Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Quand l'abbé d'Aubignac nous parle de la pratique du théâtre au 17ème siècle

"La pratique du théâtre" est un traité de François Hédelin, abbé d'Aubignac (1604-1676), publié à Paris chez Sommaville en 1657.

 

Entrepris à l'incitation de Richelieu et annoncé dès 1640, l'ouvrage vit le jour tardivement et sans avoir l'ampleur initialement envisagée. Bilan théorique après les débats des années 1630 qui virent s'imposer les «règles» classiques, ce texte, qui reste l'un des écrits les plus importants du siècle en matière de théâtre, vint trop tard pour paraître novateur. Il connut en 1715 une réédition qui assura sa diffusion européenne.

 

 

L'ouvrage comporte quatre livres. Le premier, après une défense succincte du théâtre, est consacré à une définition du projet. Ayant souligné que «les règles du théâtre ne sont pas fondées en autorité, mais en raison», l'auteur distingue représentation et «histoire véritable» pour élaborer une doctrine de la «vérité de l'action théâtrale» qui fait de la vraisemblance la clé de tout le traité. Suivant ce principe fondateur, le second livre examine les unités d'action, de temps et de lieu; le troisième porte sur la disposition en actes et en scènes, sur les épisodes, sur les monologues, les apartés et les stances; le quatrième s'attache au discours en général et à ses différentes formes (récits, délibérations, «discours pathétiques»), enfin aux figures de rhétorique dont le dramaturge doit savoir user.

 

 

Le sous-titre de l'ouvrage, Oeuvre très nécessaire à tous ceux qui veulent s'appliquer à la composition des poèmes dramatiques, qui font profession de les réciter en public, ou qui prennent plaisir d'en voir les représentations, indique ses destinataires: dramaturges, acteurs et spectateurs. En réalité, d'Aubignac se tourne surtout vers les premiers, sous l'oeil des troisièmes. S'appuyant sur Aristote et Horace, sur certains théoriciens italiens du XVIe siècle et sur la Poétique de La Ménardière (1640), mais aussi sur sa propre expérience de spectateur, il entend compléter les traités sur la théorie du théâtre par une étude des conditions d'application de ses «maximes générales». S'il tire de nombreux exemples des pièces antiques, il évoque également des oeuvres modernes, au premier chef celles de Corneille. Seule l'existence d'un théâtre français de qualité rend son dessein possible - ce qui ne va pas sans implications politiques puisque, insiste l'auteur, l'art dramatique concourt à manifester la magnificence de l'État -, et seules ses imperfections justifient l'entreprise.

 

D'Aubignac ne s'attarde pas sur la défense du théâtre, se contentant de reprendre quelques arguments désormais traditionnels (voir par exemple l'Apologie du théâtre de Scudéry), de souligner l'évolution positive de l'art dramatique et des conditions de représentation - il travaillait également à un Projet pour le rétablissement du théâtre français dont l'ébauche fut publiée en même temps que ce traité. Il privilégie d'emblée la tragédie (dont il donne une définition très large: peinture «des agitations et des grands revers de la fortune des princes»), sans négliger complètement la comédie dont il souligne les spécificités. Selon lui, les tragédies suscitent une émulation morale; le théâtre est l'«école du peuple» et occupe les oisifs - les nobles, eux, viendront s'y reconnaître, tirer plaisir du miroir qu'on leur tend, plutôt que leçon.

 

Il réaffirme qu'il faut plaire et instruire, mais c'est sur le plaisir qu'il ne cesse d'insister, faisant même de celui-ci un argument à l'appui de sa théorie; jamais il ne reprend les concepts de crainte et de pitié, négligeant la catharsis chère aux commentateurs d'Aristote. Distinguant représentation et «histoire véritable», il pose le principe qui gouverne toute sa pensée et marque l'influence de Chapelain: la vraisemblance, «essence du poème dramatique». En effet, le spectateur n'éprouvera du plaisir que s'il croit que tout ce qu'il voit représenté «s'est véritablement ainsi fait, ou du moins [...] se pouvait et devait faire ainsi». D'où les nécessaires aménagements de l'Histoire - pourvu qu'on reste dans l'ordre de la raison -, les bienséances, les unités. La pièce doit être le fruit d'une véritable réflexion, d'un travail, mais celui-ci doit passer inaperçu; les didascalies sont donc prohibées: toutes les indications nécessaires, notamment à la mise en scène - et à celle que le lecteur construira mentalement - figureront dans le texte prononcé par les acteurs. Ces derniers se garderont de rompre l'illusion: le spectateur doit être «pris» par la pièce. Il le sera par une oeuvre bien conduite, aux incidents limités, résidant avant tout dans les discours. La plupart des actions auront lieu hors scène; les seules qui y paraîtront ne seront qu'une «occasion de faire parler» les personnages. De fait, «les discours qui s'y font [au théâtre] doivent être comme des actions de ceux qu'on y fait paraître; car là parler, c'est agir». Au poète de savoir exprimer les passions (Corneille est donné en ce domaine comme modèle, en dépit de tout ce qui sépare les deux hommes), en se fondant sur une parfaite connaissance de la rhétorique.

 

Cette primauté accordée au discours va de pair avec l'accent mis sur l'imagination du spectateur: à la représentation comme à la lecture - plus d'une fois alléguée comme confirmation de sa théorie -, c'est elle qui, «par la force des vers», fait «concevoir» les actions «comme visibles». Les acteurs font moins voir qu'ils ne font entendre pour susciter des images intérieures. Tout repose donc sur cette confiance dans le verbe - et c'est par le verbe que d'Aubignac fut trahi: ses propres tragédies, en prose, qui se voulaient exemplaires, ne provoquèrent que l'ennui.

Commenter

Vous devez être membre de Groupe théâtre pour ajouter des commentaires !

Commentaire de marcelle dumont le 14 décembre 2011 à 11:43

Très intéressant de constater à quel point le théâtre d'aujourd'hui s'écarte des règles désuètes de d'Aubignac. L'action se déroule bien sur scène, sans se limiter au pouvoir du dire des acteurs. La vidéo, la danse, les effets de lumière et de son s'invitent sur scène, pour augmenter la suggestion.

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

        Une des deux magnifiques vitrines de

     PEINTURE FRAICHE

La plus belle librairie d'art             de Bruxelles

  www.peinture-fraiche.be

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé. La première rencontre aura lieu le mardi 30 mai à 19 heures à l'espace art gallery. Une annonce en bonne et due forme vous sera communiquée en temps voulu

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation