Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Informations

J'avais 20 ans et je découvrais

Quand on a dix-neuf ans, on finit toujours par faire ce dont on a envie

Montherlant

Membres : 115
Activité la plus récente : 4 janv.

Rimbaud qui avait tout dit quand il avait 17 ans

Je n'oserais pas vous dire quel âge j'avais quand j'avais 20 ans

R. P.

Mur de commentaires

Commenter

Vous devez être membre de J'avais 20 ans et je découvrais pour ajouter des commentaires !

Commentaire de Ann M le 17 janvier 2013 à 10:41

Parole de Hier Encore:

Hier encore,

J'avais vingt ans,

Je carressais le temps,

Et jouais de la vie,

Comme on jour de l'amour,

Et je vivais la nuit,

Sans compter sur mes jours,

Qui fuyaient dans le temps,

J'ai fait tant de projets,

Qui sont restés en l'air,

J'ai fondé tant d'espoirs,

Qui se sont envolés,

Que je reste perdu,

Ne sachant où aller,

Les yeux cherchant le ciel,

Et le coeur mis en terre,

Hier encore,

J'avais vingt ans,

Je gaspillais le temps,

En croyant l'arrêter,

Et pour le retenir,

Même le devancer,

Je n'ai fait que courir,

Et me suis essouflé,

Ignorant le passé,

Conjuguant au futur,

Je précédais de moi,

Toute conversation,

Et donnait mon avis que je voulais le beau,

Pour critiquer le monde,

Avec désinvolture,

Hier encore,

J'avais vingt ans,

Mais j'ai perdu mon temps,

A faire des folies,

Qui ne me laissent,

Au fond,

Rien de vraiment précis,

Que quelques rides au front,

Et la peur de l'ennui,

Car mes amours sont mortes,

Avant que d'exister,

Mes amis sont parties et ne reviendront pas,

Par ma faute,

J'ai fait le vide autour de moi,

Et j'ai gâché ma vie,

Et mes jeunes années,

Du meilleur et du pire,

En jetant le meilleur,

J'ai figé mes sourires,

Et j'ai glacé mes pleurs,

Où sont-ils à présent,

A présent,

Mes vingt ans.
Commentaire de Joelle Diehl le 2 janvier 2013 à 4:39

J'avais 20 ans et étais une enfant de l' année 72 encore imprégnée des révoltes universitaires de 68! Fougue et insouciance, on refaisait le monde en chantant Leo Ferré.

Aujourd'hui je sais que si j'avais 20 ans, je les revivrais à la même allure qu'autrefois...

Paroles de Mes Universites   Philippe Clay

http://www.youtube.com/watch?v=7S4xCkHAjT8

Mes universités,
C'était pas Jussieu, c'était pas Censier, c'était pas Nanterre
Mes universités
C'était le pavé, le pavé d'Paris, le Paris d'la guerre
On parlait peu d'Marxisme
Encor' moins d'Maoïsme
Le seul système, c'était le système D
D comm' débrouille-toi
D comm' démerde-toi
Pour trouver d'quoi
Bouffer et t'réchauffer

Mes universités
C'était pas la peine d'être bachelier
Pour pouvoir y entrer
Mes universités
T'avais pas d'diplôm's
Mais t'étais un homme
Quand tu en sortais
Nous quand on contestait
C'était contre les casqués
Qui défilaient sur nos Champs-Elysées
Quand on écoutait Londres
Dans nos planques sur les ondes
C'était pas les Beatles qui nous parlaient.

Mes universités,
C'était pas Jussieu, c'était pas Censier, c'était pas Nanterre
Mes universités
C'était le pavé, le pavé d'Paris, le Paris d'la guerre
Pourtant on tenait l'coup
Bien des fois entre nous
On rigolait comme avant ou après
Mais quand ça tournait mal
Fallait garder l'moral
Car y avait pas de came pour oublier
Mes universités
C'était mes 20 ans pas toujours marrants,
Mais c'était l'bon temps


"Mes universités
Si j'en ai bavé je m'f'rais pas prier
Pour y retourner
Bien sûr l'monde a changé
Tout ça c'est du passé
Mais ce passé faut pas vous étonner
Il est tell'ment présent
Qu'on n'comprend plus maint'nant
C'qui n'tourne plus rond dans vos universités"


Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 2 janvier 2013 à 0:43

Pour une amie de jeunesse afin qu'elle se souvienne

J'étais toujours ailleurs et ne prenais garde

Commentaire de Marie-Françoise Vandenberghe le 27 décembre 2012 à 19:02

Tout serait à refaire... Et je ferais au choix, l'histoire de l'art, l'Académie, laquelle? Une seule, pour moi, il n'y en a qu'une -ce n'est pas tout à fait vrai, mais cet attachement-là est sentimental... L'Aca, donc, ou le journalisme... Ou, quoi encore? Et surtout, dans quel ordre ? J'avais vingt ans et je découvrais le bonheur d'écrire -au cours de dissertation de Madeleine Defrenne, Et je dessinais, depuis toujours -mais je ne prenais pas mon goût du dessin au sérieux. On n'est pas toujours sérieux quand on a vingt ans et parfois, on met bien du temps à faire ce que l'on voulait faire...

Commentaire de Marie-Françoise Vandenberghe le 27 décembre 2012 à 18:51

J'avais vingt ans et je vivais entre deux grandes "découvertes". J'avais vingt ans et c'était en 1977. J'ai découvert la poésie de Renée Vivien, dans deux volumes empruntés à la bibliothèque de l'ULB, édition LEMERRE, Je découvrais le plaisir de la correspondance. L'humour des discussions entre étudiants. Les dialogues de Platon (et je m'en fus bien passée...)  J'avançais dans "La Recherche" - avant de caler, pile au milieu de "La prisonnière"... Je ne le savais pas, mais je découvrais des choses et des gens que j'allais périodiquement retrouver au cours de ma vie d'adulte... Et puis, surtout, j'attendais de vivre...

Commentaire de Gil Def le 6 décembre 2012 à 12:19

Le vent et la jeunesse - Les Troubadours

 

Quand je chantais avec les Pléiades de ma jeunesse
Y avait les copains, et des espoirs faits de trois fois rien
Y avait les filles, les premiers droits au creux de leurs mains
Y avait pour mises en scène des primes cœurs qui s’empressent

J’aurais aimé tout retenir, mais il s’en fout le Temps

Commentaire de Ann M le 18 octobre 2012 à 18:44

mes vingt ans c'était pas mal et je préfère aujourd'hui à cinquante ans +

 

Commentaire de Solen LEMONNIER le 25 septembre 2012 à 17:01

Merci à vous Antonia ILLIESCU  pour votre merveilleuse musique

Commentaire de Solen LEMONNIER le 25 septembre 2012 à 16:56

Mes vingt ans pas vraiment insouciante , maman d'un petit garçon de deux ans ...mais malgré la crise se préparant "Mai 68" je me souviens avoir donné à mon enfant le goût de la musique ; chantant avec lui des chansons , allant de Luis Mariano à Dalida ...Marie Laforêt , Claude François .

La vie ne correspond pas toujours à nos rêves , souhaitant étudier pour devenir avocate , cela ne fût pas permis ; mais aucun regret ...maman n'est il pas le plus beau métier du monde "4 enfants " ..
Et puis cette école de la vie , mes enfants , beaucoup de lecture ..la nature m'ont fait me pencher vers les autres , pour leur apporter ce don transmis par ma mère "L'amour,la tendresse , la compréhension " et cela à profusion .
Une hypersensibilité me fait ressentir la souffrance et la bonté chez les autres ..et avec le temps ayant valider mes acquis je suis devenue non avocate , mais conseillère en estime de soi et épanouissement émotionnel .

Merci à Monsieur Robert Paul qui permet ainsi de nous exprimer .

Merci à vous  chantal roussel pour  vos confidences ci dessous , j'aime beaucoup votre style d'écriture .

Je n'aime pas trop parler de moi , mais vous lire m'a encouragée ..

Commentaire de chantal roussel le 5 septembre 2012 à 18:00

oh , et puis je reviens !! trop bien ce sujet........mon coeur chavire à évoquer ce chemin parcouru avec ces hauts et ces bas , nous écorchant afin de grandir et trouver le sens de sa propre vie ,mais que d'épreuves pour une sensibilité exacerbée...où la raison avait des difficultés à s'imposer , quel dilemme de faire cohabiter les deux ....quand on a 20 ans...et plus ,des émotions qui nous submergent de bonheur ou de désarroi.......j'ai souvent envié les caractères "lisses" ou tempérés , mais je pensais qu'avec l'âge , ce serait autre chose  nenni , cette maladie persiste :-)  il m'a fallu la canaliser dans ma passion de la danse classique , et le mouvement est resté présent à la pointe de mon pinceau...heureusement , quelle chance....que de choses à dire mais je vais m'arrêter là ......sinon j'y passerai la nuit....Bravo Monsieur Robert Paul, en fait " On finit par faire ce dont on a envie...."   

 

Membres (114)

 
 
 

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation