Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Informations

Groupe Musique classique

Pour les passionnés de Musique classique.

Administrateur du groupe: Deashelle

Membres : 99
Activité la plus récente : Il y a 5 heures

Le violoniste par KIM CONRAADS

Boccherini: la musica notturna di Madrid

 

N.-B: Je précise que l'administrateur du Groupe Musique classique au sein du réseau Arts et Lettres est Deashelle qui en assure la gestion et la politique éditoriale.


Robert Paul, Fondateur et administrateur général du réseau Arts et Lettres

 

Forum de discussion

Que pensez-vous des applaudissements lors des concerts, à l'opéra ou à la salle philarmonique?

Démarrée par Deashelle 9 févr. 2016. 0 Réponses

J'aime beaucoup le paragraphe final : "Ce nouveau public, pour la plupart non mélomane, ne se laisse dicter que par son instinct, son cœur mais surtout par la musique. Peu importe les codes, la production est ovationnée, les chanteurs applaudis…Continuer

Balises : étiquette, plaisir, code, bienséance, classique

Resmusica: le quotidien de la Musique classique

Josep Pons reconduit au Liceu

Le chef d’orchestre espagnol Josep Pons a été reconduit comme directeur musical du Grand théâtre du Liceu à Barcelone jusqu’à […]

Décès du baryton Dmitri Hvorostovsky

C’est l’agence russe TASS qui annonce la très triste nouvelle, confirmée sur internet par son agent et sa famille : […]

Jean-Yves Thibaudet avec le National d’Emmanuel Krivine

Paris. Auditorium de Radio-France. 16-XI-2017. Franz Liszt (1811-1886) : Nuage gris ; Unstern ! Sinistre, Disastro dans une orchestration de Heinz Holliger (né en 1939) ; Concerto pour piano et orchestre n° 2 en la majeur. Richard Strauss (1864-1949) : Ainsi parlait Zarathoustra op. 30. Jean-Yves Thibaudet, piano. Orchestre National de France, direction : Emmanuel Krivine

Mur de commentaires

Commenter

Vous devez être membre de Groupe Musique classique pour ajouter des commentaires !

Commentaire de Deashelle le 16 septembre 2017 à 17:56

Commentaire de Deashelle le 16 septembre 2017 à 17:53

Manon Lescaut est un chef-d’œuvre, le premier grand succès de Puccini qui y a travaillé ardemment pendant trois ans et avec pas moins de sept librettistes (dont l’éditeur Giulio Ricordi et le compositeur lui-même, qui n’ont, c’est vrai, ajouté qu’une seule phrase chacun).
Puccini était charmé par le succès de la Manon de Massenet qui, pourtant, ne sera découvert en Italie qu’à la suite de sa Manon Lescaut.
Le concept de Puccini s’éloigne du roman de l’abbé Prévost (Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut) et de l’opéra de Massenet puisque ce qui motive le compositeur italien est la véritable “passion désespérée“ entre les deux protagonistes, thème qui lui est cher et que l’on retrouve dans La Bohème, Tosca et Madama Butterfly.
Ici, Manon et Des Grieux sont dépeints comme des personnages plus matures, éloignés de la jeune fille innocente et de l’étudiant naïf de l’œuvre littéraire. Ils n’ont pas cette inconscience et cette insouciance qui les amènent à faire de nombreuses erreurs dans le chemin de leur vie et tout au long du roman.
Ces faux pas sont pourtant magistralement illustrés dans le petit et fatal caprice de Manon (à la fin du 2e acte) à vouloir récupérer les bijoux que Geronte de Ravoir lui avait offerts.
Puccini passe rapidement de la rencontre foudroyante entre les deux amoureux dans le 1er acte au dénouement que l’on devine déjà tragique dès le 2e acte avec l’arrestation de Manon et, à partir du 3e acte, c’est le résumé de l’épilogue de l’histoire.
Puccini s’intéresse plus aux caractères des protagonistes qu’aux détails du roman.
Manon est une femme amoureuse, qui aime les bijoux et le luxe, c’est vrai, mais surtout elle aime Des Grieux. C’est cette passion qui fascine tellement Puccini.
Des Grieux est un personnage aussi important avec l’amour qu’il porte à Manon, un amour vrai, profond et qui s’avère également solide.
Il est important de noter qu’avant le fameux Intermezzo (intermède musical) au début du 3e acte, Puccini retranscrit textuellement, en tête de la partition, un extrait du roman originel de l’abbé Prévost dans lequel le chevalier Des Grieux raconte tout ce qu’il a entrepris pour tenter de sauver Manon de la déportation en Amérique : supplication, menace et violence ...
sans succès ! On pourra lire dans les sur-titrages ce texte qui encadre l’Intermezzo.
Manon et Des Grieux sont comme entraînés dans une spirale de plus en plus rapide, violente et inéluctable. Dans cet opéra, chaque personnage a son importance dans le déroulement du drame. On a toujours le sentiment de
connaître chaque personnage pour ce qu’il est.
Edmond est un jeune étudiant rieur, blagueur, qui participe avec enthousiasme aux mauvais coups pour aider son ami Des Grieux.
Lescaut est un malin, un vicieux plein de ruses qui profite du bonheur matériel de sa sœur mais qui, à la fin, témoigne de sa générosité en soutien à Des Grieux. On s’interroge sur sa motivation réelle et on se demande si il agit par pur désintéressement ou si c’est pour son intérêt personnel et afin d’encore exploiter sa sœur. En effet, l’ajout de ce personnage au 3e acte n’est pas du tout fidèle au roman dans lequel Lescaut meurt bien avant cet épisode.
Geronte de Ravoir est un homme de pouvoir, riche et généreux avec Manon, dont on imagine qu’il est amoureux ou simplement auprès de laquelle il est fier de se montrer. Il se rend compte tout à coup qu’elle se moque de lui, qu’elle le trompe avec Des Grieux et qu’elle compare cruellement la jeunesse de l’un avec la décrépitude de son vieil amant qu’elle a pourtant
fréquenté sans problème jusqu’à ce qu’elle rencontre à nouveau la passion amoureuse. La position de Geronte dans la société civile l’oblige à réagir et à se venger en montrant tout son pouvoir.

Commentaire de Deashelle le 16 septembre 2017 à 17:52


Dans la mise en scène, toujours en étroite collaboration avec le décorateur Jean-Guy Lecat et le costumier Fernand Ruiz,j’ai préféré placer l’ouvrage à la fin du 19e siècle, c’est-à-dire, au moment de sa composition pour respecter clairement l’esprit et la volonté de Puccini.
Dans une réponse donnée à l’éditeur Ricordi qui le mettait en garde contre le succès de la Manon de Massenet, Puccini avait répondu que le sujet avait été “traité à la française, avec la poudre et les menuets“ alors qu’il allait lui donner “toute son âme d’italien avec une passion désespérée“.
Cette époque du 19e siècle me semble donc la plus en adéquation avec la musique de Puccini. C’est un choix visuel mais aussi substantiel de correspondance entre une musique puissante et la présentation d’une époque pleine de richesse, de bien-être et de bonheur.
Stefano Mazzonis di Pralafera
29 août 2017

Commentaire de Deashelle le 4 juillet 2017 à 23:00

 Crescendo Magazine » Scènes et Studios » Au Concert » Ouverture du Festival Musical de Namur : Sagesse et Classicisme

Ouverture du Festival Musical de Namur : Sagesse et Classicisme

Le 30 juin 2017 par Pierre Fontenelle

Le Festival Musical de Namur 2017 s’ouvrait ce mercredi 28 juin avec le premier lauréat du Concours Reine Élisabeth, le violoncelliste Victor-Julien Laferrière et l’Orchestre National de Belgique dirigé par Elim Chan dans le tout nouvel Espace Culturel d’Harscamp. Au programme, le fameux Concerto no.1 pour violoncelle et orchestre de Chostakovitch et les Tableaux d’une Exposition de Moussorgski, orchestré par Ravel, précédés par une petite surprise : l’Ouverture de Rouslan et Ludmila de Glinka.



Commentaire de Deashelle le 4 juillet 2017 à 22:59

L’ancienne Église Notre-Dame, adossée au CPAS de Namur, vient d’être rénovée et sert maintenant d'espace polyvalent. Depuis son inauguration en février 2017, expositions d’art, défilés de mode, conférences côtoient les divers concerts à l’affiche (chorales, duo violoncelle-accordéon…). L’édifice classé monument exceptionnel en Wallonie n’avait pas encore accueilli un orchestre symphonique complet depuis sa rénovation : disposé en horizontale, le positionnement des pupitres était pour le moins in-orthodoxe ! La percussion, derrière les premiers violons, était hors de vue de la plupart de l’audience, et les cors semblaient couper le contact sonore entre les violoncelles et les contrebasses entre lesquels ils étaient placés. Compte-tenu de la disposition orchestrale et de la réverbération généreuse, on aurait pu s’attendre à de grands décalages, mais grâce à la concentration indiscutable de l’ONB et la battue claire et précise d’Elim Cham, cheffe d’orchestre originaire de Hong-Kong et première lauréate du Concours de Direction Donatella Flick en 2014, il n’en fut presque rien !
Le public namurois, venu en grand nombre, découvrit Victor-Julien Laferrière dans son interprétation fort sage du Concerto no. 1 de Chostakovitch, œuvre qui lui valut le premier prix du Reine Élisabeth. Si sa sonorité rauque et de légers cafouillis surprennent lors du premier mouvement, Laferrière semble prendre du plaisir à partir du deuxième mouvement Moderato et déploie son timbre chaleureux avec aisance jusqu’à la fin. Son interprétation fait mouche mais manque d’une touche de magie. Quoi qu’il en soit, ses qualités de chambriste ne passent pas inaperçues. Rappelons qu’il a fondé en compagnie d'Adam Laloum et Mi-Sa Yang le trio avec piano Les Esprits, ensemble très remarqué. Gageons qu’on les verra sur les scènes belges d’ici peu.
Pour conclure le concert, les Tableaux d’une Exposition de Moussorgski, orchestré par Ravel, l’occasion d’admirer les cuivres de l’Orchestre National de Belgique pleinement mis en valeur par l’acoustique de l’ancienne Église Notre-Dame (maintenant nommée Espace Culturel d’Harscamp) dans Catacombes et La Grande Porte de Kiev. Quelle puissance, quelle précision !
Le Festival Musical de Namur se poursuivra du 30 juin au 9 juillet sous le thème Piane Piane avec quinze concerts à l’affiche.
Pour plus d’informations : https://cavema.be/fr/festival-musical-namur
Pierre Fontenelle, Reporter de l’IMEP
Namur, Espace Culturel d’Harscamp, le 28 juin 2017

Commentaire de Deashelle le 4 juillet 2017 à 22:56


Festivals de Musiques classiques - été 2017

Festival Concerts du Printemps du Val-Dieu
Lieu : Aubel
Dates : 19 mai au 16 juin
Site : www.concertsduprintemps.be


Royal Juillet Musical de Saint-Hubert (membre du Festival de Wallonie)
Lieux : Saint-Hubert, Bastogne, Bouillon, Libramont
Dates : 24 juin au 30 juillet
Site : www.juilletmusicaldesainthubert.be


Voce et Organo

Lieu : Bruxelles
Dates : 25 et 26 juin, 30 août et 2 septembre
Site : www.voceorgano.be


Festival Musical de Namur 
(membre du Festival de Wallonie)
Lieu : Namur
Dates : 28 juin au 9 juillet
Site : www.festivaldenamur.be


Festival Musiq'3 (membre du Festival de Wallonie)
Lieu : Bruxelles
Dates : 30 juin au 2 juillet
Site : www.festivalmusiq3.be


Festival de Stavelot (membre du Festival de Wallonie)
Lieu : Province de Liège
Dates : 10 juin au 22 septembre
Site : www.lesfestivalsdewallonie.be/fr/stavelot 


Festival Midis/Minimes
Lieu : Bruxelles
Dates : 3 juillet au 31 août
Site : www.midis-minimes.be


Juillet Musical d'Aulne
Lieu : Thuin
Dates : 7 au 9 juillet
Site : http://j-m-a.be


Festival de l'Eté Mosan
Lieu : Province de Namur /Brabant-Wallon / Hainaut
Dates : 8 juillet au 27 août
Site : http://etemosan.be


Les Sons intensifs
Lieu : Lessines
Dates : 18 au 20 août
Site : www.lessonsintensifs.be 


Festival Ars in cathedrali
Lieu : Bruxelles
Dates : les mardis de juillet et d'août
Site : http://cathedralisbruxellensis.be


Commentaire de Deashelle le 4 juillet 2017 à 22:54


Momo : Les Festivals de Wallonie servent du grand cru aux familles 

Le 4 juillet 2017 par Aline Giaux, reporter de l'IMEP

Momo

Alyssia Lemaire © Mohamed Yamani

« Momo, ou l’étrange histoire des voleurs de temps et de la jeune enfant qui rendit aux gens le temps volé. » 
Création et direction musicale: Patrick LETERME
Arrangements: Nicolas STEVENS
Costumes: Gaël BROS
Chorégraphie: Matteo GHEZA
Lumières: Julien PLACENTINO
Solistes: Chris DE MOOR, Leandro LOPEZ GARCIA, Lionel COUCHARD
Choeur d'enfants et Orchestre: Festivals de Wallonie Depuis 2009, Les Festivals de Wallonie s’attachent à proposer une production spécialement destinée au jeune public. Après « Okilélé » (2015) et « Yokaï » (2016), c’est de nouveau à Patrick Leterme que revient la création et la direction artistique de « Momo » qui tournera tout l’été et l’automne, réunissant environ 3500 spectateurs. L’une des particularités de son travail : rassembler sur scène des enfants dont le professionnalisme et la présence scénique coupent le souffle, sélectionnés sur base d’auditions ouvertes. Treize enfants âgés de 10 à 15 ans, bien plus que de simples choristes, assument chacun des rôles exigeants, alliant le chant, la danse et le théâtre.

« L’histoire est celle d’une petite fille issue de nulle part, plongée au cœur d’une cité dont le quotidien des habitants va Lire la suite: http://www.crescendo-magazine.be/momo-festivals-de-wallonie-sert-gr...

Commentaire de Deashelle le 4 juillet 2017 à 22:47

En septembre,  le directeur musical de la MonnaieAlain Altinoglu fera ses débuts à la Philharmonie de Berlin, de renommée mondiale. Mais il clôturera d'abord notre saison 2016-17 par le concert « Daphnis et Chloé » de Ravel. – http://bit.ly/2sky5Bi

© Marco BorggreveL’image contient peut-être : 1 personne

Commentaire de Deashelle le 4 juillet 2017 à 22:42

Le jeudi 15 juin, les trois premiers lauréats ont clôturé la session de violoncelle au Palais des Beaux-Arts. Victor Julien-Laferrière, Yuya Okamoto et Santiago Cañón-Valencia ont joué avec l'Antwerp Symphony Orchestra, dirigé par Muhai Tang.

Retrouvez ci-dessous les trois concertos qu'ils ont interprétés.

À la fin du concert de clôture, les trois premiers lauréats se sont réunis sur la scène pour interpréter ensemble un Andantino de Fernand de la Tombelle.

Retrouvez toutes les prestations en vidéos

https://www.rtbf.be/culture/musique/concours-reine-elisabeth/detail...

Commentaire de Deashelle le 21 juin 2017 à 19:25

Je regarde: http://www.medici.tv/fr/moscowballetcompetition/replay/?utm_source=...  

Aujourd'hui, nous fêtons la musique : l'occasion de voir et revoir le sublime Concours international de ballet de Moscou qui s'est achevé hier soir. Plus grand concours de ballet du monde, il se tenait sur la scène du Théâtre Bolchoï. Découvrez son palmarès !

Je regarde
 
 
 

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation