Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

 

Dame Sei Shōnagon (清少納言, (~965-10??) est une femme de lettres japonaise qui a écrit vers l'an 1000 ce qui est considéré comme une des œuvres majeures de la littérature japonaise et mondiale et parfois comme la première forme romancée.

  

Sei Shônagon - Notes de chevet
18. Choses qui font battre le coeur

Des moineaux qui nourissent leurs petits.
Se coucher seule dans une chambre délicieusement parfumée.
S'apercevoir que son miroir de Chine est un peu terni.
Une nuit où l'on attend quelqu'un. Tout à coup, on est surpris par le bruit de l'averse que le vent jette contre la maison.

19. Choses qui font naître un doux souvenir du passé

Les roses trémières désséchées.
Les objets qui servirent à la fête des poupées.
Un petit morceau d'étoffe violette ou couleur de vigne, qui vous rappelle la confection d'un costume, et que l'on découvre dans un livre où il est resté, pressé.
Un jour de pluie, où l'on s'ennuie, on retrouve les lettres d'un homme jadis aimé.
Un éventail chauve-souris de l'an passé.
Une nuit où la lune est claire.

26. Choses élégantes

Dans un bol de métal neuf, on a mis du sirop de liane avec de la glace pilée.
Un rosaire en cristal de roche.
De la neige tombée sur les fleurs des glycines et des pruniers.
...

 

Et si vous aussi.....?

 

quelques notes, prises au détour d'une salle de bains, d'une bouche de métro, d'une botte de foins...d'une bouture de géranium...

Tout cela m'inspire et me fait rêver. Il est vrai que devant tant de délicatesse, c'est le silence qui emplit l'âme...

 

Mais rien n'empêche d'essayer!

 

titres proposés:   2011. Choses qui apaisent, choses qui rient, choses qui sentent...choses qui chantent....

Vues : 1512

Y répondre

Réponses à cette discussion

Merci pour cette découverte  qui donne envie de la connaitre  un peu plus.

 

On appelle une personne, et une autre se présente, croyant que c'était elle qu'on demandait. La chose est encore plus désagréable lorsqu'on apporte un cadeau.
(…)
Quelqu'un vous raconte, en sanglotant, une histoire pitoyable ; on l'écoute avec une sincère compassion. Cependant, il se trouve justement qu'on ne peut verser une larme. On se compose le visage comme si l'on était près de pleurer, on prend un air de circonstance ; mais tout cela ne change absolument rien !

  • Notes de chevet (~995-1005), Sei Shōnagon (trad. André Beaujard), éd. Gallimard / Unesco, 2007, p. 169

 

Chose qui révolutionnent:

 

Ci-dessous texte traduit envoyé par une française, d'une femme Japonaise…

Voilà le texte si beau et si touchant, rempli d'espoir et de grâce d'une Japonaise de Sendaï… Goûtez les saveurs du coeur, ravivées, intactes…

La vie ces jours-ci a Sendaï est plutôt surréaliste… Mais j'ai la chance d'être entourée d'amis qui m'aident énormément. J'ai d'ailleurs pris refuge chez eux puisque ma bicoque délabrée est maintenant devenue totalement digne de ce nom !

Nous partageons tout: eau, aliments, ainsi qu' un chauffage d'appoint au fuel. La nuit, nous dormons tous dans une seule pièce, nous dinons "aux chandelles", nous partageons nos histoires. C'est très beau, très chaleureux. Le jour, nous essayons de nettoyer la boue et les débris de nos maisons.

Les gens font la queue pour s'approvisionner dés qu'un point d'eau est ouvert, ou ils restent dans leur voiture, a regarder les infos sur leur GPS.
Quand l'eau est rétablie chez un particulier, il met une pancarte devant chez lui pour que les autres puissent en profiter.

Ce qui est époustouflant, c'est qu'il n'y a ni bousculade, ni pillage ici, même si les gens laissent leur porte d'entrée grande ouverte, comme il est recommandé de le faire lors d'un séisme.

Partout l'on entend: "Oh, c'est comme dans le bon vieux temps, quand tout le monde s'entraidait! "

Les tremblements de terre continuent: La nuit dernière, nous en avons eu tous les quarts d'heure. Le hurlement des sirènes était incessant, ainsi que le vrombissement des hélicoptères au dessus de nous.

Hier soir, l'eau a été rétablie pendant quelques heures, et aujourd'hui pendant la moitié de la journée. Nous avons aussi eu droit a un peu de courant cet après-midi. Mais pas encore de gaz. Les améliorations dépendent des quartiers. Certains ont de l'eau mais pas d'électricité, et d'autres le contraire.

Personne ne s'est lavé depuis des jours. Nous sommes crasseux mais c'est de peu d'importance.

J'aime ce sentiment nouveau, cette disparition, desquamation du superflu, de tout ce qui n'est pas essentiel. Vivre pleinement, intuitivement, instinctivement, chaleureusement, et survivre, non pas en tant qu'individu mais en tant que communauté entière…

Des univers différents se côtoient étrangement:

Ici, des demeures dévastées, mais là, une maison intacte avec ses futons et sa lessive au soleil!

Là, des gens font interminablement la queue pour de l'eau et des provisions, alors que d'autres promènent leur chien.

Puis aussi quelques touches de grande beauté: d'abord, la nuit silencieuse. Pas de bruit de voiture. Personne dans les rues. Mais un ciel étincelant d'étoiles. D'habitude je n'en distingue qu'une ou deux… Les montagnes autour de Sendaï se détachent en ombre chinoise, magnifiques dans l'air frais de la nuit.

Les Japonais sont eux-mêmes magnifiques: chaque jour, je passe chez moi, comme en ce moment même ou je profite du rétablissement de l'électricité pour vous envoyer ce courriel, et chaque jour, je trouve de nouvelles provisions et de l'eau sur le seuil! Qui les a déposées? Je n'en ai pas la moindre idée !

Des hommes âgés en chapeau vert passent de maison en maison pour vérifier que chacun va bien. Tout le monde vous demande si vous avez besoin d'aide.
Nulle part je ne vois de signe de peur. De résignation, oui. Mais ni peur, ni panique!

On nous annonce cependant des répliques sismiques, voire même d'autres séismes majeurs dans les prochains mois. En effet, le sol tremble, roule, gronde.
J'ai la chance d'habiter un quartier de Sendaï qui est en hauteur, un peu plus solide, et jusqu'à présent nous avons été relativement épargnés.

Hier soir, autre bienfait : le mari d'une amie m'apporte de la campagne des provisions et de l'eau.

Je viens de comprendre a travers cette expérience, qu'une étape cosmique est en train d'être franchie partout dans le monde. Et mon coeur s'ouvre de plus en plus.
Mon frère m'a demandé si je me sentais petite et insignifiante par rapport a ce qui vient d'arriver. Eh bien non! Au lieu de cela, je sens que je fais partie de quelque chose de bien plus grand que moi. Cette "re-naissance" mondiale est dure, et pourtant magnifique !


Les larmes viennent toutes  seules. Quel courage dans cette adversité et sans résignation. S'accrocher chez soi à tout ce que l'on a de précieux : Le mari et les enfants. Au diable le matériamisme.

 

Un texte très émouvant, une fameuse leçon de vie. 

Ce témoignage est riche d'enseignements et touche le coeur, quelle leçon d'humanité au milieu de la désolation, le peu qui reste, on se le partage. Si nous pouvions faire pareil chez nous, en Occident, le monde serait autre et plus humain, plus souriant pour chacun.

Merci à cette dame de Sendaï, au coeur noble comme tant d'autres....

Merci pour ce partage très émouvant, qui fait réfléchir.

Pureté ouverte sans déchirures, acceptation du renouveau dans l'avenir, souffle d'amour vers Sendaï

Très beau Denise

C'est tellement exact qu'on revient toujours ici dans l'espoir de lire d'autres "notes de chevet" dans l'esprit de Dame Sei. Comme il s'agit ici d'un billet de forum d'un raffinement du meilleur aloi initié par Deashelle, je me demande s'il ne faudrait pas créer un groupe autour de cette question de "choses qui apaisent". Il va sans dire que les commentaires se devaient d'être strictement conformes à l'esprit et au sujet souligné par Deashelle, et que toute intervention d'éventuel envahissant trublion visant à ne s'autoproclamer que comme prescripteur de sa propre promotion à but marketing sera bannie par mes soins. Vos avis sont les bienvenus.

Choses qui apaisent

 

Suivre le vol d'un papillon

Caresser un chien ou un chat

Observer un coucher de soleil sur la campagne

Se laisser bercer par un vent léger

 

Choses qui apaisent

le sourire de son enfant

Un pardon donné généreusement

Une corvée terminée

 

 

Choses qui apaisent

 

Les odeurs florales qui viennent du jardin

Le bruit du jet d'eau

La poupée dans les bras de l'enfant

Les fleurs bleues d'hortensia

 Saveurs qui apportent une douce sérénité.

Saveurs qui apportent une douce sérénité

 

Longueur en bouche du chocolat noir, de l'orange, du raisin muscat

Goût salé d'un fromage à pâte molle

Exquise acidité de citron vert

Répondre à la discussion

RSS

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation