Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

" Les peintres issus des académies tels que vous perdent toute créativité, toute authenticité, soumis à leur formation, ils perdent leur spontanéité "

Réflexion d'une famille de peintres abstraits et figuratifs autodidactes,

père, mère et filles, reçue lors de mon exposition des abstraits

 à la Maison du Tourisme de Herve en décembre !

 

Exposition des abstraits - décembre 2012

Vues : 2101

Y répondre

Réponses à cette discussion

Je m'étonne : pourquoi une si belle idée de forum reste-t-elle  si longtemps sans suites après ces quelques lignes alors que les réparties se succédaient ?

J'espère que mes propos ne sont pas en forme de clef ...de fermeture, alors que ma pensée souhaite l'ouverture.  

Liliane, vous qui vous êtes confiée si clairement, si ouvertement sur l'origine de votre démarche artistique, pourquoi ne pas poursuivre dans cette voie?

"Les gens heureux n'ont pas d'histoire" dit-on. Les artistes, eux ont une histoire qu'une blessure plus ou moins vive motivent dans leur démarche que cette blessure  soit provoquée par un professeur d'académie indélicat, un parent ou une autre personne ou soi-même!

"Les artistes heureux ont une histoire!"... un  nouveau thème de forum?  

   

Dominique Do vos apports sont toujours pertinents et enrichissants.

A quand vos œuvres et vos écrits ?!

Car vous avez votre talent en propre qui ne saurait rester sous le boisseau

trop longtemps.

Soutenir l'art d'Oli c'est très beau

mais ne vous oubliez pas trop

je vous prie, pour autant.

Bonjour Jean-Marie,

Cette passionnante discussion est suivie de près , je puis vous l'assurer.

Mon travail sur Arts et lettres me prend en moyenne deux heures par jour, ne l'avez-vous pas remarqué ?

En outre, je suis épouse , maman et je suis enseignante à temps plein.

Et peintre heureux.

Mais depuis un mois et pour un certain moment encore, un difficile problème familial m'occupe et me préoccupe,et jongler avec la modération en plus, vous me pardonnerez une baisse de fréquence sur le site.

la discussion n'est et n'a jamais été verrouillée par quoi ou que ce soit.

Elle continue à être suivie au gré des envies des membres.

Et sous l'œil attentif de Robert Paul, au courant de ma situation.

Continuez donc à commenter sur le site et sur la discussion, vos commentaires sont intéressants, et j'ose espérer un retour plus actif prochainement.

Amitiés

liliane

Encore une chose: non, je n'ai pas d'histoire triste, pas de fracture, pas de frustration par un prof d'académie, je lui ai pardonné depuis longtemps. C'est un vieil homme respectable maintenant.



Jean-Marie Cambier a dit :

Je m'étonne : pourquoi une si belle idée de forum reste-t-elle  si longtemps sans suites après ces quelques lignes alors que les réparties se succédaient ?

J'espère que mes propos ne sont pas en forme de clef ...de fermeture, alors que ma pensée souhaite l'ouverture.  

Liliane, vous qui vous êtes confiée si clairement, si ouvertement sur l'origine de votre démarche artistique, pourquoi ne pas poursuivre dans cette voie?

"Les gens heureux n'ont pas d'histoire" dit-on. Les artistes, eux ont une histoire qu'une blessure plus ou moins vive motivent dans leur démarche que cette blessure  soit provoquée par un professeur d'académie indélicat, un parent ou une autre personne ou soi-même!

"Les artistes heureux ont une histoire!"... un  nouveau thème de forum?  

   

Chère Liliane,

Comme quoi il est important d'écouter sa voix - voie intérieure ...

Un adage dit en substance  : "Ce qu'on te reproche le plus, garde le c'est toi même."

Bon ce n'est pas valable pour nos aspects de caractère mais pour notre expression d'être,

me semble-t-il.

Liberté chérie !

Amitié



Liliane Magotte a dit :

Olivier a cette pureté.

Oui, il est émouvant de sincérité.

Oui, les académies sont une valeur sûre, et bien de leurs maîtres peuvent détruire un talent, une vocation.

Je l'ai vécu.

Je me suis retrouvée à 23 ans collègue d'un de mes maîtres d'académie auquel je voulais depuis l'adolescence respect et dévotion. Fière, je lui ouvrit le coffre de ma voiture et dedans , se trouvaient 2 paysages à l'huile peints récemment, d'après nature.

" Oui, c'est évidemment plat, peu convaincant, c'est très moyen. Tu ne devrais pas continuer, tu n'as aucune chance de percer un jour. " J'ai abandonné la peinture à l'huile. J'ai repris la peinture en 2006. 24 ans après.

C'est toujours un artiste local reconnu, il vit toujours, pas loin de chez moi.

J'ai malgré tout continué à admirer ses expositions.

Et quand je lui ai envoyé un carton pour le vernissage de 2011, de ma première expo solo, il n'est pas venu.

ni aux suivantes non plus d'ailleurs.

Un jour, une connaissance commune m'a dit: "Tu as dépassé...."

Alors l'académisme éduque mais peut tuer.

L'autodidacte existe, il est sans complexes, heureux, dégagé comme dit Dominique des scories des règles normatives.

Le chemin que l'on emprunte lorsqu'on est jeune ne peut être qu'académique, soumis à des règles.

Le principal au fond des choses, c'est le bonheur de créer, avec ou sans formation...

Je lui ai envoyé des cartons d'invitation,

La discussion n'a aucunement été verrouillée. Tout le monde peut y participer, y apporter son point de vue ou sa contribution au rythme qui lui convient.
Il y a eu 281 forums de discussions ouvertes sur le réseau. Je n'en ai fermées que deux jusqu'à présent.
Si la discussion devrait être fermée, elle afficherait en gros caractères sa fermeture et aucun commentaire ne pourrait plus être ajouté.
Ce qui n'est certainement pas le cas de figure qui pourrait se présenter pour la présente discussion. Elle est des plus intéressante.
On y parle du rôle des académies en matière de peinture. Mais on pourrait également invoquer, en matière de littérature, l'influence contraignante de certains grammairiens qui peuvent aussi couper les ailes aux jongleurs du langage, ainsi également des Ayatollahs de la langue qui ont écrit des livres à propos des belgicismes, genre "Dites, mais ne dites pas".
Quant à l'influence très formelle, parfois très contraignante de la versification ancienne qui donna de très belles lettres de noblesse à la littérature, elle offrait également un carcan académique dont on peut avoir la nostalgie, ou au contraire provoquer une révulsion qu'on peut bien comprendre.
Tous ces sujets attendent vos réflexions et, pourquoi pas, votre indifférence.

Vous ouvrez la discussion aux poètes , Robert Paul, le débat est certainement vrai pour eux, moi qui ai essayé d'écrire quelque vers, je me suis vite rendue compte de la difficulté de créer une musique des mots !

1980, 21 ans et mes recherches en abstraction dans la salle à manger chez mes parents.

A l'arrière plan, un petit extrait d' abstraction géométrique.

Ou, j'étais à l'académie, mais je n'avais de cesse de quitter cette peinture académique étouffante, et de voler au dessus de terres non inconnues du public mais bien de moi-même.

Ci dessous, ma peinture académique de la même époque

http://storage.ning.com/topology/rest/1.0/file/get/2933843770?profile=RESIZE_1024x1024

Et cette interprétation cubiste de "Flore" du Titien...1981

http://storage.ning.com/topology/rest/1.0/file/get/2933603423?profile=RESIZE_1024x1024

J'aime bien ton Titien... revisité tout en courbes les couleurs sont superbes

Oh merci chère Jacqueline ! J'en profite pour te rappeler " Fureur de vivre " !

Gilbert Jacqueline a dit :

J'aime bien ton Titien... revisité tout en courbes les couleurs sont superbes

La peinture ne s'explique pas ....elle se vit ...c'est l'élan  du cœur et de l'âme...trop subtil à comprendre pour certains esprits !!! c'est également la liberté !!!!!

Amitiés , Chantal.

Je passe par ici entre deux voyages, heureux de remonter le fil de cette intéressante discussion...

Elle est très bien votre peinture Liliane !

Et intéressante votre démarche, parce qu'elle s'inscrit dans une continuité engagée, ouverte à l'avenir, sincère, et basée sur un "vrai" travail. Aujourd'hui, tout est possible en art, et notre travail peut être libre, authentique, spontané, novateur et créatif que l'on soit issu d'une formation académique ou pas.

Croyez en vous qui que vous soyez, et avancez avec volonté que l'on vous suive ou non (même si l'on vous critique et quel que soit votre doute intérieur quand vous quittez les chemins balisés), du moment que vous vous donnez les moyens d'une qualité de votre travail qui ne soit pas seulement technique et visuelle mais soit aussi le reflet de ce souffle qui vous pousse à aller toujours plus loin pour essayer de franchir l'horizon !

Alain, vous faites resurgir une fameuse conversation !

C'est un sujet intarissable, et chacun peut s'y retrouver.

Merci de l'avoir commenté de si belle façon.

Répondre à la discussion

RSS

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2022   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation