Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Une émouvante exposition

Le vendredi 7 juillet 2017 j’ai eu le bonheur de participer au vernissage de l’Exposition organisée par la commune de Jemeppe-sur-Sambre, en hommage de l’artiste peintre Godelieve De Veen. Ses toiles sont exposées dans le hall de l'Administration communale et y resteront jusqu’au 31 juillet 2017 (pour autres détails de l’exposition : http://www.jemeppe-sur-sambre.be/commune/services-communaux/service-culture/cimaises-permanentes/hommage-Gdeveen).

Godelieve De Veen (12. 04. 1915 – 1999) est née le à Overijse, dans une famille de 11 enfants. C’est de son père (artiste peintre) qu’elle reçut en héritage le don pour la peinture, qui fut d’ailleurs remarqué dès l’âge de 10 ans, quand elle a peint son premier tableau (un étang). Plus tard, elle développa ses dons artistiques d’abord aux cours du soir en dessin à Bruxelles, devenant ainsi professeur de dessin. « A cause de son refus de collaborer avec les pro-allemands de l’époque, elle ne put jamais enseigner dans son village natal » - dit Marc Hanssens, son fils, dans la fiche biographique de l’artiste.
Elle parfait sa technique artistique en suivant des cours de peinture à L’Académie Royale de Bruxelles. De nombreux prix et distinctions, ainsi que de nombreuses expositions, organisées principalement à Overijse, Bruxelles et Jemeppe-sur-Sambre, ont été un gage de reconnaissance pour son talent. D’autres détails très touchants de la vie de l’artiste peuvent être découverts dans la même fiche biographique qui accompagne l’exposition.
La thématique de sa peinture (de prédilection à l’huile, en style classique) est diversifiée, passant par des paysages, nus, fleurs et autres natures mortes.
Voici quelques images des tableaux exposés :

Orneau à Jemeppe – Godelieve De Veen

Coucher de soleil - Godelieve De Veen

 

Les seringats - Godelieve De Veen

La vieille Sambre(à Mornimont) - Godelieve De Veen

                                                                             Nu - Godelieve De Veen

 Il y a des tableaux qui nous rendent muets, d’autres, qui invitent à la réflexion. C’est le cas de ce nu qui se remarque dès qu’on pénètre dans le cœur de l’exposition. « - Ma mère a peint ce nu quand elle suivait les cours de l’Académie Royale de Bruxelles. C’était un modèle de l’école de l’époque. Ensuite, elle a ajouté l’album de photos en bas du tableau » - me dit Marc. Il ne m’a pourtant rien dit de plus sur le « pourquoi » de cet ajout ultérieur. 
« L’artiste a sûrement voulu faire une remarque sur le devenir de la femme au fil des années » me suis-je dit
subséquemment. Car la femme mûre (on peut deviner son âge entre 45 et 50 ans) pose son regard sur les pages d’un album de famille, où elle se retrouve petite, à côté de ses parents.
On ne peut contempler son passé que si on se déshabille de tout artifice. Être nue de nouveau, comme l’instant même de sa naissance où la vie commence. La femme au regard mélancolique, marquée par le passage des années, se souvient et, en même temps, elle rappelle l’importance des souvenirs de famille. « 
Ne jamais oublier ses racines ». Superbe message que Godelieve De Veen a voulu transmettre, à travers son art, aux générations futures.

Antonia Iliescu
12. 07. 2017

 

 

Vues : 149

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Antonia ILIESCU le 17 août 2017 à 14:50

Pour moi aussi, ce fut un plaisir d'avoir tes impressions sur mon petit article, chère Joelle et je t'en remercie. Une pensée pleine d'amitié. 

Commentaire de Joelle Diehl le 13 août 2017 à 20:07

Ce fut un grand plaisir Antonia, non seulement les peintures à contempler mais surtout les messages transmis! Un grand merci

Amitié

Commentaire de Antonia ILIESCU le 29 juillet 2017 à 18:16

Les photos, une extraordinaire invention ; merci au savant Niepce. Les souvenirs sont périssables, comme nous d’ailleurs ; ce qui peut les sauver ? Une image dans un album, ou des écrits dans un cahier ou des croquis sur un bloc de dessin. Et alors, on a l’impression que tout reste intact, à jamais. Merci, Jean-François, pour ta visite et pour ton pertinent commentaire. Passe un bon weekend !

Commentaire de Jean-François Foulon le 25 juillet 2017 à 23:08

Oui, les vieilles photos de famille m'ont toujours fasciné. Ces petites filles que l'on voit en communiantes, puis en robe de mariée, que l'on a jamais connues et qui sont déjà mortes au moment où on regarde leur album. Toute une vie contenue en quelques images. C'est sans doute pour cela, en effet, que l'artiste  a choisi d'ajouter un album à côté de son modèle. Nue, celle-ci contemple sa vie dans sa simple vérité, sans mensonge.

Amitiés.

Commentaire de Antonia ILIESCU le 14 juillet 2017 à 18:49

Merci à toi, Nicole pour s'être arrêtée sur mon petit article. J'ai connu personnellement Godelieve De Veen (c'est la maman d'un ami) et j'ai eu le privilège de voir pour une première fois ses toiles exposées dans le grenier de sa maison (c'était en '95 si ma mémoire ne me trompe). Et je n'ai pas oublié ses magnifiques gaufres. C'était avec tout mon cœur que j'ai participé au vernissage et je remercie Marc de nous avoir invités (mon mari et moi). Un très bon weekend !

Commentaire de Nicole Duvivier le 14 juillet 2017 à 16:25

Merci de ton partage, Antonia !  Je ne connaissais pas cette artiste,  d'un talent certain  ! J'ai apprécié ton commentaire ! Douce fin de semaine, ! Cordialement, Nicole

Commentaire de Antonia ILIESCU le 14 juillet 2017 à 12:26

Merci Adyne pour ton regard avisé sur mon billet. En effet, parmi les nombreuses toiles de l'exposition, celles que j'ai choisies ici résument bien l'univers de l'artiste, en montrant ses thèmes préférés. Un très bon weekend.

Amitiés,

Commentaire de Antonia ILIESCU le 14 juillet 2017 à 12:18

Merci Jacqueline pour ce commentaire très pertinent, venant d'une artiste peintre à la fois professeur en la matière. Sans être une spécialiste, je trouve qu'un style de peinture ne renie pas un autre. Tous les styles sont bons, à condition que l'émotion et le message soient présents sur la toile. Et nous avons l'œil et l'esprit pour les saisir.

Commentaire de Gohy Adyne le 13 juillet 2017 à 20:07

Merci Antonia pour la présentation de cette artiste belge.

Un beau choix de ses œuvres.

Bonne fin de journée.

Amitiés.

Adyne

Commentaire de De Ro jacqueline le 13 juillet 2017 à 18:22

Bonsoir Antonia. Le coucher de soleil est vraiment très beau et il mérite une belle mise en valeur. Il est vrai que le style classique de nos jours est moins apprécié mais je trouve que c'est dans ces œuvres-là que l'on peut cerner le réel don de l'artiste. Bien à toi. Jacqueline

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation