Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Causerie sur le lemming (théâtre du Rideau)

Les lemmings, affolés : « Nos rangs sont décimés ! » « On a le nez par terre, on avance, on ne peut plus reculer ! » « Même les saumons et les brochets mangent les lemmings ! » « Les caribous nous piétinent ! »

Victor Hugo, calme : « l’instinct c’est l’âme à quatre pattes, la pensée c’est l’esprit debout ! »

Nimbé de boucles en bataille le professeur-conférencier apparaît plus vrai que vrai. C’est lui l’auteur de la causerie. Il crèvera l’écran par la profondeur de ses démonstrations mi –homme, mi-rongeur, totalement satiriques. Ce qui fait de lui un acteur-professeur sans pareil. Visuels, auditifs, kinesthésiques, il y en a pour tout le monde. Ses messages subliminaux atteignent le cœur de tous. La satire douce fait merveille, distillée sans y paraître. La maladresse apparente de l’auteur-acteur baisse aussitôt la garde du spectateur et lui ouvre le cœur. Nous sommes tous des lemmings et nous rongeons placidement nos ressources. « Nous, infiniment naïfs et de bonne volonté, éco-sujets indûment baptisés éco-citoyens aux gestes salvateurs tant dérisoires, nous plongeons dans la combine et nous nous regardons dans la glace : avec notre compost et notre petit vélo, nous nous trouvons beaux ! » Personne n’ose aborder le sujet de la vulnérabilité des lemmings : celui de la pression démographique, du réchauffement de la planète, du dysfonctionnement alimentaire … on se contente de brandir le mythe du suicide des lemmings! Si absurde, surtout dans les pays où il n’y a pas de falaises !

Belle excuse pour ne pas changer nos comportements environnementaux ! Et que la mémoire collective devienne source de sagesse !

Sous les dehors d’une causerie sur la biologie des lemmings (mais qui y croyait, puisque c’est du théâtre …) François-Michel van der Rest nous entraîne, tel Hamelin sur le chemin de la réflexion à propos de l’avenir de notre espèce humaine. La parodie animale a toujours marché depuis le roman de RENART, laissons-nous donc, grâce à cette causerie sur la Vie, gagner par la lucidité de l’analyse et convaincre sur la nécessité d’agir. Ne nous endormons pas dans nos galeries inondées…. devenues notre dernier caveau, puisque la neige n’arrête pas de fondre. Il est plus noble de s’envoler dans les griffes d’un harfang ou de se jeter d’une falaise !

causerie sur
le lemming

auteurS elisabeth ancion & françois-michel van der rest

mise en scène elisabeth ancion

http://www.rideaudebruxelles.be/saison1011/causerie/resume.php

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_1814_rechauffement_cl...

Vues : 710

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Deashelle le 30 décembre 2010 à 17:04

Un petit pas de lemming, un grand saut dans l’humanité

Le lemming est un rongeur migrateur. Plus petit que la paume d’une main. Il vit avec ses congénères dans le grand nord et n’a en réalité aucune utilité. Il fait partie du tout… Son comportement social, sa classification en différentes espèces, sa posture courageuse, ses flux migratoires, tout y passe. Le titre de ce seul en scène ne ment donc pas. Il y est bien question de lemming, du début à la fin. Mais où est la surprise ? François-Michel Van der Rest !

 

Bien que le tout début de cette conférence théâtrale scientifico-burlesque présage une timide approche d’un sujet pouvant lui-même laisser a priori perplexe, on sort très vite du carcan pédagogique. Si un fil conducteur est toujours tendu - le lemming –, les digressions fusent sans cesse. Elles font rire, réfléchir, troublent aussi. On aime leur caractère spontané autant qu’on goûte la richesse du texte et la maîtrise des propos. Un vrai travail de pros…

Avec une mise en scène simple et efficace, on perçoit le comédien libre dans son rôle de professeur à la fois distrait, maladroit, attachant et un peu timbré. Et même carrément lemming par moments... Il exploite les quelques éléments placés sur scène au-delà de leur fonction figurative. Ainsi, un écran devient l’arctique et une table une galerie souterraine. Beaucoup d’intelligence donc dans tout ce travail. On y refait le monde par des ponts jetés vers une conscientisation naturelle et non par un argumentaire lourd sous-tendant des prises de position strictes. On en sort moins bête de cette causerie, avec sans doute une vision de l’humanité un peu différente et des aphorismes du genre plein la tête : « L’instinct, c’est l’âme à quatre pattes, la pensée, c’est l’esprit debout » (Victor Hugo).

Samuël Bury

Commentaire de Deashelle le 13 décembre 2010 à 14:29

avis de spectateur sur Demandez le programme:

"S’il ne fallait voir qu’une pièce de théâtre par an, ce serait celle-là! C’est le spectacle de l’année que je conseille le plus, aux frileux du théâtre. Ce spectacle qui mélange adroitement réalité, poésie et pensée intelligente est un vrai délice. L’acteur y est d’une sensibilité très fine et joue ou vit son spectacle de façon très émouvante. Sous des dehors de savant un peu perturbé, il nous perturbe de façon profonde et durable! Allez  vite tous l’applaudir, jeunes et moins jeunes ou toujours jeunes!"

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation