Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

J'ai l'habitude d'écrire mes manuscrits à la plume d'oie.

De temps en temps pourtant, j'écris directement mes textes en tapant sur les touches du clavier de mon ordinateur.

Or, j'ai remarqué que l'écriture et surtout le style étaient très différents selon que j'utilise l'une ou l'autre méthode.

Qu'en est-il pour vous?

Vues : 487

Y répondre

Réponses à cette discussion

Pour ma part, je préfère écrire le premier jet au stylo et le taper ensuite sur le clavier de mon ordinateur. Au stylo, il me semble que mon rythme est plus fluide et plus rapide mais quelle perte de temps que de devoir taper le texte par la suite ! En le tapant, je corrige déjà, j'allège ou je nourris. Ce n'est donc plus un véritable premier jet !

Pour la poésie, j'écris le plus souvent à la plume et pour les contes ou nouvelles je travaille sur l'ordinateur.

Aujourd'hui même, je parlais de cette question avec un auteur qui, pour sa part, commence ses textes dans un grand carnet où il sauvegarde aussi certains éléments de documentation. Ensuite, il tape toujours ses premiers jets à l'état brut sur son ordinateur et même après les diverses corrections, il les conserve soigneusement en mémoire.

Un autre auteur présent lors de l'échange a expliqué qu'il travaillait toujours sur ordinateur, en ayant à portée de main divers dictionnaires.
La plume d'oie c'est très élaboré....mais peut-être lié à un souvenir personnel?
J'ai perdu l'habitude d'écrire à la main et je remarque que ma calligraphie qui était très stylisée s'est dégradée au niveau esthétique. Pour ce qui est du premier jet en écriture, j'écrirai à la plume des textes que je ne vais pas forcément retravailler et cela dans un journal parce que j'ai besoin de dégager quelque chose en moi ou de comprendre des éléments de ma vie. Les textes que j'ai écris à l'ordinateur ont été retravaillés ou même publiés et donc l'ordinateur était utile.
Une plume, une craie, un stylo, un crayon de bois, un clavier... Aucune importance ! Au départ, il y a de la glaise, ensuite il faut la modeler.

Le tout, c'est d'attraper les nuages ou le vent qui les pousse. Clavier ou cordes, l'important c'est la musique... pas le roseau

Pierre Rive a dit :
Une plume, une craie, un stylo, un crayon de bois, un clavier... Aucune importance ! Au départ, il y a de la glaise, ensuite il faut la modeler.
Hélas sur le clavier, mon rythme de frappe se révèle régulièrement beaucoup plus lent que le rythme de mes idées ! La plume est plus adaptée à ma cadence d'écriture.
Oui, on peut le comprendre... Cependant pour la création littéraire, ce qui compte, c'est le résultat ! Après l'outil...

rien de mécanique, pour sûr!. Le clavier me fait des farces, je me rebelle. C'est l'écriture du corps qui parle, libérée de la main malhabile de gauchère contrariée! Deux fois cinq empreintes digitales, font la courses aux idées: cut, paste replace ... avec le clavier, je sculpte! Quand ce n'et pas Isadora la chatte qui vient me donner sa réplique de ses coussinets slendides....Footnotes.
Pascale Lora Schyns a dit :
Oui, et justement, j'ai fait le test en écrivant sur le même thème avec les deux outils et le résultat est complètement différent! Le style d'écriture change ainsi que le contenu. Bien sûr, il s'agit là de mon expérience personnelle! Quand je parle de plume d'oie, il peut tout aussi bien s'agir d'un crayon ou d'un porte-plume bien entendu; je voulais différencier l'écriture manuelle et l'écriture mécanique.
Pour ce qui est de l’expérience personnelle, je n écris plus du tout à la main. En fait, je considère la page de Word comme une page palpable et le clavier comme un stylo. Alors, faut-il parler d’écriture mécanique ? Ce n’est pas vraiment différent de la plume. D’ailleurs, on peut esquisser et finaliser de la même manière ou ne pas esquisser du tout. La recherche du langage et la façon de transmettre, c’est cela le rôle de l’écriture.
Bonjour.

En général, je commence par mettre les idées principales sur papier au stylo. Ensuite, une fois que la trame est élaborée, j'attaque au clavier.

OOPs! le clavier a encore fait déraper le p de splendide!
deashelle a dit :

rien de mécanique, pour sûr!. Le clavier me fait des farces, je me rebelle. C'est l'écriture du corps qui parle, libérée de la main malhabile de gauchère contrariée! Deux fois cinq empreintes digitales, font la courses aux idées: cut, paste replace ... avec le clavier, je sculpte! Quand ce n'et pas Isadora la chatte qui vient me donner sa réplique de ses coussinets slendides....Footnotes.
Pascale Lora Schyns a dit :
Oui, et justement, j'ai fait le test en écrivant sur le même thème avec les deux outils et le résultat est complètement différent! Le style d'écriture change ainsi que le contenu. Bien sûr, il s'agit là de mon expérience personnelle! Quand je parle de plume d'oie, il peut tout aussi bien s'agir d'un crayon ou d'un porte-plume bien entendu; je voulais différencier l'écriture manuelle et l'écriture mécanique.
La plume d'oie?
Je suis déjà un poids plume, j'aurais peur de m'envoler dans un lyrisme lamartinien.
Je préfère me battre avec la machine : l'humain doit pouvoir dominer ses inventions techniques !!!!!
Pour @ DéDé

La photo du Mont Blanc, de la gomme et du crayon suivra...©FabCop

Répondre à la discussion

RSS

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation