'expression libre et non un artisanat établi selon des critères d'époques ou par des systèmes fiscaux qui placent les artistes dans des cases." ...

Oh comme j'aime ce que vous écrivez....vous exprimez comme je ne le pourrais pas ce que je ressens lorsque que j'ose montrer mes créations...je reste moi-même et tant pis pour les autres ! Merci pour votre commentaire.

Liliane

Georges T. a dit :

J'ai un besoin de création et de communication, voir de communion avec mes sculptures et le regard des Hommes. Ma vie est un peu le mythe du juïf errant sans l'être tout à fait ni sans l'être vraiment. Je veux dire par là qu'un certain nomadisme d'esprit est imposé lorsque l'on vient d'ailleurs. D'où mon principe de liberté éloigné de la réalité mercantile.

Vous évoquez Marcel Duchamp et les années 1900 ou les arts "beefteck" (comme disait Brancusi d'une certaine figuration antérieure) ont fait de la place pour un art nouveau, plus moderne pour son époque.
D'ailleurs encore à la pointe de la modernité aujourd'hui (avis personnel).

C'est certain que Duchamp, Tzara, Léger, Brancusi, Rousseau, Apollinaire, Noguchi, Modigliani, Ray et d'autres encore se fréquentaient et entretenaient visiblement des rapports d'amitié même. Marcel Duchamp est celui qui a fait découvrir et puis vendre l'oeuvre de Brancusi aux Etats Unis. Une solidarité à toute épreuve venait renforcer cette amitié propre aux acteurs de la naissance de l'art contemporain qui indifféremment des réalités sociales se sont soutenus. Outre la misère ils ont aussi "connues" les mentalités de leurs temps. Ces acteurs des années 1900 ont chacun révolutionné l'Art à leur façon. Brancusi par la géométrie, Duchamp par la conception, etc.

J'ai connu cet esprit d'entraide et d'amitié assez brièvement dans une Académie des B-A mais j'ai ensuite dû partir pour encore ailleurs. C'est effectivement ce qui me manque actuellement le plus. Cet échange particulier avec d'autres artistes et d'autres arts.

Pour en revenir à la rébellion je travaille uniquement pour moi sans me soucier du marché de l'art.
La sculpture est à mes yeux un moyen d'expression libre et non un artisanat établi selon des critères d'époques ou par des systèmes fiscaux qui placent les artistes dans des cases. Artiste amateur, artiste professionnel etc. Que veut dire artiste amateur ? Sérieusement... Pourquoi ce besoin d'étiqueter les gens ? Créateur, concepteur, plasticien etc. Serais-ce une rébellion de revendiquer juste Etre Humain ou encore Organisme vivant individualisé et doué de pensée ?

Pour moi, je ne sais pas ce qu'est être un artiste rebelle, tout ce que je sais c'est que je ne veux pas être classée dans une case. Je ne veux pas  être dans le giron d'un galeriste qui voudrait m'imposer un style de travail, je veux pouvoir tantôt tâter du figuratif, tantôt ce que l'on appelle l'abstrait, je veux pouvoir aussi bien explorer les nouvelles technologies que les anciennes, je veux pouvoir les mélanger à ma guise, et surtout ne pas me voir imposer comme dans l'émission d'ARTE par exemple, des  "performances", des interventions,  juste parce que ceux qui font l'art d'aujourd'hui veulent des idées qui choquent et font par la même occasion le buzz, et donc engendre de l'argent. Les sujets qui choquent sont de nos jours du style chats vivants que l'on jette d'un escalier (Belgique), chien que l'on laisse mourir de faim attaché dans une galerie (Mexique), ou du style guillotine colorée destinée à tuer ou pas une une brebis selon le nombre de vote exprimer sur le net,(Allemagne) etc.. çà ce n'est pas de l'art, c'est juste choquant.

Voir le chat lancé en l’air n’est pas voir de l’art en action. Cet acte, la performance, ne doit pas être vue comme un art avec un grand A, mais un discours sur l’art. Au même titre que l’urinoir de Marcel Duchamp, ces créateurs n’ont pas ajouté une nouvelle colonne au tableau « quelles sont les formes d’art » ; ils ont pour but de former l’esprit critique des gens. Le public doit se poser la question, tout comme l’artiste de performance se l’est posée « qu’est-ce qui est digne pour moi d’une expérience esthétique ? ».

Dans les performances choquantes, pour la plupart et à raison, « l’art » (accepté au sens commun) n’existe que grâce à la réaction du public. On est loin du théâtre où la salle avale le spectacle et ressort en ayant digéré. La performance réclame que le public devienne acteur, qu’il quitte sa place bien confortable pour entrer dans le débat. Et si je dois vraiment décrire « L’art de la performance », je dois affirmer qu’il ne s’arrête pas dans l’acte de celui qui provoque une réaction, mais continue dans cette réaction et encore après sur des forums tels que celui-ci.

Et comme la tradition de ce site réclame de temps en temps une citation, je résumerais mon commentaire par une de mon artiste favoris (rebelle par excellence) Marcel Duchamp : « L’art, c’est la vie ».

Répondre à la discussion

RSS

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation