Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Livre du Nouveau Testament attribué à l'évangéliste Luc, auteur du troisième "Evangile" et de peu postérieur à celui-ci. Selon toute probabilité, il fut écrit à Rome, comme l'atteste saint Jérôme, en langue grecque, entre les années 58 et 64 après JC. Le livre porte des titres différents dans les manuscrits et chez les écrivains ecclésiastiques. Saint Jean Chrysostome, le premier, fit remonter à l'auteur le titre d' "Actes des Apôtres": Luc aurait plutôt intitulé ses mémoires 'Second écrit", puisque dès les premières lignes il fait allusion à un "Premier écrit".

Jésus est monté au ciel et les Apôtres sont seuls, profondément impressionnés par le vide qu'a créé dans leur âme l'absence du Maître. Dix jours ont passé depuis le moment de la douloureuse séparation et le Secours promis ne s'est pas encore manifesté. Mais la parole de Dieu ne se dément pas: voici que sur le faible petit groupe, l'Esprit-Saint descend pour enseigner les langues des Gentils, éclairer les intelligences, ranimer les coeurs, donner vigueur aux paroles du Christ: "Je suis avec vous, jusqu'à la fin des siècles". Et les voici, ces malheureux, transformés en puissants conquérants, les voici qui annoncent eux-mêmes, comme leur Maître, la bonne nouvelle. Les premiers actes de cette grande aventure sont contenus dans ce livre, le cinquième et dernier livre historique du "Nouveau Testament". l'auteur n'inscrit jamais son nom, mais dès les premières phrases il se fait connaître comme Evangéliste. Il est le disciple et le compagnon de saint Paul. La tradition l'identifie. Déjà, au temps de saint Irénée (202), on attribuait le livre entier à saint Luc; l'étude critique démontre de façon décisive que cet écrit appartient à l'Evangéliste et l'unité de la composition indique que les "Actes" n'ont qu'un seul auteur. Il est certain que Luc ne fut pas témoin de tous les faits qu'il raconte. Né à Antioche et fidèle disciple de saint Paul, il était au courant de tout ce qui concernait la communauté chrétienne de cette ville. Quant à la vie de saint Paul, à sa conversion, à ses voyages, à ses prédications, il put les connaître de la bouche même du grand Apôtre. De saint Pierre ou de saint Jacques ou de ses aînés auprès desquels il s'arrêta à Jérusalem avec saint Paul, et également de saint Marc avec lequel il vécut à Rome, il put apprendre les nouvelles relatives aux premiers temps de l'Eglise de Jérusalem et à la mission que les Apôtres y poursuivirent.

Les "Actes" peuvent se diviser en trois parties distinctes. Dans la première, constituée par les sept premiers chapitres, il est parlé de l' ascension de Jésus, de la descente de l'Esprit-Saint, de la vocation de saint Mathias, de la prédication de saint Pierre et de ses miracles, enfin de l'union des premiers chrétiens; des indications suivent sur les premières oppositions, de la Synagogue, les persécutions, le premier martyr, saint Etienne. Dans la seconde et la troisième parties, est représentée la vie de la première communauté chrétienne qui s'aime, partage ses biens, met en pratique l'humilité, la douceur, la patience, la joie dans les épreuves; le livre évoque le travail infatigable des Apôtres qui, après avoir terminé la prédication en Judée, se partagent le monde. Un relief particulier est donné à l'oeuvre de saint Paul qui compte parmi les esprits actifs et audacieux, nés pour changer la face du monde. Saint Jacques, resté en Judée, est vénéré comme un saint, et meurt martyr.

L'auteur des "Actes" ne parle pas des oeuvres de tous les Apôtres, comme l'indique le titre mais presque exclusivement de saint Paul, dont il raconte longuement la vie passionnée et sans repos, et de saint Pierre, aimé et vénéré en tant que Vicaire du Divin Maître, avec une allusion à saint Jacques le Majeur et à saint Jacques le Mineur, sans nous donner une histoire complète d'aucun d'eux. Bien que dédié à Théophile, le livre s'adresse aux chrétiens de Rome et d'Italie, ceux mêmes pour lesqels avait été écrit le troisième "Evangile". L'influence de saint Paul est manifeste dans le soin qu'il met à ne rien dire d'offensant contre les Gentils, dans le respect pour les cérémonies judaïques, dans l'instance sur la nécessité du détachement des biens terrestres.

Les "Actes" au point de vue du style, surpassent l' "Evangile". La pureté de la langue frappe spécialement quand on lit le discours de saint Paul à Athènes. Les hébraïsmes qui se rencontrent çà et là ne portent pas préjudice à ce souffle grec plein de beauté et de grâce. La simplicité avec laquelle est écrit le livre est à remarquer. Saint Luc procède toujours avec égalité, régularité et en même temps sans monotonie, parce qu'il possède une manière de raconter, pleine de charme et d'intérêt. Il excelle dans l'art de reproduire exactement le caractère des personnages auxquels il donne la parole, ce qui confère aux scènes décrites relief et couleur. On possède de ce livre deux textes grecs, tous deux acceptés par l'Eglise catholique. Elle n'a pas encore défini si quelques versets de la version la plus longue -l'occidentale- peuvent être considérés comme des gloses, adjonctions ou modifications du texte primitif. La comparaison entre quelques versets (XV, 28 et suiv. et XV, 19-21) laisse supposer que la version orientale est la première et l'originale.

Vues : 18

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation