Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

"Knocking on Heaven's Door": le Klara festival de septembre 2012

Détails de l'événement

"Knocking on Heaven's Door": le Klara festival de septembre 2012

Heure : 31 août 2012 à 20:00 au 14 septembre 2012 à 20:00
Emplacement : Palais des Beaux-Arts de Bruxelles - La Monnaie - Flagey (...)
Site Web ou carte : http://www.klarafestival.be/fr
Type d'événement : festival, de, musique, classique
Organisé par : Deashelle
Activité la plus récente : 2 sept. 2012

Exporter vers Outlook ou iCal (.ics)

Description de l'événement

Du 31 août au 14 septembre, le Klara Festival présente une foule de chefs-d’œuvre classiques dans des interprétations innovantes et originales, de la conception révolutionnaire de René Jacobs de la monumentale Passion selon Saint-Matthieu de Bach, à la version dansée des Quatre Saisons de Vivaldi, en passant par la surprenante mise en scène de la symphonie Das Lied von der Erde de Mahler. Chacun de ces concerts est l’occasion de dépasser les frontières des genres et d’établir de surprenantes corrélations.

http://www.klarafestival.be/fr/calendrier

 

Une Passion selon Saint-Matthieu révolutionnaire


  René Jacobs inaugure le KlaraFestival avec une remarquable   interprétation du monumental oratorio de Bach, la Passion selon   Saint-Matthieu, à la tête de l’ensemble baroque trentenaire Die   Akademie für Alte Musik, du Rias Kammerchor et d’un exceptionnel   parterre de solistes, parmi lesquels Bernarda Fink.

L’interprétation d’une œuvre de Bach par René Jacobs est   certainement un événement à ne pas manquer, tant par son côté surprenant que   théâtral. Selon René Jacobs, la force dramatique de la passion ne   réside pas tant dans le récit de la passion de Jésus, mais dans l’histoire   sainte au sens large.

L’aspect révolutionnaire de cette Passion selon Saint-Matthieu est   que René Jacobs soutient la théorie de Konrad Küster, selon laquelle   les deux chœurs ne sont pas juxtaposés et ne sont pas de même taille. La   distance entre les chœurs et leur asymétrie permettent d’exprimer le   sentiment d’impuissance et correspondent bien au ton interrogateur des   textes. Selon René Jacobs, le parallèle entre le positionnement des   chœurs et la dramaturgie est précisément ce qui fait la beauté de la théorie   de Küster.

Cliquez   ici pour voir l’interview de René Jacobs   à propos de la Passion   selon Saint-Matthieu.
 
  --Passion selon   Saint-Matthieu : vendredi   31 août – BOZAR – 20h00

René   Jacobs - conductor
  Akademie für Alte Musik Berling - orchestra
  Rias Kammerchor - choir
  Werner Güra - Evangelist
  Johannes Weisser - Christ
  Sunhae Im - soprano
  Bernarda Fink - mezzo
  Topi Lehtipuu - tenor
  Konstantin Wolff – bass

 

 

 

Mur de commentaires

Commenter

Répondez à l'invitation à "Knocking on Heaven's Door": le Klara festival de septembre 2012 afin d'ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Deashelle le 2 septembre 2012 à 17:04
Commentaire de Deashelle le 31 août 2012 à 14:28

RENE JACOBS conductor AKADEMIE FÜR ALTE MUSIK BERLIN orchestra RIAS KAMMERCHOR choir WERNER GÜRA Evangelist JOHANNES WEISSER Christ SUNHAE IM soprano BERNARDA FINK mezzo TOPI LEHTIPUU tenor KONSTANTIN WOLFF bass

dans la presse:
"Strongly, surprisingly, splendidly." New York Times sur Akademie für Alte Musik Berlin


S'il est un compositeur dont l'oeuvre célèbre l'union intime union entre les sens et l'esprit, c'est bien Johann Sebastian Bach, en particulier dans ses Passions. Tout ce touche à notre condition humaine s'y retrouve : d'une part, la souffrance de Jésus, l'effervescence des passions qui l'entourent - doute, cruauté, trahison, douleur, espoir -, la rencontre avec la  mort, de l'autre, la présence immanente d'un au-delà d'amour et de lumière.

D'une part une narration des faits dotée d'un extraordinaire pouvoir dramatique et théâtral,de l'autre, des échappées dans la prière ou la poésie, hors du temps. Et couronnant le tout, un langage spécifique inscrivant, comme aucun autre, l'émotion directe dans la plus grande complexité d'écriture.

A cet égard, on peut compter sur René Jacobs : c'est avec les Passions de Bach qu'il s'est construit comme musicien, dès l'enfance. Son passé de linguiste l'a toujours porté à découvrir l'esprit derrière la lettre, son expérience de l'opéra donne à chacun de ses interprétations, à la scène ou au disque, une intensité visionnaire. Lors du KlaraFestival, René Jacobs sera à la tête de ses ensembles de prédilection, entouré de solistes du plus haut niveau, partenaires et amis.

Commentaire de Deashelle le 27 août 2012 à 9:56

...En 2012, le festival place l’homme entre plaisirs terrestres et désirs célestes, entre raison et spiritualité. Et depuis toujours, la musique – première des muses – prête sa forme au spirituel, donnant à l’homme une possibilité unique d’accéder à des dimensions qui le dépassent.

Bien plus que des concerts traditionnels, vous pourrez écouter à Flagey le 2 septembre Shanti! Shanti! un groupe de petits chanteurs bruxellois – issus de tous horizons – qui se produisent lors des fêtes de quartier, concerts et festivals. Shanti! Shanti! apprécie les voix particulières, langues bizarres et couleurs exotiques ! Créée en 2010 par le Festival de Flandre Bruxelles et MET-X, cette chorale vous présentera avec Zappa son répertoire à Flagey, dans la matinée du dimanche 2 septembre. Allez les rejoindre pour chanter avec eux et savourer un délicieux petit-déjeuner avant ! Ou encore le YOUTH 'N CLASSIC un concours innovateur axé sur la promotion et le financement de jeunes musiciens talentueux via les médias sociaux et le principe du financement collectif.

Et le même soir, à ne pas manquer le si beau « Chant de la Terre » de Mahler ! Le chef d’orchestre Reinbert de Leeuw et le metteur en scène Neil Wallace signent un remake de ce cycle de Mahler inspiré par des poèmes chinois. Avec un subtil mélange de danse, d’image et de chant assuré par deux chanteurs de renom, la soirée promet d’être tout sauf ordinaire.

Les poèmes qui inspirèrent le cycle Das Lied von der Erde sont de la plume des poètes chinois Li Bai, Quan Qi, Meng Haoran et Wang Wei, ces deux derniers ayant conduit Mahler à la longue méditation de l’Abschied, l’adieu dans le sixième chant.

Commentaire de Deashelle le 27 août 2012 à 9:55

 

Au terme d’un parcours où il aura voulu saisir la vie sous toutes ses formes, ses plaisirs et ses souffrances, l’homme se déplace doucement dans l’espace et le temps, s’éloigne de son propre destin pour contempler – et éprouver- le cycle de la vie et la danse des astres, éternellement…

Par sa conclusion autant que par le chemin qui y mène, ce chef d’oeuvre de Mahler s’inscrit dans le droit fil du KlaraFestival 2012. Il sera confié, pour la partie musicale, aux musiciens d’Asko|Schönberg Ensemble, et à deux solistes de premier plan : le ténor belge Yves Saelens et la mezzo allemande Birgit Remmert, placés sous la direction de Reinbert de Leeuw qui signe aussi la transcription de la partie orchestrale pour ensemble de chambre (comme le fit Schönberg en son temps…). Das Lied von der Erde est donné en version semi-scénique.

Ou encore Kosmos, le 3 septembre. Dans Kosmos, Andreas Grau et Götz Schumacher combinent de sublimes oeuvres pour piano avec un spectacle visuel époustouflant. Par son titre autant que par son contenu, cette oeuvre de jeunesse de Peter Eötvös est au coeur de ce récital visuel.

Héritiers contemporains de la réflexion des anciens sur l’Harmonie des sphères, les deux pianistes allemands ne craignent pas de sillonner les espaces intersidéraux, le cosmos en quête de quelque révélation des astres. Sur leur route, se retrouvent György Kurtág et Béla Bartók. Pour atteindre le firmament, l’Américain Georges Crumb et l’Allemand Karlheinz Stockhausen procèdent par les voies de la sensation et du pur sonore, en y injectant leur poésie personnelle. Quant au Français Olivier Messiaen, il parvint, dans le pays de la Raison et de la Révolution, à identifier sa musique au mystère de la foi, tout en se profilant comme un des grands maîtres du XXe siècle. Son itinéraire céleste, basé sur des cartes très complexes, est avant tout, et sans doute exclusivement, spirituel.

Le 6 septembre Michel Tabachnik dirigera le Brussels Philharmonic orchestra et le Vlaams Radio Koor choir dans la Symphony Of Psalms de Stravinsky, notamment, avec la harpiste Anneleen Lenaerts. Chacune des pièces constituant ce concert représente une étape significative dans la carrière de son compositeur, chaque fois articulée à la question du sacré.

Le ballet Daphnis et Chloé considéré comme le chef d’œuvre symphonique de Ravel ne touche à cette question que par des voies poétiques et sensibles.

Mais les autres sont plus explicites : par leur subtil travail sur les modes et les sonorités comme par leur titre, les deux danses archaïsantes de Debussy touchent à l’éternelle question de la distinction entre le sacré et le profane, avec, dans ce cas, une frontière délibérément poreuse… Et pour l’homme de foi qu’était Olivier Messiaen, Les Offrandes oubliées constituent une méditation symphonique suscitée par «l’oubli de l’homme devant le sacrifice du Christ ». Stravinski lui-même se présente dans ce concert à travers une œuvre de foi, comme l’atteste l’inscription figurant sur la partition : « Cette symphonie composée à la gloire de Dieu, est dédiée au Boston Symphony Orchestra ».

 

Plus d’infos http://www.flagey.be/fr/programme/genre/musique/klarafestival et

www.klarafestival.be

(extrait de l’article d’Anne-Marie Lefèbvre de Bruxelles News N° 891)

 

 

 

Participation (1)

Pas de participation (1)

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

De belles oeuvres de Liliane Magotte:

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées reprendront en janvier 2021. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2020   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation