Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

En compagnie de Françoise Buisson, une visite de cet endroit pour y apercevoir les phoques

Vues : 252

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Céline Lenoir le 30 octobre 2016 à 18:05

Bonjour Gil!

Oui je  garde l'Espoir que l'humanité vivra  un  jour  sous des cieux plus heureux et plus épanouissants! Le plus grand  nombre d'êtres humains ne peut pas se laisser bafouer indéfiniement par le plus petit nombre!

Et bon  dimanche!Céline

Commentaire de Céline Lenoir le 30 octobre 2016 à 18:02

Bonjour Adyne!

Merci  de  votre générosité à propos de votre  art  ainsi que de celle de nous permettre  d'exprimer  notre  désolation et nos espérances à propos  de la  tournure que  prennent les événements  actuels sur notre chère planète. Je suis  très  touchée par votre évocation de la tres belle  région de la baie de Somme, d'autant plus  qu'une amie très  chere vivaant au Québec  depuis de nombreuses années, est native de cette région

Bon dimanche!

s pa

Commentaire de Gil Def le 30 octobre 2016 à 10:00

Bonjour Céline,

Nous nous rejoignons sur l’essentiel du constat déplorable sur l’état présent du monde, ce constat qu’il s’impose de faire à moins d’être dépossédé de sensibilité et d’humanité et par là même d’intelligence de la situation plus qu’inquiétante, plus que périlleuse dans laquelle nous sommes tous impliqués. Mais vous conviendrez aisément que ce constat ne servirait à rien, serait définitivement désespérant si l’on n’envisageait pas sérieusement de moyens pour le changer radicalement, pour faire cesser cette course à l’agitation qui fait des sociétés déshumanisées, perdues en des entreprises stériles, calamiteuses, sans réflexion, sans perspective sur le long terme. C’est à mon sens là où le bât blesse si je puis dire, c’est cette absence d’alternative dans bien des têtes alors qu’elles existent déjà comme c’est le cas dans toutes les sociétés à bout de souffle et décadentes. Du côté des pouvoirs économique et politique en place, il n’y a rien à espérer d’un changement de cap, même pas un début de remise en cause de tous les mauvais coups perpétrés depuis des années contre les travailleurs qui font les richesses de tous les pays. Au contraire, ces pouvoirs ne demandent qu’un blanc-seing électoral pour poursuivre leurs mensonges et leurs mauvais coups, comme c’est le cas dans les campagnes présidentielles américaine et française. Du côté des populations, je pense qu’il y a ou bien cette idée que le capitalisme est le seul système viable, qu’il est réformable, capable de se réguler ou bien qu’il est tellement verrouillé que vouloir le changer, c’est comme rejouer Don Quichotte contre des moulins. A diverses reprises, j’ai déjà essayé de faire comprendre que toutes les civilisations, tous les régimes qui se croyaient solidement installés et pour longtemps ont disparu en bien peu de temps. Plus simplement, je dirai que si un mur, une clôture vous empêche de passer, vous n’avez pas besoin de détruire tout le mur, toute la clôture, il suffit d’y faire une brèche et le tour est joué. Le mur de Berlin est tombé ainsi, et il n’y a pas de murs qui ne soient avant tout dans les têtes. J’ai repris aussi la fable du lion et du rat pour expliquer qu’on peut être tout petit et être plus efficace, et plus libre que tous les forts qui rugissent beaucoup mais qui restent enfermés.  Je vous remercie tout comme je remercie encore Adyne qui nous donne ici l’occasion d’un échange intéressant.

Bonne journée. Amitiés. Gil

Commentaire de Gohy Adyne le 30 octobre 2016 à 9:27

Bonjour Céline,

Je vous remercie pour votre exposé en accord avec Gil

Je suis totalement d'accord avec vous.

Merci aussi pour votre clin d'œil envers mes aquarelles.

Amitiés.

Adyne

Commentaire de Gohy Adyne le 30 octobre 2016 à 9:19

Bonjour Gil,

Que dire de plus....que vous avez entièrement raison.

Ce serait si simple pourtant de vivre en bonne harmonie pour le bien de tous.

Je vous souhaite un beau dimanche.

Amitiés.

Adyne

Commentaire de Céline Lenoir le 30 octobre 2016 à 3:43

Bonsoitr Gil, 

Je  réponds  ici à la très judicieuse lettre de Gil et je m'adresse, en même temps à notre amie Adyne qui est  tout aussi concernée par  le sujet traité ici  et envers qui  j'éprouve beaucoup  de reconnaissance pour nous faire si généreusement profiter de son art.Votre commentaire, monsieur Gil,portant sur ces  dernières décennies et de la dégradation effrayante des conditions de vie, me rejoint totalement. Vous avez, monsieur, les mots justes pour  exprimer votre désaccord profond avec ce  que  devient  notre  monde . Il  ne  s'agit pas  ici  d'un simple avis  mais plutôt  d'un sentiment profond... une une inquiétude profonde devant ce que nous subissons e n ce  monde actuel dirigé par  l' égoïsme incommensurable et la répugnante avidité de pouvoir. L'avenir m'inquiète,que  dis-je,  me terrorise et particulièrement  celui de nos enfants et petits-  enfants. Je suis heureuse de découvrir votre  vision  des  choses. Votre lucidité  me rassure et je me  dis qu'il doit  bien  exister un  certain nombre d'autres êtres aussi lucides qui pensent  comme  vous, Gil  et  sont extrêmement inquiets. Que faire devant  tant de désintérêt pour l'être  humain? Que  faire  devant l' égocentrisme sans limite de  ceux qui sont au pouvoir?Et  ce ne  sont pas uniquement, les politiciens mais aussi et  surtout les  multi-nationales qui possèdent toutes les richesses et ne songent  qu' à augmenter leurs possessions au  détriment  de l'ensemble des populations.Et même  en  exploitant odieusement les  travailleurs qu'ils  considèrent  comme  existant pour  les enrichir sans parler  de toute  cette  exploitation  des  enfants que l'on  connaît moins  bien  en pays  occidentaux. Et toutes ces  guerres horribles  dont la  violence retombe  sur les populations qui ne  sont  pour rien  dans les conflits internationaux!  Oui...  que  faire? Les  changements  nécessaires sont si vastes...vertigineux même.Mais les gens sincères et épris de beauté comme par  exemple notre chère  Adyne me redonnent de l'Espoir. Si nous étions plus  nombreux à faire de l'art,notre priorité, tout serait ennobli...mais combien faudra-t-il de temps avant que  ce monde  et les  temps  changent...pour le  mieux  êtres  de  chacun des êtres vivant en ce monde?Combien de  temps?

Commentaire de Gil Def le 29 octobre 2016 à 10:17

Bonjour Adyne

Ces dernières décennies ont été marquées par d’importants changements mais le moins que l’on puisse dire c’est que ces changements n’ont pas été réfléchi en fonction d’une amélioration des conditions de vie des gens mais principalement en fonction des intérêts immédiats de fonds d’investissement dont l’avidité est sans limite. En tout cas, plus ça va bien du côté des milliardaires, plus ça va mal pour la planète, et la majorité des gens. L’on nous dit de là-haut qu’il faut être sans complexe et libre de faire n’importe quoi et avec une aisance déconcertante qu’il est difficile ou impossible de revenir en arrière. Est-ce là faire preuve de sérieux quand l’on assiste à tout le contraire d’une avancée de la civilisation, tant elle n’accorde rien à la vie, détruit tout ce qui nous est vital. Le retour en arrière, c’est aujourd’hui. La civilisation, c’est une sauvagerie, une brutalité sans nom, qui en quarante ans seulement a fait disparaître un tiers des espèces vivantes, qui rend  pénible, insupportable, impossible la vie de millions de gens, et qui en tue par milliers en toute inconscience, en toute impunité avec cette double peine de l’indifférence, du mépris et même de la haine. Je pense en tout cas que nous sommes bien mal embarqués avec des pouvoirs et leurs troupeaux dociles qui hurlent à la modernité quand tous nos droits de vivre honnêtement, honorablement foutent le camp, quand nos rues, nos cités sont revenues à des époques de désordre sévère, détruisant tout tissu social, à des époques absurdes que l’on croyait révolues, quand les idées les plus irréfléchies, pourries, fascistes retrouvent une  virginité qui sidère tous ceux qui ont encore un minimum de lucidité, d’intelligence, d’humanité.  Pour ma part, je ne veux pas que ce retour en arrière là se poursuive, je suis pour une toute autre civilisation, qui réfléchit et qui agit dans l’intérêt de tous au lieu de faire n’importe quoi qu’il nous faudra tôt ou tard regretter amèrement et payer chèrement, si on ne change pas d’idée sur ce qui signifie avancer ou reculer. En tout cas, quand je m’aperçois que je ne suis pas sur la bonne route, je m’arrête et réfléchit pour savoir comment je peux trouver la bonne, et je pense que c’est cela qu’on devrait faire présentement au lieu d’errer comme on le fait au risque de finir en rade en un endroit totalement paumé.

Au demeurant, ce que vous faites en votre art me parait fort important, vous avez raison d’exposer et de défendre les beautés qui nous restent et de remettre en mémoire à chacun ce qu’il est heureux de les avoir à sa portée.

Bonne journée. Amitiés. Gil

Commentaire de Gohy Adyne le 27 octobre 2016 à 19:15

Bonsoir Elisabeth,

Vous habitiez une très belle région, merci pour vos encouragements.

Bien amicalement.

Adyne

Commentaire de Gohy Adyne le 27 octobre 2016 à 19:11

Coucou Nicole,

C'est toujours un plaisir, un grand merci pour ta visite toujours appréciée.

Bisous.

Adyne

Commentaire de Gohy Adyne le 27 octobre 2016 à 19:10

Bonsoir Nada,

Touchée par ton gentil commentaire, un grand merci.

Bisous.

Adyne

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

        Une des deux magnifiques vitrines de

     PEINTURE FRAICHE

La plus belle librairie d'art             de Bruxelles

  www.peinture-fraiche.be

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé. La première rencontre aura lieu le mardi 30 mai à 19 heures à l'espace art gallery. Une annonce en bonne et due forme vous sera communiquée en temps voulu

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation