Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Jean -Marie Cambier et moi aimerions créer des rencontres life pour discuter à vive voix sur des thèmes artistiques dans l'ésprit des anciens café d'artistes. Connaissez vous des endroits suceptibles de convenir?

Mon atelier est assez vaste pour 10 -15 personnes et j'ai déjà tester un peu avec des artistes du coins.

Un thème possible pourrait être carnet de l'âme - voir texte de Jean-Marie - ci-dessous.

Bonjour Heike,
 
Me souvenant de ta démarche artistique qui est comme la mienne, plutôt de type voyage intérieur à la découverte de nous même plutôt qu'à la découverte du monde, même si nous "croquons" les autres dans les trains et dans les gares ( ... et moi qui suis maintenant retraité, je poursuis cette démarche dans les cafés, dans les salles d'attente  dans la rue...) il s'agit, je crois pour toi comme pour moi, d'essayer un tant soit peu de découvrir une partie de leur univers intérieur.   
 
Nous avons, me semble-t-il une pratique artistique qui s'apparente d'avantage à la psychologie et à la philosophie qu'à la géographie et au tourisme!
 
Si tu as déjà parcouru les excellents sites de carnetistes sur internet, il s'agit d'abord de paysagistes , de dessinateurs de personnages dans des ambiances de villes et de villages et leurs thèmes sont les grottes d'Ha Nang plutôt que les grottes d'Heike!Les photographes estiment également être de la partie et leurs travaux de la meilleure qualité relève plus du monde de "Géo" ou du "National Géographic"que de "psychologie". Je te rassure : aucun d'entr'eux n'a encore découvert le pays où les enfants naissent dans les pommes!
 
Cette exploration de notre monde est une démarche assez individuelle; ouvrir un espace aux carnets des paysagistes sur A et L ne reflèterait pas la même démarche.
 
Les cafés des artistes "à l'ancienne" tel que le café Voltaire, la nouvelle Athène, ... ) étaient des lieux où les artistes confrontaient leurs idées, se disputaient parfois violemment puis retournaient peindre en solitaire chacun dans leur coin! Il existe encore des " cafés des arts" comme dans le quartier de la Gare à Namur qui n'a d'art que l'enseigne mais existe-t-il encore un café des artistes? Si tu en connais un, je te propose d'aller y boire un verre pour y discuter de nos espoirs pour nos futures oeuvres! A Floreffe, il y a un café où l'on voit des oeuvres de Christian Hocquet mais ce n'est que le café d'UN artiste!
( enfin, je crois)   
Un site comme celui d'"Arts et Lettres" est peut-être la suite logique de ces lieux où l'on causait et faisait valoir son point de vue. Et donc, les nombreux forums sur l'âme ou sur la modernité comme celui de Daniel Moline sur lequel tu es  dernièrement intervenue sont , à mon avis, les nouveaux "lieux" où l'on cause, ... plus sainement et sans danger,il est vrai , à distance de l'alcool et de la fumée des pipes! De temps à autre, un gars se fait éjecter sur le trottoir pour ses idées trop anarchistes... mais c'est l'exception! .. Si la confrontation, notamment avec toute formre d'autorité existe encore, c'est sans passion et sans coup !
 
Au plaisir de tailler une bavette oralement ou par écrit!
 
Jean-Marie et ...............Heike

Vues : 893

Y répondre

Réponses à cette discussion

Floreffe? J'y ai passé 6 ans mais à l'époque, la brasserie n'existait pas...

Il n'empêche : "Il y a des lieux où souffle l'esprit" !

Il y a aussi des lieux où il faut souffler dans le ballon.

Les deux ne sont pas incompatibles.

 

Mais un café littéraire sans absinthe, est-ce bien sérieux?

Ne mésestimons pas la "Floreffe" ! Il y a la brune et la blonde, ce qui ne peut qu'élargir les débats...Les gris(e)s et les chauves pourraient parler à d'autres qu'à eux-mêmes. A souffle nouveau, idées nouvelles (pour paraphraser Daniel).

Après ces quelques mots d'humour, revenons aux choses sérieuses. C'est une belle et bonne idée qui est lancée et je serais prêt à prendre la balle au bond.

Le départ de notre projet sur Braine-le-Comte est essentiellement littéraire, il répond à un certain "manque" en parallèle avec un certain nombre d'auteurs qui ont envie de se faire connaître et de découvrir leurs semblables....

Nous serions soutenus dans notre démarche par le PAC (présence et actions culturelles) et par le Centre Culturel local.

Une ouverture aux autres disciplines est aussi envisagée…de la musique, des images.....

Pour l'instant, nous n'en sommes qu'aux projets mais l'idée est acceptée. Reste à la mettre en pratique.

Une ébauche de site est presque en ligne… Le nom "TEXTES ET PRETEXTES" est enregistré dans nos fichiers…nous avons un local potentiel, il n'y a plus qu'à……..

Ce sera sans doute en janvier…peut-être avant mais pas certain….


Nadine

 

Dans ce cadre on pourrais commencer l'élargissement par les illustrateur ou les artiste prêt à entre dans le mondes des lettre pour les mettre en image. Mon rêve d'enfance était de devenir illustratrice.  Voir sur ma page un extrait de monlivre avec mes illustrations...... Heike



Nadine Lejeune a dit :

Le départ de notre projet sur Braine-le-Comte est essentiellement littéraire, il répond à un certain "manque" en parallèle avec un certain nombre d'auteurs qui ont envie de se faire connaître et de découvrir leurs semblables....

Nous serions soutenus dans notre démarche par le PAC (présence et actions culturelles) et par le Centre Culturel local.

Une ouverture aux autres disciplines est aussi envisagée…de la musique, des images.....

Pour l'instant, nous n'en sommes qu'aux projets mais l'idée est acceptée. Reste à la mettre en pratique.

Une ébauche de site est presque en ligne… Le nom "TEXTES ET PRETEXTES" est enregistré dans nos fichiers…nous avons un local potentiel, il n'y a plus qu'à……..

Ce sera sans doute en janvier…peut-être avant mais pas certain….


Nadine

 

Nuance Dominique - mon initiative parle d'un café d'artistes - qui inclus aussi d'autres arts et couleurs que seulement les éléphants roses de la fée verte écrit en noir sur blanc sur du papier jaunis. La fée verte as usurpée la réputation au muses classiques et le temps des cerises avec ce pétales roses briseurs des glaces la vaut bien. Je vais me renseigner sur les horaires et vous faire une proposition.   Heike

Dominique Dumont a dit :

Floreffe? J'y ai passé 6 ans mais à l'époque, la brasserie n'existait pas...

Il n'empêche : "Il y a des lieux où souffle l'esprit" !

Il y a aussi des lieux où il faut souffler dans le ballon.

Les deux ne sont pas incompatibles.

 

Mais un café littéraire sans absinthe, est-ce bien sérieux?

Ne mésestimons pas la "Floreffe" ! Il y a la brune et la blonde, ce qui ne peut qu'élargir les débats...Les gris(e)s et les chauves pourraient parler à d'autres qu'à eux-mêmes. A souffle nouveau, idées nouvelles (pour paraphraser Daniel).

Après ces quelques mots d'humour, revenons aux choses sérieuses. C'est une belle et bonne idée qui est lancée et je serais prêt à prendre la balle au bond.

Pardonnez-moi de m’éloigner un peu de la discussion des "cafés d’artistes" et des "carnets d’âme", mais je veux ici répondre brièvement à la question posée jeudi par Heike sur les couleurs.

Couleurs et sons sont des phénomènes vibratoires. En termes de longueur d’onde, chacune des couleurs perçues par l’œil humain se situe entre 380 et 750 nanomètres, et en termes de fréquence entre 40 et 790 TeraHertz. La longueur d’onde est inversement proportionnelle à la fréquence. Cela signifie qu’en termes de fréquence, nous allons des rouges aux violets. La progression entre les sons et les couleurs est la suivante : les noirs se situent dans les fréquences basses, les rouges dans les fréquences basses moyennes, les oranges et les jaunes dans les fréquences moyennes entre 1000 et 2000 Hz, les verts autour de 3000 Hz, et les bleus et indigos dans les plus hautes fréquences. Tout comme l’oreille humaine atteint sa capacité maximale de perception des sons entre 1000 et 3000 Hz, et peut distinguer entre les sons qui ont une différence tonale d’à peine 1 Hz, la zone dans laquelle l’œil peut le mieux distinguer les tons se situe dans la partie centrale de son spectre, à environ 540 THz, ce qui correspond aux jaunes et aux verts. Ici, l’œil peut percevoir environ 40 variétés de jaune.

Dans l’état actuel des recherches, nous pouvons dire aujourd’hui que notre monde chromatique peut s’élargir et notre perception des couleurs s’affiner grâce à l’acquisition de nouvelles modalités d’écoute. Par exemple, grâce à la perception restaurée de fréquences sonores perdues entre 1000 et 6000 Hz, les couleurs correspondantes – jaune, violet et bleu - seront restaurées dans le champ de vision, et les yeux s’ouvriront à de nouvelles couleurs du monde.

Ce travail de restitution d’une meilleure harmonie perceptive globale se fait par une amplification des fréquences d’une fourniture sonore, soit en filtrage passe-haut, en filtrage passe-bas ou en filtrage passe-bande, en fonction de l’allure des courbes à corriger, le tout étant stimulé par un système de bascule aigus-graves qui suit le flux musical dans ses déplacements.

Voilà pour les couleurs et les sons. Fermons ici la parenthèse. Retournons aux bonnes idées, aux projets et aux choses sérieuses…

Daniel Moline



Heike Tiede a dit :

Si tu analyses mes tableaux tu pourrais alors "voir" mes problèmes auditifs? Car pour voir les nuances des couleurs mon ami est également plus fort que moi - c'est qui confirme ta théorie. Il y a le même phénomène chez les daltoniens ou cela à d'autres liens ? Il y a alors une sensibilité aux ondes - car la couleur et le sons sont tous des ondes - la base de cette découverte ? Comment procédez vous à l'entrainement ? Je trouve que c'est un sujet passionnant.

On appelle cela la synethésie : un rapport interactif entre les sens, spécialement l'ouïe et la vue. Il y a déjà eu un forum sur ce sujet. Mon fils Olivier qui est sur Arts et Lettres ne peut peindre sans écouter les Beatles. Il prétend que c'est chez eux qu'il trouve ses coloris qui vont directement au fait (il pratique l'art spontané) et que c'est grâce à eux qu'il peut, en fin de compte, équilibrer ses toiles.

Et il ya 12 ans que ça dure !

Tu peut me donner quelques bibliographie ou sources  pour mon ami physicien et son père qui as travaillé dans l'optique - peintres et amateur de musique toutes les deux. 

Je te nome donc maître du son et de la lumière de nos rencontres :-)  - en tout cas on pourrait envisager une soirée pour expérimenter et approfondir cette thématique - reste à trouver un local qui se prête donc des informations sur les exigences pour les lieu de ta part - si tu est partant pour cette idée.

Même si selon tes explication nous sommes plus enclin envers des tons jaunes et verts - mes coloris préférés sont l'orange et le bleu. Tes explications me donne envie d'experimenter diverse musique pour voir si cela influence le choix de mes couleurs.

Heike

Daniel Moline a dit :

Pardonnez-moi de m’éloigner un peu de la discussion des "cafés d’artistes" et des "carnets d’âme", mais je veux ici répondre brièvement à la question posée jeudi par Heike sur les couleurs.

Couleurs et sons sont des phénomènes vibratoires. En termes de longueur d’onde, chacune des couleurs perçues par l’œil humain se situe entre 380 et 750 nanomètres, et en termes de fréquence entre 40 et 790 TeraHertz. La longueur d’onde est inversement proportionnelle à la fréquence. Cela signifie qu’en termes de fréquence, nous allons des rouges aux violets. La progression entre les sons et les couleurs est la suivante : les noirs se situent dans les fréquences basses, les rouges dans les fréquences basses moyennes, les oranges et les jaunes dans les fréquences moyennes entre 1000 et 2000 Hz, les verts autour de 3000 Hz, et les bleus et indigos dans les plus hautes fréquences. Tout comme l’oreille humaine atteint sa capacité maximale de perception des sons entre 1000 et 3000 Hz, et peut distinguer entre les sons qui ont une différence tonale d’à peine 1 Hz, la zone dans laquelle l’œil peut le mieux distinguer les tons se situe dans la partie centrale de son spectre, à environ 540 THz, ce qui correspond aux jaunes et aux verts. Ici, l’œil peut percevoir environ 40 variétés de jaune.

Dans l’état actuel des recherches, nous pouvons dire aujourd’hui que notre monde chromatique peut s’élargir et notre perception des couleurs s’affiner grâce à l’acquisition de nouvelles modalités d’écoute. Par exemple, grâce à la perception restaurée de fréquences sonores perdues entre 1000 et 6000 Hz, les couleurs correspondantes – jaune, violet et bleu - seront restaurées dans le champ de vision, et les yeux s’ouvriront à de nouvelles couleurs du monde.

Ce travail de restitution d’une meilleure harmonie perceptive globale se fait par une amplification des fréquences d’une fourniture sonore, soit en filtrage passe-haut, en filtrage passe-bas ou en filtrage passe-bande, en fonction de l’allure des courbes à corriger, le tout étant stimulé par un système de bascule aigus-graves qui suit le flux musical dans ses déplacements.

Voilà pour les couleurs et les sons. Fermons ici la parenthèse. Retournons aux bonnes idées, aux projets et aux choses sérieuses…

Daniel Moline



Heike Tiede a dit :

Si tu analyses mes tableaux tu pourrais alors "voir" mes problèmes auditifs? Car pour voir les nuances des couleurs mon ami est également plus fort que moi - c'est qui confirme ta théorie. Il y a le même phénomène chez les daltoniens ou cela à d'autres liens ? Il y a alors une sensibilité aux ondes - car la couleur et le sons sont tous des ondes - la base de cette découverte ? Comment procédez vous à l'entrainement ? Je trouve que c'est un sujet passionnant.

 

Bonjour tout le monde !…Pour moi ce sera un Orval !…..

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

( silence de 10 minutes que la première boisson alcoolisée délie !)…

- Houlà, que vous allez vite en besogne … on reconnait là, la fougue et le dynamisme allemands un rien conquérants (oui, tu préfèrerais le féminin singulier désolé, mais c’est le masculin pluriel,… la langue française est encore un peu sexiste !...et « conquérant », il faut le prendre dans le sens 1 et 2 du petit Robert !) d’Angela… heu …d’Heike (que j’admire) ! Vous voilà déjà en train de définir des lieux où l’on pourra se rencontrer, des dates vont être déterminées …la forme de la table peut-être ?

- Mais si au lieu de commencer par la fin, on commençait par le début ? Dans ces réunions qui seront certes très sympathiques, quelle sera la « démarche des « carnetistes », à l’origine de ce forum. ? Rappelons que nous considérons « le  carnet » comme notre vecteur sur  le chemin de la découverte de nous- mêmes. Il est évident que des démarches littéraires du type « journal intime » participent au même état d’esprit. Mais cela peut déjà être l’objet d’une première discussion. Demandez à Claudine Boignet à l’origine du «  regard pastel », cette très belle exposition à Floreffe à laquelle j’ai assisté (sans être pastelliste !) si elle admettait des aquarellistes au sein des pastellistes ?

Et quand, dans sa biographie,  Nadine dit:

« Née … dans un milieu artistique, je commence toutefois à véritablement poser mes mots sur un papier face à la solitude, après 30 ans de purgatoire….Ils me racontent, me découvrent.
Les partager ces mots est une nouvelle étape dans cette recherche du moi, c’est le besoin d’être reconnue après avoir été niée par une machiavélique (mais que lui est-il arrivé ??? :note de JMC) manipulation.

Que de non-dits !

♪      « Elle est des nôôôôtres, elle a bu son « verre »… comme les auuuutres ! »

- Comme tu pourras le lire , Heike, dans mon carnet reproduit dans le message suivant, l’association du «  carnet » avec « l’âme » que tu proposes me paraît déjà  être une association pas trop rassembleuse . Et comme il ne suffit pas de descendre la butte pour se retrouver, le soir venu, mais qu’il faut venir de Spa, de Fleurus, de Beauraing, de Braine le Comte, de Floreffe,…. ?-  Et qu’en plus , boire ou conduire il faut choisir selon le principe Bobien ! …Et que par ailleurs, la plupart d’entre- nous sont si occupés dans leur vie professionnelle ou autre !

- Sous quelle bannière allons- nous nous rassembler, fusionner, sinon communier ? Ni dadaisme, ni fauvisme ni surréalisme ni impressionnisme, ni spinozisme, ni nietzschéisme, ni cyclotourisme , ni  athéisme ni catholicisme  ne seront à la base de nos réunions mais sans doute ni plus ni moins que notre individualisme!  Sera- ce un lien suffisamment fort pour nous rassembler en bravant les distances  balisées de ballons à souffler et de rappels stressant à nos activités coutumières ?

- Nadine, tu nous dis qu’une ébauche de site est presque en ligne… Le nom "TEXTES ET PRETEXTES" est enregistré dans nos fichiers ; c’est très bien mais sais-tu que ce nom a déjà été utilisé comme titre par le graphiste Jacques Richez ?  

- C’est conscient de ces difficultés en tous genres (éloignement, temps mesurés de certains, divergence d’objectifs premiers, etc… que je disais  dans mon « introduction » que personne ne semble avoir lu: « Un site comme celui d'"Arts et Lettres" est peut-être la suite logique de ces lieux où l'on causait et faisait valoir son point de vue. Et donc, les nombreux forums sur l'âme ou sur la modernité comme celui de Daniel Moline sur lequel tu es  dernièrement intervenue sont ,  à mon avis, les nouveaux "lieux" où l'on cause, ... plus sainement et sans danger,il est vrai «  

- Comme nous pouvons nous réunir au hasard de rencontres, de vernissages, d’évènement proposés par Robert Paul et d’autres sur A. et L. , il n’est pas interdit à ces occasions de jouer les prolongations …et de se  dire ce qu’on a sur le cœur…Heike, Sylviane, Daniel, Dominique,.. ; cela nous arrive de nous rencontrer de temps à autres …on est très heureux de se voir « en vrai »  mais soyons sincères : lors de ces rencontres agréables, nos propos sont-ils plus nuancés, plus structurés que ceux que nous tenons par écrit sur ce site ?

- Par ailleurs , vous savez que le site A. et L.  nous permet de bavarder en direct  (voir en bas de votre page); il suffirait sans doute de dire que notre «  café des arts virtuel» est ouvert de telle heure à telle heure un jour déterminé pour que nous soyons tous présents pour clavarder à qui mieux, mieux ! Qu’en pense Robert Paul qui lit au-dessus de mon épaule ?

- Au cœur de notre individualisme d’artiste, découvrons - nous d’abord une raison forte d’être ensemble …et encore une fois, on se retrouve quand on veut !

Bien cordialement ,

Jean-Marie


Heike Tiede a dit :

Tu peut me donner quelques bibliographie ou sources  pour mon ami physicien et son père qui as travaillé dans l'optique - peintres et amateur de musique toutes les deux. 

Je te nome donc maître du son et de la lumière de nos rencontres :-)  - en tout cas on pourrait envisager une soirée pour expérimenter et approfondir cette thématique - reste à trouver un local qui se prête donc des informations sur les exigences pour les lieu de ta part - si tu est partant pour cette idée.

Même si selon tes explication nous sommes plus enclin envers des tons jaunes et verts - mes coloris préférés sont l'orange et le bleu. Tes explications me donne envie d'experimenter diverse musique pour voir si cela influence le choix de mes couleurs.

Heike

Daniel Moline a dit :

Pardonnez-moi de m’éloigner un peu de la discussion des "cafés d’artistes" et des "carnets d’âme", mais je veux ici répondre brièvement à la question posée jeudi par Heike sur les couleurs.

Couleurs et sons sont des phénomènes vibratoires. En termes de longueur d’onde, chacune des couleurs perçues par l’œil humain se situe entre 380 et 750 nanomètres, et en termes de fréquence entre 40 et 790 TeraHertz. La longueur d’onde est inversement proportionnelle à la fréquence. Cela signifie qu’en termes de fréquence, nous allons des rouges aux violets. La progression entre les sons et les couleurs est la suivante : les noirs se situent dans les fréquences basses, les rouges dans les fréquences basses moyennes, les oranges et les jaunes dans les fréquences moyennes entre 1000 et 2000 Hz, les verts autour de 3000 Hz, et les bleus et indigos dans les plus hautes fréquences. Tout comme l’oreille humaine atteint sa capacité maximale de perception des sons entre 1000 et 3000 Hz, et peut distinguer entre les sons qui ont une différence tonale d’à peine 1 Hz, la zone dans laquelle l’œil peut le mieux distinguer les tons se situe dans la partie centrale de son spectre, à environ 540 THz, ce qui correspond aux jaunes et aux verts. Ici, l’œil peut percevoir environ 40 variétés de jaune.

Dans l’état actuel des recherches, nous pouvons dire aujourd’hui que notre monde chromatique peut s’élargir et notre perception des couleurs s’affiner grâce à l’acquisition de nouvelles modalités d’écoute. Par exemple, grâce à la perception restaurée de fréquences sonores perdues entre 1000 et 6000 Hz, les couleurs correspondantes – jaune, violet et bleu - seront restaurées dans le champ de vision, et les yeux s’ouvriront à de nouvelles couleurs du monde.

Ce travail de restitution d’une meilleure harmonie perceptive globale se fait par une amplification des fréquences d’une fourniture sonore, soit en filtrage passe-haut, en filtrage passe-bas ou en filtrage passe-bande, en fonction de l’allure des courbes à corriger, le tout étant stimulé par un système de bascule aigus-graves qui suit le flux musical dans ses déplacements.

Voilà pour les couleurs et les sons. Fermons ici la parenthèse. Retournons aux bonnes idées, aux projets et aux choses sérieuses…

Daniel Moline



Heike Tiede a dit :

Si tu analyses mes tableaux tu pourrais alors "voir" mes problèmes auditifs? Car pour voir les nuances des couleurs mon ami est également plus fort que moi - c'est qui confirme ta théorie. Il y a le même phénomène chez les daltoniens ou cela à d'autres liens ? Il y a alors une sensibilité aux ondes - car la couleur et le sons sont tous des ondes - la base de cette découverte ? Comment procédez vous à l'entrainement ? Je trouve que c'est un sujet passionnant.

Il est normal que dans ce contexte, je vous ouvre mon carnet de CROquis/éCRITS et vous montre les pages que cette idée du « café des arts » m’a inspirée

Je vous les livre à l’état parfaitement brut ! J’ai quand même dactylographié le texte pour que vous puissiez le lire, mon écriture sismographique n’est pas facile à lire…si vous en avez envie !

 

Noms de vieux cafés à Fleurus : Au Saint Esprit, au grand saint jean Baptiste…on aimait dans le temps mettre son commerce sous la protection des saints…>>  Au sein /saint/ sain /d’esprit/Esprit ( faire ainsi la nique à Freud - voir (1) ci-dessous )….enseigne d’un Café artistique et littéraire « VIRTUEL » ? ;-)

… Pour une pensée NUE en communion en marge en marche ! Une pensée qui s'explore au quotidien, une pensée qui « s'assied » pour noter et ne rien oublier … Une pensée qui s'enrichit, une pensée qui s’introspecte, une pensée qui s’autoportraite /maltraite  à la Rembrandt, qui s’auto-réfléchit, une pensée sans butoir, une pensée qui se livre, se délivre après avoir lu Les Livres. Une pensée qui sait dire j’aime ou je n'aime pas, une pensée qui s'ouvre à l’art des autres y compris à l'art contemporain dans sa plus contemporaine facture

Les carnets de l’âme, dis-tu  Heike ? Le débat sur le forum de l’âme s’est  terminé en plaisanteries  après de nombreux échanges ( ! Les « carnets de l'imaginaire » seraient peut-être une appellation plus appropriée» ou encore « les carnets de la création » ; on reste ainsi dans les limites intérieures  du cerveau laissant le champ libre à ceux qui veulent aller au-delà dans l’au-delà !

L'heure est à l'indignation ….devant le chaos que nous vivons à « l’extérieur » Mais vu de « l’intérieur », Penser en dehors des sentiers battus , une forme, une nouvelle forme d'indignation ? Mais peut-on, doit-on  être indigné du/des  courant (s) de pensée actuel (s)?

Les chemins intérieurs sont balisés par Freud, Lacan, Jung  …. Les psy… .Michel Onfray n’a pas hésité avec son « crépuscule d’une idole » de s’indigner pendant  576 pages contre Freud !) Il avait fait de même avec son traité d’athéologie contre la religion !

L'artiste ne peut-il  être indigné de ce que pense Freud de lui ! (voir le texte qu’il a écrit à ce sujet !)

 L’artiste ne peut-il pas se prendre en main ; n'est-il pas à même d'assurer l’ aménagement de son espace intérieur ? Fait-il semblant de le faire régi par des sous- produits de sa libido comme le pense Freud?(1)  

J’entends déjà Sylviane ( qui appelerait plutôt le café « au sein de l'Esprit » , me dire : respire, fais le vide en toi et laisse toi pénétrer de l'Esprit , laisse défiler tes pensées en les regardant comme des nuages >>> voie bouddhique. Je lui répondrai : j'aurais tout le temps de me laisser pénétrer de l'Esprit en temps utile. Pour le moment que ma pensée jaillit en moi dans toute sa fébrilité, je ne vois pas pourquoi je la laisserais s’échapper et ne la saisirais pas au passage par toutes les voies possibles - écriture, dessin, etc. !

Il m'a fallu des années pour ne plus craindre les diktats de la religion catholique dans laquelle j'ai été éduqué (mal  ?) Ce n'est plus le moment ,  Sylviane,  de retomber dans le piège d'une mystique ou d'une discipline contemplative quelconque. La seule vraie contemplation, c'est celle de ma pensée dont ma plume se fait le sismographe trop lent… Cela m'entraîne vers des considérations sur l'écriture automatique à laquelle ont cru une flopée de surréalistes, révolution de l'esprit précédente.

Laisser de côté les clichés, les lieux communs, les faux-semblants, les partis pris, les automatismes de la pensée, se méfier des propositions toutes faites d'autrui et de moi-même

A la pensée cartésienne incontournable dans notre monde efficace, l'artiste ne doit-il pas préférer la pensée morinienne, inefficace mais consciente en permanence de la complexité ? Auparavant, j’avais  nommé  X, Y, Z ,mes différentes voix  intérieures en me proposant de démasquer leur origine par une introspection et une attention soutenue .Maintenant que je pense que mon esprit est plus libéré, il ne s'exprime plus que d'une seule voix. Les voix inconnues étaient-elles celles de la honte, du remord, du regret ? Oui, dans les livres de psychologie, il y a des noms pour tout cela mais l’artiste doit-il croire en tout cela ?

A Daniel, je lui dirai : j'ai lu ton roman (autobiographie romancée ou roman autobiographique) ? mais de toutes façons, je n'en saurais pas plus sur toi  !  J'apprécie à la fois ta grande intelligence et ta capacité de vivre « ici et maintenant » simplement ; pourquoi livrerais-tu ta pensée mise à nu ? Tu donnes la priorité à l'oeuvre accomplie, finie qui est à l'abri de toute critique de toute intervention extérieure. … (j'écris ce texte pour le moment dans la salle d'attente de l'O.R.L pour ne pas le perdre… ce qui me permet par association d’idées de penser à l'intervention de Daniel sur le rapport entre l'audition et la couleur , etc. à mieux examiner)

Attention également aux pièges des mots !

Penser également à la formule du genre…du genre…un moment d’inattention de quelques secondes et j’ai oublié !

 

 

Bien cordialement !

Jean-Marie Cambier

 

 

 

(1) Il existe notamment un chemin de retour qui conduit de la fantaisie à la réalité: c'est l'art. L'artiste est en même temps un introverti qui frise la névrose.
Animé d'impulsions et de tendances extrêmement fortes, il voudrait conquérir honneurs, puissance, richesses, gloire et amour des femmes. Mais les moyens lui manquent de se procurer ces satisfactions. C'est pourquoi, comme tout homme insatisfait, il se détourne de la réalité et concentre tout son intérêt, et aussi sa libido, sur les désirs créés par sa vie imaginative, ce qui peut le conduire facilement à la névrose. Il faut beaucoup de circonstances favorables pour que son développement n'aboutisse pas à ce résultat; et l'on sait combien sont nombreux les artistes qui souffrent d'un arrêt partiel de leur activité par suite de névroses. Il est possible que leurconstitution comporte une grande aptitude à la sublimation et une certaine faiblesse à effectuer des refoulements susceptibles de décider du conflit. Et voici comment l'artiste retrouve le chemin de la réalité….


…Mais le véritable artiste peut davantage. Il sait d'abord donner à ses rêves éveillés une forme telle qu'ils perdent tout caractère personnel susceptible de rebuter les étrangers et deviennent une source de jouissance pour les autres. Il sait également les embellir de façon à dissimuler complètement leur origine suspecte…….Lorsqu'il a réussi à réaliser tout cela, il procure à d'autres le moyen de puiser à nouveau soulagement et consolation dans les sources de jouissances, devenues inaccessibles, de leur propre inconscient ; il s'attire leur reconnaissance et leur admiration et a finalement conquis par sa fantaisie ce qui auparavant n'avait existé que dans sa fantaisie : honneurs, puissance et amour des femmes.

FREUD, Introduction à la Psychanalyse, trad. S. Jankélévitch, Payot, 1965, p. 354.

Je lis bien, par dessus ton épaule (et même entre les lignes). J'ai une expérience de plus de 35 ans de fréquentation de "cafés" et autres lieux de rencontres littéraires. Dès que j'aurai le temps, je répondrai par quelques mots. Mais pour ce sujet, je pourrais écrire mes mémoires, car j'ai tout vu dans ce genre de rencontres. Et les tenants et aboutissants pour mener cela à bon port ne sont vraiment pas imaginables par une simple bonne volonté de créer de tels lieux de rencontre...  D'autre part, pour le clavardage j'aurai une annonce à faire à ce sujet. Mais en son temps.

Excuse moi si dans ma fougue d'avoir rencontrée dans des mots le même désir de rencontre démarrée au quart du tour d' la bonne mécanique allemande:-) Naturellement c'est plus facile de prolonger des choses existent comme des expositions avec une sorte de verre d'amitié stil café d'artiste que créer une sorte de "club". Je suis consciente des toutes les contraintes de la vie moderne et trépignant de chacun. J'ai apprecié les rencontres des artistes de art et Lettres dans leur ou ma expo toujours chaleureuse et riches, mais vue les autres visiteurs - c'était un peu courts et j'aurai aimée de leur consacrer plus de temps.

Les écrits sont naturellement plus structurés, mais ne remplacent jamais un regard, un sourire et une voix.

Au fils de cette discussion une idée as mûri en moi - et si dans chacune  de nos invitations d'expo futures, on signale juste en plus dans le sillage de l'expo une heure de RDV pour un café d'artiste pour que ceux qui désire prolonger la rencontre puisse se retrouver.

 


Jean-Marie Cambier a dit :

Il est normal que dans ce contexte, je vous ouvre mon carnet de CROquis/éCRITS et vous montre les pages que cette idée du « café des arts » m’a inspirée

Je vous les livre à l’état parfaitement brut ! J’ai quand même dactylographié le texte pour que vous puissiez le lire, mon écriture sismographique n’est pas facile à lire…si vous en avez envie !

 

Noms de vieux cafés à Fleurus : Au Saint Esprit, au grand saint jean Baptiste…on aimait dans le temps mettre son commerce sous la protection des saints…>>  Au sein /saint/ sain /d’esprit/Esprit ( faire ainsi la nique à Freud - voir (1) ci-dessous )….enseigne d’un Café artistique et littéraire « VIRTUEL » ? ;-)

… Pour une pensée NUE en communion en marge en marche ! Une pensée qui s'explore au quotidien, une pensée qui « s'assied » pour noter et ne rien oublier … Une pensée qui s'enrichit, une pensée qui s’introspecte, une pensée qui s’autoportraite /maltraite  à la Rembrandt, qui s’auto-réfléchit, une pensée sans butoir, une pensée qui se livre, se délivre après avoir lu Les Livres. Une pensée qui sait dire j’aime ou je n'aime pas, une pensée qui s'ouvre à l’art des autres y compris à l'art contemporain dans sa plus contemporaine facture

Les carnets de l’âme, dis-tu  Heike ? Le débat sur le forum de l’âme s’est  terminé en plaisanteries  après de nombreux échanges ( ! Les « carnets de l'imaginaire » seraient peut-être une appellation plus appropriée» ou encore « les carnets de la création » ; on reste ainsi dans les limites intérieures  du cerveau laissant le champ libre à ceux qui veulent aller au-delà dans l’au-delà !

L'heure est à l'indignation ….devant le chaos que nous vivons à « l’extérieur » Mais vu de « l’intérieur », Penser en dehors des sentiers battus , une forme, une nouvelle forme d'indignation ? Mais peut-on, doit-on  être indigné du/des  courant (s) de pensée actuel (s)?

Les chemins intérieurs sont balisés par Freud, Lacan, Jung  …. Les psy… .Michel Onfray n’a pas hésité avec son « crépuscule d’une idole » de s’indigner pendant  576 pages contre Freud !) Il avait fait de même avec son traité d’athéologie contre la religion !

L'artiste ne peut-il  être indigné de ce que pense Freud de lui ! (voir le texte qu’il a écrit à ce sujet !)

 L’artiste ne peut-il pas se prendre en main ; n'est-il pas à même d'assurer l’ aménagement de son espace intérieur ? Fait-il semblant de le faire régi par des sous- produits de sa libido comme le pense Freud?(1)  

J’entends déjà Sylviane ( qui appelerait plutôt le café « au sein de l'Esprit » , me dire : respire, fais le vide en toi et laisse toi pénétrer de l'Esprit , laisse défiler tes pensées en les regardant comme des nuages >>> voie bouddhique. Je lui répondrai : j'aurais tout le temps de me laisser pénétrer de l'Esprit en temps utile. Pour le moment que ma pensée jaillit en moi dans toute sa fébrilité, je ne vois pas pourquoi je la laisserais s’échapper et ne la saisirais pas au passage par toutes les voies possibles - écriture, dessin, etc. !

Il m'a fallu des années pour ne plus craindre les diktats de la religion catholique dans laquelle j'ai été éduqué (mal  ?) Ce n'est plus le moment ,  Sylviane,  de retomber dans le piège d'une mystique ou d'une discipline contemplative quelconque. La seule vraie contemplation, c'est celle de ma pensée dont ma plume se fait le sismographe trop lent… Cela m'entraîne vers des considérations sur l'écriture automatique à laquelle ont cru une flopée de surréalistes, révolution de l'esprit précédente.

Laisser de côté les clichés, les lieux communs, les faux-semblants, les partis pris, les automatismes de la pensée, se méfier des propositions toutes faites d'autrui et de moi-même

A la pensée cartésienne incontournable dans notre monde efficace, l'artiste ne doit-il pas préférer la pensée morinienne, inefficace mais consciente en permanence de la complexité ? Auparavant, j’avais  nommé  X, Y, Z ,mes différentes voix  intérieures en me proposant de démasquer leur origine par une introspection et une attention soutenue .Maintenant que je pense que mon esprit est plus libéré, il ne s'exprime plus que d'une seule voix. Les voix inconnues étaient-elles celles de la honte, du remord, du regret ? Oui, dans les livres de psychologie, il y a des noms pour tout cela mais l’artiste doit-il croire en tout cela ?

A Daniel, je lui dirai : j'ai lu ton roman (autobiographie romancée ou roman autobiographique) ? mais de toutes façons, je n'en saurais pas plus sur toi  !  J'apprécie à la fois ta grande intelligence et ta capacité de vivre « ici et maintenant » simplement ; pourquoi livrerais-tu ta pensée mise à nu ? Tu donnes la priorité à l'oeuvre accomplie, finie qui est à l'abri de toute critique de toute intervention extérieure. … (j'écris ce texte pour le moment dans la salle d'attente de l'O.R.L pour ne pas le perdre… ce qui me permet par association d’idées de penser à l'intervention de Daniel sur le rapport entre l'audition et la couleur , etc. à mieux examiner)

Attention également aux pièges des mots !

Penser également à la formule du genre…du genre…un moment d’inattention de quelques secondes et j’ai oublié !

 

 

Bien cordialement !

Jean-Marie Cambier

 

 

 

(1) Il existe notamment un chemin de retour qui conduit de la fantaisie à la réalité: c'est l'art. L'artiste est en même temps un introverti qui frise la névrose.
Animé d'impulsions et de tendances extrêmement fortes, il voudrait conquérir honneurs, puissance, richesses, gloire et amour des femmes. Mais les moyens lui manquent de se procurer ces satisfactions. C'est pourquoi, comme tout homme insatisfait, il se détourne de la réalité et concentre tout son intérêt, et aussi sa libido, sur les désirs créés par sa vie imaginative, ce qui peut le conduire facilement à la névrose. Il faut beaucoup de circonstances favorables pour que son développement n'aboutisse pas à ce résultat; et l'on sait combien sont nombreux les artistes qui souffrent d'un arrêt partiel de leur activité par suite de névroses. Il est possible que leurconstitution comporte une grande aptitude à la sublimation et une certaine faiblesse à effectuer des refoulements susceptibles de décider du conflit. Et voici comment l'artiste retrouve le chemin de la réalité….


…Mais le véritable artiste peut davantage. Il sait d'abord donner à ses rêves éveillés une forme telle qu'ils perdent tout caractère personnel susceptible de rebuter les étrangers et deviennent une source de jouissance pour les autres. Il sait également les embellir de façon à dissimuler complètement leur origine suspecte…….Lorsqu'il a réussi à réaliser tout cela, il procure à d'autres le moyen de puiser à nouveau soulagement et consolation dans les sources de jouissances, devenues inaccessibles, de leur propre inconscient ; il s'attire leur reconnaissance et leur admiration et a finalement conquis par sa fantaisie ce qui auparavant n'avait existé que dans sa fantaisie : honneurs, puissance et amour des femmes.

FREUD, Introduction à la Psychanalyse, trad. S. Jankélévitch, Payot, 1965, p. 354.

salut les bla blas......

... ARTS ET LETTRES est merveilleux et est déjà un"café" en écritures échangées

maintenant si Heike veut m'inviter en même temps que d'autres lors d'une éventuelle rencontre

je suis partante mais d'ores et déjà  mes p'tits loups je vous invite à une rencontre artistique à la DIRECTION DES RECHERCHES HYDRAULIQUE rue de l'abatoir 164 ce 4 novembre prochain à 18H30

Je vous offre le verre de l'amitié et petits fours seront d'appoint .....30 ans de peinture cela se fête

je vous invite aussi à écouter  la RADIO DE CHARLEROI  radio king Charleroi  106.5 fréquence

sALUT a+

a bientôt mes chers amis artites

remercions ROBERT PAUL pour cet échange

a bientôt  

 

 

Répondre à la discussion

RSS

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation