Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Informations

Groupe Musique classique

Pour les passionnés de Musique classique.

Administrateur du groupe: Deashelle

Membres : 99
Activité la plus récente : 13 avr.

Le violoniste par KIM CONRAADS

Boccherini: la musica notturna di Madrid

 

N.-B: Je précise que l'administrateur du Groupe Musique classique au sein du réseau Arts et Lettres est Deashelle qui en assure la gestion et la politique éditoriale.


Robert Paul, Fondateur et administrateur général du réseau Arts et Lettres

 

Forum de discussion

Que pensez-vous des applaudissements lors des concerts, à l'opéra ou à la salle philarmonique?

Démarrée par Deashelle 9 févr. 2016. 0 Réponses

J'aime beaucoup le paragraphe final : "Ce nouveau public, pour la plupart non mélomane, ne se laisse dicter que par son instinct, son cœur mais surtout par la musique. Peu importe les codes, la production est ovationnée, les chanteurs applaudis…Continuer

Balises : étiquette, plaisir, code, bienséance, classique

Resmusica: le quotidien de la Musique classique

Truls Mørk’s noble Schelomo with the Helsinki Philharmonic

Helsinki. Helsinki Music Centre. 20-IV-2017. Leevi Madetoja (1887-1947): Okon Fuoko, unitaikuri op. 58; Ernest Bloch (1880-1959): Schelomo; Jukka Tiensuu (b. 1948): Sinfoniaviis; Maurice Ravel (1875-1937): Daphnis et Chloé, suite no. 2. Truls Mørk: cello; Helsinki Philharmonic Orchestra, conductor: Susanna Mälkki

Argerich et Kovacevich, un duo d’exception à la Philharmonie

Paris. Philharmonie 1, Grande salle Pierre Boulez. 22-IV-2017. Claude Debussy (1862-1918) : Prélude à l'après-midi d'un faune - transcription pour deux pianos. Lindaraja pour deux pianos. En Blanc et Noir. Sergueï Rachmaninov (1873-1943) : Danses symphoniques. Stephen Kovacevich, Martha Argerich : piano.

La flûte enchantée d’Eric Chaillier, lu et relu

La flûte enchantée, opéra merveilleux et multiple. Éric Chaillier. Editions Fayard. 265 p. 16 euros. Janvier 2017.

Mur de commentaires

Commenter

Vous devez être membre de Groupe Musique classique pour ajouter des commentaires !

Commentaire de Deashelle le 5 octobre 2016 à 18:43

Âgé de 23 ans, le pianiste belge Florian Noack a été remarqué comme « l’un des pianistes les plus prometteurs de la nouvelle génération (concertclassic) ».

Né de parents musiciens, Florian Noack découvre le piano dès l’âge de 4 ans.Il prend des cours avec Michel Wiggers et, à 12 ans, entre à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth dans le cycle pour ‘jeunes talents exceptionnels’. Il étudie pendant 2 années auprès de Yuka Izutsu. Parallèlement, il suit des master class auprès d’A.R. El Bacha, D. Bashkirov, V. Margulis et Brigitte Engerer.  Alors qu’il n’a que 14 ans, celle-ci écrit : « J’ai été très impressionnée par sa maturité, ses grandes capacités techniques, son intelligence et sa musicalité naturelle. Pour moi, son brillant avenir de pianiste ne fait aucun doute. »
À l’âge de 15 ans, Florian Noack remporte de nombreux Concours en Belgique (8 Premier Prix dont le 1erPrix du Concours Dexia Classics). Ces succès lui permettent de se produire lors de nombreux concerts en Belgique, en France, en Italie, en Allemagne. Il travaille également durant cette période auprès du pianiste belge Johan Schmidt.

À 16 ans, il est admis à la Musikhochschule de Cologne, en Allemagne, où il étudie auprès du pianiste et compositeur russe Vassily Lobanov. Il remporte ensuite de nombreux prix lors de plusieurs concours en France (dont le Concours Piano-Campus et le Concours Vibrarte à Paris).

Passionné par les œuvres rares du répertoire romantique et post-romantique (Medtner, Liapounov, Dohnanyi…), Florian Noack est également auteur de transcriptions d’après des œuvres de Tchaïkovsky, Rachmaninov, Rimsky-Korsakov, etc.

Il est l’invité de nombreux festivals en France, en Allemagne, en Chine, en Corée et aux Etats-Unis. LaLettre du Musicien le qualifie de « tout jeune virtuose à la sonorité éblouissante », à la suite de son récital à Lyon.

Le Prix « Grandpiano 2009 » récompensant chaque année un pianiste prometteur lui a été décerné, il est lauréat de la Fondation Belge de la Vocation. A 20 ans, il remporte le 2ème Prix et le Prix du Public au concours Rachmaninov, et, l’année suivante, le 3ème Prix au Concours International de Cologne, le 2ème au Concours International Robert Schumann et enfin, en 2013 le 1er Prix du Concours Karlrobert Kreiten.

Commentaire de Deashelle le 5 octobre 2016 à 16:31

Commentaire de Deashelle le 4 octobre 2016 à 21:59

R.I.P., Sir Neville Marriner ! We will never forget you!

Commentaire de Deashelle le 24 septembre 2016 à 17:19

« Cette tragédie est l’une des plus extraordinaires créations de l’homme ! » Le Macbeth de Shakespeare a permis à Verdi d'évoluer musicalement vers un opéra sous-tendu par la dramaturgie : la vérité dramatique allait primer sur les exigences traditionnelles du belcanto grâce à un mélange du drame et de la musique, ainsi qu’à une caractérisation précise et complexe des protagonistes.
Le jeune artiste de théâtre franco-britannique Olivier Fredj aborde cette œuvre comme s’il s’agissait d’un long cauchemar, mêlant pulsions, soif de pouvoir et terreur. Les frontières entre réalité et imaginaire disparaissent peu à peu ; l’angoisse et le doute mènent aux ténèbres monstrueuses que recèle le cœur de chaque homme...
L’étrangeté mystérieuse que l'on retrouve dans Macbeth est ici renforcée par le « collage digital » deJean Lecointre, sur lequel s’appuie la scénographie. Spécialiste du répertoire italien, le chef d’orchestre Paolo Carignani fait ses débuts à la Monnaie en mettant en lumière la face sombre de Verdi. Macbeth, un cauchemar surréaliste.

LE DIRECT sur ARTE! http://concert.arte.tv/fr/macbeth-opera-en-quatre-actes-de-giuseppe...

Commentaire de Deashelle le 23 septembre 2016 à 0:38

It's happening again !

Chap'Ittre is a festival Eliane ReyesNicolas Bacri and I created in 2015. The idea is to gather people together during a weekend to enjoy intimate chamber music concerts. This year we invited Pierre Fouchenneret ViolonisteJustus GrimmSébastien WalnierRaphael SevereDimitri MurrathMarie HallynckYossif Ivanov and Alexei Moshkov.

You can find the programme online. It's gonna be a great weekend, so don't forget to book your tickets and to drop by to say hi. :)

Commentaire de Deashelle le 23 septembre 2016 à 0:31

Bon à savoir... 

15H00 RÉCITAL DIMITRI MURRATH & ELIANE REYES

L’artiste belge Dimitri Murrath, dont la carrière aux Etats-Unis prend une envolée énorme (en témoigne encore l’Avery Fischer Career Grant qu’il vient de recevoir) nous fait l’honneur de se produire en Belgique, accompagné par la non moins talentueuse pianiste belge Eliane Reyes. Un duo étincelant !

Mozart : Sonate K502

Brahms : Sonate op.120 n°2

http://www.brusselschambermusicfestival.be/index.php/fr/front/progr...

Commentaire de Deashelle le 23 septembre 2016 à 0:28

Bon à savoir...Eliane Reyes y est aussi! 

Festival ChapIttre ce week-end, créé avec Lorenzo Gatto et Nicolas Bacri, venez partager des moments musicaux et amicaux avec également Marie Hallynck,Yossif Ivanov, Alexei Moshkov, Mihoko Kusama, Pierre Fouchenneret, Dimitri Murrath, Sebastien Walnier et Philippe Cuper! Dimanche, conférence de Jacques De Decker! http://www.chapittre.be/ ©Jean Jauniaux:

Image may contain: 3 people , people smiling , tree and outdoor

 

Rendez-vous les 23, 24 et 25 septembre 2016 !

http://www.chapittre.be/


Commentaire de Deashelle le 19 septembre 2016 à 14:54

Ruben Kozin, 19 ans,Yeon-Min Park, 25 ans,Markiyan Popil, 20 ans,

http://www.lalibre.be/culture/musique/piano-markiyan-popil-20-ans-r...

Commentaire de Deashelle le 19 septembre 2016 à 14:52

Les trois lauréats donneront un concert ce mardi 20 septembre, à 20h, à la salle Arsonic (Le Manège-Mons), 138, rue de Nimy à 7000 Mons. Infos : 065.33.55.80 ou tickets@lemanege-mons.be

Captée et diffusée en direct par NoTélé avec la collaboration de Musiq’3, la finale sera rediffusée ultérieurement sur Musiq’3. infos : www.musiq3.be

Commentaire de Deashelle le 19 septembre 2016 à 14:52

Dans la récente interview donnée à La Libre Belgique, Michel Stockhem, président du jury du CIAD, rappelait que « la première fonction d’un concours est de permettre au jeune musicien de « se situer », vis-à-vis de tout ce qui touche à la vie musicale et à son métier /…/ et entre les concours du type Belfius (hélas disparu) et le Concours Reine Elisabeth qui ne vise que le sommet du niveau international, il faut des marches. » Au terme de la finale du Concours International André Dumortier, dont la limite d’âge est fixée à moins de 26 ans, on observera que la marche de ce dernier est quand même placée très haut. La finale s’est tenue à Leuze-en-Hainaut, commune impliquée dans le CIAD depuis ses débuts, et non plus dans la salle des fêtes de la Maison communale (à l’acoustique pour le moins ingrate) mais dans la belle Collégiale Saint-Pïerre, située juste à côté. Un peu de réverbération mais pas trop grâce à l’emplacement de l’orchestre (sous le jubé et son orgue historique), une jauge de public accrue et un environnement porteur : tout bénéfice pour la qualité de la soirée de samedi suivie par une audience nombreuse, multi-générationnelle et très concernée.

Ils avaient été 28 à être retenus (sur 48 candidatures en provenance du monde entier) et 19 à concourir. Au terme des épreuves, trois finalistes furent retenus pour la finale, avec, au programme, un des cinq concertos de Beethoven, au choix, en compagnie de la Chapelle Musicale de Tournai dirigée par Philippe Gérard.

Présidé par Michel Stockhem, directeur d’Art² (Conservatoire de Mons), le jury comprenait : Evelyne Brancart, Pierre-Alain Volondat, Eliane Rodriguez (tous trois lauréats du Reine Elisabeth), Pascal Devoyon, et Hans Ryckelynck.

Trois lauréats, deux concertos, un vrai concert

Premier à se présenter, le Russe Ruben Kozin, 19 ans, était aussi le cadet de la session. De haute taille, physionomie encore inscrite dans les rondeurs de l’enfance (et du travail au clavier…), le candidat avait choisi le 3e concerto (de Beethoven). Outre une autorité naturelle paradoxalement combinée avec une sorte de timidité, on notera un jeu très personnel, inscrit dans des sonorités riches, travaillées, mais trop puissantes face à un « petit symphonique », et marqué, au début du moins, par une instabilité qui rendit délicat le dialogue avec l’orchestre. C’est d’ailleurs dans la première cadence (solo) que le jeune pianiste trouva réellement ses marques. Après l’introduction recueillie et poignante du Largo, on assistera à l’épanouissement progressif du soliste, de plus en plus libre, expressif et communicatif. Il recevra le Troisième prix.

Tout autre chose avec la Sud-Coréenne Yeon-Min Park, 25 ans, qui avait choisi le 4e concerto, et qui attesta d’emblée une musicalité, une imagination et un sens du discours – du drame, même, dans l’andante - fidèlement soutenus par ses moyens techniques. On notera un jeu fluide et dynamique, de belles couleurs et un raffinement très « classique » dans le choix des sonorités et la balance avec l’orchestre ; on notera aussi que dans la tranche d’âge concernée par ce concours, 6 ans de plus ou de moins représente une énorme différence… Yeon-Min Park obtiendra le Deuxième prix.

Peut-être un peu moins accompli que la consœur mais d’une stabilité et d’une éloquence magnifiques, l’Ukrainien Markiyan Popil, 20 ans, donna à son tour le 3e concerto, entrepris dans une gravité proche de la tension (le sourire viendra plus tard). Sonorité splendides, dans toutes les nuances, maîtrise des intentions, stabilité à toute épreuve, Markiyan Popil atteste une maturité artistique exceptionnelle. Ce qui n’empêcha ni les surprises ni les prises de risque et établit, le soir de la finale, un lien électrique – et euphorique - avec l’orchestre et le public. Il recevra le Premier prix et le Prix spécial pour la meilleure interprétation de l'œuvre de Haofu Zhang, "Lune solitaire et silencieuse", imposée en demi-finale.

 
 
 

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

        Une des deux magnifiques vitrines de

     PEINTURE FRAICHE

La plus belle librairie d'art             de Bruxelles

  www.peinture-fraiche.be

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé. La première rencontre aura lieu le mardi 30 mai à 19 heures à l'espace art gallery. Une annonce en bonne et due forme vous sera communiquée en temps voulu

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation