Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française: Dimanche 19 & lundi 20 mars 2017 Conseil Economique, Social et Environnemental - Place d'Iéna, Paris 16ème. Thème: la montée des violences

Le Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française se tient dimanche 19 et lundi 20 mars 2017 au Conseil Economique, Social et Environnemental (Paris 16ème). Cette manifestation est proposée par la Fondation du Judaïsme Français. Le choix du lieu n’est pas neutre. Il traduit la volonté d’investir un espace républicain afin d’affirmer sans ambiguïté son positionnement.

Programme:

DIMANCHE 19 MARS


10h : présentation
Ariel Goldmann, Président de la Fondation du Judaïsme Français


10h30 – 11h45
Inépuisables identités
Alain Finkielkraut, Bernard-Henri Lévy

12h – 13h15
Comment s’en sortir ?
Elie Barnavi, Michel Wieviorka

14h15 – 16h15
Peut-on parler d’une montée des violences ?
Astrid von Busekist, Marc Crépon, Eva Illouz, Myriam Revault d’Allonnes

16h30 – 18h30 Sessions parallèles
Femmes et violences
Catherine Chalier, Delphine Horvilleur, Julia Kristeva, Liliane Vana

De la violence dans une économie mondialisée
Philippe Aghion, Jacques Attali, Marc Fiorentino

18h45 – 20h45 Sessions parallèles
La fragilisation de la démocratie – Violence et Politique
Ariel Colonomos, Stéphane Habib, Bruno Karsenti, Alexis Nouss, Patrick Weill

Sionismes et antisionismes
Cédric Cohen-Skalli, Danny Trom, Raphael Zagury-Orly

21h15 – 23h
Medley par Alain Fleischer
Images des violences, violences des images
Luc Dardenne, Daniel Dayan, Alain Fleischer, Jean-Jacques Moscovitz, Ariel Schweitzer, Gérard Wajcman

LUNDI 20 MARS


10h – 12h Sessions parallèles
Ambiguïtés de la violence républicaine : religion, laïcité, droit
Pierre Birnbaum, Monique Canto-Sperber, Haïm Korsia, Blandine Kriegel

De la violence entre colonialisme et post colonialisme
Gérard Bensussan, Tobie Nathan, Pap N’Diaye

13h – 17h Sessions parallèles
Que peut l’insertion sociale face à la montée des violences ?
Patrick Amoyel, Marc Cohen, Henri Cohen-Solal, Alain David, Hakim El Karoui, Jonathan Laurence, Paul Zawadzki

13h – 15h
Violences inter-religieuses et intercommunautaires
Armand Abécassis, Tareq Oubrou, Edouard Robberechts, Jean-Louis Schegel

15h – 17h
Revenances de la Shoah
François Azouvi, Georges Bensoussan, Joseph Cohen, Jean-Marc Dreyfus

17h – 19h
Violences dans le théologico-politique
Olivier Abel, David Banon, Ghaleb Bencheikh, Daniel Sibony, Guy Stroumsa

20h – 21h
Clôture
Violences, force ? apaisement, faiblesse ?
Jean-Claude Milner

21h
Mot de la fin

----------------------------------------------------------------------------

DIMANCHE 19 MARS 2017


10h : présentation

Ariel Goldmann, Président de la Fondation du Judaïsme Français 
10h30 – 11h45
Inépuisables identités
Alain Finkielkraut, Bernard-Henri Lévy

12h – 13h15
Comment s’en sortir ?
Elie Barnavi, Michel Wieviorka

13h15 – 14h15
Pause déjeuner

14h15 – 16h15
Peut-on parler d’une montée des violences ?

Dans ce premier débat, nous aborderons la question de savoir si nous assistons aujourd’hui, à une réelle « montée des violences », ou bien si celle-ci ne serait que l’effet d’une surmédiatisation de notre contemporanéité fortement mue par une hypermédiatisation et un afflux quasi-ininterrompu d’images, de reportages, de témoignages ? La violence est-elle le propre de notre actualité, ou bien, ne fait-elle qu’adopter d’autres formes, d’autres moyens d’expression et de représentation ?

Intervenants : 
Astrid von Busekist, Marc Crépon, Eva Illouz, Myriam Revault d’Allonnes

16h30 – 18h30 Sessions parallèles
Femmes et violences

La violence exercée à l’égard de la féminité, de la femme, ne saurait être niée. En effet, tout au long de l’histoire de l’humanité, elle se sera manifestée, exprimée, voire même déchainée. Elle est à l’œuvre dans les religions monothéistes tout comme, selon différentes modalités certes, se voit-elle, cette violence, profondément inscrite dans la modernité. Il nous appartiendra donc de mobiliser une autre herméneutique en référence explicite aux textes judaïques classiques capable à la fois de condamner cette violence indéniable à l’égard du féminin en proposant une autre possibilité, et ainsi une place et un rôle pour la femme au sein du judaïsme.

Intervenants : 
Catherine Chalier, Delphine Horvilleur, Julia Kristeva, Liliane Vana

De la violence dans une économie mondialisée

Intervenants :
Philippe Aghion, Jacques Attali, Marc Fiorentino

18h45 – 20h45 Sessions parallèles
La fragilisation de la démocratie – Violence et Politique

Intervenants :
Ariel Colonomos, Stéphane Habib, Bruno Karsenti, Alexis Nouss, Patrick Weill

Sionismes et antisionismes

Intervenants : 
Cédric Cohen-Skalli, Danny Trom, Raphael Zagury-Orly

20h45 – 21h15
Pause dîner

21h15 – 23h
Projection d'un medley cinématographique par Alain Fleischer
Table Ronde
Images des violences, violences des images

Suite à la projection du « medley cinématographique », il se tiendra une table-ronde sur le rôle de l’image aujourd’hui et comment celle-ci véhiculerait la violence dans la société contemporaine. Il nous faudra non seulement poser la question de savoir comment la violence est-elle aujourd’hui rapportée par l’image, mais aussi se demander si, de par son abondante et prépondérante présence, l’image ne réussit-elle pas, en dépit d’elle-même, à contribuer à une « montée » des violences tout en banalisant, voire en trivialisant, la réalité de la violence. 

Intervenants : 
Luc Dardenne, Daniel Dayan, Alain Fleischer, Jean-Jacques Moscovitz, Ariel Schweitzer, Gérard Wajcman

LUNDI 20 MARS 2017


10h – 12h Sessions parallèles

Ambiguïtés de la violence républicaine : religion, laïcité, droit

Si la République engage l’exercice d’une violence dite « légitime » dans l’application universelle de son ordre, et inversement, si le religieux, contraint à la sphère privée, entraîne inévitablement une certaine violence à l’égard de l’universalisme républicain, nous aborderons, dans le cadre de ce second débat (17h30-18h30), le rapport entre ces deux ordres distincts, mais difficilement séparables, et aborderons la question de la violence surgissant entre la République et le religieux dans leur nécessaire coexistence.

Intervenants : 
Pierre Birnbaum, Monique Canto-Sperber, Haïm Korsia, Blandine Kriegel

De la violence entre colonialisme et post colonialisme

Ce panel devra tenter tout d’abord de comprendre les origines et les contextes historiques de ce que l’on appelle la violence coloniale. Qu’en est-il de cette violence ? De sa nature singulière, des motifs de sa diffusion et des différentes modalités de son développement, de son extension dans les pays coloniaux et, plus généralement, en Occident ? Mais aussi, il nous appartiendra de comprendre en quoi la violence dite postcoloniale lui serait liée ou reliée ? Qu’est-ce qui permettrait d’allier violence coloniale et violence postcoloniale autrement que selon une simple chronologie ou causalité ? Ainsi, nous interrogerons en quoi et pourquoi nous nous verrions, ou non, justifiés à penser la violence postcoloniale comme une résultante directe et immédiate de la violence coloniale. Ce panel devra ainsi interroger toutes les revenances, les spectres de la violence coloniale dans nos sociétés dites postcoloniales : sous quelles formes cette violence revient-elle ? Nous ne pourrons point éviter de poser la question de notre rapport à la mémoire coloniale ainsi que les modalités de commémoration de cette histoire catastrophique. Où situer le monde juif dans ce rapport ? Comment en est-il venu à être associé aux colonisateurs ? 

Intervenants :
Gérard Bensussan, Tobie Nathan, Pap N’Diaye

12h00 – 13h00
Pause déjeuner

13h – 17h Sessions parallèles

Forum
13h – 17h
Que peut l’insertion sociale face à la montée des violences ?

Comment la société, et ainsi le lien social qu’elle constitue pour chacun de ses membres, peut-elle endiguer la violence et contribuer à réduire la montée des violences dont on ne peut que constater l’excroissance au sein même de l’espace de notre vivre-ensemble ? Peut-on toujours compter sur les dynamiques de la solidarité, sur les stratégies d’insertion et de réinsertion, voire même sur les politiques de normalisation, afin de contrer les différentes violences dont nous témoignons aujourd’hui les effets dévastateurs pour tout projet politico-sociétal ? La régulation de l’économie, les différentes actions politiques visant la stabilité économique des différentes couches de notre société demeure-t-elle une stratégie viable au regard des multiples causes et scènes de violences (religieuses, communautaires, etc.) qui animent, aujourd’hui, notre quotidien. 

Intervenants :
Patrick Amoyel, Marc Cohen, Henri Cohen-Solal, Alain David, Hakim El Karoui, Jonathan Laurence, Paul Zawadzki

13h – 15h
Symposium
Violences inter-religieuses et intercommunautaires

On assiste aujourd’hui, et ce indéniablement, à un certain retour du religieux et au religieux que l’on ne peut dissocier d’un repli des communautés religieuses sur elles-mêmes et ainsi d’une certaine montée des tensions vécues entre elles. Posons donc d’emblée la question devant cette situation périlleuse : doit-on engager le dialogue, afin de pacifier la violence entre ces communautés religieuses, depuis le fond commun dit « abrahamique » des trois religions monothéistes ou alors en ayant recours aux principes universels, « neutres » et républicains ? En vérité, il nous appartient ici de réfléchir aux présupposés et aux conséquences à l’œuvre dans chacune de ces deux possibilités de pacifier les communautés religieuses et communautaires au sein d’un vivre-ensemble respectueux des droits de chaque citoyen. Nous convoquerons des personnalités des trois grandes religions monothéistes ainsi que des représentants de la société civile afin de débattre et dialoguer ensemble sur les possibilités et les manières d’imaginer un avenir sociétal apaisé où une forte et concrète réponse peut s’élever contre les violences inter-religieuses et intercommunautaires.

Intervenants : 
Armand Abécassis, Tareq Oubrou, Edouard Robberechts, Jean-Louis Schegel

15h – 17h
Revenances de la Shoah

Le signifiant « Shoah » ne cesse de revenir dans les discours contemporains. Souvent on fait référence à la « Shoah » pour symboliser la singularité de l’extermination des Juifs en Europe. Or, les revenances de ce signifiant ne sont pas sans aussi marquer et engager de profondes réactions contestatrices, révisionnistes, voire négationnistes. En effet, se profile, dans ces revenances de la Shoah, un profond rejet de la singularité de cet événement historique. 

Intervenants :
François Azouvi, Georges Bensoussan, Joseph Cohen, Jean-Marc Dreyfus

17h – 19h
Symposium
Violences dans le théologico-politique

Si l’histoire, à la fois sainte et profane, du judaïsme est truffée de violence, il nous appartiendra ici d’examiner dans quelle mesure celui-ci contient et ainsi peut élaborer une manière propre pour circonscrire et réduire, si ce n’est pas carrément, évincer la violence. Il faudra ainsi revenir aux textes judaïques (textes de Loi, d’interprétations midrachiques et de commentaires talmudiques, textes allégoriques, textes philosophiques de l’Age d’Or espagnol en passant par la Haskallah et jusqu’à Rosenzweig et Levinas) en se réservant toutes les questions et les interrogations critiques afin de tracer les linéaments directeurs d’une pensée de la « non-violence » propre au judaïsme sans pour autant transformer celui-ci en un moralisme de bons sentiments ou encore en un spiritualisme animé d’une quête de bien-être personnel. 

Intervenants : 
Olivier Abel, David Banon, Ghaleb Bencheikh, Daniel Sibony, Guy Stroumsa

20h – 21h
Clôture
Violence, force ? Apaisement, faiblesse ?
Jean-Claude Milner

21h
Mot de la fin

Source et inscription: http://www.fondationjudaisme.org/colloque/programme/#db

 

Annonce sur Rdio RCJ (youtube)

                 

Vues : 160

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres


Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 17 mars 2017 à 19:37

Rencontre avec Gérard Bensussan

Commentaire de Edith Gorren le 6 janvier 2017 à 17:56

Bravo pour cette publication ! 

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation