Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Jadis, un petit être m’est apparu. Sorti d’un conte de fée, il gambadait sur le rebord de ma fenêtre ouverte. Oh, je sais. Difficile à admettre, à accepter pour les esprits blasés, fatigués d’autres réalités, à la recherche constante du palpable, du matériel et qui n’acceptent plus les songes éveillés, les chimères émerveillées.

Il était là, devant moi, nullement effrayé, le regard vif et un petit sourire aux lèvres. Je compris vite que cette rencontre imprévue n’allait pas s’arrêter là. Il sauta sur le rebord intérieur de la fenêtre et je fis un pas en arrière. Sourire narquois, il me dévisagea et je sentis dans ce regard une pointe de bonté inconnue, une douceur cachée que je n’avais jamais ressentie auparavant.

Il descendit vite de ce rebord et fit le tour du propriétaire. Rien ne lui échappait et avec délicatesse, il se posa sur un livre ouvert. Il tourna les pages d’un ouvrage beaucoup trop grand pour lui. Il s’arrêta sur la photo d’un enfant et me dévisagea pour me faire comprendre quelque chose. Il continua à tourner les pages s’émerveillant sur certaines gravures. Merveilles, légendes de fées, chants de fleurs, vents des plaines, il passa en revue ce livre avec délice.

D’un autre bond, il vient jusqu’à moi, son regard noir plongé dans le mien. Un courant délicieux, un fluide intemporel me parcourut. L’impression de ne faire qu’un avec lui et il finit par partir dans un saut digne d’acrobates.

Ma journée était ainsi illuminée, radieuse d’un je ne sais quoi d’irréel, de fabuleux, de mythique.  Je ne tenais plus en place. Quand mes proches sont arrivés, excitée, mon récit ne fut pas accueilli avec plaisir. Trop de désapprobations dans les regards me forcèrent à me taire.  Tant pis, ce sera mon secret à moi seule.

Le livre entrouvert est toujours là, posé au même endroit et par beau temps, la fenêtre est entrebâillée, et je reste là parfois des heures à attendre celui qui ne vient pas.

Maman, ferme la fenêtre… Je t’en prie, tu vas prendre froid. Je m’exécute pour ne pas créer de tension. Mais dès que ma fille chérie a le dos tourné, j’ouvre vite cette fenêtre avec l’espoir furtif de l’improbable retour de l’hôte d’un autre monde que j’affectionne tant. Venant de l’univers parallèle où je me plonge les jours tristes de disette affective, de pénurie de tendresse. Un monde où je cherche le souvenir de ses beaux yeux noirs.

Un soir d’été, alors que doucement la lumière du jour s’éteint et qu’un petit vent frais se lève, j’entends un bruit, un son familier. Mon cœur s’arrête de battre.

Et si c’était lui. Et s’il était revenu. Je deviens subitement incontrôlable et je m’élance vers ce que j’ai entendu, perçu.

Le livre, depuis toutes ces années, est toujours à sa place et assis sur une page, mon doux songe est là. Dans un grand fracas, je prends mon pied dans le tapis, trébuche et maudissant cet endroit, je m’écrase par terre. Après avoir repris mes esprits, assisse par terre, mes larmes coulant de dépit, de colère, mais surtout de déception, de tristesse.

Comme dans un mauvais rêve, je faillis revoir ce petit être que mon imagination, ma fantaisie a enfanté des années auparavant.  Mais il avait disparu.

 

Vues : 65

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Josette Gobert le 28 juin 2017 à 10:17

Merci Jacqueline pour ce commentaire.

Belle journée aussi pour vous.

Amitiés

Josette

Commentaire de Gilbert Jacqueline le 28 juin 2017 à 9:26

Quelle jolie prose poétique où chaque mot a son poids de vécu...

Belle journée Josette avec ou sans Lutin.

Amitiés.

Jacqueline

Commentaire de Josette Gobert le 28 juin 2017 à 8:47

Merci Adyne. Petit lutin qui revient toujours me faire un petit coucou. Inconsciemment, quelque chose d'important pour moi. Ecrire sans se prendre au sérieux. C'est ce qui est bien.

Bonne journée malgré la pluie.

Amitiés

Josette

Commentaire de Gohy Adyne le 27 juin 2017 à 21:08

Une histoire étrange qui vous tient en haleine......Bravo et merci Josette !

Bonne soirée.

Amitiés.

Adyne

Commentaire de Josette Gobert le 27 juin 2017 à 15:33

Merci Nicole pour ton passage.

Douce fin de semaine également .

Josette

Commentaire de Nicole Duvivier le 27 juin 2017 à 14:25

Merci de ton partage, Josette, ! J'ai pris plaisir à te lire ! Douce fin de semaine , Nicole

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation