Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Je ne sais pas vous, mais moi, je ne suis pas souvent en accord avec les critiques des films!

 Ou, elles se confondent avec la promotion, ou, elles montent en épingle du politiquement correct, souvent ennuyeux! Ou, à l'inverse, elles encensent la provocation sans trop réfléchir à sa nécessité ou à sa pertinence... elles surfent le plus souvent avec la vague du moment...

 

Bien sûr, nous avons tous le droit d'avoir des avis divergents, mais combien de fois ai-je passé une soirée délicieuse en allant voir un de ces films dont on parle à peine et qui, Dieu sait pourquoi... ne restent pas à l'affiche un temps suffisant, alors que je suis souvent déçue par des films sur lesquels pleuvent les éloges! Je trouve que les exceptions qui font l'unanimité sont trop rares.

 

Alors, il me vient une idée. Pourquoi ne parlerions-nous pas des films que nous avons aimés et aimons, en citant 5 films du passé qui nous semblent incontournables et 5 films plus récents (des 20 dernières années) qui nous ont particulièrement séduits?

 

Ensuite, la discussion serait ouverte et cela pourrait aboutir à la cinémathèque idéale d'Arts et Lettres... Cela peut être intéressant et amusant qu'en pensez-vous?

 

Alors je me lance...

 

Les 5 vieux films :

 

Entrée des artiste (1938) de Marc Allégret

Autant en emporte le vent (1939) de Victor Fleming

Les enfants du paradis (1943) de Marcel Carné et Jacques Prévert

Un américain à Paris (1951) de Vincente Minnelli

Sabrina (1954) de Billy Wilder, avec la délicieuse Audrez Hepburn!

 

Les 5 films plus récents :

 

La route de Madison (1995) de et avec Clint Eastwood

L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux (1998) de et avec Robert Redford

Australia (2008) de Luhmann

Le Concert (2009) de Radu Mihaleannu

La tête en friche (2010) de Jean Beker

 

C'est ici que je m'aperçois combien seulement 5 titres par catégorie, c'est...frstrant! Enfin, il faut laisser une place pour ceux qui auront envie de participer et on peut toujours y revenir...

Vues : 152

Y répondre

Réponses à cette discussion

Merci pour ta participation à cette discussion sur le 7ème art, il est vrai que le scénariste est une des clés de la réussite d'un film, on n'a pas toujours Rostand et Cyrano! le scénariste est très important et la musique aussi bien sur, d'ailleurs de bon dialogues ont un rythme, et les artistes complets comme semble être cet Eric Kristy que je découvre grâce à toi sont bien placés pour le savoir. Pourrais-tu m'indiquer des films dont il a écrit le scénario, j'aimerais aller plus avant, j'adore ce genre de découverte!

@Gilbert Jacqueline ,

j'ai dans ma bibliothèque " Spécial Police "  Horde nouvelle " (1985)

Voici le quelques actualités:

Il a été nommé chevalier dans l'Ordre des Arts et des Lettres en janvier 2010.

CV...: 

Version:1.0 StartHTML:0000000167 EndHTML:0000000755 StartFragment:0000000484 EndFragment:0000000739


http://www.safranconseil.fr/eric-kristy


Version:1.0 StartHTML:0000000167 EndHTML:0000000741 StartFragment:0000000484 EndFragment:0000000725


http://www.scenaristes.biz/article-3230-un_doc_martin_pour_eric_kri...

Sinon....Google.....sait tout

 

Mais ! Mais: quel plaisir que ce site ARTS et L. ! Bonne découverte. Bon W-E

Fabienne


 

Un grand merci pour ta promptitude et excellent week-end à toi.

Fabienne Coppens a dit :

@Gilbert Jacqueline ,

j'ai dans ma bibliothèque " Spécial Police "  Horde nouvelle " (1985)

Voici le quelques actualités:

Il a été nommé chevalier dans l'Ordre des Arts et des Lettres en janvier 2010.

CV...: 

Version:1.0 StartHTML:0000000167 EndHTML:0000000755 StartFragment:0000000484 EndFragment:0000000739


http://www.safranconseil.fr/eric-kristy


Version:1.0 StartHTML:0000000167 EndHTML:0000000741 StartFragment:0000000484 EndFragment:0000000725


http://www.scenaristes.biz/article-3230-un_doc_martin_pour_eric_kri...

Sinon....Google.....sait tout

 

Mais ! Mais: quel plaisir que ce site ARTS et L. ! Bonne découverte. Bon W-E

Fabienne


 

Je vais tenter d'exprimer une opinion sans avoir connaissance de celles rédigées, ci-dessous, histoire de ne pas en être influencé.;

"Influence", voilà un mot d'importance au sujet de la critique dans tous les domaines artistiques. Corrélativement on peut considérer que toute émotion nous influencerait et qu'ainsi nous partageons généralement notre opinion formé à autrui. Tout sujet influencé participe à la critique d'une oeuvre si nous retenons qu'elle puisse être positive ou négative et qu'elle serait, de fait, définie par "divers" éclairages- proviendraient-ils d'initiés es qualité en art- au travers de la "diversité" des filtres sensoriels et émotionnels de chacun. Alors serait-il souhaitable d'être initié à "cette diversité" critique  pour qu'elle nous soit finalement profitable.

La critique est nécessaire tant qu'elle est objective et contribue à classer l'oeuvre dans un genre. Admettant par ailleurs que certaines soient inclassables sans être jugées indignes ou sans valeur.

Quand la critique s'érige en un système destructeur d'une oeuvre, je pense qu'elle sort de son rôle et qu'elle supprime l'enfant à sa naissance soumise qu'elle serait alors à un ressenti personnel: attraction ou répulsion.

Et d'ailleurs combien d'oeuvres artistiques n'ont-elle pas été honnies par la critique pour accéder plusieurs années après au pinacle de la création.Jugées  politiquement incorrectes , voire invendables, beaucoup sont tombées aux oubliettes. Pour contrebalancer et orienter la critique abusive, puis  présenter au plus grand nombre une oeuvre remarquable, il nous faut retenir le travail essentiel d'agents parfaitement introduits dans les médias- qui ouvrent les portes de la renommée, quelle qu'elle soit, contre des rémunérations assez exorbitantes.

Ainsi donc, la critique sanctionne une oeuvre pour autant qu'elle existe au regard même des critiques professionnels avec les aléas possibles entrevus plus haut.

Voilà, mon opinion critique à propos de la critique, elle est donc imparfaite et probablement influencée.

   

Je vais de moins en moins au cinéma, oh non que je ne sois pas intéressée,loin de là...C'est par fénéantise, tout simplement

car j'aime l'odeur et l'ambiance des salles de cinéma et puis il est assez loin de chez moi.....mais heureusement il y a la solution DVD, ce qui me permet en plus ici, en allemagne d'avoir les film francais en VO.

Mes préférences vont sans doute vous étonner.  Bien-sûr les film aux dialogues succulents de Le Louche ou Audiart,,,,ou ceux avec les merveilleux Ventura, Montand ou Gabin

Mais sinon les 5 vieux films

-Marcellino pan y vino  de Ladislao Vajda

-Cria cuervos de Carlos Saura

-Parking de Jacques Demy

-Bagdad café de Percy Adlon

-Le crépuscule des dieux de Lucchino Visconti

Les 5 plus récents

-St.Jacques la Mecques de Percy Adlon

-La jeune fille à la perle de de Peter Webber

-Le liseur de Stephen Daldry

-L'oeuvre de Dieu, la part du diable de Lasse Hallström

-Diva de Jean-Jacques Beineix

et quelques autres bien-sûr qui sont marquants: la liste de schindler, le pianiste, the hours mais il y en a un que je ne peux cesser de regarder c'est le Docteur Jiwago! Personne ne l'a vu plus que moi je crois!

Bonjour !

Quelle bonne idée! Mais trouver cinq vieux films... Ce ne sera pas facile !  Ils ne sont pas classés par ordre de date, mais plutôt, comme ils me sont venus à l'esprit. Mais il y en a tant d'autres !!!

1) "Montparnasse 19", (1958), de Jacques Becker, avec Anouk Aimée et Gérard Philippe (noir et blanc) -ou la biographie de Modigliani et Jeanne Hébuterne. Aujourd'hui, n'appelle-t-on pas cela un "biopic"?

2) "Le rendez-vous de juillet, (1949) de Jacques Becker. Avec Daniel Gélin, entre autres...

3) "Pride and prejudice" (1940) de Robert Z. Leonard - le scénario est signé, entre autres, par Aldous Huxley, avec Greer Garson et Laurence Olivier. Un genre de film qu'on passait à la télé, dans les années 70... Oublié depuis !

4) "Rebecca" (1940), d'Alfred Hitchcock - avec Joan Fontaine, la soeur de Olivia de Havilland...

5) "Les grands espaces" ("The big country") de William Wyler, (1958) - western avec Gegory Peck. Etonnant !

Je poste déjà ceci... Puis viendront les cinq récents !

1) Bien entendu o;) "Pride and prejudice" (2005) Joe Wright

2) "Julie & Julia" (2009), de Nora Eprhon. Egalement une sorte de "biopic" - comment Julia Child, épouse d'attaché d'ambassade à Paris, est devenue cuisinière de métier.

3) "La jeune fille à la perle" (comme pour Joëlle), (2003) - de Peter Webber, à la suite de quoi j'ai lu le livre de Tracy Chevalier - puis, d'elle encore, un autre roman, "La dame à la licorne" que j'ai encore plus aimé.

4) "Talons aiguilles" (1991) de Pedro Almodovar.

5) "Marie-Antoinette" (2005-2006) de Sofia Coppola - avec une scène d'anthologie, le bal masqué à l'Opéra, sur une musique rock du groupe "Siouxsie and the Banshees"...

Mais il y en a plein d'autres encore ! Ceux que j'ai vus au cinéma, à la télé, que j'ai empruntés... Disons que le choix ici, est assez représentatif de mes goûts... Mais j'aurais pu aussi parler de "The hours" et du film "Kahlo" par exemple, jamais vu au cinéma, mais un nombre incalculable de fois en dvd...

J'ai aussi adoré Doctor Zhivago. Il y a quelques scènes superbes. Le train de Strelnikov... Les poèmes que Jivago écrit, dans son domaine enneigé, quand les loups hurlent. J'en ai rêvé un jour, il y a très longtemps, je me suis littéralement retrouvée "dans le film" ! C'était très curieux. Et quand le personnage incarné par Alec Guinness - le demi-frère de Jivago, s'engage dans l'armée rouge. Etonnant !

J'ai beaucoup aimé aussi "Cria Cuervos" - à l'époque, mais désormais, je préfère tout de même Almodovar... On pourrait faire un parallèle. Et Bagdad Café, bien sûr !

Joelle Diehl a dit :

Je vais de moins en moins au cinéma, oh non que je ne sois pas intéressée,loin de là...C'est par fénéantise, tout simplement

car j'aime l'odeur et l'ambiance des salles de cinéma et puis il est assez loin de chez moi.....mais heureusement il y a la solution DVD, ce qui me permet en plus ici, en allemagne d'avoir les film francais en VO.

Mes préférences vont sans doute vous étonner.  Bien-sûr les film aux dialogues succulents de Le Louche ou Audiart,,,,ou ceux avec les merveilleux Ventura, Montand ou Gabin

Mais sinon les 5 vieux films

-Marcellino pan y vino  de Ladislao Vajda

-Cria cuervos de Carlos Saura

-Parking de Jacques Demy

-Bagdad café de Percy Adlon

-Le crépuscule des dieux de Lucchino Visconti

Les 5 plus récents

-St.Jacques la Mecques de Percy Adlon

-La jeune fille à la perle de de Peter Webber

-Le liseur de Stephen Daldry

-L'oeuvre de Dieu, la part du diable de Lasse Hallström

-Diva de Jean-Jacques Beineix

et quelques autres bien-sûr qui sont marquants: la liste de schindler, le pianiste, the hours mais il y en a un que je ne peux cesser de regarder c'est le Docteur Jiwago! Personne ne l'a vu plus que moi je crois!

Si vous voulez visionner la scène sur You tube (ou écouter le morceau - pour le film de Marie-Antoinette), c'est "Hong Kong garden(s)" de Siouxsie and the Banshees.

Le film de Ken Loach que je préfère, c'est "Raining stones" - Magnifique.

Bénédicte Ceuppens a dit :

Pour ma part je ne suis pas très adepte du cinéma commercial.Je fréquente habituellement le Caméo de Namur pour ceux qui connaissent.Je joue le jeu et vous livre mon palmares:deux véritables coups de coeur:Snow Cake avec Sigourney Weaver et Alan Rickman et The Reader avec Kate Winslet et Ralph Fiennes.Pratiquement tous les films de Ken Loach.

Bonsoir,

Quel bonheur de voir redémarrer cette discussion sur le cinéma..!.Comme pour la littérature il y a tellement de chef d’œuvres inconnus ou méconnus et vu l’avènement du DVD, j'avais espéré trouver  quelques souvenirs de films anciens, mais pour moi inoubliables, et là, grosses déceptions pas de trace...par exemple de Rebecca et la si savoureuse Joan Fontaine... ni d'Entrée des Artistes avec l'inoubliable Jouvet! Il me souviens aussi d'un film avec la merveilleuse Susan Hayward qui je pense avait obtenu un Oscar pour son rôle qui était celui d'une alcoolique, et dont le titre m'échappe! Sans doute que ces vieux films ont besoin d'être restaurés... mais il est tellement dommage le manque d'imagination ( ou de curiosité cinématographique)  des programmateurs de films à la TL!

Grâce à l'évocation de vos préférences je vais entamer de nouvelles recherches...

Belles soirée à tous

Amitiés

Jacqueline

"Rebecca" semble en vente sur Amazon... Il y a un "remake" aussi, anglais sans doute, avec d'autres comédiens.

Chose amusante, pas une seule fois, je n'ai mentionné un des films qu'à mon ancien boulot, nous avions programmé lors d'une semaine "Images de la citoyenneté au féminin", dans le cadre d'un festival de cinéma, mi en soirée, mi la journée pour les écoles. Cette programmation date déjà de 2001 et dans ce cadre, j'avais rédigé un dossier pédagogique... Reprenant quatre thèmes, "Femmes et politique", "Femmes et violence", "Femmes et pauvreté" et "Femmes et media". Quand je repense à ce dossier, je ne suis pas vraiment satisfaite de ce que j'ai fait. Aujourd'hui, je ferais tout à fait différemment. Enfin, la photo ci-dessous est extraite du chapitre "femmes et media"...

Dans la programmation, il y avait un film de Ken Loach. Pour le moment, le titre ne me revient pas, mais c'était sur la situation d'une femme mère de plusieurs enfants, tous retirés à sa garde et mis dans un orphelinat... D'après une histoire vraie. Elle rencontrait quelqu'un et, à deux, ils commençaient un combat pour récupérer la garde des enfants (dont un de leurs bébés)... Sans y arriver pour tous. Dénonciation de l'Angleterre néo-libérale.

Répondre à la discussion

RSS

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation