Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Informations

Grands peintres

Pour le plaisir de contempler les Maîtres anciens

Créé et proposé par Robert Paul

Membres : 525
Activité la plus récente : 20 avr.

Impression Soleil levant (1872) - Claude Monet

Mur de commentaires

Commenter

Vous devez être membre de Grands peintres pour ajouter des commentaires !


Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 20 avril 2017 à 0:53

Histoire de l'École nationale supérieure des arts décoratifs  ENSAD (France)

Document Ecole des Chartes

"Alexandra Fau (commissaire d'exposition, critique d'art et enseignante en histoire de l'art) et René Lesné (ancien directeur des études et professeur à l'ENSAD), auteurs de l'ouvrage "Histoire de l'École nationale supérieure des arts décoratifs (1941-2010)" donne une conférence sur l'histoire de l'ENSAD dans le cadre du séminaire "Histoire de la pédagogie de la création artistique : état de l'art et perspectives".

La conférence s'est déroulée le 27 janvier 2017 à l'École des chartes.

durée de la vidéo 2 heures 10


Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 12 avril 2017 à 16:29

Pissarro -  La gardienne d'oies


Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 12 avril 2017 à 16:18

Pissarro: les rassembleurs de pommes


Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 12 avril 2017 à 16:09

Pissarro  Eglise de tous les saints (1872)


Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 12 avril 2017 à 11:49

Paul Gaugin -Nature morte à la mandoline


Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 12 avril 2017 à 11:42

Paul Gaugin - La bonne vie


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 11 avril 2017 à 11:24

Un groupe sur lequel on aime à revenir...

Commentaire de Deashelle le 10 avril 2017 à 20:06

Commentaire de Danielle Davin le 9 avril 2017 à 19:54

Sincèrement, je suis en admiration de tous les artistes de tous temps qui ont su exprimer leur propre vibration même si pas toujours évident de persévérer de leur vivant en ce sens.

Commentaire de Zoé Valy le 7 avril 2017 à 12:29

Excusez moi je voulais identifier cette toile de Gustave Courbet "Les demoiselles de village" 1851

Que voyons nous ? Un terrain vallonné dont l’arrière plan est limité à l’horizon par une ondulation qui se creuse en son centre. Des roches aux airs de falaises qui affleurent et marquent des niveaux variés permettant à l’ombre et la lumière de dessiner une géographie contrastée et qui constituent une sorte d’enceinte protectrice, accueillante, pour la scène et le regard que nous posons sur elle. Au centre de ce paysage se dessine un chemin serpentant remontant vers le point où se creuse le terrain vers l'horizon. Une végétation éparse faite de buissons et arbustes qui jalonnent le terrain, permet de constituer un cadre pour le sujet désigné par le titre. Un arbuste feuillu, calé sur le bord inférieur gauche, au-dessus de la signature de l’artiste, forme un repère pour situer le groupe des figures féminines qui vaut pour sujet et titre. Les Demoiselles sont au nombre de trois, faisant face à une enfant aux pieds nus, portant une robe et un tablier usés ainsi qu’un large chapeau dans son dos. L’enfant est en attente devant le groupe des trois jeunes femmes, habillées de façon pour le moins décalée avec le lieu apparent. Un don ou un échange a lieu, la jeune femme portant panier à son bras et vêtue d’une robe rose tend une part de tarte ou un équivalent à l’enfant. Il est possible d’en déduire que ces trois jeunes femmes se rendent sur l’emplacement d’un probable pique nique, dans la campagne voisine de leur village et s’arrêtent à la rencontre de cette jeune gardienne de troupeau. Demoiselles de village et non citadines, elles portent des habits choisis avec soin, des tenues qui leur donnent des airs de bourgeoises bien qu’elles soient villageoises. Ombrelle, chapeau à ruban et châle sur les épaules, elles sont de passage : villageoises et non paysannes. La famille de Courbet est celle de propriétaires terriens et non de paysans. Le dos de la troisième jeune femme, vêtue de jaune et paraissant presque au centre de la composition marque une limite au-delà de laquelle le tableau bascule dans autre chose. De fait, le centre véritable de la toile est laissé dans une zone vide, ne permettant aucun appui véritable, chose dont l’artiste est coutumier et, une fois franchie cette limite d’un axe vertical partageant le tableau en deux, une seconde scène nous apparait. Un chien, sorte de bâtard blanc et noir sympathique qui traine dans les campagnes et ne ressemble ni à un chien de chasse ni à un chien de race de citadines élégantes fréquentant Deauville et les champs de courses, semble japper, attiré par un duo de vaches à l'écart des jeunes femmes, au second plan. Le chien nous tourne le dos et est symétriquement opposé au groupe des jeunes femmes. L’une de ces vaches par son orientation et la couleur de sa robe, répond au groupe, à la dernière jeune femme en particulier. L’autre bête, noire et blanche, comme en écho au jeune chien, semble le fixer et figure une réponse symétrique à sa position dans l’espace. Il s’agit vraisemblablement d’un taureau, en atteste une autre toile de Courbet intitulée  Taureau blanc et génisse blonde, peinte vers 1850 (91,5 x 117cm), propriété actuelle du Musée Courbet à Ornans, qui représente les deux mêmes bêtes dans la même position et dans le même décor. 

Source  : http://arplastik-simoneveil.blogspot.be/2015/01/courbet-en-deux-tro...

 
 
 

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

        Une des deux magnifiques vitrines de

     PEINTURE FRAICHE

La plus belle librairie d'art             de Bruxelles

  www.peinture-fraiche.be

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé. La première rencontre aura lieu le mardi 30 mai à 19 heures à l'espace art gallery. Une annonce en bonne et due forme vous sera communiquée en temps voulu

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation