Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Etat de la poésie en Francophonie

Aujourd’hui en France plus de 100 000 personnes écrivent des poèmes , en rajoutant les pays  Francophones et les autres pays lisant le Français , nous sommes  500 000 individus à griffonner de la poésie  , 50 000 ayant publié au moins un recueil . Dans ce lot de poèmes, combien sont-ils poètes ? Il ne suffit pas d’aligner des mots les uns après les autres, il faut leur donner un sens, une âme  vibratoire, un schéma technique pour poser sur le grand miroir de la vie, des mots d’espoir ou de souffrance.

Qui n’a pas écrit au moins un poème dans sa vie ?

L’adolescent qui couche sur le papier ses angoisses, ses premiers pas vers l’amour. La personne plus âgée qui écrit pour ses enfants, petits enfants …

Mal aimée du public

La lecture de la poésie demande une attention, une réflexion, une recherche qui sont absentes dans un roman à l’eau de rose, qui se boit d’une seule traite.

La poésie structurelle ou de laboratoire

Les trois quart des poètes qui publient en recueil sont incapables de donner une définition de leurs textes  ou alors ils balbutient une réponse comme : émerveillement, la lumière, narrateur …

Conseils à un débutant

Proposer  des textes aux revues de poésie, en choisissant, ne pas expédier à l’aveuglette, consulter celles qui prennent les nouveaux auteurs. La publication régulière permet de lire les poètes d’aujourd’hui, les courants d’affinités. En lisant les revues vous obtiendrez des adresses utiles, des conseils. Au bout de quelques années, vous pourrez peut être publier un recueil (en évitant de tomber dans le compte d’auteur abusif)

L’édition en poésie

Il existe deux types d’éditeurs :

  • éditeur à compte d’éditeur, un vrai éditeur qui prend des risques, l’auteur n’a rien à payer et il touche des droits d’auteur

  • éditeur à compte d’auteur, l’auteur,  doit débourser (parfois une somme d’argent incroyable) il y a de nombreux éditeurs dans ce domaine, certains honnêtes, et de véritables voyous. Bien faire attention, demander conseils …

L’édition à compte d’auteur

L’édition à compte d’auteur est florissante, chaque semaine, un nouvel éditeur arrive sur le marché ? Quand vous voyez une annonce «  nous sommes à la recherche de nouveaux auteurs «  méfiez-vous ? Il ne faut pas tomber dans le piège, qui en général est bien préparé. Pour plus de renseignements sur le sujet contactez : l’oie plate BP 17 94404 Vitry cedex, qui vous donnera de nombreux renseignements : sur les revues de poésie, les éditeurs de poésie, une sélection de revues et d’éditeurs.

L’éditeur de poésie

L’éditeur  bien installé comme : Gallimard, Grasset, Seuil, édite des auteurs confirmés, qui sont parfois aussi des romanciers de la maison. Quasiment pas de place chez eux pour un poète débutant.

Le petit éditeur ou la micro-édition publient des débutants, font un travail sérieux, vous donne des conseils en cas de refus.

Le problème de la poésie

La diffusion en librairie

La poésie n’est pas morte

Vu le nombre de personnes qui écrivent , plus la société avance dans la richesse ( pour un petit nombre ) l’injustice , atteinte à la démocratie , la misère dans le monde , nombreux sont les poèmes écrits .

En conclusion

Il suffirait  que chaque poète achète (en plus du public) un recueil  par an et tout pourrait changer le comportement des éditeurs, ils publieraient de nombreux recueils  et les diffuseurs  feraient leur travail.

Ne pas oublier de publier sur internet ,qui offre de nombreux sites  de poésies.

© Alain LE ROUX 2011

Vues : 431

Y répondre

Réponses à cette discussion

oui ! C'est bien pour cela que je ne me mets pas en avant; tout juste sur ma page Fb mais n'est-elle pas à moi la page fb ? et sur arts et lettres car c'est un site culturel . 

Poésie ! Que de souffrances à ta lyre !

Je cherche un Hugo, un Goethe contemporains et point n'en trouve. Finalement , les éditeurs ont raison  même ceux à compte d'auteurs qui ont compris qu'il y avait une manne à prendre sur le nombrilisme ( évoquée dans une réponse ) que chaque artiste ( poètes, peintres, sculpteurs, musiciens) d'aujourd'hui s'approprie avantageusement .

Il n'y a plus de messages intrinsèques  au corps poétique.

Si j'avais réagi, j'aurais exprimé la même façon de penser. Il y a, certes de nos jours, des poètes qui nous émeuvent ou nous charment mais faute du choix d"éditeurs, il faudra du temps pour faire l'unanimité sur ce qui vaut la peine d'être lu.

N'oublions pas que les romantiques avaient beaucoup parlé d'eux-mêmes, avec art.



Sandra Dulier a dit :

Je ne peux offrir ici qu'un témoignage.

    

Poète de formation littéraire âgée de 39 ans, non issue d'un milieu artistique, connectée à Internet depuis un peu moins de deux ans, autoéditrice d'un premier recueil grâce à une plateforme numérique d'impression à la demande. j'ai découvert via Internet un univers poétique d'une grande vivance. J'ai lié, via les réseaux et les blogs, des amitiés de plumes débutantes, émergentes voire plus confirmées; des artistes de talent qui embelissent de leurs mots mon quotidien, m'offrant de belles vibrations émotionnelles et de jolis moments littéraires. J'ai lu et je lis beaucoup les écrits publics et blogs.

     

Parallèlement, j'écris sur tous supports, depuis le coin de table, sur le petit bout de papier providentiel, en passant par le carnet d'écriture, ce réseau, mon blog ou mes pages, créant aussi de petites vidéos.. J'aime que la poésie puisse aussi ainsi voyager et se partager sur plusieurs supports numériques ou papier (même si je ne suis pas ebook).

    

Où en est la poésie francophone ? Je dirais qu'elle est bien présente et sera là demain, enracinée dans celle d'hier. La poésie classique et d'auteurs reconnus se partage aussi beaucoup. Internet, je pense, donne un élan à la poésie.

 

Que serais-je sans cet outil ? Je n'aurais pas créé mon blog, lié des amitiés de plume, connu ce réseau. Bien entendu, il y aura toujours les mégalomanes, les usurpateurs, les copistes, les dysorthographiques (mais certains offrent de bien jolis mots et il m'est déjà arrivé de corriger gratuitement l'orthographe de certaines publications).

       

Profondément humaniste, j'aime la poésie contemporaine sous toutes ses formes (poésie formelle, libre et slam compris). Je me réjouis de cette démocratisation de l'expression artistique, de cette ouverture culturelle, de cette mixité et de ces autres horizons. 

        

Personnellement, je n'analyse pas ma poésie. Je la considère comme des morceaux d'un vitrail d'âme et de vie que je partage en toute simplicité. J'ai publié un livre parce que deux lecteurs m'ont demandé le même jour (le destin quand même) s'ils pouvaient acheter un recueil de ma plume et aussi dans un souci de transmission. Il est vrai que je me suis autoproclamée poète, ne donnant à ce mot aucun sens sacré, mais au fil du temps, des partages non mercantiles avec des lecteurs fidélisés ont évolué et le cercle s'agrandit chaque jour. Je suis lue au-delà de ce que j'aurais pu imaginer. De même, ce réseau m'a accueillie comme une artiste parmi d'autres artistes. Ce qui me touche encore beaucoup aujourd'hui.

    

Je pense être de cet élan numérique d'artistes contemporains indépendants avec un profil particulier, celui de n'avoir jamais proposé aucun texte à une maison d'édition. Le profil de l'autoéditeur peut être différent. Certains s'autopublient pour faire leurs "armes", car en attente d'une réponse d'un comité de lecture, d'autres ont été refusés et les derniers ont été floués (par quelque maison malhonnête) ou remerciés (et donc sans contrat). 

        

Je pense enfin qu'il est important que la poésie garde cette fonction première d'expression en liberté quels que soient son support, sa diffusion et ses visées, en toute sincérité artistique. Je souhaite que la poésie ne soit pas calibrée ou formatée pour être commerciale.  Un artiste ne vend pas son âme. Chaque poète a sa place même si pratiquement aucun  n'a pignon sur rue, son nom écrit dans tous les journaux ou une interview à la télévision. Je pense que tant qu'il y a lieux et supports d'échanges, il y a vie artistique.

          

Une dernière réflexion : Enseignante, en début de carrière, j'ai eu l'occasion de créer des ateliers poétiques et une expo au sein d'un établissement spécialisé pour caractériels. La poésie, c'est aussi en écoles qu'elle peut ouvrir des ailes; une poésie sensitive, créative, expressive (les ados ont tant à dire), non conformiste et proposant l'ouverture.

       

Merci pour cette discussion.

J'anime aussi des ateliers d'écriture (  sur la poésie ) à partir de la 6 éme  , les  jeunes adorent  , 1 heure par classe ...

        

Répondre à la discussion

RSS

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation