Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Du 20/04 au 06/05 - auTHEATRE DES RICHES-CLAIRES: Destin de Fabrice Gardin

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes deboutChute libre vers la liberté?

Elles jouent sur un plan incliné entre les étoiles.

Dominique : Pourquoi êtes-vous entrée chez moi ?

Anna : La porte était ouverte.

Dominique : Pourquoi êtes-vous entrée dans l’immeuble ?

Anna : La porte était ouverte.

Dominique : Et vous cherchez quoi ?

Anna : Je cherche rien.

Dominique : Vous avez froid ?

Anna : Non.

Dominique : Vous avez faim ?

Anna : Non.

Dominique : Vous avez peur ?

Anna : On a tous peur.

 Que se passerait-il si un beau jour,  disons, un très beau soir,  vous retrouviez dans votre appartement ou dans votre maison, une personne inconnue  qui vient de s’éveiller sur votre moquette ? L’exercice de style que Fabrice Gardin prend par les  antennes, germe  en un dialogue extraordinaire entre absurdité et réalités. Il démontre la puissance et l’urgence  de la curiosité qui tous nous anime, malgré les barrières érigées par la société. Curiosité de soi et des autres. Voyage en huis clos. Présence à l’Autre.

Dominique : Tu viens de quelle planète ?

Anna : Celle du cœur.

Dominique : Tu vas me faire souffrir longtemps ?

Anna : Ça dépend de toi.

Dominique : Tu ne serais pas un démon quelquefois ?

Anna : C’est quoi, ta définition du démon ?

Dominique : Un machin qui dit des vérités et force les gens à se regarder dans un miroir.

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes assises

Marie-Noëlle Hébrant incarne Celle du dedans: une jolie femme mûre – surtout pas vieille – bien sapée dans une ample robe moirée à godets rehaussée d’une veste moulante dans le même tissu. Elle est blonde, coiffure au carré, et porte des souliers corail à talons confortables.  Plus que tout, elle est  restée fixée en admiration pour son défunt père qui lui a filé son  immense fond de culture. « Je crois qu’on décide pour vous, dans la vie… » Elle a fait vaillamment tout le parcours de combattante jusqu’au doctorat en histoire de l’art et a gagné la reconnaissance des pairs. Elle voyage, prisonnière de l'engrenage,  elle est plusieurs fois commissaire d’expositions, vit dans les musées, mais regarde rarement au fond d’elle-même. S’aime-telle même ? Qui aime-t-elle? Quelqu’un l’aime-t-elle ? Et où se cache son cœur?   


Camille Dawlat… incarne Celle du  dehors: une intruse, très curieuse elle aussi… Une Shéhérazade à l’écoute. Mais où est le sac ? Elle n’en n’a pas. Elle porte des bas en résille noirs, des bottines ouvertes, une robe courte en dentelle indigo et une veste polaire noire mangée par une  immense chevelure de sirène Sicilienne piquée d’une rose pourpre. Elle est du genre grand tournesol, au sourire de braise coiffé  d’yeux  flamboyants.  En robe blanche, et le cœur sur les lèvres,  elle a des  intentions d’ange.

Mais bien sûr les travaux d’approche diffèrent  autant que  les dehors et les dedans… Les « tu » et les « vous » se mélangent entre les quelques blancs. Les verres trinquent.   Le texte s’allume, brille, frémit, rougeoie, poudroie, reprend, s’enflamme, resplendit et s’évanouit dans l’énigme la plus profondément obscure. La vie ne sera plus jamais la même après cette nuit d’étranges soleils et de rencontre brûlante. Il suffit d’une fois, sur toute une vie… de boire de ce vin-là, pour sourire à vie!  

Dans ce spectacle beau comme un impromptu, ouvert comme un livre, fertile comme une poignée de graines,  le public s’est passionné pour tout ce dévoilement d’humour, d’ironie et de vérités en filigranes exposées avec tant d’ardeur et de pudeur, à travers un jeu très subtils d'interrogations, de regards, de silences et de postures magnifiquement étudiées. 

DESTIN  de FABRICE GARDIN

Du  20/04 au 06/05 - Du  mercredi au samedi 

THEATRE DES RICHES-CLAIRES

Rue des Riches-Claires   24 - 1000  Bruxelles

Infos Réservations : 02 / 548 25 80

Avec: Camille Dawlat & Marie-Noëlle Hébrant

Scénographie et costumes : Lionel Lesire

Lumières : Félicien  van Kriekinge

Décor sonore : Laurent  Beumier

 Ecriture et mise en scène : Fabrice Gardin

Vues : 93

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Deashelle le 13 mai 2017 à 18:25

Destin s’est joué aux Riches-Claires du 20 avril au 6 mai 2017. Ce spectacle écrit et mis en scène par Fabrice Gardin s’est terminé ce samedi. Ne manquez pas Alive de Emmanuel Dekoninck qui se jouera du 11 au 24 mai 2017.

Destin, ou la douceur d’une gifle

Une rencontre entre deux femmes. L’une pas vraiment vieille et l’autre pas vraiment jeune. Elles ne se connaissent pas, elles ne se sont jamais vues.

Destin nous parle d’instinct. Celui que semble avoir perdu Dominique, quadragénaire professionnellement accomplie, en s’oubliant au nom des hommes de sa vie. Mais il n’est pas là question d’émancipation, mais plutôt d’épanouissement.

C’est d’instinct qu’Anna, comme un papillon dont les ailes seraient des miroirs, se faufile en douce dans l’appartement de Dominique, attend son retour et se pose sur son épaule. Elle la chatouille, la démange, la gratte, lui arrache la peau, creuse ses os pour s’y nicher confortablement. Impossible de s’en défaire, tant que Dominique n’aura pas regardé chaque facette des ailes dans lesquelles elle voit sa vie se refléter. La légèreté d’Anna pousse Dominique à une authenticité touchante, l’accompagne comme on monte une échelle, une question, un barreau à gravir pour que Dominique puisse enfin, devenir la protagoniste de sa propre vie.

Les dialogues habiles déguisent une psychanalyse par leur répartie surprenante, rythmant ainsi la pièce par quelques éclats de rire dans la salle. Les comédiennes sont en constante recherche d’équilibre sur un sol penché, intimement éclairées sous un firmament d’ampoules suspendues.

La suite du programme des Riches-Claires

Ne manquez pas Alive de Emmanuel Dekoninck qui se jouera du 11 au 24 mai 2017. Alive, c’est l’histoire d’un gamin qui s’est inventé un ami imaginaire, un personnage de cowboy redoutable, pour combler sa solitude. Mais aujourd’hui l’ado a grandi, ses fictions l’empêchent d’entrer de plain-pied dans la vie. Avec la complicité du public, il va inventer une dernière aventure au terme de laquelle il tuera son héros.

Les Riches-Claires

DESTIN • Fabrice Gardin from NIGHTHAWKS on Vimeo.

ÉCRITURE ET MISE EN SCÈNE: Fabrice Gardin
AVEC: Camille Dawlat et Marie-Noëlle Hébrant

http://cultureremains.com/destin-aux-riches-claires/

Commentaire de Deashelle le 5 mai 2017 à 18:26

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout et nuit

Commentaire de Deashelle le 26 avril 2017 à 18:54
Il est des rencontres improbables et qui pourtant changent votre Destin.
Un soir, en rentrant du travail, Dominique trouve Anna dans son appartement.
Dominique (Marie-Noëlle Hébrant), c’est la femme mûre, sûre d’elle-même, qui a réussi sa vie.
Anna (Camille Dawlat), c’est la femme enfant, l’inconnue, l’inattendue, un feu follet vibrant qui surprend, dérange, questionne sans jamais se dévoiler.
Sur le qui-vive, Dominique cherche à comprendre les raisons de la présence d’Anna.  Entre intérêt et irritation, un dialogue s’instaure entre elles.  Cette dernière évite habilement les réponses, ne révèle rien, mais fait apparaître petit à petit des brèches dans l’armure en apparence si solide de l’aînée.
Enfance solitaire, manque d’affection de la part de son père, abandonnée par son mari, autant de blessures qui ont conduit, de manière inconsciente, Dominique au repli sur elle-même, dans une existence pourtant remplie et malgré un certain succès social.
Anna devient le révélateur des frustrations et des peurs de Dominique, elle la pousse à prendre conscience que dans ses veines coule encore un sang chaud et bouillonnant.   
Avec ce récit tendre, sensible et éminemment féminin, Fabrice Gardin nous renvoie comme un miroir nos égarements, nos lâchetés, nous rappelant que c’est à nous d’aller chercher ce que l’on attend et non de continuer à espérer qu’il nous tombe des nues sans faire d’effort.
Il bouscule allégrement (mais en douceur) notre besoin de paraître, d’être pour les autres qui parfois est tellement profond qu’il nous conduit à l’oubli total de notre personnalité faisant de nous des chiens fidèles, couchés devant la porte de leur maître.

Fabrice Gardin signe également la mise en scène de Destin.
Il place ses comédiennes sur un étroit plateau en pente, lieu instable où toutes les glissades (ou dérapages) semblent permises, endroit inconfortable et non identifiable, plongé dans une semi-pénombre, judicieusement mise en lumière par Félicien van Kriekinge.
Derrière cette apparente simplicité transparaissent beaucoup de recherche et de précision dans la gestuelle, les vêtements, les mouvements …

Derrière ce texte fort et prenant, derrière la scénographie et la mise en scène, il y a aussi et surtout l’interprétation des comédiennes. 
Impeccables de bout en bout, le duo Marie-Noëlle Hébrant et Camille Dawlat insuffle vie et intensité aux personnages.
Lumineuse et d’une présence formidable, cette dernière vient de faire son entrée dans la liste des actrices prometteuses et dont il faudra suivre la carrière avec intérêt.

Destin est donc un spectacle coup de cœur, tant pour le texte que pour l’interprétation.  Mais c’est aussi et surtout une ode à la vie et à l’envie d’encore croire à ses rêves. 

Muriel Hublet
Spectacle vu le 08-08-2015 
Festival Royal de Théâtre de Spa
Commentaire de Deashelle le 22 avril 2017 à 19:14

«Destin », une pièce écrite par Fabrice Gardin, auteur belge, licencié agrégé en journalisme et communication et qui associe à son travail quotidien au Théâtre Royal des Galeries (responsable de la communication et des relations publiques) sa passion pour le théâtre et pour l’écriture théâtrale.  Il a entre autres signé les  adaptations de « Candide » (Voltaire) et « Le Tour du Monde en 80 Jours » (Jules Verne).

http://lesfeuxdelaramperogersimons.skynetblogs.be/archive/2015/08/0...

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

        Une des deux magnifiques vitrines de

     PEINTURE FRAICHE

La plus belle librairie d'art             de Bruxelles

  www.peinture-fraiche.be

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé. La première rencontre aura lieu le mardi 30 mai à 19 heures à l'espace art gallery. Une annonce en bonne et due forme vous sera communiquée en temps voulu

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation