Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Citations d'Alain


[...] Je ne sais ce que c'est que vouloir sans faire.
Entretiens au bord de la mer (Gallimard).

Le petit mot "Je ferai" a perdu des empires. Le futur n'a de sens qu'à la pointe de l'outil.
Minerve ou De la sagesse (Gallimard).

La loi suprême de l'invention humaine est que l'on n'invente qu'en travaillant.
Système des beaux-arts (Gallimard).

Si les locomotives étaient conduites comme l'État, le machiniste aurait une femme sur les genoux.
Politique (P.U.F.).

Tout homme est sensible quand il est spectateur. Tout homme est insensible quand il agit.
Vigiles de l'esprit (Gallimard).

L' âme, c'est ce qui refuse le corps.
Définitions (Gallimard).

Cette autre vie qu'est cette vie dès qu'on se soucie de son âme.
Histoire de mes pensées (Gallimard).

Aimer, c'est trouver sa richesse hors de soi.
Éléments de philosophie (Gallimard).

Le plus bel amour ne va pas loin si on le regarde courir. Mais plutôt il faut le porter à bras comme un enfant chéri.
Esquisses de l'homme (Gallimard).

La connaissance craque, aussi bien que l'amour, aux hommes sans courage.
Sentiments, passions et signes (Gallimard).

Ma grande objection à l'argent, c'est que l'argent est bête.
Propos d'économique (Gallimard).

L'art et la religion ne sont pas deux choses, mais plutôt l'envers et l'endroit d'une même étoffe.
Préliminaires à la mythologie (Flammarion).

L'art d'écrire précède la pensée.
Propos de littérature (Gallimard).

Le langage absolu se retrouve en tous les arts, qui, en ce sens, sont comme des énigmes, signifiant impérieusement et beaucoup sans qu'on puisse dire quoi.
Vingt Leçons sur les beaux-arts (Gallimard).

En toute oeuvre d'art, la pensée sort de l'oeuvre, et jamais une oeuvre ne sort d'une pensée.
La Visite au musicien, les Arts et les Dieux (Gallimard).

L'erreur propre aux artistes est de croire qu'ils trouveront mieux en méditant qu'en essayant [...] Ce qu'on voulait faire, c'est en le faisant qu'on le découvre.
Avec Balzac (Gallimard).

Jamais un orateur n'a pensé en parlant; jamais un auditeur n'a pensé en écoutant.
Propos sur l'éducation (P.U.F.).

Nous n'avons pas toujours assez de force pour supporter les maux d'autrui.
Propos sur le bonheur (Gallimard).

La loi du juste avenir se trouve dans les consciences solitaires et libres et ne se trouve nulle part ailleurs.
Correspondance avec Romain Rolland, "Salut et Fraternité" (Albin Michel).

Je sus toujours mieux louer que blâmer.
Histoire de mes pensées (Gallimard).

Il n'y a de bonheur possible pour personne sans le soutien du courage.
Minerve ou De la sagesse (Gallimard).

On peut défaire n'importe quel bonheur par la mauvaise volonté.
Minerve ou De la sagesse (Gallimard).

Est bourgeois tout ce qui vit de persuader.
Les Idées et les Âges (Gallimard).

L'homme pense son propre chant, et ne pense rien d'autre.
Propos de littérature (Gallimard).

Résistance et obéissance, voilà les deux vertus du citoyen. Par l'obéissance il assure l'ordre; par la résistance il assure la liberté.
Propos d'un Normand, tome IV (Gallimard).

La tentation d'être un chef juste et humain est naturelle dans un homme instruit; mais il faut savoir que le pouvoir change profondément celui qui l'exerce; et cela ne tient pas seulement à une contagion de société: la raison en est dans les nécessités du commandement, qui sont inflexibles.
Souvenirs de guerre (Flammarion).

Les grands hommes sont plus grands que nature dans le souvenir. Ce que nous voyons en eux, c'est à la fois le meilleur d'eux et le meilleur de nous.
Préliminaires à la mythologie (Flammarion).

Les confidences [...] sont toujours de fausses confidences.
Histoire de mes pensées (Gallimard).

La connaissance craque, aussi bien que l'amour, aux hommes sans courage.
Sentiments, passions et signes (Gallimard).

Toute douleur veut être contemplée, ou bien elle n'est pas sentie du tout.
Propos sur le bonheur (Gallimard).

La loi du juste avenir se trouve dans les consciences solitaires et libres et ne se trouve nulle part ailleurs.
Correspondance avec Romain Rolland, "Salut et Fraternité" (Albin Michel).

On dit que les nouvelles générations seront difficiles à gouverner. Je l'espère bien.
Propos sur l'éducation (P.U.F.).

Tout pouvoir sans contrôle rend fou.
Politique (P.U.F.).

Le corps humain est le tombeau des dieux.
Système des beaux-arts (Gallimard).

Désordre dans le corps, erreur dans l'esprit, l'un nourrissant l'autre, voilà le réel de l'imagination.
Système des beaux-arts (Gallimard).

Il n'y a de bonheur possible pour personne sans le soutien du courage.
Minerve ou De la sagesse (Gallimard).

On peut défaire n'importe quel bonheur par la mauvaise volonté.
Minerve ou De la sagesse (Gallimard).

Ce qui est aisé à croire ne vaut pas la peine de croire.
Minerve ou De la sagesse (Gallimard).

Réfléchir, c'est nier ce que l'on croit.
Propos sur la religion (P.U.F.).

Les grands hommes sont plus grands que nature dans le souvenir. Ce que nous voyons en eux, c'est à la fois le meilleur d'eux et le meilleur de nous.
Préliminaires à la mythologie (Flammarion).

Les morts ne sont pas morts, c'est assez clair puisque nous vivons.
Propos sur le bonheur (Gallimard).

La vie est un travail qu'il faut faire debout.
Propos d'un Normand, tome I (Gallimard).

L'erreur de Descartes est de meilleure qualité que la vérité d'un pédant.
Propos d'un Normand, tome IV (Gallimard).

C'est la foi même qui est Dieu.
Éléments de philosophie (Gallimard).

Je voyais donc l'imagination à sa naissance, l'imagination qui n'est que naissance, car elle n'est que le premier état de toutes nos idées. C'est pourquoi tous les dieux sont au passé.
Histoire de mes pensées (Gallimard).

Je ne me suis proposé rien d'autre que de savoir ce que je disais quand je parlais comme tout le monde.
Propos d'un Normand, tome V (Gallimard).

Une idée que j'ai, il faut que je la nie: c'est ma manière de l'essayer.
Histoire de mes pensées (Gallimard).

Penser c'est dire non.
Propos sur la religion (P.U.F.).

Réfléchir, c'est nier ce que l'on croit.
Propos sur la religion (P.U.F.).

Le langage absolu se retrouve en tous les arts, qui, en ce sens, sont comme des énigmes, signifiant impérieusement et beaucoup sans qu'on puisse dire quoi.
Vingt Leçons sur les beaux-arts (Gallimard).

L'ennui est une sorte de jugement d'avance.
Minerve ou De la sagesse (Gallimard).

L'enseignement doit être résolument retardataire.
Propos sur l'éducation (P.U.F.).

Si on ne suppose pas que les hommes ont tous la même intelligence, et l'ont toute, il n'y a plus ni vérité ni erreur.
Cahiers de Lorient (Gallimard).

Il y a une forte raison de ne pas dire au premier arrivant ce qui vient à l'esprit, c'est qu'on ne le pense point.
Éléments de philosophie (Gallimard).

La morale consiste à se savoir esprit et, à ce titre, obligé, absolument; car noblesse oblige.
Lettres sur la philosophie de Kant (Flammarion).

C'est par l'esprit que l'homme se sauve, mais c'est par l'esprit que l'homme se perd.
Mars ou la Guerre jugée (Gallimard).

Il n'y a de paix qu'entre esprit et esprit.
Mars ou la Guerre jugée (Gallimard).

Nous n'aurons jamais trop de ces fiers esprits qui jugent, critiquent et résistent. Ils sont le sel de la cité.
Propos d'un Normand, tome I (Gallimard).

Tous les moyens de l'esprit sont enfermés dans le langage; et qui n'a point réfléchi sur le langage n'a point réfléchi du tout.
Propos sur l'éducation (P.U.F.).

Désordre dans le corps, erreur dans l'esprit, l'un nourrissant l'autre, voilà le réel de l'imagination.
Système des beaux-arts (Gallimard).

Si les locomotives étaient conduites comme l'État, le machiniste aurait une femme sur les genoux.
Politique (P.U.F.).

Exister, c'est dépendre, c'est être battu du flot extérieur.
Entretiens au bord de la mer (Gallimard).

Le style est la poésie dans la prose, je veux dire une manière d'exprimer que la pensée n'explique pas.
Avec Balzac (Gallimard).

L'homme pense son propre chant, et ne pense rien d'autre.
Propos de littérature (Gallimard).

[...] Un sage se distingue des autres hommes, non par moins de folie, mais par plus de raison.
Idées, Étude sur Descartes (Flammarion).

Un fou qui dit par hasard le vrai n'a pas la vérité.
Propos d'un Normand, tome V (Gallimard).

Nous n'avons pas toujours assez de force pour supporter les maux d'autrui.
Propos sur le bonheur (Gallimard).

Fondez une Société des honnêtes gens, tous les voleurs en seront.
Propos d'un Normand, tome III (Gallimard).

Toutes les passions, comme le nom l'indique, viennent de ce que l'on subit au lieu de gouverner.
Minerve ou De la sagesse (Gallimard).

Les grands hommes sont plus grands que nature dans le souvenir. Ce que nous voyons en eux, c'est à la fois le meilleur d'eux et le meilleur de nous.
Préliminaires à la mythologie (Flammarion).

L'histoire est composée de ce que les hommes font contre leur propre génie.
Correspondance avec Romain Rolland, "Salut et Fraternité" (Albin Michel).

L'individu qui pense contre la société qui dort, voilà l'histoire éternelle, et le printemps aura toujours le même hiver à vaincre.
Politique (P.U.F.).

L'homme juste produit la justice hors de lui parce qu'il porte la justice en lui.
Cent un propos, 5e série (Marcelle Lesage).

La bonne opinion que j'ai de mes semblables sans exception est corrigée par cette idée qu'ils sont bien capables de faire les imbéciles, et longtemps, s'ils en font seulement le stupide pari.
Histoire de mes pensées (Gallimard).

L'homme n'est heureux que de vouloir et d'inventer.
Propos sur le bonheur (Gallimard).

Le Prolétariat tient pour l'Humanité contre les Pouvoirs.
Mars ou la Guerre jugée (Gallimard).

Qui est mécontent des autres est toujours mécontent de soi; nos flèches rebondissent sur nous.
Propos d'un Normand, tome III (Gallimard).

Le pessimisme est d'humeur; l'optimisme est de volonté.
Propos sur le bonheur (Gallimard).

[...] Les idées, même les plus sublimes, ne sont jamais à inventer, et elles se trouvent inscrites dans le vocabulaire consacré par l'usage.
Histoire de mes pensées (Gallimard).

Le vrai poète est celui qui trouve l'idée en forgeant le vers.
Préliminaires à l'esthétique (Gallimard).

L'idée n'est pas au ciel de l'abstraction; mais plutôt elle monte des terres et des travaux.
Propos d'économique (Gallimard).

On doit appeler machine, dans le sens le plus étendu, toute idée sans penseur.
Propos sur la religion (P.U.F.).

Rien n'est plus dangereux qu'une idée, quand on n'a qu'une idée.
Propos sur la religion (P.U.F.).

Il n'est pas difficile d'avoir une idée. Le difficile, c'est de les avoir toutes.
Propos (Gallimard).

Je voyais donc l'imagination à sa naissance, l'imagination qui n'est que naissance, car elle n'est que le premier état de toutes nos idées. C'est pourquoi tous les dieux sont au passé.
Histoire de mes pensées (Gallimard).

Désordre dans le corps, erreur dans l'esprit, l'un nourrissant l'autre, voilà le réel de l'imagination.
Système des beaux-arts (Gallimard).

Il n'y a qu'une méthode pour inventer, qui est d'imiter. Il n'y a qu'une méthode pour bien penser, qui est de continuer quelque pensée ancienne et éprouvée.
Propos sur l'éducation (P.U. F.).

Les nations étant inévitablement plus bêtes que les individus, toute pensée a le devoir de se sentir en révolte.
Correspondance avec Romain Rolland, "Salut et Fraternité" (Albin Michel).

Ce sont les passions et non les intérêts qui mènent le monde.
Mars ou la Guerre jugée (Gallimard).

Nous n'aurons jamais trop de ces fiers esprits qui jugent, critiquent et résistent. Ils sont le sel de la cité.
Propos d'un Normand, tome I (Gallimard).

La loi du juste avenir se trouve dans les consciences solitaires et libres et ne se trouve nulle part ailleurs.
Correspondance avec Romain Rolland, "Salut et Fraternité" (Albin Michel).

Le plus difficile au monde est de dire en y pensant ce que tout le monde dit sans y penser.
Histoire de mes pensées (Gallimard).

Je hais sottise encore plus que méchanceté; mais réellement je ne crois ni à l'une ni à l'autre.
Propos de littérature (Gallimard).

Ce que j'appelle République, c'est plutôt une énergique résistance à l'esprit monarchique, d'ailleurs nécessaire partout.
Avec Balzac (Gallimard).

Réfléchir, c'est nier ce que l'on croit.
Propos sur la religion (P.U.F.).

Nous respectons la raison, mais nous aimons nos passions.
Propos (Gallimard).

J'aime mieux une pensée fausse qu'une routine vraie.
Propos d'un Normand, tome II (Gallimard).

Il y a une forte raison de ne pas dire au premier arrivant ce qui vient à l'esprit, c'est qu'on ne le pense point.
Éléments de philosophie (Gallimard).

Apprendre à ne plus penser, c'est une partie, et non la moindre, de l'art de penser.
Esquisses de l'homme (Gallimard).

Penser (peser) est fonction de peseur, non fonction de balance.
Histoire de mes pensées (Gallimard).

Un fou qui dit par hasard le vrai n'a pas la vérité.
Propos d'un Normand, tome V (Gallimard).

En toute oeuvre d'art, la pensée sort de l'oeuvre, et jamais une oeuvre ne sort d'une pensée.
La Visite au musicien, les Arts et les Dieux (Gallimard).

Il n'y a guère que le sublime qui puisse nous aider dans l'ordinaire de la vie.
Préliminaires à l'esthétique (Gallimard).

Réfléchir, c'est nier ce que l'on croit.
Propos sur la religion (P.U. F.).

Le Prolétariat tient pour l'Humanité contre les Pouvoirs.
Mars ou la Guerre jugée (Gallimard).

Cette autre vie qu'est cette vie dès qu'on se soucie de son âme.
Histoire de mes pensées (Gallimard).

L'individu qui pense contre la société qui dort, voilà l'histoire éternelle, et le printemps aura toujours le même hiver à vaincre.
Politique (P.U. F.).

L'homme juste produit la justice hors de lui parce qu'il porte la justice en lui.
Cent un propos, 5e série (Marcelle Lesage).

Je ne me suis proposé rien d'autre que de savoir ce que je disais quand je parlais comme tout le monde.
Propos d'un Normand, tome V (Gallimard).

Les grands hommes sont plus grands que nature dans le souvenir. Ce que nous voyons en eux, c'est à la fois le meilleur d'eux et le meilleur de nous.
Préliminaires à la mythologie (Flammarion).

Le style est la poésie dans la prose, je veux dire une manière d'exprimer que la pensée n'explique pas.
Avec Balzac (Gallimard).

Apprendre à ne plus penser, c'est une partie, et non la moindre, de l'art de penser.
Esquisses de l'homme (Gallimard).

Aucun possible n'est beau ; le réel seul est beau.
Système des beaux-arts (Gallimard).

Ce qui est aisé à croire ne vaut pas la peine de croire.
Minerve ou De la sagesse (Gallimard).

Nous n'aurons jamais trop de ces fiers esprits qui jugent, critiquent et résistent. Ils sont le sel de la cité.
Propos d'un Normand, tome I (Gallimard).

Le plus bel amour ne va pas loin si on le regarde courir. Mais plutôt il faut le porter à bras comme un enfant chéri.
Esquisses de l'homme (Gallimard).

Les grands hommes sont plus grands que nature dans le souvenir. Ce que nous voyons en eux, c'est à la fois le meilleur d'eux et le meilleur de nous.
Préliminaires à la mythologie (Flammarion).

Nul ne pense pour soi ; cela ne peut aller [...] L'universel est le lieu des pensées.
Propos de littérature (Gallimard).

Exister, c'est dépendre, c'est être battu du flot extérieur.
Entretiens au bord de la mer (Gallimard).

Le langage absolu se retrouve en tous les arts, qui, en ce sens, sont comme des énigmes, signifiant impérieusement et beaucoup sans qu'on puisse dire quoi.
Vingt Leçons sur les beaux-arts (Gallimard).

La loi du juste avenir se trouve dans les consciences solitaires et libres et ne se trouve nulle part ailleurs.
Correspondance avec Romain Rolland, «Salut et Fraternité» (Albin Michel).

La vraie méthode pour former la notion de philosophie, c'est de penser qu'il y eut des philosophes.
Éléments de philosophie (Gallimard).

Si on ne suppose pas que les hommes ont tous la même intelligence, et l'ont toute, il n'y a plus ni vérité ni erreur.
Cahiers de Lorient (Gallimard).

Je voyais donc l'imagination à sa naissance, l'imagination qui n'est que naissance, car elle n'est que le premier état de toutes nos idées. C'est pourquoi tous les dieux sont au passé.
Histoire de mes pensées (Gallimard).

La raison est virile devant l'objet, puérile devant le récit.
Vigiles de l'esprit (Gallimard).

Commenter

Vous devez être membre de Citations pour ajouter des commentaires !

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation