Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

De mon village, le  13 avril 2012

Chers Amis d'Arts et Lettres,

   

                    
                      

          

Ce soir, une question me traverse  l'esprit :  La lettre est-elle encore utilisée comme canal de communication et, si oui, sous format papier , existe-t-elle toujours ?  

    

 

Avec mes 37 ans de vécu, je constate que les canaux de communication ont évolué drastiquement depuis l'apparition du gsm et ensuite d'Internet avec ses possibilités multiples de s'échanger des informations, des messages plus intimes voir des mots d'amour. Oh... Les mots d'amour... Tout un sujet !

 

         

Personnellement, je suis née avant Internet. J'ai donc encore connu le monopole du courrier reçu dans la boîte aux lettres et l'échange de cartes postales pour les voeux et les vacances, les timbres à acheter régulièrement à la poste et le glisser de l'enveloppe dans la boîte aux lettres, relais postal du coin de la rue. Cependant, l'évolution semble s'accélérer... Depuis dix ans que j'habite dans mon village, j'observe qu'une boîte a été supprimée et d'autres suivent régulièrement un peu partout dans ma région, handicapant fortement les personnes âgées... Sans parler de cette "fracture numérique" liée à la généralisation des échanges commerciaux via Internet qui touche une tranche de la population variable d'un pays à l'autre et qui commence à compliquer quelque peu les démarches administratives de ces personnes... Derrière les statistiques se cache leurs regards.

     

   

En ce qui concerne mon courrier, j'envoie toujours des cartes postales de voeux et de voyages. J'écris également des lettres pour le plaisir du toucher papier, du stylo qui glisse pour dérouler l'écriture d'une tranche de vie et de la saveur du sourire imaginé sur le visage aimé. J'aime les poster ou les donner en cadeau au proche avec cette recommandation : "A lire quand tu en auras le temps et la disponibilité".

    

      

Bienheureuse, je reçois encore lettres et cartes postales que je conserve dans une boîte à chaussures, rebaptisée simplement "boîte à souvenirs". J'ai toujours une réserve (certes plus réduite) de timbres à la maison pour transmettre mes réponses.

    

      

Suis-je donc un dinosaure, le presque dernier Mohican d'un clan en voie de disparition ?

   

       

Je ne pense pas. Inscrite dans mon époque, j'utilise les mails, écrits généralement en format lettre, et les sms, messages courts demandant d'aller à l'essentiel. Cependant, le sms reste, à mes yeux, un échange plus technique, informatif, pragmatique, professionnel  ou un petit mot d'attention rapide (sorte de "coucou" à un proche)...

  

        

Mon blog personnel, ensemble de billets et non de lettres (quoique ce format puisse se rencontrer aussi lors d'un message à mes lecteurs par exemple), est un espace de création merveilleux qui me permet de partager mes écrits.

   

      

Voilà en quelques mots le résumé de ma sphère de communication et de mon attachement à la lettre dont je perdure l'utilisation tant que...  les timbres-poste existeront ! 

   

      

Et vous, écrivez-vous encore des lettres ou des cartes postales ? Quels canaux informatiques privilégiez-vous dans vos échanges ? Avez-vous l'occasion de recevoir encore - je ne parle pas des factures - ces missives-objets qui font vibrer les liens bien plus qu'un tapotement de clavier ?

   

           

Je vous laisse, j'ai du courrier qui m'attend.

 

       

Dans l'impatience de découvrir vos réponses, je vous souhaite un beau week-end.

 

     

             

Sandra...  qui vous dit à bientôt.

    

  

      

P.S. Un petit rajout de dernière minute : Je constate, sans être sociologue, que le mail , cette lettre moderne, a peut-être donné un nouveau souffle aux échanges écrits. J'estime, pour ma part, que les sms ont ouvert en premier la brèche du retour à l'écrit suivi d'Internet par tous ses réseaux et canaux confondus. Ces supports ont aussi modifié l'écrit introduisant des phonétiques et des symboles pour réduire les messages et permettre une plus grande immédiabilité dans les échanges. Un langage que j'avoue maîtriser peu, ne le pratiquant pas... lol   ;-)

Vues : 2954

Y répondre

Réponses à cette discussion

Bonjour Sandra,

Je suis heureuse...  et soulagée, d'avoir rencontré quelqu'un en questionnement  au sujet du courrier postal ( hors factures et autres mauvaises surprises !) , de la génération des années septante !

J'ai fait le même constat , depuis plusieurs années...

Le facteur ,  figure emblématique du village ,  a perdu une part de son identité ... ils sont plusieurs dorénavant à se partager la distribution du courrier,  pendant  la semaine ;  inconnus des villageois ,  ils passent , vite, happés par l'exigence de l' horaire ... certaines  personnes âgées, ou isolées, ont perdu  leur unique contact humain  " Bonjour ,  ça va  ? " de la journée...

De la génération " baby boom ",  les années cinquante ,  j'ai toujours éprouvé beaucoup de plaisir à m'offrir le temps de penser  les mots d'une lettre pour son destinataire, d'imaginer un sourire à la description  d'un événement cocasse raconté, de laisser venir sentiments, émotion, pour exprimer les petites choses de tous les jours , et proposer en parcourant mes lignes , de passer quelques minutes ,  hors solitude pour une personne isolée, parfois quelque peu hors souffrance pour un malade... certaines lettres  accompagnent de longs moments d' une vie, cachés dans l'écrin d'un livre, d'un sac à main ... et rejoignent l'adage : " les écrits restent " ...

Les mots ont pouvoir de partager, d'alléger ...

Mais comment s'y prendre avec un GSM ? Mots tronqués...pensées écourtées...interprêtation parfois douteuse... froideur,  rudesse...

 Un mail est déjà , me semble-t-il,  plus confortable pour "  passer des nouvelles , des pensées " mais bien des personnes âgées  et /  ou isolées et / ou en difficulté financière ,  ignorent encore son usage...

Personnellement , une lettre, une carte postale  découverte dans la boîte, me met d'emblée le sourire aux lèvres et au coeur ! Je n'ai qu'une hâte ... l'ouvrir et en parcourir les lignes , avidement ! 

Dans chaque lettre envoyée ou reçue, il semble qu'il soit soigneusement et délicatement  " enfermé " un petit morceau  de coeur , qu'il suffit de lire les lignes pour que ce petit bout de coeur se mette à palpiter ... un visage se révèle aussitôt , les souvenirs affluent... instants précieux partagés ...

Les cartes  postales , devenues très rares , sont " un cadeau pour des vacances "... virtuelles  ! ...  Saveur particulière  au goût d'amitié, de rires,  de sable, de mer, de montagne... je pars en voyage, illico, en découvrant ce petit bijou envoyé d'ailleurs et déposé  dans ma boîte  ... et ai une pensée émue et reconnaissante envers la personne qui a pensé un instant à celle qui reste au village...

 Le monde évolue très - trop vite... les moyens de communication actuels veulent nous faire croire que les échanges sont devenus plus performants ( néanmoins,  outils de  société de consommation immédiate )... j'ai un sérieux doute à ce propos : rien ne remplacera la saveur d'une lettre ou d'une carte postale ... le temps, devenu " timing " n' a plus même signification ... depuis que l'être humain a perdu ses points de repère... 

Il y a  bien heureusement , d'excellents " ingrédients " pour contrer cette dérive , sur les pages d 'Arts et Lettres , une  foison de passionnés des Lettres et de Poésie  qui nous rappellent,  fort à propos, l'importance du mot : partagé , envoyé ou non par courrier postal, mais envoyé, en omettant d'emblée de coller  le timbre ,... tout droit  au coeur  ! 

Belle fin de semaine , et merci ,  Sandra ! Amitié, Nicole

   

 

 

Mais oui j' ecris encore des lettres, surtout quand je desire qu'elle soit personnelles. Je suis nee bien avant internet et mail qui d'ailleurs au debut m'impressionnaient beaucoup.Entre temps j'ai du mal à m'en passer!

J'apprecie bien-sûr le mail à cause de sa rapidite d'allee et retour et j'avoue m'en servir pour mes cartes de voeux , j'essaie alors de les personnaliser.

Mais en vacances j'ecris des cartes et j'en ai toujours beaucoup à ecrire!

Et puis j'adore mon facteur, avec lequel nous avons une relation presque familière maintenant!

Bonne idee que cette conversation, la semaine commence bien!

Amities   Joelle

 

mon accent aigu ne veut pas fonctionner aujourd'hui! avec une lettre, cela ne se serait pas produit!

 

Ecrire une lettre, cela supose prendre son temps...pour quelqu'un, faire passer un message, parler de l'essentiel, se dévoiler... Cela n'a rien à voir avec un sms ou même un mail qui sont parfaits pour ce que j'appelerai les affaires courantes!

Hélas aujourd'hui la boite reste souvent vide d'autre chose que de factures! Et les lettres encore écrites sont plutôt données de la main à la main... anniversaires, fêtes diverses... elles sont d'autant plus précieuses et les mots qui s'y trouvent ont d'autant plus de résonnance. Quand je pense à toutes les lettres jettées dans le passé j'éprouve du regret et aujourd'hui je les range soigneusement comme les témoins d'un temps presque révolu... celui où l'on prenait le temps!

Je me demande si le nombre croissant des personnes qui éprouvent le besoin d'écrire n'est pas un peu lié à ce manque?

 

Merci de ce partage

Amitiés

Jacqueline 

....les paroles s'envolent, les écrits restent........et fixent la pérénité

   exellente démarche........

  j'apprécie toujours les cartes postales reçues et les conserve également.....

  et j'en envoie.....quelque fois si j'y pense..... 

  mais les outils des médias actuellement sont aussi un moyen de communiquer et d'écrire ce que nous faisons

 aisément avec ce site.

 

 amitiés

 

j'avais moi aussi laissé un assez long message il y a plus d'une semaine sur votre sujet "l'échange épistolaire" qui m'intéressait particulièrement mais je crains qu'il se soit égaré du fait éventuel d'une mauvaise manipulation de ma part (je ne le retrouve pas) tant pis, en résumé je disais que j'étais une grande adepte des échanges par courrier à une certaine époque et que ceci avait même eu un impact important sur le déroulement de ma vie, mais aujourd'hui je trouve aussi beaucoup d'intérêt avec les nouveaux moyens de communication qui ont leurs inconvénients mais aussi leurs avantages....dans le fond, rien n'est jamais tout noir ni tout blanc, mais l'on sent aussi qu'on ne nous laisse plus guère de choix.... bonne soirée à toutes et tous, mj

 Chère Sandra

En lisant votre propos sur les lettres manuscrites, j'ai été incapable de m'exprimer. J'ai entretenu pendant vingt années une corresponce assidue avec un ami de jeunesse. Quand j'ai découvert l'avantage du courrier électronique, j'ai insisté pour lui envoyer mes messages par ce moyen.Lui, a continué à m'adresser de longues lettres écrites au stylo.Il est décédé  brusquement le 12 avril 2012 et m'a fait parvenir le jour même un e mail re: une triste nouvelle pour m'annoncer son départ.

Son esprit et son âme demeurent invulnérables par les propos que ses lettres contiennent mais surtout par le fait qu'ils sont inscrits une matière qu'il a manipulée et qui se retrouve dans mes mains.

 Je viens de mettre sur mon blog l'une des lettres que je lui ai adressées après sa mort.

Il ne faut, à aucun prix, renoncer à l'écriture, ne serait-ce que parce que dans toutes les civilisations elle est liée à la calligraphie, c'est-à-dire à la beauté.

Voilà ce qu'écrivit l'éminent linguiste René Etiemble (1909 - 2002).

Je possède encore des lettres de nouvel an de mes frères, soeurs et moi-même que nous lisions à haute (et timide) voix à nos parents le 1er janvier.

Nous les écrivions en calligraphie sur les bancs de l'école avant les vacances de Noël. Il y avait une enluminure en première page et puis du blanc sur les trois autres pages. Nous devions tracer les lignes bien espacées au crayon avant d'écrire à l'encre et, après séchage au buvard, passer la gomme.

C'était il y a plus d'un demi siècle et la nostalgie est toujours bien présente lors d'une relecture.

Actuellement, mon plaisir de la trace de l'encre sur le papier est toujours vivace, mais face à la technologie informatique, mes envois postaux se raréfient. Ils se limitent aux cartes postales et aux billets doux.

  

La lettre se perd , et je trouve cela triste !

Quel plaisir cela était de recevoir dans son courrier , une enveloppe colorée ou non .

La tenir un moment entre nos mains , regarder le timbre , la provenance .

Lettres d'amour ou d'amitié ..déposer ces lettres dans un coffret .

J'en ai écris des lettres ! Lettres de soutien à mes militaires , qui les attendaient avec impatience .


Cartes anniversaires ,  condoléances ...Tout était prétexte à ces courriers .
Premier Mai , Pâques ..Sans raison aucune , parfois .
Un bonheur de retrouver l'écriture de mes parents , grands parents ,arrière grands parents .
Lettres écrites à la plume !
Rien ne remplacera ces lettres !
Solen


Merci infiniment de votre réponse chère Sandra , oui de la nostalgie cela est certain ! Mais pourquoi ne pas faire le nécessaire pour avoir le plaisir de tenir entre nos mains ces lettres chères .
Je reporte sans cesse ces écrits à mon petit fils ainé , mais je vous promets grâce à votre réponse si gentille , vaincre ma  négligence due a la facilité internet .
Bien amicalement
Solen
Sandra Dulier a dit :

Chère Solen, vous abordez avec sincérité et nostalgie le plaisir de toucher l'objet comme trésor déposé dans un coffret. Vous évoquez ces écrits de famille à la plume, témoins de racines et si bel arbre de vie. Les militaires effectivement gardent de leur courrier un lien très particulier, relais de présence et d'amour. Merci infiniment  pour ce partage si personnel déposé ici. Sandra
 
Solen Eve Lemonnier a dit :

  

La lettre se perd , et je trouve cela triste !

Quel plaisir cela était de recevoir dans son courrier , une enveloppe colorée ou non .

La tenir un moment entre nos mains , regarder le timbre , la provenance .

Lettres d'amour ou d'amitié ..déposer ces lettres dans un coffret .

J'en ai écris des lettres ! Lettres de soutien à mes militaires , qui les attendaient avec impatience .


Cartes anniversaires ,  condoléances ...Tout était prétexte à ces courriers .
Premier Mai , Pâques ..Sans raison aucune , parfois .
Un bonheur de retrouver l'écriture de mes parents , grands parents ,arrière grands parents .
Lettres écrites à la plume !
Rien ne remplacera ces lettres !
Solen

Bonjour Sandra,

Le calligraphe Nicolas Ouchenir estime que les notes manuscrites, aussi précieuses que rares, sont en passe de devenir les nouveaux symboles du luxe et de la liberté. Il le fait savoir lors d'une récente interview dont j'ai plaisir à partager quelques extraits:

Qu'est-ce qui vous plaît dans l'écriture ?

J'ai toujours écrit, depuis que je suis tout petit, avec du papier et de l'encre. Mon journal intime, des lettres. J'entretiens depuis longtemps de grandes relations épistolaires. Est-ce que j'aime écrire ? C'est un geste qui me vient très naturellement depuis longtemps. Une passion incontrôlée, vraisemblablement.

 

Les smartphones et autres tablettes risquent-ils d'avoir raison de l'écriture cursive ?

L'écriture cursive ne peut pas mourir car elle est à l'origine de toutes les créations ! Les défauts de forme inhérents à l'écriture manuscrite ne se retrouvent pas sur supports informatiques. Avec eux, l'idée d'exclusivité, de personnalisation, d'élégance et de luxe n'existe plus. Nous avons tous notre écriture personnelle. C'est un geste qui nous est propre. C'est impensable de priver un enfant de "son" écriture. C'est une valeur ajoutée qui n'a pas de prix.

 

Même si cette écriture n'est pas "belle" ?

Une belle écriture, cela ne veut rien dire, parce que la notion de beauté en soi est forcément subjective. Il y a de la beauté dans les pattes de mouche ! Dans l'écriture d'un médecin, aussi. Moi, j'aime les "signatures" qui ne sont pas forcément belles. Du moment qu'elles me procurent une émotion, qu'il s'agisse de désir ou de dégoût. Une belle écriture, c'est attirant. Le geste doit être naturel. Simple et sophistiqué à la fois. Cela doit être fluide au point de paraître facile. Même si en réalité cela ne l'est pas. J'aime que les gens soient séduits quand ils me voient écrire. je n'ai alors qu'une envie. Leur mettre un stylo dans les mains et leur dire: "essayez !" 

 

Réfléchit-on et crée-t-on différemment quand on écrit à la main ?

J'en suis convaincu car l'erreur est moins "effaçable" qu'avec le clavier et l'écran. Donc on réfléchit davantage avant de poser ses idées sur papier. On veut prendre du recul. L'introspection s'impose d'elle-même. le rapport à ce que l'on fait est dès lors plus intelligent et plus esthétique à la fois. Derrière l'envie de prendre une feuille pour écrire, il y a celle de créer sur du blanc, à partir de rien. Et de remplir un espace. Sans limite, sans frontière...

 

Et ça passe nécessairement par la main et le stylo ?

C'est important de pouvoir barrer ses erreurs. De rajouter des mots pour compléter son idée ou d'en enlever certains. On apprend bien plus qu'à lire et qu'à écrire quand on manie un stylo. On apprend à bien se corriger. Avec un crayon et une gomme, déjà, sur une tablette ensuite, ce n'est pas pareil. Parce que l'on va effacer la faute. On ne la voit plus. Pour un enfant, en plein processus d'apprentissage, c'est important de garder une trace de son erreur: il ne la fera plus puisqu'il l'a en face de lui lorsqu'il se corrige ! Pouvoir faire des taches, des fautes, c'est important, cela vous construit. Car cela vous aide à accepter l'échec, à l'affronter et à trouver une solution.

 

Ecrire à la main, sur du beau papier, avec de la belle encre et un stylo, croyez-vous que cela soit bientôt réservé uniquement à une élite ?

Non ! Ecrire, ce sera pour toujours pour tout le monde ! Car écrire, c'est être libre !

 

Voilà ! Ceci ne répond pas tout-à-fait au sujet que vous nous avez soumis, Sandra, il s'agit plutôt d'un plaidoyer pour l'écriture cursive, mais je lai trouvé intéressant et plein de bon sens.

Bien cordialement.

Louis 

Dans ma précipitation au partage, j'ai omis de citer ma source !

L'interview complète est signée Isabelle Willot et parue dans le supplément N° 37 "Weekend" de l'hebdomadaire LeVif/L'Express.

Rendons à César...

Bonjour Sandra,

Au risque de choquer, je n'envoie plus de cartes postales ni de lettre à personne, en parlant des cartes postales, quelle perte de temps et d'argent sur le lieu des vacances.

Tous mes proches ont internet.

Je préfère, quand je suis rentrée, faire un DVD avec mes photos et vidéos.

Bonne fin de semaine.

Bisous.

Adyne

Répondre à la discussion

RSS

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation