Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

A partir de quel niveau la création peut-elle être qualifiée d'artistique?

Où s'arrête l'artisanat commence l'art? Leurs frontières sont-elles élastiques?

Vues : 810

Y répondre

Réponses à cette discussion

La question me parait difficile car complexe dans sa réponse, les nombreuses visions en témoignent.

Ma perception à ce sujet est qu'on se trouve dans la même ambiance que la question sur la qualité et la beauté, il y à a boire et à manger.

Mais ma vision par rapport à tout ces éléments de l'essentiel de la vie reste inchangé, c'est à dire que tant qu'on donne son étoile à sa création elle peut briller au firmament des créations. 

Lu sur les peintres voyou.
Lippi découvre que, tout dans la vie, les rapports avec les gens comme l'approche d'un panneau, relève d'une seule question : chercher la bonne distance. S'ajuster au sujet, au climat qui doit envelopper la scène, le panneau et l'âme de qui contemple le travail !
Peintre voyou, ange ivre, Fra Filippo Lippi invente un rapport nouveau entre l'art et le monde de l'argent et, le premier, fait passer les peintres du statut d'artisans estimés à celui d'artistes reconnus
L'artisanat est du " savoir faire ". L'art est une expression.


Roger Wauters a dit :
L'artisanat est du " savoir faire ". L'art est une expression.
 Mais comment séparez -vous le savoir faire de l'expression quand parfois il y participe si étroitement ? La manière de faire ne rejoint-elle pas la manière de s'exprimer  quand il y a création et non copie ? Le choix de la technique, de la perfection ou de l'imperfection technique
n'est-il pas  en lui-même signifiant ? et s-il est  signifiant n'exprime-t-il rien, alors ?
De même l'éternel problème du décoratif qui serait vide de sens ? Quand il est à ce point associé parfois au quotidien des hommes ?

C'est tout simple, l'art est invention la culture reproduction! C'est à dire ce qui est nouveau  et qui tient compte de ce que l'histoire de l'art a produit peut avoir le nom d'art. A titre d'exemple, la quasi totalité des productions générées par les adhérents de ce site n'est pour moi pas de l'art!

Mais la nouveauté, vous l'établissez comment ? sur quels critères ?A ce compte seuls les hommes préhistoriques ont été des artistes?Ou quelqu'un qui aurait vécu sous globe et sans influence. Sans regarder autour de lui ...
L'invention n'est pas la création . "Je n'invente pas je crée, écrivait Cadou, car l'invention est d'intelligence et la création est amour ."

 Et même les inventions s'appuient sur la science des humains qui nous ont précédé. Aucun ordinateur n'existerait sans les découvertes des siècles d'avant excusez-moi ce truisme mais l'évidence parfois semble échapper aux ukases.

Tout s'appuie sur ce qui précède que ce soit pour le nier (le dépasser si on y croit!) ou pour s'en inspirer.Le désir désespéré de certains artistes de notre époque d'être le premier à et le seul à me fait souvent sourire.Ou de faire du jamais vu.il faudrait déjà avoir tout vu pour décider si c'est une invention .

. On peut-être le premier à produire quelque chose et que ce ne soit pas artistique, car il y manquera, quelque chose comme un reflet de l'âme, il y manquera surtout cette humilité de savoir qu'en tant qu'humains et artistes nous nous inscrivons dans une lignée., comme en tout ce que nous faisons et que d'ailleurs beaucoup d'inventions ne sont que des réinventions ce qui rend ce désir de nouveauté un peu ridicule, puéril. Rien de plus commun que de vouloir se singulariser.   On a créé avant nous, nous ne pouvons pas l'ignorer L'artiste qui crée ex nihilo , personnellement et j'en connais beaucoup, je n'en ai jamais rencontré... sauf les mégalomanes ...qui le croient.

A propos de votre évaluation sur les artistes de ce site je  dirai :  Dieu existe , je viens enfin de le rencontrer : -)

Cher Monsieur Battle !!!!!Dieu,comme dit Jacqueline!!!!!

L'Art est le produit de l'intelligence et de la  réflexion , il doit produire chez l'homme un sentiment d'euphorie, Malheureusement , aujourd'hui , l'ART  comptemporain devrait plutôt s'appeler l'ART content pour rien,même si pour ma part mon art a toujours un rapport avec le passé (càd le pinceau) 


Batlle Michel a dit :

C'est tout simple, l'art est invention la culture reproduction! C'est à dire ce qui est nouveau  et qui tient compte de ce que l'histoire de l'art a produit peut avoir le nom d'art. A titre d'exemple, la quasi totalité des productions générées par les adhérents de ce site n'est pour moi pas de l'art!

à propos de Mr. Batlle: ce triste sire n'aura plus l'occasion de s'exprimer sur ce réseau. Je pense que la rue lui suffit.

Chers amis,

Pour moi,  l'art n'a pas une figure unique et nul ne peut prétendre en détenir le monopole. L'art peut  prendre toutes les formes, toutes les couleurs, toutes les matières. Il peut être dans l'abstrait comme dans le figuratif .

L' ART"  est crée avec l'imagination  et la passion  et apprécié en tant  que tel par celui qui a le coup de coeur en le regardant.

Oui , la frontière entre l'artisanat et l'art est bien mince ! j'avais déja répondu à cette question lors du concours d'entrée aux arts décos . Pour ma réflexion , ce serait que l'oeuvre réalisée serve a la production de nombreux duplicatas et deviendrait alors de l'artisanat en ce qui concerne la peinture !!!! voir les tableaux peints en usine, .On devrait meme parler d'art industriel et non artisanal !vu que l'artisanat d'art peut etre aussi une oeuvre unique !   

Oui , la frontière entre l'artisanat et l'art est bien mince ! j'avais déjà répondu à cette question lors du concours d'entrée aux arts décos . Pour ma réflexion , ce serait que l'oeuvre réalisée serve à la production de nombreux duplicatas et deviendrait alors de l'artisanat en ce qui concerne la peinture !!! voir les tableaux peints en usine . on devrait meme parler d'art industriel et non artisanal ! l'artisanat d'art peut aussi etre une oeuvre unique !

L'ère de l'image numérique-qui n'est pas forcément photo, ni même photo altérée , comme la photographie aux siècles précédents pose de façon aiguë ce problème de la reproduction en série non limitée et dont le contrôle peut échapper à l'artiste d'ailleurs .Une photo on peut en tirer autant d'exemplaires qu'on veut ...même si la matrice elle est unique et originale. On  observe entre tenants des arts traditionnels (peinture gravure) et utilisateurs de moyens modernes d'expression(logiciels) des querelles d'anciens et de modernes de même nature que ceux qui  opposaient chez les portaitistes par exemple peintre et photographes aux débuts de la photographie.

Pourtant une image numérique n'a rien d'artisanal, c'est même à l'opposé : peu ou pas de contact avec la matière une quasi disparition du medium qui souvent ne resurgit que comme support d'impression éventuelle ... je le sais d'autant mieux que je  pratique. il y a pourtant bien une "matrice" originale qui est créée  par quelqu'un et qui à ce stade-là est aussi unique qu'une peinture.

 Je crois qu'il ya aussi un problème de source, dans l'art textile que je pratique aussi si on a une source ancienne on est classé "artisan"  d'art même si on produit une pièce unique, expressive, et personnelle, mais si on travaille en s'inspirant des peintres abstraits du XX siècle, on gagne ses galons d'artiste.Il faut que l'objet fini ressemble à l'idée qu'on se fait d'une oeuvre d'art actuellement , et plus la source est récente et acceptée dans les galeries d'art plus on a de chances d'être considéré. mais si on observe et analyse les résultats on se rend compte que bien des oeuvres présentées comme novatrices se décalquent peu ou prou les unes les autres , parce qu'on fait ce qui se fait, ce qui plaît, ce qui est susceptible de se vendre et ce qui est dans la tendance ou mouvance ou plus exactement les tendances et mouvances.

  Et sur la notion de modèle il y aurait aussi à réfléchir le modèle étant chez nous, textiliens,  ce qui permet la reproduction ou le plagiat autorisé du moins pour un usage personnel et privé.Les modèles proliférant, et l'honnêteté sur la source -l'original- n'étant pas très répandue- on ne sait plus ce qu'on regarde, ce qui fait que les créateurs de pièces uniques sont rangés dans le même tiroir que tous leurs imitateurs,Le bénéfice du doute exercé à l'envers. D'où cette étiquette d"artisan d'art pour tout ce qui pourrait (soi disant ) s'imiter ."facilement". Voire ...

Répondre à la discussion

RSS

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation