Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

" Les peintres issus des académies tels que vous perdent toute créativité, toute authenticité, soumis à leur formation, ils perdent leur spontanéité "

Réflexion d'une famille de peintres abstraits et figuratifs autodidactes,

père, mère et filles, reçue lors de mon exposition des abstraits

 à la Maison du Tourisme de Herve en décembre !

 

Exposition des abstraits - décembre 2012

Vues : 1969

Y répondre

Réponses à cette discussion

Merci Rebecca !

Tu as compris le sens de ma réponse.

J'aime beaucoup l'art brut, j'ai visité  le Palais Idéal du Facteur Cheval, et le musée de l'art brut , à Hauterives dans la Drôme, en 2004

http://www.facteurcheval.com/histoire.html

Cet édifice fantasmagorique est le véritable symbole de l'art brut.

Cet homme , un facteur anonyme, est devenu le symbole de l'art spontané.

L'œuvre d'une vie d'un idéaliste, sans aucune formation d'architecte, juste un grain de folie et une ténacité sans pareille qui lui a permis de devenir célèbre.

 

 



Liliane Magotte a dit :

Merci Rebecca !

Tu as compris le sens de ma réponse.

J'aime beaucoup l'art brut, j'ai visité  le Palais Idéal du Facteur Cheval, et le musée de l'art brut , à Hauterives dans la Drôme, en 2004

http://www.facteurcheval.com/histoire.html

Cet édifice fantasmagorique est le véritable symbole de l'art brut.

Cet homme , un facteur anonyme, est devenu le symbole de l'art spontané.

L'œuvre d'une vie d'un idéaliste, sans aucune formation d'architecte, juste un grain de folie et une ténacité sans pareille qui lui a permis de devenir célèbre.

 

 

Liliane a dit:

Tous les grands mouvements du 19e et 20e s, ont évolué de cette façon, par reniement de l'académisme, par recherche "d'autre chose"

Mais au départ, Picasso était un excellent peintre, académique. Par la maîtrise du dessin, il pouvait librement décider de s'éloigner de la voie toute tracée qu'il aurait pu suivre durant toute sa vie.

Je ne suis pas sûre que l'autodidacte aie cette même chance, cette même opportunité.

En effet, par manque de technique, ne doit-il pas se satisfaire de sa création brute, enfermé dedans, tournant en rond dans une répétition , car si à un moment donné, la reconnaissance arrive, pourra-t-il se permettre d'évoluer, aura-t-il le bagage suffisant pour outrepasser son système et convaincre ?

Je suis de cet avis. 

En effet pratiquant la gravure depuis longtemps et l'ayant apprise aux Beaux-Arts, ( qui soit dit en passant n'est pas l'endroit où j'ai appris le plus au niveau technique)  je suis de ceux qui pensent que pour s'exprimer complètement dans cette discipline il est impératif d'en connaitre à fond tous les savoirs faire, d'en connaitre les différents processus, j'irai même plus loin : de connaitre les processus de fabrication des papiers, des encres, des produits utilisés et non pas se contenter des produits vendus tout prêt.

J'ai connu des artistes qui travaillaient leur plaque à coup de pointes et de marteau sans même savoir tenir un burin ou une pointe sèche. Sans doute qu'à force de taper et de griffer en tous sens leur plaque, ils finissent par trouver une certaine harmonie et a pouvoir plus ou moins la reproduire, mais sont-ils capables de s'aventurer en dehors du chemin qu'ils ont eux mêmes balisé? Qu'en serait-il s'ils voulaient exprimer autre chose qu'une abstraction?

Picasso est pour moi le modèle même de l'artiste qui se lance chaque jour de nouveaux défis, à défaut d'aimer toute son oeuvre, il est pour moi l'artiste le plus complet, jamais il n'a eu peur d'attaquer une nouvelle technique que ce soit la pierre, la gravure, la lithographie, la poterie etc..il n'a jamais eu peur d'essayer de nouvelles choses, de se lancer dans des genres différents, toute sa vie il est passé du figuratif à l'abstrait, de l'abstrait au figuratif. Il aurait pu se dire: ma manière de faire plait au public, j'ai trouvé le bon créneau et je vais continuer à reproduire ce schéma tout le temps. Mais non il change de style quand il en a envie, cette manière de vivre une vie d'artiste me plait énormément.

Les techniques ne sont pas un but en soi, mais elle doivent être au service des artistes, les connaître est un plus je pense. Cela ne veut pas dire qu'elles ne peuvent pas se mélanger, voire être malmenées, si le besoin pour s'exprimer complètement s'en fait ressentir.

Picasso aimait à apprendre et à maîtriser ce qu'il ne connaissait pas et d'en présenter le résultat sans avoir peur de déplaire: c'est en cela qu'il est pour moi un grand artiste.

J'aime beaucoup tes peintures et ses réflexions son de mauvais goût.Amitiés Andrée

Et bien, je souhaite belle route à votre fils et que ses espoirs s'accomplissent. Un jeune qui se lance courageusement, provoque toujours un grand émoi chez moi. Ces grandes espérances doivent toujours être entourées et aidées.

C'est la plus belle réponse que l'on aie faite ici, chère Catherine !

Tous mes voeux de succès à votre fils !

N'hésitez pas à lui faire connaître le site !

 

Catherine Melchior Sana a dit :

Mon fils veut commencer les beaux arts en septembre et je l'en encourage!!! Quand je vois vos peinture, j'y vois (aussi) une liberté d'expression qui n'appartient qu'à vous!

:-) 

Liliane Magotte a dit :

Merci Rebecca !

Tu as compris le sens de ma réponse.

J'aime beaucoup l'art brut, j'ai visité  le Palais Idéal du Facteur Cheval, et le musée de l'art brut , à Hauterives dans la Drôme, en 2004

http://www.facteurcheval.com/histoire.html

Cet édifice fantasmagorique est le véritable symbole de l'art brut.

Cet homme , un facteur anonyme, est devenu le symbole de l'art spontané.

L'œuvre d'une vie d'un idéaliste, sans aucune formation d'architecte, juste un grain de folie et une ténacité sans pareille qui lui a permis de devenir célèbre.

 

 

Une réponse de Alex, mon neveu et jeune poète, qui nous suit via mon mail.

 

" Grande question.
Je ne crois pas que la Connaissance (au sens académique) annihile le pouvoir créatif. Je considère la connaissance comme un simple moyen d'accélération dans l'acquisition de techniques ou d'idées, acquisition qui serait venue naturellement mais sur un laps de temps plus long à l'Autodidacte suprême, type de l'artiste total. "
 

Bonsoir Liliane.

Une exposition pleine de créativité.  Merci pour le partage.

Bonne soirée.  Claudine.

Merci Claudine, heureuse de te revoir parmi nous !

Dans toute discussion, il est bien de pouvoir connaître l'un et l'autre des aspects et je suis dans ce cas puisque j'ai commencé l'académie après avoir peint toute ma vie (avec des interruptions ) mais j'avais l'impression de "tourner en rond" . Je n'ai qu'un regret, n'avoir pas pu suivre ces cours plus tôt !  J'avais une idée fausse de "l'académisme" parce que  comme beaucoup je ne connaissais pas ... on y est pleinement libre mais on peut développer d'autres voies et d'autres ouvertures .Un bon professeur respecte votre personnalité .
Liliane Magotte a dit :

Merci Pierre, pour cette analyse.

Le meilleur exemple , je pense, est celui des peintres naïfs.

Leur démarche est spontanée, sincère.

Ils n' obéissent pas aux lois de la perspective, ils travaillent en registres, telles les fresques égyptiennes.

Ils ne se soucient pas des proportions du corps humain, des contre-jour, du clair-obscur, des effets de drapés, des trompe   - l'oeil !

Et ce sont cependant pour certaines toiles, des œuvres d'art reconnues.

Picasso avait supprimé  ces problèmes au fil du temps, en recherche permanente, ce fut le fruit d'une longue maturation, qui lui permit de s'éloigner de l'académisme.

Tous les grands mouvements du 19e et 20e s, ont évolué de cette façon, par reniement de l'académisme, par recherche "d'autre chose"

Mais au départ, Picasso était un excellent peintre, académique. Par la maîtrise du dessin, il pouvait librement décider de s'éloigner de la voie toute tracée qu'il aurait pu suivre durant toute sa vie.

Je ne suis pas sûre que l'autodidacte aie cette même chance, cette même opportunité.

En effet, par manque de technique, ne doit-il pas se satisfaire de sa création brute, enfermé dedans, tournant en rond dans une répétition , car si à un moment donné, la reconnaissance arrive, pourra-t-il se permettre d'évoluer, aura-t-il le bagage suffisant pour outrepasser son système et convaincre ?

 

A lire, car l'on peut aussi enseigner l'art brut, qui devient ainsi ... académique

La collection de l'Art brut à Lausanne

Répondre à la discussion

RSS

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2020   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation