Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Demandez-moi
Et je vous raconterais...

Je vous raconterais une histoire

Celle qui donne de l'espoir
 
Une histoire qui vous emporte
et vous transporte

Qui n'est pas écrite dans la vie
Mais que celle-ci vous a promis...
 
 
Demandez-moi
Et je vous raconterais...

Que le passé n'est que présent
Pour vivre ces moments
 
Qu'il y a des monts et merveilles
Qui n'attendent que votre appel
 
Que mille couleurs embaument ces endroits
Que vous ne voyez pas...
 
 
Demandez-moi
Et je vous raconterais...
 

Qu'il y a tant de beauté
Que la mémoire a oubliée
 
Que la joie est toujours présente
Même si elle semble absente
 
Que tout n'est pas que la cohorte
Que le monde supporte...
 
 
Demandez-moi
Et je vous raconterais...
 

Que l'Amour est le seul moteur
Qui fait vibrer le Cœur

Que le bonheur est là
Qu'il n'attend pas


Même si tout semble s'achever dans la vie
C'est là que tout revit...
 

Demandez-moi
Et je vous raconterais...

Que personne ne vous a tout à fait quitté
Car les battements d'un Coeur ne cessent jamais
 
Quand l'Amour est parti
Celui-ci ne fait que contrer la vie

Que tout chemin n'est pas sans peine
Mais qu'il vaut la peine...
 

Demandez-moi
Et je vous raconterais...

 
 

Que les étoiles brillent au firmament
Pour vous apporter leur lumière éternelle

Que rien ne s'achève définitivement
Mais commence "ici et maintenant"

Que tout est Amour
Depuis le premier jour...


Marianne Leitao
Ecrit le 9 février 2017

...

Vues : 86

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Marianne Leitao le 21 février 2017 à 21:54

Bonsoir Gil Def,

Enchantée d'abord de faire votre connaissance,

et de vous lire par message....

...

Commentaire de Gil Def le 21 février 2017 à 9:57

Bonjour Marianne

 

Indéniablement, votre texte révèle une prise de position vis-à-vis de la vie, qui est chez vous de l’exposer belle, lumineuse, heureuse et éternelle en dépit de tout ce qui peut nous contrarier et nous faire de la peine. Evidemment, chacun est en droit d’avoir une position vis-à-vis de la vie, vis-à-vis de son entourage et du monde, mais une question fondamentale demeure toujours à savoir celle de la justesse, de la pertinence, et aussi celle de l’efficacité, de l’utilité d’une prise de position. Je pense en tout cas que toute prise de position ne peut se dispenser d’un frottement, d’une confrontation avec les réalités et avec la pluralité des prises de position du genre humain dont le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elles sont contradictoires, changeantes, inconstantes, mouvantes, désordonnées et plus souvent qu’on ne le croit incohérentes, incompréhensibles, hermétiques, tant pour ce qui rend les gens enthousiastes, joyeux, prolixes, que pour ce qui les rend tristes, mélancoliques, désespérés, silencieux.

Imaginons un instant quelqu’un qui se propose de lancer une bille pour en atteindre une autre, je ne conçois pas qu’il puisse nous dire ce qu’il faut faire pour réussir à coup sûr du premier coup, et qu’il va faire exactement ce qu’il dit pour ça. Je ne conçois non plus qu’il puisse nous indiquer le nombre de coups qu’il lui faudra pour réussir. Je ne conçois pas davantage que les expériences du jet de billes puissent lui donner plus de chances, de certitudes d’y réussir et de répéter les gestes qui permettent d’atteindre le but. Cette simple expérience m’amène à envisager qu’on peut vouloir une chose, s’y appliquer fortement, s’y reprendre à plusieurs fois, s’inspirer de ses réussites et de ses échecs et des expériences des autres, il reste qu’il nous fait faire avec quantités de choses, d’aléas qui nous empêchent de déterminer des recettes infaillibles pour atteindre le but visé. Autre fait très simple, j’ai eu bien des clous à planter dans ma vie mais je crois bien qu’il m’arrive encore de pester contre un clou qui se tord, se casse, passe à travers un support, ne sert à rien, et de pester contre le marteau qui me tape sur les doigts. Ainsi va la vie, on peut vouloir y atteindre une situation qui puisse satisfaire nos désirs, nos vœux, nos prières, nos espoirs, nos rêves, nos croyances, nos projets mais rien n’est précaire comme vivre, l’égalité des chances, ça n’existe pas. En tout cas, si je faisais deux colonnes pour faire de tri de mes satisfactions et de mes frustrations, de mes désillusions, je crois bien que ça ne permettait absolument pas de me raconter heureux, sans pour autant me considérer aussi malheureux, malchanceux que bien des gens qui ont connu ou connaissent des destins épouvantables.     

Vous vous proposez pour raconter des histoires et vous indiquez que la teneur principale en serait la beauté, l’amour, le bonheur, la lumière. Cela ne me gêne en rien mais là où je n’arrive pas à vous suivre c’est quand vous considérez que rien ne s’achève, que tout est éternel et que le fait de raconter cela puisse constituer une thérapie salvatrice. Pour ma part, je considère qu’en tout chose, il y a son contraire, son revers, et qu’on ne peut se dispenser de cette connaissance-là. Et l’on pourrait parler indéfiniment du bon côté et du mauvais côté de chaque objet, mais aussi de chaque concept dont nous pouvons disposer ou que nous pouvons inventer. Ainsi pour l’exemple, il y a les bienfaits du soleil, mais il y a aussi les méfaits du soleil. Il y a l’amour qui nous fait exister, nous construit et l’amour qui nous détruit, nous rend fous.

Au demeurant, je pense que pour toute entreprise humaine, il doit y avoir des précautions de dosage, des soucis d’opportunité et d’efficacité, et des remises en cause de ce qu’on fait. Raconter des histoires, et se raconter des histoires, tout le monde est amené à le faire maintes fois dans la vie mais je pense que ce n’est pas du tout gagné de le faire à bon escient, au bon moment même avec de bonnes intentions et qu’on ne sait jamais les effets, les impacts positifs ou pas que peuvent avoir les histoires qu’on raconte qu’elles soient vraies, romancées ou imaginaires.  

 

Bonne journée. Amicalement. Gil

    

Commentaire de Marianne Leitao le 20 février 2017 à 0:23

Bonsoir Michel Lansardière,

Pour votre commentaire, "les mots qui sauvent"

J'en suis très touchée...

Je vous souhaite une bonne soirée...

Commentaire de Marianne Leitao le 20 février 2017 à 0:21

Merci Liliane

Pour ce partage chaleureux d'un peu de la Toscane...

Très beau...

Commentaire de Lansardière Michel le 19 février 2017 à 11:34

Les mots qui sauvent.


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 18 février 2017 à 22:12

Un texte chaleureux...

Un peu de la Toscane.

Pour vous Marianne.

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

        Une des deux magnifiques vitrines de

     PEINTURE FRAICHE

La plus belle librairie d'art             de Bruxelles

  www.peinture-fraiche.be

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé. La première rencontre aura lieu le mardi 30 mai à 19 heures à l'espace art gallery. Une annonce en bonne et due forme vous sera communiquée en temps voulu

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation