Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Sur une réflexion de  Suzanne Walther-Siksou,  dont j'aime la poésie et que je ne puis  m'empêcher de tutoyer...que faire ?

Et pourtant...

N'est-ce pas ce clavier, cette virtualité de la toile, qui me donne cette audace ?

Ô jamais je n'oserais dans la vie courante !

 

À mon amie Liliane Magotte


Maintenant que l’on se tutoie,

dés le moment que l’on se voit,

pourtant pour la première fois,

il ne s’agit plus de rapports

de sentiments et de tendresse.


Quand à tout venant, on dit tu,

même le vous, voulant dire tu,

ne nous paraît plus émouvant.


Avons-nous raison ou bien tort

de nous confondre à la jeunesse,

en abandonnant les nuances

et, du beau-parler, l’élégance?


En deviendrons - nous plus humains,

plus prompts à partager, demain?


Suzanne Walther-Siksou

1/1/2001

 

Chère Suzanne,


Quelle saine et juste réflexion...

Je vais en faire une discussion !

Le tu, le vous, quelle importance,

Quand l' amitié est une chance.

 

Le respect dû au grand âge

Donne le vous, un bel hommage,

La jeunesse rit, et aplanit

Les différences , tout est uni.

 

Le tu, le vous, les sentiments,

L'amour , la joie,  les bons moments,

Chacun y trouve son p'tit bonheur,

Pour le pire ou pour le meilleur.

 

Liliane

 

Vues : 2117

Y répondre

Réponses à cette discussion

Merci Thierry pour ta confiance, ellle m'honore.
 
Liliane Magotte a dit :

De Delaunois Thierry… à Liliane Magotte Il y a 13 heures envoyé

Non, pas dépassé, loin de là, mais pour certains le tu n'est pas un manque de respect mais une marque de gentillesse, de courtoisie. Pour d'autres, la courtoisie, c'est le vous. Et des personnes me disent tu alors que je leur dis vous tandis qu'avec d'autres, c'est l'inverse, de quoi s'y perdre. La multiculturalité, le fait de côtoyer tant de gens différents nous fait parfois perdre la tête: à lui, je dis tu ou je dis vous? Exemple qui pourrait paraître curieux: lors de ma dernière rencontre avec l'écrivain Eric-Emmanuel Schmitt, je lui ai dit:" Eric, tu...", cela lui a paru naturel et il s'est adressé à moi: "Thierry-Marie, vous..." Affaire à suivre? Merci à VOUS, Liliane.

Le vouvoiement est sensé réclamer le respect, la courtoisie dans une relation impersonnelles, pour autant il ne protège pas obligatoirement de toutes formes d'incivilités, voire d'impolitesse. Le vouvoiement et le tutoiement ne font marquer le degré d'intimité que nous accordons à une relation: l'investissement par rapport à l'autre établit la distance qu'il souhaite.

Dans le passé les cadres étaient formés à la forme du vouvoiement qui établissait la hiérarchie entre les collaborateurs. Il semblerait que de nos jours le tutoiement crée une connivence de bon aloi et les conditions idéales au partage des données et autres motivations. Personnellement, par principe je vouvoie systématiquement les personnes beaucoup plus âgées que moi, sauf les aînés de ma famille.On peut tutoyer en respectant, il n' y a pas de règles absolues.

Amicalement. Pierre

 J'ai déclaré, je crois mon amour de la langue frnçaise qui permet d'exprimer les nuances et les subtilités.

Il y a des différences dans le choix des mots qui nous permettent de mieux comprendre ce que nous ressentons. Je ne dis pas: j'adore quand j'aime simplement.

J'ai déjà entendu dire, par quelqu'un que l'on avait tuyoyé, «nous n'avons pas gardé les cochons ensemble.»

Je pense que cette expression signifie que seuls les gens vulgaires, ne connaissant pas les bonnes manières,  tutoient  n'importe qui.

Je déplore l'appauvrissement du français et ses conséquences sur les comportements des jeunes et des adulutes qui les imitent au lieu de les reprendre.

Ô regrets superplus!



Gilbert Jacqueline a dit :

Cette discussion me fait songer à un texte de Sacha Guitry que j'avais appris par coeur il y a de nombreuses années et que je vais essayer de vous  restituer, cela s'appelle: JEAN LOUIS...

Nous nous sommes connus chez Monsieur Lecourtois, professeur de dessin, membre de l'institut, et, dès le premier jour nous nous sommes dit TU! C'est l'habitude, on a 20 ans, on se tutoie! A moins d'être une petite oie on ne saurait s'en étonner, car, être nés la même année, n'est-ce pas être nés un peu sous le même toit? 

On est là, quelques bonnes filles, avec un tas de bons garçons, très en famille et sans façon. Bonjour mon vieux, comment vas-tu? Veux-tu ma gomme, elle est à toi!  Et cela n'a rien de discourtois, il doit en être ainsi d'ailleurs, dans tous les cours?

Or donc, dès le premier jour nous nous sommes dis TU! Puis, il a commencé à me faire la cour...

Je n'en dirai pas plus, je n'en dirai pas plus, parce que cela me gène! Grands yeux câlins  cheveux d'ébène... et qui m'a plus, qui m'a plu, enfin! Qui m'a plus quoi!

Or, hier soir, il avait plu, mais alors là plu! Et nous nous trouvions seuls dans l'atelier désert. Silencieux, mais éloquents  car Jean Louis n'est pas disert, chez les peintres c'est très fréquent!  Il était près de moi, son trouble était extrême et je ne cherchais pas à cacher mon émoi... nous étions tous les deux, comme on est quand on s'aime quoi! Comme éblouis, se tenant coi... C'est alors, qu'il m'a dit cette chose inouïe et qui m'a tout à fait conquise, je l'avoue! Il m' a dit : Tu permets, désormais, que je te dise VOUS ?

J'adore ce texte! Et VOUS?

Amitiés

Jacqueline

 Chère Jacqueline

Le texte que vous avez cité illustre exactement ce que j'aurais voulu faire comprendre.

À une camarade, un tu, affectueux, un vous, à une femme désirable.

Chère Liliane

La date de mon poème est importante. Mon propos avait suscité,en son temps, des réactions quasi unanimes.

Depuis la situation s'est agravée. On semble prendre tout à la légère. Or les jeunes méritent mieux,

J'avoue être découragée, tout en voulant rester sereine.

Concept dépassé ...je ne le pense pas , le passage du "vous" au "tu" représente toute une transition a travers laquelle

se dégage certaines émotions qui provoquent une alchimie entre les êtres humains selon leurs propres analogies (ceci n'engage que moi...)  il est également un ornement de la langue française , le " vous" peut également être grinçant , respectueux , moqueur , etc....pour ma part je n'ai pas de logique je suis mon instinct , mon intuition ....alors laissons faire les "tu" et "vous" pour notre grand plaisir ( les poètes ou écrivains en font des merveilles) , c'est un long débat!!!

Chantal.

Moizaussi ! Vous savez!



Suzanne Walther-Siksou a dit :



Gilbert Jacqueline a dit :

Cette discussion me fait songer à un texte de Sacha Guitry que j'avais appris par coeur il y a de nombreuses années et que je vais essayer de vous  restituer, cela s'appelle: JEAN LOUIS...

Nous nous sommes connus chez Monsieur Lecourtois, professeur de dessin, membre de l'institut, et, dès le premier jour nous nous sommes dit TU! C'est l'habitude, on a 20 ans, on se tutoie! A moins d'être une petite oie on ne saurait s'en étonner, car, être nés la même année, n'est-ce pas être nés un peu sous le même toit? 

On est là, quelques bonnes filles, avec un tas de bons garçons, très en famille et sans façon. Bonjour mon vieux, comment vas-tu? Veux-tu ma gomme, elle est à toi!  Et cela n'a rien de discourtois, il doit en être ainsi d'ailleurs, dans tous les cours?

Or donc, dès le premier jour nous nous sommes dis TU! Puis, il a commencé à me faire la cour...

Je n'en dirai pas plus, je n'en dirai pas plus, parce que cela me gène! Grands yeux câlins  cheveux d'ébène... et qui m'a plus, qui m'a plu, enfin! Qui m'a plus quoi!

Or, hier soir, il avait plu, mais alors là plu! Et nous nous trouvions seuls dans l'atelier désert. Silencieux, mais éloquents  car Jean Louis n'est pas disert, chez les peintres c'est très fréquent!  Il était près de moi, son trouble était extrême et je ne cherchais pas à cacher mon émoi... nous étions tous les deux, comme on est quand on s'aime quoi! Comme éblouis, se tenant coi... C'est alors, qu'il m'a dit cette chose inouïe et qui m'a tout à fait conquise, je l'avoue! Il m' a dit : Tu permets, désormais, que je te dise VOUS ?

J'adore ce texte! Et VOUS?

Amitiés

Jacqueline

Nous semblons ici, tous, en tant que francophones, débattre de la politesse, de la courtoisie, du savoir vivre et cela avec beaucoup de sagesse et de déférence envers les autres "penseurs".

A peu près d'accord, et même approuvant les dires, de chacun de vos propos, je me dis que finalement nous nous enclavons dans un seul systême, le notre, la francophonie.

Cela voudrait-il dire que seuls, nous francophones, avons le sens de la politesse et de la courtoisie.?

Je pense que non, et tous les anglophones du monde sont capables de politesse et de bonnes manières! (Gentleman, gentleness, gently, gentlewomen, etc, sont des mots qui en apportent la preuve) Donc avec un SEUL mot "YOU" qui d'office donc se soustrait à notre débat, on peut faire aussi bien que nous avec deux mots "tu" et "Vous" !

La spontanéité sera souvent plus vite pardonnée que trop de réserve !

chantal roussel a dit :

Concept dépassé ...je ne le pense pas , le passage du "vous" au "tu" représente toute une transition a travers laquelle

se dégage certaines émotions qui provoquent une alchimie entre les êtres humains selon leurs propres analogies (ceci n'engage que moi...)  il est également un ornement de la langue française , le " vous" peut également être grinçant , respectueux , moqueur , etc....pour ma part je n'ai pas de logique je suis mon instinct , mon intuition ....alors laissons faire les "tu" et "vous" pour notre grand plaisir ( les poètes ou écrivains en font des merveilles) , c'est un long débat!!!

Chantal.

Comme c'est vrai ! Comment font les "autres " ? Pourquoi nous et pas eux ?  Nous attendons à ce propos l'intervention de Deashelle, de retour sur le site, qui pourra nous donner, en temps que spécialiste de l'anglais, son avis éclairé sur les manifestations de la courtoisie en dehors des tu et vous !

Pirschel Robert a dit :

Nous semblons ici, tous, en tant que francophones, débattre de la politesse, de la courtoisie, du savoir vivre et cela avec beaucoup de sagesse et de déférence envers les autres "penseurs".

A peu près d'accord, et même approuvant les dires, de chacun de vos propos, je me dis que finalement nous nous enclavons dans un seul systême, le notre, la francophonie.

Cela voudrait-il dire que seuls, nous francophones, avons le sens de la politesse et de la courtoisie.?

Je pense que non, et tous les anglophones du monde sont capables de politesse et de bonnes manières! (Gentleman, gentleness, gently, gentlewomen, etc, sont des mots qui en apportent la preuve) Donc avec un SEUL mot "YOU" qui d'office donc se soustrait à notre débat, on peut faire aussi bien que nous avec deux mots "tu" et "Vous" !

Le vous a de tous temps créé tellement de barrières à la véritable communication d'égal à égal. Imposé par celui (enseignants, parents, religion, notables, adultes, etc.) qui détenait un pouvoir sur son interlocuteur pour le rabaisser et maintenir une différence entre les classes sociales, les moins bien nantis financièrement et intellectuellement en souffrent encore. Communiquons d'égal à égal dans le respect de TOUS avec tous. Ainsi un enfant mérite le respect autant que l'adulte et le citoyen autant que le policier et le juge. Les anglophones ont compris cela depuis longtemps.

Répondre à la discussion

RSS

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées reprendront en octobre 2020. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2020   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation