Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

MONSIEUR MONSIEUR d’après l’oeuvre de Claude Ponti

Détails de l'événement

MONSIEUR MONSIEUR d’après l’oeuvre de Claude Ponti

Heure : 18 décembre 2010 à 15:00 au 22 décembre 2010 à 23:00
Emplacement : La Maison du Livre asbl
Rue : rue de Rome 28
Ville : Saint-Gilles
Site Web ou carte : http://www.lamaisondulivre.be
Numéro de téléphone : 02 543 12 20
Type d'événement : théâtre
Organisé par : La Maison du Livre asbl
Activité la plus récente : 21 déc. 2010

Exporter vers Outlook ou iCal (.ics)

Description de l'événement

La Compagnie Libellule en résidence à la Maison du Livre !
Un mois de répétitions… et la création d’un spectacle pour les enfants de 5 à 8 ans
- Bien qu'une représentation interdite aux enfants de moins de 18 ans aura lieu le lundi 20 décembre à 20h ! -

MONSIEUR MONSIEUR, d’après l’oeuvre de Claude Ponti

Une adaptation et une création de Jamil Bahri, Eglantine Chaumont et Gaëtan Rusquet

Naïf et attachant, Monsieur Monsieur nous invite à l'accompagner dans son univers et ses aventures : "Savonidi" c'est le jour du bain, "Césuikilikidi" il lit son journal, "Bicredi" il regarde pousser sa cravate...
Le décor ? Une suite de pages blanches, comme une semaine étalée dans l’espace. À chaque journée sa nouvelle histoire, dormir, se soigner, jardiner, attendre. À chaque jour son importance, sa nécessité, sa poésie…
Découverte ou retrouvailles, vos yeux brilleront à l’évocation de Pétronille et ses 120 petits, Le jour du mange-poussin ou encore Okilélé. Car dans ce spectacle, ce sont les aventures de Monsieur Monsieur qui serviront de fil conducteur.

L’auteur
Claude Ponti est devenu un des auteurs phares des très dynamiques éditions de L’École des Loisirs, qui ont joué un grand rôle dans le renouveau de la Littérature jeunesse dans les pays francophones ces trente dernières années. Auteur et dessinateur, il a si bien su marier ces deux facettes de son travail que leurs frontières sont désormais tout à fait floues. Ainsi un NON peut-il exister en toutes lettres dans le dessin, et devenir un obstacle pour un personnage. Le visuel et le sonore sont enchaînés l’un à l’autre, et l’on ne sait plus très bien lequel, de la plume ou du crayon, a engendré les drôles d’êtres qui peuplent ses récits. Il en va de même des narrations, le déroulement des histoires se nourrissant à la fois de l’évolutionnisme des mots et de celui des dessins. En créant un monde parallèle et au premier abord autosuffisant, Ponti bien sûr permet au lecteur de s'évader, mais il lui montre également l'étroitesse et l'arbitraire des conventions qui régissent notre vie quotidienne. Amener les enfants à poser un regard sur celles-ci, tout en leur insufflant une bouffée d'un imaginaire à la fois amusant et merveilleux, tel est le but de cette adaptation théâtrale.

De la « littérature » au « théâtre »
« Notre travail a consisté à traduire un univers traditionnellement proposé en deux dimensions pour en faire une fresque vivante en trois dimensions. A rendre palpables les sensations, décrites dans les livres sous forme de mots, d’onomatopées ou de dessins.

Les livres de Claude Ponti sont la matière première dans la création de notre spectacle, dans lequel l’acteur, le personnage, les histoires qu’il raconte, sa propre histoire, le décor et le public n’auront pas une place clairement définie. En effet, on se plonge dans les livres de Ponti comme on se plonge dans un rêve. Le récit, la narration, l’image, le temps, l’espace sont autant d’éléments qui se côtoient, se confrontent, se traversent et s'entremêlent naturellement.
Nous avons donc voulu, le temps d'une représentation, créer une passerelle entre notre imaginaire et notre réalité, entre ce qui est possible et ce qui est imaginable ; mettre en valeur les liens étroits qu’il y a entre les histoires écrites dans les livres et les histoires jouées par des acteurs vivants sur une scène ; apprendre aux enfants d’aujourd’hui à devenir les spect-acteurs de demain… ».

Représentations :
Samedi 18 décembre à 15h, enfants accompagnés, max 40 p.
Lundi 20 décembre à 15h, scolaire, max 50 p.
Mardi 21 décembre à 11h, scolaire, max 50 p.
Mercredi 22 décembre à 11h, groupe alpha, max. 30
--> Groupes et scolaires, merci de nous contacter au 02 543 12 20
Et une représentation interdite aux enfants de moins de 18 ans le lundi 20 décembre à 20h !


P.a.f. :
adultes : 4€ - enfant : 2,5€ - article 27 : 1,25€ - entrée libre pour les sans papiers - groupes : nous consulter au 02 543 12 20

Mur de commentaires

Commenter

Répondez à l'invitation à MONSIEUR MONSIEUR d’après l’oeuvre de Claude Ponti afin d'ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Deashelle le 21 décembre 2010 à 17:11

Ah là la ! Je ne suis absolument pas d'accord  pour une fois, avec Rosylyn que j'aime beaucoup! 

J’ai fait la promotion de votre spectacle Monsieur, Monsieur sur Bruxelles News… et je le regrette… amèrement ! 

Il y a quelques bonnes idées : d’abord l’acteur principal qui est très attachant (visage émotif, intelligent) et ses deux aides qui ont l’air d’anges…  et l’espace de papier blanc où les 30 spectateurs maximum peuvent tourner assis sur le sol confortable et blanc pour y  suivre le spectacle qui se donne à la périphérie du cercle. Bien. 

Certes, devoir ‘déchirer l’entrée dudit livre ne me paraît pas une bonne idée, d’un point de vue pédagogique. Mais bon… Le but était de fournir un effet marquant mais qui ne marqua rien. Sinon une certaine absurdité.

Effet pernicieux, même : la présentation des personnages se fait devant cette fenêtre déchirée, et c’est…. Moch-issime. On voit le désordre qu’il y a derrière. Mieux eût valu un véritable panneau coulissant, pour coulisser d’un monde à l’autre.

Mais l’œuvre elle-même est totalement décevante. Et même pas une bonne promotion pour acheter ces livres.

-Notre petit fils de 3 ans aurait eu grand peur du monstre rouge diable  qui mange les canards…. Sans raison apparente. Donc, vous avez raison c’est mieux d’attendre 5 ans. Et encore.

-Le coup des plantes qui poussent quand on les plante, bof !, thème éculé et absolument pas exploité comme cela pourrait !

-Le bain de pieds du clown : hors propos (seul moyen de réchauffer les enfants ayant joué dans la neige , il y a 50 ans !)

-Le rhume du clown : utile pour faire accepter les médications aux enfants, la seule chose valable de la représentation

-L’extrait du livre à la fin, désolant de manque de poésie, imagination, on ne se rappelle rien

-La séance bonjour la princesse avec ombres chinoises,  une inanité, pour qui, pour quoi,? C’est quoi ce spectacle où l’on prend les spectateurs (‘jeunes ou vieux) pour des débiles qui vont gober n’importe quoi ? Aucun lien entre les scènes! Humour zéro. Poésie absente, décor précaire, zéro verbalisation, mime minimum... que reste-t-il?

-Bref, une idée générale de « n’importe quoi » Dernier mot : les enfants de 5 ans ne savent pas lire ces affiches aux noms compliqués de jours… démultipliés, très perturbant, pédagogiquement parlant encore.

 

Notre avis est de ne jamais exposer des enfants à de telles insanités, un spectacle qui défait plutôt que construire et qui ne va nulle part, hélas. Sorry ! Vous avez demandé hier soir de donner notre avis. Il est sincère et j’espère qu’il vous sera utile ! VVOIlàa ! …. "comme" on le dit dans la pièce où chaque séance se termine abruptement par cette même parole.

Commentaire de La Maison du Livre asbl le 20 décembre 2010 à 16:16

Merci à vous d'être venue et d'avoir apprécié ce spectacle de la Compagnie de la Libellule !

Participation (3)

Devriez participer (1)

Pas de participation (5)

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2020   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation