Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Informations

Groupe théâtre

Administrateur du groupe: Deashelle
Pour amateurs de théâtre, acteurs, théâtres, organisations culturelles. Seront validés les événements se déroulant uniquement en Belgique

Membres : 134
Activité la plus récente : 10 oct.

Renoir, Pierre-Auguste: au balcon de théâtre


N.-B: Je précise que l'administrateur du Groupe Théâtre au sein du réseau Arts et Lettres est Deashelle qui en assure la gestion et la politique éditoriale.


Robert Paul, Fondateur et administrateur général du réseau Arts et Lettres

 

Mur de commentaires

Commenter

Vous devez être membre de Groupe théâtre pour ajouter des commentaires !

Commentaire de Deashelle le 26 septembre 2017 à 15:25

En couronnant "Is there life on Mars ?" du prix du meilleur spectacle pour la saison 2016-2017, c’est une ode à la différence et à l’acceptation que salue le jury. Éclose au National, et reprise cet été aux Doms, à Avignon, la création d’Héloïse Meire fait théâtre d’une matière a priori austère. Se basant sur deux années d’entretiens menés auprès de personnes autistes et de leur entourage, la jeune metteuse en scène invente un langage pluriel pour divulguer cet univers que l’on croit hermétique, et signe un spectacle cohérent, poétique et troublant - important. Avec quatre formidables acteurs et un dispositif scénique remarquable, "Is there life on Mars ?" non seulement traite avec justesse un sujet rarissime dans l’art, mais se pose en objet artistique singulier et magistralement abouti. lisez la suite de l'article de Marie Baudet.

Commentaire de Deashelle le 26 septembre 2017 à 10:48

Cent ans, c'est passé si vite... de Gisèle Casadesus 

La Belle au bois jouant

Enfant, elle est déjà déterminée : «Quand je serai grande, je serai comédienne et j'aurai des enfants ». Pari tenu. Ce qu’elle ne savait pas, c’est qu’elle vivrait plus de cent ans. Un temps de conte de fées. 
1914-2014, le temps d’égrener l’abécédaire de sa vie où elle chante ses plus beaux moments et distille sa philosophie de vie. Comédienne, elle a exercé sa mémoire toute sa vie et au soir de celle-ci, elle ne s’encombre pas de mauvais souvenirs. Née de parents musiciens, elle est entourée d’une dynastie remarquable d’artistes et d’êtres voués comme elle à l’amour. En ambassadrice du bonheur, elle a choisi de dire oui à la vie et non à la tentation pessimiste. Elle parle très peu des couleuvres que l’on avale. Elle « biblote » les quatre évangiles allègrement, ce qui lui donne le moral. La vie d’artiste ne l’empêche pas de se rallier aux valeurs fondatrices inculquées par sa mère protestante et ne se perd pas en futilités. « Dans la famille, la carrière a toujours été avant tout du travail et non de la parlotte. Nous cherchons à être au service de l’art qui nous passionne : le théâtre, la musique, la photo, la peinture, la sculpture… C’est cela être artiste, et bien autre chose que les paillettes, l’éphémère, la publicité tapageuse et l’argent facile. Le talent c’est surtout se connaître soi-même et ne pas s’aveugler.» Etre vrai et modeste. Et pourtant elle a reçu le Molière d'honneur pour l'ensemble de sa carrière en 2003, a été élevée au rang de Grand officier de la Légion d'Honneur l'année dernière et est aussi Chevalier des Arts et des Lettres. Et elle déclare sereinement que l’« on ne gagne pas de centimètres à côtoyer les plus grands. » 
Elle est allée au bout de ses rêves. Elle a eu un seul amour dans sa vie: Lucien rencontré quand elle avait 17 ans. Il est mort en 2006 à un peu plus de 100 ans! 72 ans de bonheur, qui dit mieux ? Vous voyez que l’on vogue dans le conte de fées. C’est l’histoire d’une réussite conjugale, familiale et professionnelle. La famille est pour elle le véritable espace qui procure le véritable équilibre. Vieux jeu sans doute ! La fidélité fait partie du lot ainsi que la notion de service. C’est une femme qui se coupe en quatre, …elle qui est fascinée par ce chiffre. Née le 14 juin 1914 à 4 heures du matin, le 4 juillet 1934 elle devenait la 400e sociétaire de la Comédie Française et elle eut 4 enfants, tous artistes. Quatre valeurs fondatrices : Amour, honnêteté, simplicité, travail. Ses valeurs sont hautes et ses racines profondes. Elle nous donne une image que l’on aime. En la lisant, on a envie de lui dire : « Merci ! » 

Elle a côtoyé Sarah Bernhardt, Madeleine Renaud, Sacha Guitry, Jean Cocteau, Pierre Fresnay, François Mauriac, Louis Jouvet, Mistinguett, Jean Gabin… et quand elle raconte on la sent prise de fou-rires mêlés à l’admiration. Ce livre se lit comme on écoute une berceuse. Et bien que l’on puisse lire le livre dans le désordre, on préfère suivre le cours généreux de ses pensées et sa dévotion pour la lumière : « Voici, j’ai mis devant toi la mort et la vie ; choisis la vie ! » 

Commentaire de Deashelle le 26 septembre 2017 à 10:46

La doyenne des comédiennes françaises, Gisèle Casadesus, s’est éteinte à 103 ans

Résultat de recherche d'imagesL’actrice, sociétaire honoraire de la Comédie-Française, est morte dimanche chez elle à Paris.

Le Monde.fr avec AFP | 25.09.2017 à 03h30 • Mis à jour le 25.09.2017 à 07h23


En savoir plus http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2017/09/25/deces-a-103-a...

Commentaire de Deashelle le 25 septembre 2017 à 10:48

 

URGENT RAPPEL

ON CLOTURE LES RESERVATIONS DE CARS TRES BIENTÔT MERCREDI 20 OU JEUDI 21. 
PRIX DE LA CRITIQUE OUVERT AU PUBLIC ET AMIS 
PAS SEULEMENT AUX "PROFESSIONNELS".
DONC A PARTAGER SANS MODERATION D4ICI LUNDI 25
I

INVITATION aux PRIX CRITIQUE THEATRE/DANSE/CIRQUE DE NAMUR 25 SEPTEMBRE


Pour tous ceux qui n’auraient pas été avertis, par la voie officielle (ou qui auraient oublié de réserver) un rappel : les Prix de la Critique seront décernés le 25 septembre à 20H au Théâtre de Namur, 2 rue du Théâtre Voici une invitation, étendue au public des amateurs de théâtre.

2 possibilités de réservation :
-par mail, à l'attention de billetterie@theatredenamur.be en précisant : prénom, nom et « prix de la critique » ; merci de préciser aussi le nombre de vos invités nominatifs)

-par téléphone au 081 226 026 du mardi au vendredi de 12h à 17h30 /
Attention par téléphone : tranches limitées

-enfin un ou deux CARS seront mis à votre disposition au départ de Bruxelles (au Théâtre du Parc):

départ 18H. Au delà du 16 septembre un seul car mis à disposition Les premiers seront les mieux servis ! Précisez par mail ou tél vos réservations 'car'

 

Christian Jade, président de l’ASBL Prix de la Critique


Ci-joint le palmarès 2017.
Palmarès Prix de la Critique 2017
Lauréats 
-Prix Spécial du jury :
nicht schlafen’ d’Alain Platel ( Ballets C. de la B.) (accueilli au Théâtre de Namur et au KVS/ La Monnaie. En tournée internationale depuis sa création en septembre 2016 à la Ruhrtrienal)
-Prix Bernadette Abraté (récompensant une personnalité marquante des arts de la scène) :
Philippe De Coen, fondateur et directeur artistique de la compagnie circassienne Feria Musica

Commentaire de Deashelle le 25 septembre 2017 à 10:47

Nominations :

Meilleur Spectacle
Apocalypse bébé, (Virginie Despentes), mise en scène de Selma Alaoui, créé au Théâtre de Liège.
Les enfants du soleil (Maxime Gorki), mise en scène de Christophe Sermet, créé au Théâtre des Martyrs, produit par le Rideau de Bruxelles
Is there life on Mars ?, écriture et mise en scène d'Héloïse Meire, créé au Théâtre National.

Meilleure Mise en scène
La Musica deuxième, (Marguerite Duras), mise en scène de Guillemette Laurent au Théâtre Océan Nord.
Le jour, et la nuit, et le jour, après la mort (Esther Gerritsen), mise en scène de David Strosberg, au Théâtre Les Tanneurs
Taking care of baby, (Dennis Kelly) mise en scène de Jasmina Douieb, créé au Théâtre Océan Nord.

Meilleur Spectacle de danse
Anima Ardens, de Thierry Smits, créé au Studio Thor.
Giovanni's club, de Claudio Bernardo, créé au Théâtre Varia.
Nativos, d'Ayelen Parolin créé à Séoul (Corée) puis au Théâtre de Liège puis au Festival Avignon (Les Doms)

Commentaire de Deashelle le 25 septembre 2017 à 10:47

Meilleur Spectacle de cirque
Driften, d'Anna Nilsson et Sara Lemaire (Compagnie Petri-Dish), créé aux Halles de Schaerbeek
Hyperlaxe, de Sophie Leso et Nicolas Arnould (Cie Te Koop), créé au Varia, coproduction Espace Catastrophe.
Pesadilla, de Piergiorgio Milano, coproduction Les Halles de Schaerbeek, Festival d’Avignon (Les Doms)

Meilleure Comédienne
Marie Bos dans Apocalypse bébé et Les enfants du soleil
Cathy Grosjean dans Taking care of baby
Isabelle Wéry dans Les consolantes (François Emmanue), mise en scène de Pascal Crochet, créé au Poème 2

Meilleur Comédien
Didier de Neck dans L'absence de guerre (David Hare), m.e.s d'Olivier Boudon, créé au Théâtre Océan Nord
David Murgia dans Laïka (écrit et mis en scène par Ascanio Celestini, créé au Festival de Liège, coproduction Théâtre National)
Yannick Renier dans Les enfants du soleil

Meilleur espoir féminin
Marie-Aurore d'Awans dans Pas pleurer (Lydie Salvayre, m.e.s Denis Laujol, créé au Théâtre de Poche.
Léone François dans Les consolantes et Gunfactory (Jean -Michel d'Hoop, créé au Festival des Libertés et à la Comédie Claude Volter)
Gwendoline Gauthier dans Les enfants du soleil.

Meilleur espoir masculin
Ismaïl Akhlal dans Bab Marrakech (mise en scène de Mohamed Ouachen. Créé à l'Espace Magh
Adrien Drumel dans Les Femmes savantes (créé au Théâtre des Martyrs), Pétrole ! (Pasolini, créé à l’Atelier de Frédéric Dussenne) et La beauté du désastre (Thomas Depryck) créé à Mars (Mons Arts de la scène)
François Regout dans Is there life on Mars ? et Zazie dans le métro, créé au Théâtre Royal du Parc)

Meilleur Seul en scène
Je suis un poids plume, de et avec Stéphanie Blanchoud, mise en scène de Daphné D'Heur, créé au Théâtre des Martyrs.
Laïka, Ascanio Celestini, avec David Murgia au Théâtre National.
L'entrée du Christ à Bruxelles, mise en scène de George Lini, avec Éric De Staercke, créé à l'Atelier 210

Meilleure Découverte
En attendant le jour, de François Sauveur, créé au Théâtre de Liège.
La Convivialité, d'Arnaud Hoedt et Jérôme Piron, créé au Théâtre National.
Tabula Rasa, de Violette Pallaro, créé au Festival de Liège.

Meilleur Spectacle Jeune Public (créés aux Rencontres Théâtre Jeune Public de Huy 2016)
Des illusions, de la Compagnie 3637
Comme la pluie, du Foule Théâtre
Piletta ReMix, du Collectif Wow

Meilleure Autrice / Meilleur Auteur
Stéphanie Blanchoud pour Je suis un poids plume
Arnaud Hoedt et Jérôme Piron pour La Convivialité
Myriam Leroy pour Cherche l'amour (mise en scène de Nathalie Uffner, créé au Théâtre de la Toison d'or).

Meilleur Scénographie
Renata Gorka pour Tableau d'une exécution, mise en scène d'Emmanuel Dekoninck, créé au Théâtre de Namur, coproduit par le Poche.
Simon Siegmann pour Les enfants du soleil.
Marie Szersnovicz pour Apocalypse bébé.;

Meilleure Création artistique et technique
L’équipe de Is there life on Mars ? d'Héloïse Meire
L’équipe de Vernon Subutex, mise en scène de René Georges (créé au Théâtre de Namur)
L’équipe de Wilderness, d'Arieh Worthalter et Vincent Hennebicq (coproduction Festival de Liège /Théâtre National)

Commentaire de Deashelle le 23 septembre 2017 à 11:29

L'acteur Jean Piat, 93 ans aujourd'hui. Fils d'un chef du personnel du nord de la France, Jean Piat, tout jeune, n'a qu'une envie : faire du théâtre. A l'adolescence, il prend des cours de comédie, avec la complicité de sa mère. Son père préfère qu'il continue ses études. Il fréquente alors le lycée Janson de Sailly à Paris et s'inscrit ensuite à l'Institution Sainte-Croix de Neuilly puis au Conservatoire national d'art dramatique. Il interprète même une chanson de Charles Trenet et de Francis Blanche "Ah qu'il est beau le débit de lait...". Après avoir été mis à la porte du Conservatoire, il entre à la Comédie française en 1947 et fait ses débuts officiels dans le 'Barbier de Séville'. Il est sociétaire de la grande institution de 1953 à 1972, date à laquelle il démissionne. Entre 1944 à 1971, il joue dans plus de soixante pièces de théâtre et donne vie au personnage Figaro de Beaumarchais et plus de 350 fois à Cyrano de Bergerac d'Edmond de Rostand. Il met également en scène une dizaine de pièces. Comédien aux talents multiples, l'acteur au grand charme joue au cinéma, entre autres, dans son propre film 'Domino'. A la télévision où il se fait apprécier et connaître du grand public, il est le Lagardère du réalisateur Jean-Pierre Decourt et en 1972 le Robert d'Artois de 'Rois maudits' de Claude Barma. Jean Piat, l'interprète des grands rôles classiques et romantiques, n'hésite pas à participer à de nombreuses comédies de boulevard... La preuve de son grand talent. L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, gros plan

Commentaire de Deashelle le 16 septembre 2017 à 19:49

Commentaire de Deashelle le 16 septembre 2017 à 19:48

12.09 > 14.10 au Théâtre de Poche
BOTALA MINDELE
REGARDE L'HOMME BLANC
RÉMI DE VOS / FRÉDÉRIC DUSSENNE
Avec Priscilla Adade, Valérie Bauchau, Stéphane Bissot, Ansou Diedhiou, Philippe Jeusette, Benoît Van Dorslaer, Jérémie Zagba.
Après le succès retentissant d'Occident, Frédéric Dussenne revient à l’écriture impitoyable de Rémi De Vos.
C’est le soir. Il pleut. À Bruxelles ? Non, à Kinshasa. Ruben et Mathilde ont invité Daniel et Corine à dîner. Ruben fait des affaires avec le gouvernement congolais. Daniel a un projet qui concerne le caoutchouc. Il espère que Ruben pourra le mettre en rapport avec le ministre compétent.
Botala Mindele : carnage hilarant à Kinshasa !
Avec ses dialogues cinglants habilement ciselés, son thème délicat traité sans tomber dans les clichés - les relations entre Blancs et Noirs dans le Congo d'aujourd'hui - et son rythme endiablé, Botala Mindele, la dernière pièce de l'auteur français à succès, créée à Bruxelles, a tous les atouts pour susciter l'adhésion des spectateurs (...) Comédie des apparences, obsession du paraître, vacuité des vies bourgeoises d'expatriés, c'est tout cela que Rémi De Vos dépeint de façon percutante dans sa pièce.
Olivier Rogeau @ VIF/L'EXPRESS 13.09.2017
L'homme blanc dans un reflet cinglant.
Un miroir indispensable à notre histoire, mais aussi à notre présent, tandis que l’Occident continue de se présenter en parangon de vertu tout en soutenant des dictateurs pour sauvegarder ses intérêts économiques.***
Catherine Makereel @ LE SOIR 13/09/2017
Gifle jouissive au néocolonialisme en Afrique.
« Vaudeville » amer, rondement mené (...) Répliques « cultes », avec un humour corrosif qui fait souvent rire (jaune) et qui parle du néocolonialisme en Afrique et de la fin de l’homme blanc. (...) On rit souvent et les comédiens talentueux s’en donnent à coeur joie.
Guy Duplat @ LA LIBRE BELGIQUE 14/09/2017

Commentaire de Deashelle le 16 septembre 2017 à 17:36
  • Création mondiale
  • 19 septembre au 6 octobre 2017
  • Théâtre Blocry

    Callas, il était une voix

    Jean-François Viot

    En cette belle fin d’après-midi de 1977, François Grenier – journaliste pour la radio – n’a qu’une idée en tête : empoigner sa valise pour fuir Paris et ses soucis professionnels, sauter dans le train et rejoindre sa famille en vacances. Mais une actualité brûlante va le retenir dans la capitale. En milieu de journée, Maria Callas est décédée, seule, dans son appartement. Chargé par sa direction de réaliser une émission spéciale pour le lendemain, François plonge dans la documentation. Jusqu’à ce que – par réelle magie ou grâce à sa puissante imagination – une figure féminine mystérieuse fasse son apparition.

    Sur le ton de la confidence, les moments clés de la vie de la diva sont incarnés par nos héros, révélant un parcours d’artiste et de femme jalonné de surprises. Car la pièce n’est pas d’abord un récit de vie, mais la rencontre entre deux êtres humains qui opère sur chacun une transformation inattendue...http://www.atjv.be/Callas-il-etait-une-voix

 
 
 

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation