Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

A partir de quel niveau la création peut-elle être qualifiée d'artistique?

Où s'arrête l'artisanat commence l'art? Leurs frontières sont-elles élastiques?

Vues : 920

Y répondre

Réponses à cette discussion

En parlant de l’inspiration et des influences qu’on peut subir dans l’acte de création, une nouvelle rubrique à vue le jour sur la première adresse du site artluberon.:
« Réflexions sur l'art »
Ne manquez pas le très beau texte de Philippe Chazot « De la copie... »
Extrait du livre de mon épouse Carole Dekeijser : De Vous à Moi :

A l’intérieur de l’œuvre générale d’un artiste, il existe une série plus ou moins étendue de réels chef-d’œuvres qui sont dignes de l’appellation de création. A côté de celles-ci, le reste est du domaine de la « pratique artistique ».

Cette différence fut estompée durant des années car le principe des marchés de l’art, basés sur des cotations, fit en sorte qu’on vendait des signatures et non plus des contenus d’œuvres, le plus souvent pour des raisons de blanchiment d’argent provenant de la criminalité.

Depuis l’effondrement de 1991 dû notamment à une répression du marché de la drogue et à la guerre déclarée à ses producteurs latino-américains ainsi, le tout combiné à un contrôle judiciaire et fiscal du marché de l’art, on constate que les vrais amateurs d’art, les vrais collectionneurs, font la différence, lors de leurs achats de tableaux, entre le contenu et la signature.

suite sur : http://www.peintre-philosophe.be/philosophie/conception-de-l-art/la...
Il y a l'artiste Allemand Joseph Beuys qui disait ;
Une femme qui épluche des patates fait de l'art.

L'art est partout suffit de regarder avec des yeux bien nettoyer.
Michel Soucy a dit :
Il y a l'artiste Allemand Joseph Beuys qui disait ;
Une femme qui épluche des patates fait de l'art.

L'art est partout suffit de regarder avec des yeux bien nettoyer.
l'art est composé de trois éléments majeurs :l'artiste ,l'oeuvre et le spectateur.pour donner une approche a la créativité ,il nous faut prendre en considération les trois composantes et faire une petite lecture horizontale et verticale qui met en comparaison l'artiste ,l'oeuvre et le spectateur.
quand l'artiste dit qu'une femme qui épluche des patates fait de l'art;
ce n'est pas elle qui fait de l'art mais c'est celui qui regarde qui voit dans ce qu'elle fait de l'art si celui là a developper son art de gouter.
donc c'est Josef Beuys qui voit et qui dit ;par contre la femme qui épulche des patates n'est que dans le fait de préparer un plat.
dans ce genre de situation on aura deux artistes a l'arrivée:celui qui voit la femme éplucher les patates ,et celui qui attends la cuisson du plat .
la dimension artistique d'une création ne renvoie-t-elle pas à la proposition originale d'un avenir? Par ailleurs les mots: art, création, artisanat, beauté, etc... seront toujours, à mon avis, en dessous de leurs ambitions....
J'aime beaucoup l'intervention de Mohammed SANOUSSI qui dit :
"on se perd entre celui qui est dans l'action creative et celui qui la constate".

L'art peut être défini de deux côtés distincts selon moi : celui qui fait et celui qui regarde. Quand tout le monde s'entend, c'est très facile de dire que c'est de l'art car personne ne conteste la chose. La question de l'art (ou pas) arrive quand une des deux parties n'a pas défini la chose en tant qu'objet artistique.

Voici deux réflexions qui m'ont été rapportées par des Africains excédés par le pouvoir de "l'homme blanc".

1. En Afrique, avant la colonisation, beaucoup d'objets ont étés créés pour répondre aux croyances de leurs habitants. Des blancs sont arrivés pour les convertir et ont dit qu'il fallait éliminer tous ces objets de culte. Les Africains ont vu leurs objets pillés. On n'a pas vraiment considéré à ce moment que ces objets étaient d'une grande valeur. Puis, la spéculation attirant les blancs, ces objets ont commencé à se vendre de plus en plus cher. Là, c'est devenu de l'art tout d'un coup. Mais il n'appartenait plus aux Africains.
2. Pourquoi parle-t-on toujours de peintres français (ou européens), comme s'ils étaient le centre de la création artistique? L'art n'est-il pas universel? Pourquoi ne parle-t-on pas de l'art togolais, zaïrois, marocain, esquimeau ou brésilien? Ne créaient-ils pas eux aussi pendant que Monet peignait ses nymphéas en France?

Dire qu'une oeuvre est de l'art ou pas, n'est-ce pas un peu prétentieux au regard de l'histoire?
:Au lieu et place d'entamer une discussion, je vous invite à consulter la page du site de mon Epouse Carole Dekeijser.
En effet, elle répond clairement à cette question comme je ne pourrais le faire

http://www.peintre-philosophe.be/philosophie/conception-de-l-art/la...

Bien à vous
Michel Evrard-Thøelen
2 petites réflexions...
Il ne faut pas oublier qu'au moyen âge les artistes appartenaient à des corporations ou guildes, qu'ils devaient réaliser un "chef-d'oeuvre" au sens que le compagnonnage utilise encore et qu'ils devenaient alors "maitre", c'est-à-dire qu'ils pouvaient ouvrir un atelier ou prendre des apprentis. Qu'on soit potier, menuisier, artiste peintre ou boucher, la procédure était la même.
Quant aux musiciens, Mozart portait la livrée comme n'importe quel autre domestique, du moins avant qu'il n'envoie tout au diable et devienne un "artiste" au sens romantique du terme: courant le cachet et tirant le diable par la queue.
La frontière n'est-elle pas culturelle?
Les artistes sous l'ancien régime étaient "pensionnés": ils faisaient ce que leur commandait un prince, un duc, un roi... moyennant quoi ils étaient salariés. Ils devaient respecter les normes esthétiques de leur temps et n'introduisaient que timidement des innovations.
Aujourd'hui, mécènes et États commandent des œuvres: quelle est la marge de manœuvre des artistes?
Il ne s'agit pas de niveau mais d'intention (du créateur) ou de regard (du spectateur, lecteur, auditeur.)
Je suis d'accord en principe mais je trouve que c'est un peu le 'tout est dans tout et inversément.' Ou encore, c'est Baudelaire: On peut se passer de manger... de boire... de poésie jamais. Tout est poésie, tout est art mais alors qu'est-ce qui n'est pas poésie ou art?

Mohammed SANOUSSI a dit :
Michel Soucy a dit :
Il y a l'artiste Allemand Joseph Beuys qui disait ;
Une femme qui épluche des patates fait de l'art.

L'art est partout suffit de regarder avec des yeux bien nettoyer.
Quelques réflexions de Pablo Picasso, cela donne a réfléchir, non ?

En 1952, Picasso écrivait à son ami Giovanni Papini :

« Dans l’art, les raffinés, les riches, les oisifs, les distillateurs de quintessence cherchent le nouveau, l’étrange, l’extravagant, le scandaleux.
Moi-même, depuis le cubisme et au-delà, j’ai contenté ces maîtres et ces critiques avec toutes les bizarreries changeantes qui me sont passées par la tête,
et moins ils les comprenaient, plus ils les admiraient.

Mais quand je suis seul avec moi-même, je n’ai pas le courage de me considérer comme un artiste dans le sens grand et antique du mot.
Ce furent de grands peintres que Giotto, Le Titien, Rembrandt et Goya : je suis seulement un amuseur public qui a compris son temps
et épuisé le mieux qu’il a pu l’imbécillité, la vanité, la cupidité de ses contemporains.
C’est une amère confession que la mienne, plus douloureuse qu’elle ne peut sembler.

Mais elle a le mérite d’être sincère ».

23 mars 1942,
Picasso dit : «On peut écrire et peindre n'importe quoi puisqu'il y aura toujours des gens pour le comprendre (pour y trouver un sens).»

Répondre à la discussion

RSS

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation