Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Le mot scrupule, du latin scrupulus qui veut dire "petit caillou pointu", désigne ce petit caillou pointu qui, confortablement niché dans la sandale d'un légionnaire, peut mettre en péril la progression de toute l'armée. Ce vocable évoquait à l'époque romaine l'embarras ou l'hésitation, il désigne dans le langage courant une certaine délicatesse morale.                  
                  Notre époque manque-t-elle cruellement de délicatesse morale ? N'aurait-on pas besoin de millions de ces petits scrupuli, de plein de petits doigts prêts à se glisser dans le grand engrenage néo-capitaliste algorithmico-financier que nous ne contrôlons plus et qui pourtant nous emporte ? Le monde se précipite-t-il, comme le laisse entendre Julian Assange, vers une dystopie, un cauchemar totalitaire de surveillance, dont les ressorts sont nos puissants outils d'émancipation numérique actuels ? Devons-nous nous protéger des dérives de l'e-marketing et de l'accumulation de nos données personnelles sur Internet ? Et si c'est gratuit, sommes-nous vraiment le produit ?
                  Le livre est plus que jamais devenu un objet de résistance. La lecture est une contestation de tous les jours, une désobéissance civile au quotidien. Car tout nous pousse à ne plus prendre le temps. Les choses vont si vite que nous peinons à imaginer le futur, qui semble déjà derrière nous. Les utopies humaines semblent s'être noyées dans les eaux glacées du calcul égoïste et dans la fin de l'histoire...
                  Face à la confusion générale qui nous gagne, un début de réponse possible : pratiquons l'empowerment, une doctrine du début du XXe siècle remise à jour par l'éthique Hackers/Hacktivistes, doctrine qui consiste en la volonté personnelle ou commune d'acquérir la maîtrise des événements qui nous concernent, de comprendre les ressorts techniques et technologiques du monde tel qu'il ne nous apparaît pas à première vue, de soulever le capot de la machine et d'y mettre un peu les doigts. Devenons, nous aussi, des petits cailloux pointus. Mettons un doigt dans la machine. Informons-nous.

consultez le  dossier complet sur Filigranes: http://campaign.r20.constantcontact.com/render?llr=f98iiwcab&v=...

Vues : 156

Réponses à cette discussion

Les mots comme les cailloux du Petit Poucet, les mots qu'on sème pointus souvent et pourquoi pas aussi parfois  ronds et  doux... les mots sont résistance....

ils font la différence et rompent l'indifférence


Gilbert Jacqueline a dit :

Les mots comme les cailloux du Petit Poucet, les mots qu'on sème pointus souvent et pourquoi pas aussi parfois  ronds et  doux... les mots sont résistance....

Ils éclairent notre conscience et notre subconscience...

Chère Deashelle, comme toujours le doigt dans l'engrenage avec l'espoir de ralentir un peu les événements étourdissants du siècle, car les stopper.. toi et moi savons que ce n'est plus possible. Les mots pensés, les mots dits, puis les mots écrits, ma crainte va là encore plus loin, si je peux me permettre de l'exprimer ici,en prenant le risque d'être hors-sujet!

.Un jour on viendra nous interdir nos livres que nous choyons sur nos étagères et dont nous aimons chaque grain de poussière! Un jour même on en vendra plus...les librairies deviendront froides et impersonnelles et puis on sera sans doute déclaré malade mental parce qu'on aimerait du vrai papier..qu'est ce que du vrai papier? les premiers parchemins, les premiers signes, la bible...? Il nous faudra prendre le maquis! On ne nous demandera plus « avez vous lu le dernier livre de S..?» mais bien «le dernier téléchargé de S...vous a-t-il plu?» et le groupe de lecture  devra se nommer, "dites-moi votre logiciel, je vous direz ce que vous lisez.."

Quelle taille auront alors ces petits scrupuli? Petits scrupules deviendront grands purvu que Gates leur prête vie...»

Alors je fais de la résistance, de la désobéissance civique et je me prends le temps de feuilleter un livre et de l'humer...

Merci à toi Deashelle de remuer ce problème....A nous de ne pas nous laisser dystopier,!

Amitié Joelle





Deashelle a dit :

ils font la différence et rompent l'indifférence


Gilbert Jacqueline a dit :

Les mots comme les cailloux du Petit Poucet, les mots qu'on sème pointus souvent et pourquoi pas aussi parfois  ronds et  doux... les mots sont résistance....



Solen LEMONNIER a dit

Entièrement de votre avis Mes Dames "Deashelle , Jacqueline " j'adore vos mots ! Merci de ces petits cailloux ronds et et doux , qui fond la différence ...

Belle journée à vous .



Deashelle a dit :

ils font la différence et rompent l'indifférence


Gilbert Jacqueline a dit :

Les mots comme les cailloux du Petit Poucet, les mots qu'on sème pointus souvent et pourquoi pas aussi parfois  ronds et  doux... les mots sont résistance....

Il y a un "phénomène" que je ne m'explique pas! Il parait qu'il n'y a jamais eu autant de personnes écrivant des livres. Les maisons d'édition croulent sous les manuscrits. Le nombre de livres édités est énorme. Et pourtant le nombre réel de lecteurs baissent: d'une part les chiffres de vente des grandes maisons d'édition sont largement gonflés (Ces maisons utilisent la littérature comme publicité pour leurs livres rentables : cuisine, voyage...) d'autre part une nouvelle étude intéressante des sites de eebooks peut montrer combien de pages de chaque livre acheté sur leur site sont effectivement lues!!!!!! Et les chiffres sont incroyables! sur les livres dont tout le monde parle en fait les gens n'en lisent que les premières pages!!! Ecrire et ne plus lire!!! le règne de l'egocentrisme contre le besoin de partager des bonheurs.

Notre société est plus axée sur le voir que sur le lire. De la paresse intellectuelle dont chacun de nous doit se méfier.

RSS

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation