Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

De William Shakespeare, "Le songe d'une nuit d'été" au théâtre des Martyrs, jusqu'au 08 avril 2017

 SHAKESPEARE s'empare de la mythologie grecque pour nous emmener d'emblée à Athènes où le Duc Thesée prépare ses noces, mais très vite, il nous plonge dans une forêt féerique et enchantée sortie tout droit de la mythologie celtique et nous donne à voir, au clair d'une lune toujours présente, une nature bien débridée. Le visible flirte avec l'invisible, le réel avec l'illusion, le rêve avec le cauchemar, la farce avec la gravité, l'été avec l'hiver, l'ordre avec le désordre, le désir avec l'amour. Dans ce monde surnaturel et chaotique, d'étranges mutations abondent: les jeunes Lysandre et Demetrius sont victimes des renversements de leurs sentiments pour Hermia et Helena; Bottom, le tisserand, se transforme en âne à l'insu de lui-même; Puck, le lutin, devient air ou brouillard; les artisans–acteurs se métamorphosent en Pyrame et Thisbé et tout cela, sous le regard d'Obéron, qui règne en maître sur cette nature féerique et désordonnée.

IsabelleDeBeir-LeSongeD'UneNuitD'Ete13.jpg 07.04 > 08.04.17

Vite! Il ne  reste  que deux jours pour apprécier cette pièce complètement débridée et pourtant totalement domptée par l'artiste responsable de la mise en scène!

Le Théâtre en Liberté présente "Le songe d'une nuit d'été" Avec: 

 Maxime Anselin (Snug), Chris Baltus (Snout), Alexandre Croissiaux (Toile d’Araignée), Toni D'Antonio (Quince), Isabelle De Beir (Philostrate), Lucie De Grom (Fleur des Pois), Claire Frament (Graine de Moutarde), Bernard Gahide (Puck), Jeremy Grynberg (Démétrius), Elsa Guénot (Hermia), Stéphane Ledune (Bottom), Julie Lenain (Helena), Éléonore Peltier (Phalène), Sylvie Perederejew (Hippolyta et Titania), Fabrice Rodriguez (Thésée et Obéron), Laurent Tisseyre Égée et Starveling), Benjamin Vanslembrouck(Flûte), Valentin Vanstechelman (Lysandre),  en alternance: Jadyson Betebe, Akandima Itin, Clément Lekefack et Siya Tisseyre (L’enfant)

Voici les facéties de Cupidon moquées par le plus grand des dramaturges. Éloge de la folie, de l'amour aveugle, des amours contrariées, du grain de sable qui brise nos vies, de la comédie humaine, de la force du destin, de la folie des apprentis sorciers, des arbres et forêts mystérieuses, de la gloire antique et de la mythologie celtique. Grains de folie, cousus main dans un texte hilarant, qui dit sa foi dans l'oeuvre humaine par excellence: le théâtre. Il rassemble les sentiments, les tourments, les injustices, les coups du sort, les rêves épars et conjure les malédictions! Il se pique même d'autodérision!  Le seigneur des théâtreux du monde entier, est un Prométhée qui a volé la sagesse divine et l'a partagée avec ses frères humains! Il est presque trop tard pour que vous alliez vous abreuver de mystère, de doutes et de farce dans cette belle comédie humaine, mais allez-y, sortez vos antennes de l'invisible, courrez-y ventre à terre! C'est une nuit où tout est permis!  Dixit Le Grand William, farceur et iconoclaste! La lune elle-même se transforme en boule à facettes!  Dans une mise en scène stupéfiante et éblouissante d'Hélène Theunissen qui a tout compris!

 « Le songe d’une nuit d’été » est comme une boule à facettes qui offre des miroirs de perspectives et des niveaux de lectures à l’infini. Tout y est contraste. Tout y est possible. Tout y est mystère. Tout y est réel. Tout y est imaginaire.

Un spectacle dédié à la mémoire de l’exceptionnel comédien Jaoued Deggouj, décédé il y quelques mois.

ADAPTATION : Maxime Anselin

SCÉNOGRAPHIE Sabine Theunissen

PEINTURES Anaïs Thomas

CRÉATION DES COSTUMES Astrid Michaelis

RÉALISATION DES COSTUMES Astrid Michaelis & Anne Compère

MAQUILLAGES Djennifer Merdjan

COIFFURES Laetitia Doffagne

CRÉATION SONORE Daniel Dejean

CRÉATION LUMIÈRES Philippe Sireuil

Retrouvez ici le teaser du spectacle

THEATRE DES MARTYRS

Place des Martyrs 22 - 1000 Bruxelles

Infos Réservations : 02 223 32 08


http://theatre-martyrs.be/

Vues : 125

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Deashelle le 7 avril 2017 à 14:54

Pour faire simple: Deux jeunes filles, deux amoureux, tous quatre soumis aux jeux cruels de la rivalité et aux caprices du désir. Une potion aphrodisiaque qui complique tout. Le roi et la reine des fées qui se disputent un enfant. Une troupe d’artisans, comédiens amateurs, qui préparent une pièce pour le mariage d’un Duc. Voilà les ingrédients d’un étrange chassé‐croisé dans une forêt propice aux métamorphoses, le programme d’une nuit d’été et d’amour très agitée.  http://arts-sceniques.be/rencontre/le-songe-dune-nuit-dete/

Commentaire de Deashelle le 7 avril 2017 à 14:52

Ce que dit LE SOIR (Mis en ligne le 22/03/2017 à 14:02)

Par Michèle Friche

Un Shakespeare foisonnant, magnifique machine à jouer qu’Hélène Theunissen a mis en scène pour Théâtre en Liberté.

Jusqu’au 8 avril au Théâtre des Martyrs (Bruxelles).

Ils sont 19 comédiens sur le plateau : le fait reste rare par les temps qui courent ! Et ils prennent à bras-le-corps Le Songe d’une nuit d’été , un Shakespeare foisonnant, magnifique machine à jouer qu’Hélène Theunissen a mis en scène pour Théâtre en Liberté.

Voilà plus d’un an que Daniel Scahaise, fondateur de la troupe, a largué les amarres. Ses ouailles se sont restructurées en collectif, se sont ouvertes à d’autres mentors, et les voici réunis une fois encore, intégrant de tout jeunes comédiens.

Deux heures de spectacle bien ficelées, qui filent à toute allure et qui, si elles ne nous entraînent pas dans des perspectives révolutionnaires, nous offrent la substantifique moelle du Songe , ses vertus d’humour, de magie, ses insondables rêves et cauchemars, ses multiples déclinaisons d’Eros… et celles d’une matière théâtrale qui se fabrique sous nos yeux. Théâtre dans le théâtre et entre scène et salle.

Le décor de Sabine Theunissen, fidèle collaboratrice de William Kentridge, est un atout du spectacle habilement structuré par les lumières de Philippe Sireuil, de la nuit lunaire au jour doré : dédale de rampes en bois clair, de haut en bas, de gauche à droite, une forêt, en quelque sorte, le lieu du conte, du songe, terre d’asile et de menaces, évocation des méandres du désir, des passions, des peurs… On s’y cache, on y dort, on y danse, on y court… on s’accouple. Très physique ce Shakespeare !

S’y ajoute un décor de papier grisé, avec ses motifs découpés en buissons imaginaires, en fleurs étranges qui peuvent devenir tête d’âne. Toutes les strates de l’humaine nature s’y croisent : des elfes et des fées, des magiciens (Obéron, Titiana, Puck le Lutin), des aristocrates (Thésée et Hippolyte), les amants en désordres de couples (Hermia, Demetrius, Hélène, Lysandre) et ces terriens savoureux (Bottom, l’artisan tisserand, le menuisier Etriqué…) qui s’ingénient à jouer la tragédie de Pyrame et Thisbé pour le mariage de Thésée !

L’environnement sonore (Daniel Dejean) participe à l’étrangeté, parfois menaçante (bruits de la forêt, cris d’animaux, nature sens-dessous-dessus…). Et l’on ne s’étonnera donc pas qu’il neige en été et que du suc d’une fleur sur l’œil naît le coup de foudre ! Ici, les repères du réel sont abolis.

Mais dans tous ces êtres vrais ou rêvés, les sentiments jouent à cache-cache, ils émeuvent, ils jouent de la manipulation, du sadisme, ils souffrent, ils aiment… Coup de chapeau à tous ces comédiens qui malaxent la langue de Shakespeare en partie adaptée ici par Maxime Anselin, en particulier à Fabrice Rodriguez, grandiose Obéron, d’une autorité implacable, à Bernard Gahide, Puck virevoltant et coquin, à Julie Lenain, Elsa Guénot, Toni d’Antonio, Stéphane Ledune, Sylvie Perederejew

Commentaire de Deashelle le 7 avril 2017 à 13:09

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, personnes sur scène, personnes qui dansent, chaussures et plein air

Commentaire de Deashelle le 7 avril 2017 à 12:43

Grandville Cent Proverbes page21 (cropped).png

Commentaire de Deashelle le 7 avril 2017 à 12:17

L’image contient peut-être : 1 personne

Commentaire de Deashelle le 7 avril 2017 à 12:14

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes assises et personnes sur scène

Commentaire de Deashelle le 7 avril 2017 à 12:13

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes

Commentaire de Deashelle le 7 avril 2017 à 12:12

L’image contient peut-être : une personne ou plus

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation