Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

"On the road... A" Aux Riches Claires, On raffole! N'attendez pas le 30 janvier!

On the road... AVoilà un spectacle franc, ingénu et vrai. Plein de sel comique et émouvant ! Avouons-le, au départ on n’était pas trop partants pour un énième seul en scène sur le vivre ensemble. L’actualité nous rabâche assez de chapelets de violences, pour plonger une fois de plus dans le politically correct et remâcher indéfiniment nos infâmantes réalités. Mais voilà le sourire de RODA et sa quête d'identités. Un Roméo ? Roda on the road.  What’s in a name ? A l’endroit ou à l’envers ? On le découvre un être totalement à l’aise sur le plateau et on l'ADOR,  le cœur à l'endroit ou à l'envers. Le nom n'a rien à voir pour ceux qui, malencontreusement, penseraient à la margarine, bien sûr. Sautez plutôt dans la fraîcheur d’un conte moderne, racines à l’air. Du cèdre du Liban au sapin de Noël, une forêt entière y passe ! En passant par les oliviers made in Italy, ou presque!

On the road... ADans l’histoire mohametane, il devient Mimo. Il manque une syllabe pour en faire une fleur capiteuse que l’on offre en janvier. Son regard vous dévore, c’est le fuel de son tapis volant qui vous envole en un seul décor du Liban au Maroc, puis vers la Belgique oblige - profitons qu’elle existe encore - Paris, Portugal et toutes les senteurs et épices de la Guinée et bien sûr Jessica, un monde de différences !

Au fur et à mesure qu’il sort de sa chrysalide il devient de plus en plus attachant et enfile les observations d’une candeur désarmante, virevolte dans les personnages, multiplie les points de vue, traque l’inspiration, accumule les occasions de rire, fait capoter les moindres stéréotypes. Il fait penser à la générosité et à la poésie d’Emmanuel Schmitt, en un mot, on ne peut qu’être séduit !

On the road... AIl y a même Gemini le criquet, toujours rapport à l’Italie, non, on veut dire Slimky, l’ami imaginaire - cela s’écrit comment ? Et cela finira comment ? En tous les cas il n’y a pas que les ragazzi qui s’amusent ! Le public s’envole et perd de vue l’unique décor de vieilles carpettes. Oui cela rime avec Mohamed, d’accord ! Et vous entendrez partout des voix car le comédien jongle avec les registres : voix d’ici et d’ailleurs, voix imaginaires, voix au nom du père, voix de mère qui cogne comme des cuillers, voix des dieux ou de voisinage, et même de toutous belgo-belges que l’on promène dignement sur le trottoir. Il voix tout, tout ! Et c’est sidérant de justesse car il est aussi maître du geste ! A quand son prochain spectacle ?
Dominique-Hélène Lemaire

                                                              http://lesrichesclaires.be/evenement/on-the-road-a-new/
De et avec

Roda

Mise en scène

Eric De Staercke

Assistanat à la mise en scène

Cécile Delberghe

Regard amical

Angelo Bison

Agenda magazine lire  l’interview  page 26,27

Du 14 au 30 janvier 2016
Le mercredi à 19h
Du jeudi au samedi à 20h30
Représentation le lundi 25 janvier à 20h30
Centre Culturel des Riches-Claires - Petite Salle
24 rue des Riches-Claires
1000 Bruxelles
02/548 25 80

Vues : 207

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Deashelle le 24 octobre 2017 à 18:40

BACK to square O N E ! 

Je vous présente la « On The Road…a » Car Tour !!! 
Une voiture exceptionnelle ! Vous profiterez de l’air conditionné « manuel » parfum arbre magique eucalyptus. Une petite faim ? Profitez du buffet composé de deux paquets de chips (paprika et sel) ! L’ambiance sera assurée grâce à l’autoradio Akai datant de 1999 ! Pour assumer ses responsabilités en cas de dérapage pendant la tournée vous trouverez deux sièges enfant à l’arrière. Mais surtout un chauffeur sera mis à votre disposition ! Mat Def ! Il est sympa et vous parlera pendant tout le trajet ! Il est multifonction ! Car c’est aussi le chargé de diffusion du spectacle. Il ne vient que quand je joue à maximum 40 minutes de Bruxelles et qu’il y a des bars sympa dans la ville où je joue.
Si je vous présente la « On The Road..a » Car Tour c’est parce que le théâtre belge m’a appris... l’humilité. Riches-Claires Eric De Staercke Cécile Delberghe Olivier Blin Pierre Lenoir Antoine Ureel Angelo Bison Anouchka Vilain

Commentaire de Deashelle le 22 septembre 2017 à 15:46

« Si notre regard enferme les autres dans leurs plus étroites appartenances ; notre regard aussi peut les en libérer » Amin Maalouf.

Des places via http://www.demandezleprogramme.be/Concours?debut_concours=5#paginat...

Commentaire de Deashelle le 22 septembre 2017 à 0:16

Avantage pour les spectateurs du Centre Culturel d'Auderghem 
Votre place au tarif préférentiel de 17€ (au lieu de 20€ pour les + de 26 ans); de 15€ (au lieu de 17€ pour les seniors) et de 10€ (au lieu de 12€ pour les mois de 26 ans). Il vous suffit de réserver (voir ci-dessous) avec le code : "Amis du Centre Culturel d'Auderghem".

Commentaire de Deashelle le 22 septembre 2017 à 0:14


On The Road… A a connu un formidable succès lors de sa création la saison passée. Pour répondre à la large demande nous reprendrons le spectacle au Centre Culturel d’Auderghem avant son départ en tournée.
Au sens littéral, Roda est un homme du monde. D’origine libanaise, il est né au Maroc, il a grandi en Guinée, il a la nationalité belge et se revendique d’une gueule d’Italien pour faciliter ses sorties en boîte. Ses racines, il leur court après sous toutes les latitudes mais elles lui filent sans cesse entre les doigts. Roda a le cul coincé entre quatre cultures au moins, entre un besoin d’émancipation et la nécessité d’être de quelque part.
Avec On the Road… A, il joue l’histoire de sa vie avec humour et autodérision, incarnant à lui seul une vingtaine de personnages : ses potes Mohamed et Dorothée, un père fantasmé, un prof de religion islamique – une vraie terreur –, ses familles d’ici et d’ailleurs,…
Roda livre une performance soufflante, sans temps mort, virevoltant entre les personnages tout en plongeant droit dans les yeux des spectateurs. Hilarant et touchant à la fois, Roda nous rappelle qu’on est toujours l’étranger de quelqu’un. Le Soir
 
****


Prix de la critique - Label d'utilité publique - Succès Festival d'Avignon

° Dates et heure:

  Mardi 3 oct 2017 à  20h30; Jeudi 5 oct 2017 à 14h30 et 20h30; Vendredi 6 oct 2017 à 14h30; Samedi 7 oct 2017 à 20h30; Dimanche 8 oct 2017 à 18h00


° Lieu :

 Au Centre Culturel d’Auderghem Bd. du Souverain 183, 1160 Auderghem
(Nous vous conseillons d’arriver bien à l’avance)


° Réservations:

via lePoche uniquement reservation@poche.be ou 02/649.17.27.

Commentaire de Deashelle le 20 septembre 2017 à 18:12

L’image contient peut-être : texte

Commentaire de Deashelle le 9 mai 2017 à 10:28

Commentaire de Deashelle le 2 mai 2017 à 18:58

L’image contient peut-être : 1 personne, debout, chaussures et plein air

  • 11 mai – 12 mai
    du 11 mai à 20:00 au 12 mai à 23:00
  •  
    CENTRE WALLONIE-BRUXELLES 46, rue Quincampoix (niveau -1)

Cette saison au Théâtre de Poche de Bruxelles, le succès public de "On the Road...A " fut tel que le nombre de représentations a été dédoublé.
Il est présenté 2 jours à Paris avant d'aller au Festival Off d'Avignon cet été, juillet 2017 (Collège de la salle - Eldoradôme 16h05).

Le spectacle tournera ensuite abondamment en Belgique en 2017-2018 et sera repris au Théâtre de Poche.
 
Prix de la critique 2016
« Si notre regard enferme les autres dans leurs plus étroites appartenances ; notre regard aussi peut les en libérer » Amin Maalouf.

Au sens littéral, Roda est un homme du monde. D’origine libanaise, il est né au Maroc, il a grandi en Guinée, il a la nationalité belge et se revendique d’une gueule d’italien pour faciliter ses sorties en boîte. Ses racines, il leur court après sous toutes les latitudes mais elles lui filent sans cesse entre les doigts… Immigré de la deuxième génération, c’est-à-dire, pour certains « plus vraiment comme eux », mais « pas encore tout à fait comme nous », Roda a le cul coincé entre quatre cultures au moins, entre un besoin d’émancipation et la nécessité d’être de quelque part. 

Avec On the Road… A, il joue l’histoire de sa vie avec humour et autodérision, incarnant à lui seul une vingtaine de personnages : ses potes Mohamed et Dorothée, un père fantasmé, un prof de religion islamique – une vraie terreur –, ses familles d’ici et d’ailleurs,… Roda ne ressemble à personne et pourtant, chacun d’entre nous se reconnaîtra un peu en lui. 

Roda livre une performance soufflante, sans temps mort, virevoltant entre les personnages tout en plongeant droit dans les yeux des spectateurs. Hilarant et touchant à la fois, Roda nous rappelle qu’on est toujours l’étranger de quelqu’un. Le Soir ****
Un moment éminemment jubilatoire. L’Echo
Le comédien distille des punchlines taillées au scalpel et émotion subtilement dosée. Les rires fusent, l’émotion se déploie en nappes. C’est tendre et hilarant, fin, étincelant. La Libre
Une coproduction du Théâtre de Poche et du Théâtre Loyal du Trac, avec le soutien des Riches-Claires. En partenariat avec La Ligue des droits de l’Homme
 
Commentaire de Deashelle le 24 avril 2017 à 13:44

Voici ce qui m’est arrivé à la Gare du Nord de Paris. Je me dirige vers le quai 7 pour embarquer dans un train direction Bruxelles. Sur le chemin, je discute avec une petite voix que j’ai dans la tête (aussi connu sous le nom de Slinky).

Slinky : Enlève ton bonnet et tes lunettes de soleil, j’ai pas envie de me faire contrôler par les douaniers. 
Moi : T’es vraiment parano…
Slinky : En plus, tu as laissé pousser la barbe…
Moi : Tu vois le mal partout.

On passe toute la sécurité et même les officiers en « civil » de la douane française.

Moi : (fier) Et bien tu vois ?! On est passé ! Tu devrais penser à…
(Une personne m’interrompt)
Douane : Bonjour monsieur la douane française. Suivez-moi s’il vous plait. 
Slinky : Tu disais ?
Douane : Ne vous inquiétez pas, c’est un contrôle de routine.
Slinky : Dis-lui que pour nous aussi c’est la routine de se faire contrôler. 
Moi (à Slinky) : Laisse tomber, c’est son boulot.
Slinky : Si c’est son boulot pourquoi tu ne lui souris pas ? Parce que tu te fais toujours contrôler ! Dis-le ! (Slinky se marre)
Moi : Ne me faites pas rater mon train.
Slinky : (ironique) Quel rebelle !
Douane : Vous allez où ?
Moi : À Bruxelles. 
Douane : Vous allez y faire quoi ?
Moi : Je suis belge.
Douane : Votre carte d’identité s’il vous plait.

Pendant ce temps, un collègue fouille ma valise. L’autre regarde ma carte d’identité et essaie de détendre l’atmosphère avec un large sourire. Moi, je ne lui souris toujours pas : c’est ma manière de contester tout en collaborant.

Douane : Vous êtes de quelle origine ?
Slinky : Il te drague…
Moi : (à Slinky) Ta gueule. (Au douanier) Libanaise.
Douane : Vous ne transportez pas d’argent liquide sur vous ? 
Slinky : (mort de rire) Tu n’aurais pas dû dire que tu es libanais! Vous êtes des magouilleurs !
Moi (à Slinky) : Ta gueule. (Au douanier) Non.
Douane : Pourquoi vous faites les allers-retours entre Bruxelles et Paris ?
Moi : Je suis comédien.
Douane : Pas de produits stupéfiants ? Drogue ?
Slinky : (Toujours mort de rire) Les comédiens vous êtes tous des d…
Moi (à Slinky) : Ta gueule Slinky. (Au douanier) Non.

Le collègue ferme ma valise et me la donne. Je refuse toujours de sourire.
Douane : Merci Monsieur. Ce sera tout.

Il me rend ma carte d’identité et dans une volonté de toujours détendre l’atmosphère et peut-être même de décrocher un sourire…

Douane : Vous avez joué dans quoi qui serait un peu médiatique ?
Moi : Le Bureaux des Légendes.
Douane : Ah bon ?! Et vous faisiez quoi ?
Moi : Un djihadiste.
Douane : …
Slinky : …
Collegue/fouilleur de valise :…

Pour détendre l'atmosphère... je souris.

.....Vous l’aurez compris si je vous raconte cette histoire c’est pour vous dire que si j’arrive à passer la douane je jouerai mon spectacle « On the Road…a » le 11 et 12 mai  2017 à Paris au Centre Wallonie-Bruxelles.

Centre Wallonie-Bruxelles / de Roda Fawaz / mes Eric de Staercke

ON THE ROAD… A

Publié le 27 mars 2017 - N° 253

Après une série de représentations au Théâtre de Poche, à Bruxelles, et avant d’investir le Off d’Avignon, Roda Fawaz présente On the Road… A au Centre Wallonie-Bruxelles. Un seul en scène humoristique qui creuse le thème des origines et de l’identité.


Crédit : DR Légende : Roda Fawaz dans On the Road… A.

Crédit : DR Légende : Roda Fawaz dans On the Road… A.

« Un être ne se réduit pas à un pays, à une inclination politique ou sexuelle », affirme Roda Fawaz, « il est la somme de toutes ces choses ». Artiste belge d’origine libanaise, l’interprète de On the Road… A est né au Maroc et a grandi en Guinée. Autant dire que la question liée aux regards qui enferment, aux préjugés qui stigmatisent, résonne en lui de façon particulière. Inspiré de sa propre existence, ce seul en scène cherche à rendre compte, avec humour et autodérision, de « l’introspection identitaire » qui a mené le comédien à partir à la découverte de lui-même. Ses amis Mohamed et Dorothée, un père fantasmé, un professeur d’études coraniques, des familles d’ici et d’ailleurs… A travers une vingtaine de personnages, Roda Fawaz nous plonge dans le monde de ses souvenirs personnels. Une façon de défendre l’idée d’une « complexité identitaire propre à la sensibilité de chacun ».

Manuel Piolat Soleymat

http://www.journal-laterrasse.fr/on-the-road-a/

Commentaire de Deashelle le 24 février 2017 à 14:33

Rdv ce soir au centre culturel de Jette...Et rdv demain pour deux représentations à la Vénerie (centre culturel de Watermael-Boitsfort)

Commentaire de Deashelle le 29 janvier 2017 à 18:18

Aujourd'hui j'ai joué à 15h. Au premier rang deux personnes âgées. Très beau regard. Une douceur et une bienveillance qui me touche pendant toute la représentation. Pendant tout le spectacle j'avais envie de les serrer dans mes bras. La représentation se termine. Il est 16h45. Je suis dans ma loge, je me change. Il est 17h, on m'installe mon lit. J'ai envie d'aller à la rencontre de ses deux personnes âgées mais j'ai une deuxième représentation dans deux heures. Je risque de tomber sur d'autres spectateurs et je n'aurai pas le temps de faire ma sieste prévue de 17h à 17h30. Tant pis. Je me couche. 17h30 le réveil sonne. Je rejoins Thomas (le régisseur) pour manger. Le poulet n'est pas encore chaud. En attendant et comme je sens une certaine fatigue, je me dis que je vais jeter un coup d’œil au livre d'or. Les mots des spectateurs donnent toujours un peu de force. Et je tombe sur ce message...
"Nous attendons la suite! Ne tardez pas trop. Deux admiratrices de 92 et 84 ans." 
Je sens la fatigue disparaitre et je retrouve une nouvelle énergie pour la dernière de ce soir... et même pour la suite.
No automatic alt text available.

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation